Enfermements IV. Travail et milieux clos, 28 janvier

En 2020, le programme de recherches “Enfermements. Une histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux, Ve-XIXe siècle” centre ses recherches sur le thème du travail en milieu clos.

Date : Mardi 28 janvier 2020, de 9 h. 30 à 18 h.

Lieu : Campus Cordorcet – Centre de colloque – Place du Front populaire – 93322 Aubervilliers – salle 3.05, 3e étage (Métro : Front Populaire, ligne 12).

À travers une approche comparée des relations entre enfermements et travail invitant au dialogue entre historiens, archéologues, sociologues et juristes et prenant en compte la longue durée (du Moyen Âge à l’époque contemporaine), les ateliers de 2020 exploreront les manières dont les milieux clos (monastères, hôpitaux et prisons, en particulier) ont conçu et organisé le travail en leur sein, que l’oisiveté soit tenue pour un vice à combattre par l’enfermement, que le travail contribue à l’économie des milieux clos, qu’il soit un outil de « disciplinarisation » ou que la clôture apparaisse comme une contrainte efficace sur les employés récalcitrant, notamment. Quelles sont les spécificités du travail en situation d’enfermement ? Quels effets la clôture produit-elle sur l’organisation du travail ? À l’inverse, quels sont les effets du travail sur les structures d’enfermement et en quoi le travail les modifie-t-il ? Comment la structure close se projette-t-elle ou se dilate-t-elle, par le travail, au-delà des murs ?

L’ atelier est organisé par le CERHiC (EA 2616-Université de Reims), le LAMOP (UMR 8589, CNRS-Paris 1-Panthéon-Sorbonne), le Centre Georg Simmel (UMR 8131, CNRS-EHESS) avec le soutien du LabEx Hastec et de l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux.

Contact: elisabeth.lusset[a]univ-paris1.fr

Continuer la lecture de Enfermements IV. Travail et milieux clos, 28 janvier

Soutenance de thèse : Mercè Prats, 7 décembre

Mercè PRATS

a soutenu le 7 décembre 2019 sa thèse de doctorat intitulée Le Teilhardisme : réception, adoption et travestissements de la pensée de Pierre Teilhard de Chardin, à la croisée des sciences et de la foi, au cœur des « Trente glorieuses » en France (1955-1968) préparée sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Le jury était composé des professeurs Etienne Fouilloux (professeur invité), Frédéric Gugelot (directeur de la thèse), Véronique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), Denis Pelletier (École Pratique des Hautes Études), , Christian Sorrel (Université de Lyon 2), et Cécile Vanderpelen (Université Libre de Bruxelles).

Pierre Teilhard de Chardin a suscité une immense bibliographie mais le teilhardisme, le courant de pensée qui s’y rattache, n’a jamais été étudié alors qu’il est un des courants novateurs de l’après Seconde Guerre mondiale. Les autorités romaines avaient condamné au silence ce jésuite paléontologue. Certains y avaient vu une nouvelle affaire Galilée. Aux frontières du religieux et des sciences, le teilhardisme ne se cantonne pas aux milieux catholiques ; il se développe dans une société qui vit une modernisation accélérée. La publication posthume des œuvres de Teilhard de Chardin s’est accompagnée de nombreuses polémiques qui touchent les milieux ecclésiastiques, philosophiques et scientifiques. Ce travail se situe à la croisée de plusieurs disciplines des sciences humaines.

Image : Groupe de teilhardiens en prière face à la colline de Vézelay, septembre 1967. Photographie cédée aimablement par Brigitte Collet, Lille.

Publication : Faire Musée d’une histoire commune

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution aux éditions du Seuil de l’ouvrage Faire musée d’une histoire commune, dirigé par Patrick Boucheron et Romain Bertrand, coordonné par Emmanuel Blanchard, Delphine Diaz (membre du CERHiC),  Anouche Kunth et Camille Schmoll.

Ce livre est issu des travaux menés parle comité scientifique chargé de la refonte des galeries permanentes du Musée national de l’histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée).

