Troisième séminaire PARABAINO, 15 octobre

Le troisième séminaire du programme ANR PARABAINO (Massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre. Antiquité grecque et romaine – ANR-19-FGEN-0002), a pour thème :

Les mots pour le dire : définitions et utilisation des termes « massacre, violence extrême et transgression » dans les mondes grec et romain.

Il se tiendra à la MSH Ange Guépin (Nantes)

vendredi 15 octobre 2021 de 9 h. à 17 h.

Organisation scientifique : Pr Isabelle Pimouguet-Pédarros, Pr Nathalie Barrandon

Accès en distanciel sur demande : crhia@univ-nantes.fr

PUBLICATION : Nous qui ne cultivons pas le préjugé de race

Le CERHiC est heureux d’annoncer la prochaine publication de l’ouvrage de Dominique Chathuant, membre associé du CERHiC :

Nous qui ne cultivons pas le préjugé de Race. Histoire(s) d’un siècle de doute sur le racisme en France,

aux éditions du Félin, coll. Histoire et sociétés, parution annoncée le 14 octobre 2021 (504 p., 25 €).  ISBN 978-2-86645-961-1

Nous qui ne cultivons pas le préjugé de race

En 1919, bien avant Black Lives Matter, un policier militaire américain abat froidement à Nantes un promeneur guadeloupéen. On lit alors dans la presse indignée que les Français ne cultivent pas le préjugé des races, lequel est solennellement condamné par les députés de la seconde puissance coloniale du monde.
Bars ségrégationnistes des années 1920 ou 1960, piscine fermée aux Algériens (1964) ou diarrhée antisémite d’un sénateur SFIO (1959), d’autres affaires offrent à l’opinion l’occasion de s’indigner et d’énoncer la norme idéale d’une France immunisée contre le racisme : Raymond Poincaré s’oppose à Paris à une discrimination, forcément américaine et René Pleven juge longtemps inutile une loi antiraciste finalement votée en 1972 et qu’on persiste à tort à lui attribuer.
Loin de l’anachronisme dogmatique ou de l’idéalisation naïve, l’historien Dominique Chathuant explore le mythe immunitaire à l’échelle du XXe siècle, au coeur puis en aval du contexte colonial. Il nuance au passage l’apparente nouveauté du présent en montrant qu’on dénonce déjà en 1917 l’importation d’idées américaines, qu’on teste les discriminations dès 1939 ou qu’on emploie très tôt les termes « raciste » (1924) et « racisé » (1965).

Soutenance de thèse : Aurélien Nouvion, 23 juin

M. Aurélien Nouvion soutiendra publiquement sa thèse de doctorat en histoire médiévale intitulée :

« Temps et acteurs de la vigne et du vin au Moyen Âge : étude comparée Bourgogne – Champagne (Ve – XVIe siècles) ».

le mercredi 23 juin 2021 à 14 heures au Collège Joliot-Curie, 2 rue JoliotCurie à Reims.

Cette thèse a été préparée au sein de l’Ecole doctorale SHS de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Composition du jury :

Directeurs de thèse :

  • Pr Patrick Demouy, émérite, Université de Reims Champagne-Ardenne ;
  • Pr Jean-Pierre Garcia, Université de Bourgogne Franche-Comté,

Rapporteurs :

  • Dr Julie Claustre, maîtresse de conférences HDR, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;
  • Pr Jean-Pierre Devroey, émérite, Université Libre de Belgique.

Examinateurs :

  • Pr Jean-Robert Pitte, émérite, Sorbonne Université, Membre de l’Institut ;
  • Dr Sandrine Lavaud, maîtresse de conférences, Université Bordeaux Montaigne ;
  • Dr Guilhem Ferrand, Université Toulouse Jean Jaurès.

Image : British Library, Harley 4996  f. 24v  Parable of the Vineyard; grapes from Canaan

Séminaire du CERHIC, 10 juin : Marc Rigaudière

Séminaire d’équipe « Normes, cultures et pouvoirs »

Jeudi 10 juin 2021, de 12 h. 30 à 14 h. 

Université de Reims Champagne-Ardenne à distance

 

Pour la dernière séance de l’année universitaire, le séminaire du CERHiC aura le plaisir d’accueillir Marc Rigaudière, Professeur de musicologie à l’Université de Reims-Champagne Ardenne, qui a rejoint le laboratoire en début d’année.

