Archives par mot-clé : violence

ANR PARABAINO : violences de masse en temps de guerre

Le Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC, EA 2616) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne a obtenu un financement de l’appel à projet de l’Agence Nationale de Recherche intitulé « Génocides et violences de masse » pour le programme de recherche « PARABAINO, massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre (Antiquité grecque et romaine) ».

Le programme PARABAINO, en centrant l’étude sur l’Antiquité, se propose d’être un socle et un point de départ à la réflexion d’ensemble qui a commencé à être menée sur les génocides et les violences de masse.

Ce programme est coordonné par Isabelle Pimouget-Pedarros, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Nantes (CRHIA), en collaboration avec Nathalie Barrandon, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Reims-Champagne Ardenne (CERHiC). Deux autres institutions sont partenaires : l’Université du Mans (CReAAH- Annie Allely) et l’Université de Caen (HisTéMé/Anhima- Jean-Baptiste Bonnard). Le programme commencera en janvier 2020.

Le programme PARABAINO propose d’appréhender les massacres et les violences extrêmes à travers les expériences grecque et romaine dans une perspective comparée et pluridisciplinaire (Anthropologie, Archéologie, Histoire, Histoire de l’Art, Lettres Classiques, Philosophie). Il s’agit d’étudier la genèse de ces pratiques afin d’inscrire l’Antiquité dans la compréhension globale des génocides et des violences de masse ; les résultats obtenus ont vocation à enrichir la connaissance des sociétés anciennes et à produire un savoir susceptible de contribuer à la réflexion d’ensemble sur le sujet.

Grâce à l’expertise de ses membres, l’équipe du programme PARABAINO proposera une réflexion guidée par trois thèmes transversaux : le corps, le sacré, l’identité.

Un corpus et une étude lexicale seront mis en œuvre afin de nourrir une analyse scientifique scandée par l’étude des pratiques, des discours et des représentations des violences de masse. Les résultats seront mis en ligne sous une forme simplifiée pour le bénéfice des chercheurs, des enseignants du secondaire et du grand public. Le site internet proposera donc en accès libre des fiches analytiques des principales sources textuelles et iconographiques et des fiches thématiques par axe de recherche, mais aussi une bibliographie, un lexique, des résumés des articles et des captations des communications. En effet, des rencontres scientifiques répondant aux questions posées par le programme, puis leur publication complèteront la dissémination et valorisation des résultats auprès des étudiants et des chercheurs, spécialistes de l’Antiquité et/ou des génocides et violences de masse.

Le programme Parabaino recrute un(e) postdoctorant(e) pour une durée de 18 mois (janvier 2020-juin 2021).

Café histoire, 27 mars : Nathalie Barrandon

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne vous invitent le mercredi 27 mars au Café de Reims, 85 place Drouet d’Erlon (Reims), de 18 h à 20 h.

La conférence du jour sera donnée par Nathalie Barrandon qui présentera son livre Les massacres de la République romaine, publié en 2018 aux éditions Fayard.

Professeure d’histoire ancienne à l’université de Reims et membre du CERHiC, Nathalie Barrandon étudie la vie politique au dernier siècle de la République romaine, entre crises politiques et guerres civiles. Elle a publié plusieurs livres sur le gouvernement de l’Empire romain, dont De la pacification à l’intégration des Hispaniques (133-27 a.C.) en 2011. Elle travaille actuellement sur la transgression en temps de guerre.

L’exécution en masse des ennemis politiques à la fin de la République romaine, entre le IIIe et le Ier siècle av. J.-C. , illustre un mot qui fut inventé pendant les guerres de Religion : le massacre. Récits littéraires, iconographie ou archéologie éclairent les conditions du passage à l’acte, les responsabilités, les choix opérés (tuerie, pillage, destruction matérielle, asservissement…) offrent un éclairage nouveau sur la société romaine. Car s’il n’y eut que peu de massacres, ces expériences de la violence de masse participèrent à l’élaboration d’un système de valeurs fondé sur le comportement des élites et leurs vices, donnant peu à peu matière à la figure du tyran.

Crédits : Antoine Caron, Les massacres du Triumvirat (1566). Paris, Musée du Louvre.

Ecrire l’histoire de la violence (époque moderne)

Programme du séminaire d’histoire moderne (Master 2 d’histoire)

Février – mars 2017

Organisation : Aurélien Girard (aurelien.girard@univ-reims.fr) et Diane Roussel (diane.roussel@univ-reims.fr)

do10-1963-5s

Faire l’histoire de la violence

 

  • mardi 7 février 2017, 15h30-16h30 (salle 17.025) : Comment définir la violence en sciences humaines ? Comment étudier la violence en historiens ? (DR)

Lecture préparatoire : Claude Gauvard, s.v., « Violence », dans Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 1201-1209.

 

  • mardi 14 février 2017, 15h30-17h30 (salle 17.025): « Affreux, sales et méchants »: nos ancêtres étaient-ils plus violents que nous ? Histoire quantitative et mesures de la violence (DR)

Lecture préparatoire : Bruno Aubusson de Cavarlay, « Les limites intrinsèques du calcul de taux d’homicide », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 5, n°2 | 2001, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 16 janvier 2017. URL : http://chs.revues.org/735; DOI : 10.4000/chs.735

 

  • mardi 28 février 2017, 15h30-17h30 (salle 17.028) : Comment expliquer le déclin de la violence à travers les siècles ? (DR)

Lectures préparatoires :

  • Norbert Elias, Über den Prozess der Zivilisation, 1ère éd. 1939, traduit en français en deux parties : La civilisation des mœurs et La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1973 et 1975 [extraits]
  • Robert Muchembled, Une histoire de la violence de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 7-15 (introduction).

 

  • mardi 7 mars 2017, 15h30-17h (salle 17.023) : Quelles sources pour étudier quelle(s) violence(s) ? (DR)

Lecture préparatoire : Lettre de rémission pour Nicolas Leconte (1568), Archives nationales, JJ 266, fol. 43 r°, n° 91, avril 1568.

 

  • mardi 21 mars 2017, 13h30-16h (salle 17.023) (AG) :
  1. Comment étudier les violences intellectuelles ?

Lecture préparatoire : Jérémie Foa, « Le miroir aux clercs : les disputes théologiques entre catholiques et réformés au début des guerres de Religion (1560-1574) », dans Vincent Azoulay et Patrick Boucheron (dir.), Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p.130-146.

 2.  « Entrepreneurs de la violence » : la course en Méditerranée aux temps modernes 

Lecture préparatoire : Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1990 (9e édition), t. 2, p. 190-212.

 

  • mardi 28 mars 2017, 13h30-16h (salle 17.023) (AG) : 1. « Compelle intrare » : violence et conversion religieuse aux temps modernes

Lecture préparatoire : Isabelle Poutrin, « La conversion des musulmans de Valence (1521-1525) et la doctrine de l’Eglise sur les baptêmes forcés », Revue historique, n° 648, 2008/4, p. 819-855.

      2. Examen

 

NB : Les textes des lectures préparatoires sont consultables dans les documents du cours « Master Histoire moderne » du bureau virtuel.