 

Ce livre a été présenté le 22 novembre 2019 par Patrick Boucheron et Delphine Diaz dans le cadre de l’émission “Le Cours de l’histoire” (Xavier Mauduit), sur France Culture. Pour réécouter l’émission :

https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/actualites-faire-musee-dune-histoire-commune-et-il-etait-une-fois-les-revolutions

 

 Présentation du livre par Patrick Boucheron :

“Pourquoi tant de spécialistes reconnus ont-ils décidé de nous suivre et de nous faire confiance dès la première réunion de notre comité ? Sans doute parce que chacun a senti que ce musée, qui ne saurait être le musée des autres, mais doit au contraire être le musée d’un “nous” moins étriqué et plus respirable, n’est pas non plus un musée comme les autres. Au moment où les débats politiques en France et en Europe sont faussés par des crispations idéologiques qui éloignent sans cesse les discours publics d’une mesure seine et juste de la réalité, c’est sans conteste le musée d’histoire dont nous avons besoin. Et puisqu’on en a besoin, d’influentes forces politiques tenteront encore de faire en sorte qu’il soit bridé dans ses ambitions.
Nous avons choisi de disposer dans l’espace des récits, pour dire ici, maintenant, depuis longtemps, “ça a eu lieu”, “ça a lieu là” – il y a lieu de considérer cette histoire. Nous proposons donc ici quelque chose comme une volte-face : par une ruse de l’histoire récente, le Musée national de l’histoire de l’immigration est installé dans le pavillon amiral de l’Exposition coloniale de 1931. Ce piège à regards, chambre noire de l’histoire coloniale, doit désormais se transformer en machine à ouvrir les yeux. Le musée doit investir son lieu car il lui faut affronter son histoire. Il ne s’agit pas, bien entendu, d’imposer à l’histoire des immigrations une surdétermination coloniale : cette histoire ne peut être que mondiale par vocation et comparatiste par méthode. Il s’agit de prendre la mesure du buissonnement, de la bigarrure dont nous sommes issus. On doit pouvoir s’y retrouver mais pas pour cultiver le petit lopin tranquille des identités.”

http://www.seuil.com/ouvrage/faire-musee-d-une-histoire-commune-collectif/9782021441239

 

 

 

 

Journée d’étude “Musiques des cathédrales, cathédrales en musique” : 2 décembre

Journée d’étude d musicologie, organisée par Stéphan Etcharry

Lieu : Université de Reims Champagne – Ardenne, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi recherche

Le lundi 2 décembre 2019 de 9 h. 15 à 16 h. 30

Depuis leur construction, les cathédrales sont non seulement des lieux de culte mais aussi des lieux de vie, d’éducation et de pratiques musicales. Quelles sont les activités musicales et sociales qui leur sont liées ? Comment les différentes pratiques et rituels liturgiques qui se sont succédés depuis les origines ont-ils conditionné des formes poético-musicales, des ensembles vocaux et instrumentaux, des usages musicaux adaptés, ou encore l’utilisation et le répertoire de certains instruments ? Au-delà de leur fonction religieuse première, on s’interrogera aussi sur les diverses représentations véhiculées par les cathédrales au fil du temps, tour à tour source d’inspiration artistique ou emblème plus « politique », sur l’acoustique liée à leur architecture, et sur les œuvres qui ont ainsi été engendrées.

9 h. 15 : Accueil  
9 h. 40 : Introduction de la journée  
Modérateur : Stéphan Etcharry
9 h. 45 : Thierry Grandemange (URCA, CERHiC)
Guillaume de Machaut et Notre-Dame de Reims  
10 h. 20 : Pierre Méa (organiste titulaire du Grand Orgue de la cathédrale de Reims / CRR de Reims)
Le Grand Orgue de la Cathédrale de Reims : histoire et fonctionnement  
11 h. : Intermède musical assuré par les étudiants du département
de musique et musicologie,
atelier de Nicolas Bouvier et chœur sous la direction d’Hélène Leroy.    
11 h. 30 : Patrick Demouy (URCA, CERHiC)
Les maîtrises des cathédrales au Moyen Âge  
12 h. 15 : Déjeuner  
Modérateur : Patrick Demouy
14 h. : Bertrand Porot (URCA, CERHiC)
Les maîtrises parisiennes aux XVIIe et XVIIIe siècles,
thèse inédite de Phlippe Lescat  
14 h. 35 : Florence Doé de Maindreville (URCA, CERHiC)
Mises en scène musicales des cathédrales pendant la Première Guerre
mondiale  
15 h. 15 : Intermède musical assuré par les étudiants du département
de musique et musicologie
atelier de Nicolas Bouvier et chœur sous la direction d’Hélène Leroy    
15 h. 45 : Pierre Rigaudière (URCA, CERHiC)
Le Encantadas d’Olga Neuwirth, ou comment encapsuler un lieu
dans une œuvre musicale  
16 h. 30 : Conclusion de la journée  