Spécialiste de l’histoire des théories musicales, de la méthodologie et de l’histoire de l’analyse musicale, travaillant sur le terrain de la musique germanique aux XVIIIe et XIXe siècles, M. Rigaudière interviendra sur « Les théories de la musique comme objet d’étude historique« .

La discussion sera menée par Stéphan Etcharry, Maître de conférences en musicologie et lui aussi membre du CERHiC.

Le lien zoom peut être envoyé sur demande à bruno.restif@univ-reims.fr qui assure l’organisation de cette séance.

Charles VULLIEZ (1938-2021). In memoriam.

Parti à la retraite depuis 2003, le Professeur Charles Vulliez, spécialiste d’Histoire médiévale, est décédé à Paris, jeudi 13 mai 2021, à l’âge de 83 ans. Issu d’un milieu modeste, il passa sa jeunesse en Algérie, avant de mener des études d’histoire qui le conduisirent, nonobstant une dilection prononcée pour l’histoire grecque, à préparer une thèse d’État intitulée Des écoles de l’Orléanais à l’université d’Orléans (Xe-début XIVe siècle), sous la direction de Pierre Riché, Professeur à l’Université de Paris X – Nanterre. C’est dans cette même université que Charles Vulliez enseigna comme assistant, puis comme maître-assistant durant de longues années. Il y soutint son doctorat d’État en 1993 et devint, en 1994, Professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Reims, où il enseigna jusqu’en 2003.

Compter les Champenois. Etudes réunies par Patrick Demouy et Charles Vulliez, Reims, Centre d’études champenoises, Presses universitaires de Reims, 1997.
Vivre au village en Champagne à travers les siècles. Etudes réunies par Patrick Demouy et Charles Vulliez, Reims, Centre d’études champenoises, Presses universitaires de Reims, 2000.

Auteur de nombreuses publications savantes, Charles Vulliez était un connaisseur hors pair des programmes et des méthodes d’enseignement médiévaux, des œuvres leur servant de support, des institutions scolaires et universitaires, des docteurs et des étudiants dont il savait reconstituer les carrières avec une précision rare ; il s’intéressait aussi au dictamen, à l’épistolographie et aux institutions ecclésiastiques.

Une très grande bienveillance et une immense modestie se conjuguaient en lui à une forte conscience professionnelle et à une érudition admirable. La mort l’a surpris alors qu’il se consacrait, notamment, malgré sa quasi-cécité et aidé de jeunes collaborateurs, à la publication de sa monumentale thèse d’État restée jusqu’ici inédite.

Isabelle Heullant-Donat, directrice du CERHiC.

Photographie : Epernay (2014), photo de Simon Floch sur Flickr.

Séminaire du CERHiC, 18 mai : la recension

Séminaire d’équipe « Normes, cultures et pouvoirs »

Mardi 18 mai 2021, de 14 h. à 16 h. 30

Université de Reims Champagne-Ardenne à distance

 

La recension en histoire : publication, écriture, usages

La recension d’ouvrage est un outil majeur des chercheurs, et plus particulièrement des chercheurs en histoire. Les revues scientifiques accordent une place importante aux comptes rendus de lecture, leur dédiant souvent une partie spécifique dans leurs différents numéros. La presse quotidienne ou hebdomadaire ainsi que les revues d’idées (Esprit, Le Débat…) accordent à la recension du livre d’histoire une place de choix dans leurs colonnes. Par ailleurs, le développement de sites internet comme Laviedesidees.fr, Lectures.revues.org ou nonfiction.fr a fait accéder le compte rendu à un large public. Toutefois, le compte rendu n’a suscité que peu d’études historiographiques, relatif désintérêt qui concorde avec la faible valorisation des recensions dans l’activité des chercheurs.

Cette  séance de séminaire vise à attirer l’attention sur ce paradoxe en faisant des recensions à la fois un objet d’histoire et un objet de réflexion dans ses dimensions sociales et institutionnelles. Plus immédiatement, les objectifs de cette séance sont de réfléchir à nos pratiques de recherche et d’enseignement, et de mettre le sujet à l’épreuve pour le retravailler éventuellement, et le développer dans une publication collective. Elle prendra la forme de trois discussions d’environ 30 mn chacune, séparées par quelques minutes de pause. Les prises de parole seront concises, de façon à permettre le développement de l’échange. On s’attachera à varier les intervenants d’une discussion à l’autre. 

