Séminaire : Histoire comparée et connectée des christianismes orientaux (XVIe-XIXe s.)

 

Ce séminaire est organisé par Bernard Heyberger,directeur d’études de l’EHESS, directeur d’études de l’EPHE (TH) (CéSor) avec Elena Astafieva, chargée de recherche au CNRS (CERCEC) ; Aurélien Girard, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC ; Vassa Kontouma, directrice d’études à l’EPHE ; Radu Paun, chargé de recherches au CNRS (CERCEC). Il se tient les quatrième mardi du mois à l’IISMM (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), 96 boulevard Raspail 75006 Paris, de 9h-13h, Salle de réunion, 1er étage.

La prochaine séance aura lieu le mardi 22 janvier : Claire Bosc-Tiessé (CNRS/INHA) : Stratigraphie des usages et statuts des icônes en Ethiopie, XVe – XVIIIe siècleJulien Auber de Lapierre (EPHE) : La réfection des églises du Caire au XVIIIe siècle : l’exemple de Saint-Mercure

Une équipe formée de spécialistes de différentes Églises et aires culturelles (Ruthènes, Russes, Grecs, Roumains, Arméniens, Arabes melkites et maronites, Assyro-chaldéens, Éthiopiens …) se réunit depuis plusieurs années au CéSoR pour confronter thématiques, méthodes et résultats de recherche portant sur des mutations et des processus comparables, des Réformes à la première guerre mondiale.

Les mutations intervenues dans ces aires culturelles à partir des Réformes protestante et catholique, dans la pratique rituelle et liturgique, dans la formation du clergé et la disciplination des fidèles, dans la production de définitions dogmatiques, ont contribué à préciser et à faire évoluer les identités respectives dans un climat de compétition et d’émulation des différentes confessions présentes sur le même terrain, mais selon des processus comparables : introduction du livre imprimé, choix et pédagogie linguistiques, développement d’une science administrative, références à l’érudition occidentale, rôle des personnalités « entre-deux » circulant entre différentes aires culturelles et confessionnelles… En s’attachant à étudier et à comparer ces processus, les participants du séminaire réussissent à établir des connections, parfois à en mettre au jour des inattendues, entre personnalités, institutions et lieux appartenant à des aires culturelles différentes.

Programme complet de l’année 2018-2019

Mardi 20 novembre 2018 : Anna Lampadaridi (Newton International Fellow, British Academy) / Université d’Oxford. Regards sur l’histoire d’une bibliothèque grecque : le Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople (XVIIe-début XXe s.) – Lidia Cotovanu (Institut d’Histoire “Nicolae Iorga” de l’Académie Roumaine, Bucarest) : Le fond de livres grecs manuscrits et imprimés de la Métropole de Moldavie.

Mardi 18 décembre 2018 : Flora Kritikou (Université Nationale et Capodistrienne, Athènes) : La Bibliothèque de Sainte Catherine du Sinai à Candie : les manuscrits musicaux du prêtre moine Gerasimos Yalinas (XVIIe s.) – Konstantinos Vetochnikov (Collège de France) : Aux racines de la question ecclésiastique ukrainienne (XVIIe siècle).

Mardi 22 janvier 2019 : Claire Bosc-Tiessé (CNRS/INHA) : Stratigraphie des usages et statuts des icônes en Ethiopie, XVe – XVIIIe siècleJulien Auber de Lapierre (EPHE) : La réfection des églises du Caire au XVIIIe siècle : l’exemple de Saint-Mercure

Mardi 26 février : Stéphane Ancel (CNRS / CeSoR / Open Jerusalem) : S’implanter, interagir et pourtant se dire isolé et marginalisé : la communauté éthiopienne chrétienne de Jérusalem (1840-1917) –Angelos Dalachanis (École française d’Athènes/Open Jerusalem) : Les Grecs d’Orient : un prisme pour repenser l’histoire contemporaine du Proche-Orient, XIXe-XXe s. 

Mardi 26 mars : Ovidiu Olar (Institut d’Histoire “Nicolae Iorga” de l’Académie Roumaine, Bucarest) : Voyages et visions. Constantinople vue par Giulio Mancinelli SJ (m. 1618)Thierry Ganchou (CNRS) : Enquête sur l’institution ottomane méconnue du prôtogéros ou kocabaşi (XVe-XVIIIe siècles).