Séminaire du CERHIC, 14 nov. Frontieres et mobilités

Séminaire du CERHIC

Normes et pouvoirs

Jeudi 14 novembre 2019, de 12 h. 30 à 14 h. 30

Campus Croix-Rouge, MSH, salle 112

Maxime Kaci : Des marges au centre : approche historique des dynamiques (trans)frontalières durant la Révolution  française.

Nicolas Charles : Les réfugiés pendant la Grande Guerre : le cas des Ardennes.

Maxime Kaci, Maître de conférences en  histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté (Centre Lucien Febvre, EA 2273), mène ses recherches sur les transformations des délimitations territoriales et leurs effets sur les sociétés et les populations transfrontalières durant la Révolution française et l’Empire.  Il a publié en 2016 Dans le tourbillon de la Révolution. Mots d’ordre et engagements collectifs aux frontières septentrionales (1791-1793), ouvrage issu de sa thèse de doctorat . Il a été en 2018-2019 en délégation CNRS pour un projet interdisciplinaire sur “Les changements de nature des délimitations territoriales et leurs effets sur l’organisation des sociétés en Europe (XIVe-XXIe siècle” à la MSH Ledoux (Univ. Franche-Comté). 

Nicolas Charles, professeur agrégé d’Histoire, est spécialiste de la Grande Guerre et de l’occupation du Nord de la France durant ce conflit. Il mène actuellement ses recherches doctorales sur “Vivre avec l’autre. Les relations interpersonnelles dans le Nord et les Ardennes occupés pendant la Grande Guerre” sous la direction de la Prof. Aya Aglan (Université Paris 1).

Cover_Kaci_2016
M. Kaci, Dans le tourbillon de la Révolution, Rennes, PUR, 2016.

Crédit photographique : “Refugees from Melville”, Par The Library of Congress — Cette image est disponible sur la Prints and Photographs division de la Bibliothèque du Congrès des États-Unis sous le numéro d’identification ggbain.27423.

“L’exploration du monde” dans les Medias

A la suite de la publication de “L’exploration du monde. Une autre histoire des grandes découvertes”, annoncée dans ce carnet, le CERHiC signale deux émissions de radio : 

Séminaire du CERHIC, 24 oct. Malgorzata Durbas

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Jeudi 24 octobre 2019, de 12 h. 30 à 14 h. 

Campus Croix rouge, bâtiment 13, salle R 112

Malgorzata Durbas  

Les voyageurs polonais dans la France du XVIIIe siècle.

Pour sa première séance de l’année universitaire, le séminaire du CERHIC accueillera Malgorzata Durbas, qui sera pour la semaine en mobilité Erasmus auprès du département d’histoire de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Docteur en sciences humaines, professeur adjoint au département d’histoire de Jan Dlogosz à l’université de Czestochowa (Pologne), Malgorzata Durbas étudie l’histoire des relations culturelles franco-polonaises aux XVIIe et XVIIIe siècle et l’entourage du roi Stanislas Leszczynski en Pologne et en Lorraine. Elle a publié notamment un ouvrage intitulé Akademia Stanisława w Nancy (L’Académie de Stanislas à Nancy) 1750-1766, paru à Cracovie en 2013. 