Comité d’organisation : Delphine Diaz, Isabelle Poutrin, Jan Synowiecki, Noémie Villacèque.

1. La fabrique des comptes rendus 

Discussion centrée sur l’existence ou non d’une ligne éditoriale pour les comptes rendus, la distribution des recensions au sein par les comités de rédaction, le choix des recenseurs, les procédures de réception et d’édition. 

Sont appelés à y participer les membres de comités de rédaction.

2. La recension comme instance de légitimation

Discussion centrée sur le rôle du compte-rendu dans la construction des notoriétés en histoire ; la reconnaissance accordée, dans la sphère académique, tant à l’activité de recenseur qu’au nombre et à la qualité des recensions pour un ouvrage donné. 

Sont appelés à y participer les recenseurs en activité, de générations et positions académiques diverses ; les auteurs ou autrices d’ouvrages recensés ; les membres de comités de sélection ou d’évaluation. 

3. La recension comme moyen d’information sur l’actualité de la recherche en histoire

Discussion centrée sur l’usage et l’utilité des comptes rendus pour la recherche et pour la formation des étudiants, les différences d’usages selon les supports de publications (revues académiques, sites internet), et plus généralement la définition du « bon compte rendu » du point de vue du lecteur. 

Sont invités à y participer tous les lecteurs et lectrices de comptes rendus (en particulier les étudiants) et les enseignants qui les utilisent ou non dans leur pratique pédagogique. 

Participer à la réunion Zoom
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/98247766285

ID de réunion : 982 4776 6285

Bibliographie

  • Boure, Robert, « Revues scientifiques, lectorat et notoriété. Approche méthodologique », Recherches en communication, n° 4, 1995, p. 37-60.
  • Boure, Robert, « Sociologie des revues de sciences sociales et humaines », Réseaux. Communication – Technologie – Société, n° 58, 1993, p. 91-105.
  • Calafat Guillaume, et Eric Monnet, « À la recherche de l’accès ouvert, Revues et nouveaux formats numériques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62-4 bis, 2005, p. 33-42.
  • Cavallo Guglielmo et Roger Chartier, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Éditions du Seuil, 1997.
  • Desjeux, Dominique, L’édition en sciences humaines, Paris, L’Harmattan, 1991.
  • Guédon, Jean-Claude et Alain Loute, « L’histoire de la forme revue au prisme de l’histoire de la « grande conversation scientifique » », Cahiers du GRM [En ligne], n° 12, 2017, URL : http://journals.openedition.org/grm/912 ; DOI : 10.4000/grm.912
  • Minard, Philippe, « Les revues à l’âge numérique : au péril de l’idéologie », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62-4 bis, 2015, p. 8-21.
  • Müller, Bertrand, Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003.
  • Poutrin, Isabelle, « Marc Venard, lecteur de ses contemporains », in Anne Bonzon, Isabelle Poutrin, Alain Tallon et Catherine Vincent (dir.), Marc Venard, historien, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 93-120.
  • Waquet, Françoise, L’ordre matériel du savoir : comment les savants travaillent, xvie-xxie siècles, Paris, CNRS éditions, 2015.

Image mise en avant : Les archives de Lucien Febvre, photo de Brigitte Mazon, http://lucien-febvre.ehess.fr/archives/

Mémoires de Recherche en préparation pour juin 2021

A moins de trois mois des soutenances, les étudiants de deuxième année du Master Recherche en histoire de l’université de Reims Champagne-Ardenne abordent l’étape cruciale de la rédaction de leur mémoire, accompagnés par leurs directrices et directeurs de recherche. Plus que jamais cette année, la collecte des sources a été une tâche ardue en raison des restrictions d’accès aux archives ; les étudiantes et étudiants ont dû adapter leur projet à ces conditions de travail et, pour certains, composer leurs emplois du temps en fonction des créneaux d’ouverture des archives.

Voici la liste des mémoires en préparation :

En histoire ancienne :

  • Clément Oustric : « La recherche de la légitimité religieuse par Hannibal et Scipion l’Africain pendant la Deuxième guerre punique ».
  • Thibaut Carbonnot : « La peur des soldats romains face aux barbares celtes et germains (125 avant J.-C. – 69 après J.-C.) ».
  • Léa Cloëz, « Les frères à Rome : entre amour et haine (133 av. J.-C. – 14 ap. J.C.) ».