Mardi 28 mai : Lora Gerd (Institut historique, Académie des sciences, Saint-Petersbourg) The Patriarcate of Alexandria in the 19th century and its relations with Russia. Bilan/ conclusion du séminaire

AAC-Colloque AsileuropeXIX «Exil, genre et famille au XIXe siècle» (5-7 sept. 2019)

Appel à communications

L’équipe du programme ANR AsileuropeXIX, porté par le CERHiC, a le plaisir de diffuser l’appel à communications du colloque international « Exil, genre et famille au XIXe siècle »,  colloque final du programme qui aura lieu à Reims les 5, 6 et 7 septembre 2019.

Légende : « Por el emigrado. José Rodriguez Gil. Orléans 1876 », Musée Basque et de l’histoire de Bayonne.

Les exils qui ont ponctué le long XIXe siècle, objets d’un profond renouvellement historiographique au cours des dernières années, ont été analysés comme un phénomène d’ampleur mondiale, qui a conduit des centaines de milliers de personnes à quitter leur foyer et à construire de nouvelles formes d’action depuis l’étranger. Ces mobilités contraintes ont donné lieu à des recompositions politiques et sociales, aussi bien dans les espaces de départ, de passage que d’accueil. La construction culturelle de la figure de l’exilé, abondamment héroïsée, a figé l’image d’un homme en butte à un ordre politique, y résistant par la migration et l’expatriation.

Si cette image masculine du proscrit est restée prédominante, tant dans les représentations communes attachées à l’exil au XIXe siècle que dans de nombreuses recherches historiques sur ce phénomène, il n’en reste pas moins que la réalité de l’exil, envisagé à la fois comme départ et comme séjour parfois prolongé à l’étranger, a été bien plus complexe. Les hommes n’étaient pas seuls à partir sous la contrainte ; les femmes et enfants, longtemps restés dans l’ombre de ces mouvements de populations, suivant des itinéraires sinueux et transnationaux, en ont pourtant été parties prenantes. Continuer la lecture de AAC-Colloque AsileuropeXIX «Exil, genre et famille au XIXe siècle» (5-7 sept. 2019)

Colloque « Les mondes de 1848 », 12-14 déc. 2018

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue du colloque international « Les mondes de 1848 », organisé par la Société d’histoire de la Révolution de 1848, l’Université Paris-Est Créteil, l’Université Paris 13, l’Institut universitaire de France, le CNRS, l’Université de Nantes et le CERHiC (Université de Reims Champagne Ardenne), partenaire scientifique.


LES MONDES DE 1848
Colloque international
12, 13 et 14 décembre 2018
UPEC-U. Paris 13 / EHESS

12 décembre 2018
Université Paris-Est Créteil
Métro Créteil-Université (ligne 8), Campus Centre de Créteil, Auditorium (amphi 8)
DES ECHELLES PLURIELLES

MATIN 9h45-12h
Présidence : Catherine Brice (UPEC)

9h45 : Accueil des participants

10h: Introduction : Quentin Deluermoz (U. Paris 13)  et Emmanuel Fureix (UPEC)

10h15: Keynote:  Christopher Clark (U. Cambridge) : dynamiques européennes et impériales autour de 1848  (sous réserve)

Session 1 : Acteurs et passeurs individuels

10h45: Edward Blumenthal (U. Paris Sorbonne nouvelle) : Impérialisme,circulations politiques et exil en Amérique Latine : autour de Francisco Bilbao

11h05: Pause café

 11h20: Edoardo Frezet (U. de Nice) : My native land calls me. Francis Lieber, German 1848 and American nationalism

11h40 : discussion Continuer la lecture de Colloque « Les mondes de 1848 », 12-14 déc. 2018

Séminaire du CERHiC, 13 déc. : Emmanuelle Walter

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Jeudi 13 décembre 2018, de 12h30 à 14h.

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R 112 

Emmanuelle Walter

Qui dirige le sport ?

Regard sociologique sur l’articulation entre normes et pouvoirs dans le sport contemporain.

Maître de conférences en sociologie à l’URCA (UFR STAPS) et membre du laboratoire CEREP, Emmanuelle Walter consacre ses recherches au travail bénévole et salarié dans les clubs sportifs. 

Dans les formations des étudiants à la sociologie du sport, il est d’usage de commencer par définir le sport. Or, loin d’être un simple cadrage rhétorique, cette seule démarche permet d’entrer immédiatement dans le vif du sujet : si le sport est une notion polysémique ou, plutôt, si les définitions du sport sont multiples, variées et même contradictoires, c’est parce qu’elles montrent que le sport est traversé par des enjeux de lutte autour des normes définissant « ce qu’il doit être » et de celles qui renvoient à sa gouvernance et à sa régulation (« comment il doit être dirigé, et par qui »). Ces luttes autour des normes sportives révèlent des logiques de domination et de hiérarchisation politiques, économiques et sociales qui classent et déclassent les organisations et les individus concernés. 