Séminaire du CERHIC : programme 2019-2020

Le CERHiC réunit ses membres ainsi que les étudiants de Master en histoire de l’URCA pour un séminaire récurrent, en lien avec les axes de recherche de l’équipe. Les séances, ouvertes à tous, se tiennent à l’UFR de Lettres et Sciences humaines (Campus Croix-Rouge).

Organisation scientifique : Claire Angotti, Delphine Diaz, Bruno Restif, Jan Synowiecki.

Séance 1, jeudi 24 octobre 2019, 12 h 30 – 14 h

Malgorzata Durbas, Université de Czestochowa (Pologne), « Les voyageurs polonais dans la France du XVIIIe siècle » (12 h 30 – 14 h).

Séance 2, « Frontières et mobilités à l’époque contemporaine », jeudi 14 novembre 2019, 12 h 30 – 14 h 30

Maxime Kaci (ESPE de Besançon), « Des marges au centre : approche historique des dynamiques (trans)frontalières durant la Révolution française »

Nicolas Charles (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Les réfugiés pendant la Grande Guerre : le cas des Ardennes »

Séance 3, « Cultures visuelles et sonores du XVIIIe au XXe siècle », mardi 28 janvier 2020, 12 h 15 – 15 h 15

Paul François (Université de Nantes), « Les salles de spectacle parisiennes du XVIIIe siècle en réalité virtuelle »

Laurent Cuvelier (EHESS), « La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIII siècle »

Audrey Leblanc (EHESS), « La couleur de mai 1968 »

Séance 4, « Sociétés grecques et romaine : travaux de jeunes chercheurs et nouvelles perspectives », jeudi 6 février 2020, 12 h 30 – 14 h 30

Romain Guicharousse (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Femme et étrangère : une double exclusion dans l’Athènes classique ? »

Cyrielle Landrea (Université de Bretagne-Sud), « La mémoire de la noblesse à la fin de la République romaine »

Séance 5, journée d’études – préparation au concours du CAPES, vendredi 6 mars 2020, 9 h 30 – 16 h 30

Histoire médiévale :

  • Paul Bertrand (Université catholique de Louvain), « Révolution(s) de l’écrit, XIIe-XVesiècles, Europe occidentale »
  • Amélie de Las Heras (EHESS), « Hérésie et littéracie dans le León des années 1230 » (titre provisoire)

Histoire moderne :

  • Xavier Le Person (Université Paris-Sorbonne), « Être ministre dans la monarchie française (vers 1640-vers 1789) »
  • Stéphane Haffemayer (Université de Rouen-Normandie), « La presse dans les contestations politiques du XVIIIe siècle. France, Angleterre et Amérique. Étude comparée »

Histoire contemporaine :

  • Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin), «Cultures et politiques culturelles dans la République fédérale allemande »
  • Marjolaine Boutet (Université de Picardie), « Les séries de télévision américaines depuis 1945 »

Séance 6, « Images et iconoclasmes », jeudi 2 avril 2020, 12 h 30 – 14 h 30

Pierre-Antoine Fabre (EHESS), « L’iconoclasme catholique dans l’Europe tridentine et les limites du ‘désenchantement du monde’ »

Emmanuel Fureix (Université Paris-Est Créteil), « L’œil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française »

Séance 7, « Cultures écrites au Moyen Age, vendredi 15 mai 2020, 12 h 30 – 14 h 30

Sophie Delmas (CIHAM), « Écrit et pouvoir seigneurial » Notes, reportations, éditions : le sermon dans tous ses états » 

Harmony Dewez (Université de Poitiers), « Écrit et pouvoir seigneurial » 

Séance 8, « Actualité de la recherche au CERHiC », jeudi 4 juin 2020, 12 h 30 – 15 h 30

Noémie Villacèque (Université de Reims Champagne-Ardenne), « L’Athènes démocratique, austère ou luxueuse ? »

Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne), présentation de L’Exploration du monde. Une autre histoire des Grandes Découvertes, Paris, Le Seuil, 2019 (sous réserve)

Maxime Gelly-Perbellini (EHESS, Université de Reims Champagne-Ardenne), « Le crime de sorcellerie dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge »

Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne), «Construire une histoire de la prière »

 

 

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)