En histoire médiévale :

  • Carlos Afanou, « Les statuts synodaux de Troyes (1374) ».
  • Peter Morel, « Bartolomeo Colleoni (v. 1392/1395 – m. 1475), vie et mort d’un condottière dans l’Italie des Renaissances (XIVe-XVe siècle) ».
  • Amandine Haller, « Isabelle de Bavière (v. 1370-1435) et l’herbier d’Arnaud de Villeneuve (v. 1240-1311). Connaissances et pratiques phytothérapiques d’une reine de France au bas Moyen Âge ».
  • Camille Valeriani, « Justice et comptabilité : les comptes de l’officialité épiscopale de Châlons-en-Champagne (1479-1480) ».
  • Marie Saint-Joannet, « La bibliothèque de Marguerite d’Autriche selon l’inventaire de 1523-1524 ».

En histoire moderne :

  • Mélanie Guerre, « Histoire, architecture et patrimoine du château de Louvois et de son parc (1656-1812) ».
  • Louis Marez, « Le consulat français de Sidon (1681-1745) ».
  • Diane Maussire, « Le vêtement noir des catholiques et protestants en Champagne (v. 1550-v. 1610) ».
  • Hugo Martin, « Les processions catholiques à Troyes (v. 1550-v. 1730) ».

En histoire contemporaine :

  • Margot Lefebvre, « Divorces et divorcés à Reims, Bazancourt, Verzenay et Witry-Lès-Reims, 1884 – 1902 ».
  • Elizabeth Charpantier, « Laon sous l’occupation allemande de la Première Guerre mondiale et sa reconstruction (1914-1927) ».
  • Julie Roussel, « La surveillance des étrangers pendant la Première Guerre mondiale dans le département de la Marne ».
  • Martin Boulle, « La bienfaisance catholique à Reims (v.1850-1914) »Hugo .
  • Marie Jaworski, « La vie quotidienne des Ardennaises, 1914-1918 : écrits intimes, émotions et pratiques singulières ». 
  • Aurélien Albiero, « Prosopographie d’étudiants du collège des Irlandais de Paris 1830 – 1858 (double direction Histoire-Anglais) ».
  • Julien Herbiet, « Police et policiers rémois pendant la Belle Époque (1884-1914) ».
  • Agathe Bonnefoy, « Histoire de la médecine par les plantes dans la France de l’entre-deux-guerres (1918-1941) ».
  • Guillaume Hirtzig, « Le Parti communiste et la Résistance dans le département de l’Aube ».

Présentation du master Histoire, mention recherche

Présentation de l’équipe pédagogique du master Histoire

Présentation des enseignements du master Histoire, parcours recherche

Publication : Rire sans foi ni loi

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication de l’ouvrage suivant, issu du colloque international « Rire et religion » tenu en février 2015.

Frédéric GUGELOT, Paul ZAWADZKI (dir.), Rire sans foi ni loi? Rire des dieux, rire avec les dieux, Paris, Hermann, coll. « Questions sensibles », 2021, 304 p. (ISBN : 979-1037006639).

Au moment où l’Association française de sciences sociales des religions avait décidé de susciter une réflexion collective sur le rire et le religieux en février 2015, personne ne se doutait que ses travaux porteraient l’ombre tragique des attentats du 7-9 janvier. C’est qu’une part non négligeable du questionnement sur le rire hantait déjà les conflits charriés par l’actualité, qu’il s’agisse des « caricatures de Mahomet » ou des spectacles dits humoristiques mais vecteurs de haine. Plus profondément, le rire convoque la pensée de longue date et la plupart des classiques ont tenté d’en élucider les ressorts.

Table des matières

1. Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem

  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen,  Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».
  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».    

2. Ironies, parodies, caricatures, blasphèmes

  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».
  • Frédéric Gugelot (Univ. Reims), « Prêtres à rire ».

3. Rires et rites

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS)  « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe-XVIIe siècles) ».
  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».

4. Le rire de libération, le rire de domination

  • Armand Abécassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme  libération du tragique ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».
  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paul Zawadzki, « Rire sans entraves ? Réflexions sur le rire cruel ».

Image : H. Ulrich, La Religion, le clergé, la vie décadente des moines. Gravure, 1609. (Interphoto/Alamy banque d’images).

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search