Entrée libre.  

Organisation scientifique : Véronique Beaulande-Barraud, Bertrand Goujon, Noémie Villacèque.  

Crédits photographiques : Nova Academy Sports. Charlotta Wasteson sur Flickr, 2015.

Publication : Les livres des maîtres de Sorbonne

Le CERHiC annonce la publication du livre co-dirigé par Claire Angotti (membre du CERHiC, maître de conférences en histoire médiévale), Gilbert Fournier (IRHT) et Donatella Nebbiai  (IRHT) :

Les livres des maîtres de Sorbonne.  Histoire et rayonnement du collège et de ses bibliothèques du XIIIe siècle à la Renaissance,

Paris, Publications de la Sorbonne, 2018 (préface de Philippe Genet).

Ce livre a obtenu la 2e médaille du concours des Antiquités de la France, attribuée par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, et remise aux auteurs le 30 novembre 2018 à l’occasion de la rentrée solennelle de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.  

Le collège de Sorbonne a été créé en 1257 à Paris sous les auspices des pouvoirs royaux et pontificaux. Parmi les collèges séculiers, il innove en se dotant de bâtiments et de revenus réguliers et en accentuant sa vocation intellectuelle, dont la bibliothèque est le dispositif principal. Elle renferme plus de 1 000 volumes à la fin du XIIIe siècle et est organisée en deux dépôts, l’un destiné à la consultation sur place, l’autre au prêt, pour répondre aux besoins des sociétaires, des étudiants et des maîtres.

Cet ouvrage s’attache à étudier les livres du collège, de leur acquisition par les maîtres jusqu’à leur entrée dans l’établissement. Il analyse leur circulation au sein des divers dépôts et leurs usages par les sorbonistes ou par des lecteurs étrangers. Il éclaire les relations du collège avec son environnement institutionnel et social, et l’influence culturelle exercée par la bibliothèque du Moyen Âge à la Renaissance.

Deux instruments complètent cette publication : un guide codicologique sur les manuscrits du collège et une bibliographie exhaustive des travaux portant sur sa bibliothèque. Mobilisant plusieurs disciplines (histoire, littérature, sociologie et philosophie), ce livre offre les premiers jalons d’une histoire renouvelée des bibliothèques universitaires.

Pour en savoir plus, cliquer ici 

Remise du Prix Hubert Claisse, 8 décembre 2018

M. Romain Masure, étudiant en Master recherche au CERHiC,

recevra

le Prix Hubert  Claisse de l’Académie nationale de Reims

le samedi 8 décembre  à l’Hôtel de ville de Reims à 15h, 
pour son mémoire réalisé sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot : 
« Ensemble, s’il plaît à Dieu. Communautés et minorités religieuses en 
perspectives : L’exemple de l’Eglise réformée de Reims à l’époque 
contemporaine. (1833-1936)
« .

Le prix Hubert Claisse fondé en 2011 récompense les travaux universitaires portant sur l’histoire de la ville de Reims ou de ses environs, et touchant des domaines variés : politique, économique, social, religieux, judiciaire, littéraire, scientifique ou artistique. Il est adressé chaque année à une ou un étudiant inscrit à l’université de Reims, les candidatures pouvant être déposées avant le 30 septembre. 

 

Séminaire du CERHiC – programme 2018-2019

Le CERHiC réunit ses membres ainsi que les étudiants de Master en histoire de l’URCA pour un séminaire récurrent, en lien avec les axes de recherche de l’équipe. Les séances, ouvertes à tous, se tiennent à l’UFR de Lettres et Sciences humaines (Campus Croix-Rouge), bâtiment Recherche (bât. 13), en salle R112 (sauf indication contraire).

Mardi 27 novembre 2018,17h-19h : Rodrigo Nabuco (Université de Reims) et Nadia Vargaftig (Université de Reims), La droite au pouvoir ! Comprendre l’élection de Jair Bolsonaro au Brésil. BâtimentRecherche, salle polyvalente.

Jeudi 29 novembre 2018,12h30-14h : Claude Gauvard (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Condamner à mort au Moyen Âge, Bâtiment Recherche, salle polyvalente.

Jeudi 13 décembre 2018, 12h30-14h : Emmanuelle Walter (Université de Reims), Qui dirige le sport ? Regard sociologique sur l’articulation entre normes et pouvoirs dans le sport contemporain. 

Lundi 21 janvier 2019,16h30-18h. : Sylvie Steinberg (EHESS), Bâtards et enfants illégitimes en milieu aristocratique et nobiliaire à l’époque moderne

Mardi 12 février, 12h30-14h :Julie Verlaine (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne), Du marché au musée. Pour une histoire culturelle des intermédiaires artistiques après 1945.

Mardi 12 mars,14h30-16h : Virginie Mathé (Université Paris-Est-Créteil), Normes et pouvoirs dans les mots de la ville réunis par Pollux de Naucratis (IIe s. ap. J.-C.)

Lundi 18 mars, 13h30-15h30 : Luc Charles-Dominique (Université Sophia-Antipolis, Nice), Les « Bandes » de violons en Europe, cinq siècles de transferts culturels. Des anciens métiers aux Tsiganes d’Europe centrale (présentation de son livre publié chez Brepols en 2018). BM 09, salle 7. Pour s’inscrire à cette conférence qui sera accompagnée d’un petit concert, les étudiantes et étudiants doivent s’adresser au Prof. Bertrand Porot bertrand.porot@univ-reims. fr

Jeudi 9 mai 2019,12h30-14h : Arnaud Houte (Université de Paris-Sorbonnne), Propriété défendue. Comment la société française fait face au vol (XIXe-XXe siècles).

Jeudi 6 juin, 14h.-17h. (horaire à confirmer) : Actualité de la recherche au CERHiC.

  • Élisée Dion (Université de Reims / Université de Tübingen), La représentation du savoir dans l’Image du monde, entre normes sociales et visuelles (XIIIe-XVe siècle).
  • Axelle Neyrinck (Université de Paris Nanterre / Université de Reims), Le massacre des Innocents: constructions théologiques et usages polémiques (v. 800 – v. 1300).
  • Jan Synowiecki (EHESS / Université de Reims), De la bonne frontière entre hommes, plantes et animaux. L’institution des normes sociales dans les jardins parisiens au XVIIIe siècle.

Organisation scientifique : Véronique Beaulande-Barraud, Bertrand Goujon, Noémie Villacèque. 

Informations : marie-helene.morrel@univ-reims.fr

Soutenance de thèse : Elisée Dion, 1er décembre


Elisée DION

soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne Ardenne) et du Professeur Steffen Patzold (Université de Tübingen)

intitulée « Penser le monde en langue vulgaire et en images : enjeux sociaux et dimensions visuelles de la transmission du savoir dans l’Image du monde (XIIIe-XVe siècles) »

devant un jury composé des deux co-directeurs ainsi que du Prof. Chantal Connochie-Bourgne, du Dr. Klaus Ridder (Université de Tübingen), du Prof. Laurence Moulinier-Brogi (Université de Lyon 2), du Dr. Barbara Obrist (CNRS – université Paris 7) et du Prof. Jean With (Université de Genève). 

le 1er décembre à partir de 12h30

Université de Reims Campus Croix Rouge, bâtiment 17, salle du Conseil


Rédigée en 1246 par un clerc nommé Gossuin de Metz, l’Image du monde est considérée comme la première encyclopédie de langue française. Elle constitue à ce titre l’une des premières entreprises de transmission écrite d’un ensemble de savoirs sur le monde d’origine cléricale et latine, à destination d’un public laïc et aristocratique. Trois versions furent produites, deux en vers et une en prose, dont il n’est pas certain qu’elles soient le travail d’une seule et même personne. Signe de son très grand succès, l’Image du monde est conservée dans 110 manuscrits. Elle constitue donc un objet de recherche idéal pour l’étude des phénomènes de transmission de savoir entre clercs et laïcs durant les trois derniers siècles du Moyen Âge. Pour ce faire, la thèse envisage l’Image du monde à partir des représentations du monde et de l’ordre social transmises par son discours. Ces représentations ne sont pas seulement produites par le texte mais également par l’iconographie (miniatures, initiales historiées, drôleries) ornant une quarantaine de manuscrits, qui forment le corpus de recherche. Dans un premier temps, c’est tout d’abord l’économie du savoir de l’Image du monde qui sous-tend la transmission du savoir et en détermine les modalités, ainsi que les implications sociales de la transmission de ce savoir hautement valorisé qui sont analysées. La seconde partie de la thèse se concentre, quant à elle, sur la forte dimension visuelle de la transmission des savoirs opérée par l’Image du monde, à savoir le cycle de vingt-huit figures cosmographiques intégré par l’auteur lui-même à son ouvrage et qui constitue une pièce maîtresse de sa stratégie didactique.

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle