Rencontrer l’Autre. Forum APHG, 10-11 mai

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix rouge, bâtiment recherche, salle polyvalente, Reims

Le CERHiC (EA 2616) et HABITER (EA 2076) ont le plaisir d’accueillir le Forum de l’Association des Professeurs d’histoire et de géographie (APHG) de la Régionale Champagne-Ardenne, pour une journée d’étude sur le thème “Rencontrer l’autre”. Cette rencontre est organisée par Claire Angotti (CERHiC), Véronique Beaulande (APHG) et Clotilde Bonfiglioli (HABITER).

Mardi 10 mai

10 h. Stéphanie Leroux (Université catholique de Lille) : Rencontrer l’autre par le tourisme ?

11 h. 30. Audrey Louyer (URCA) : Représenter la frontière dans le cinéma latino-américain contemporain : analyses de séquences.

14h30. Laurent Guichard (Université Savoie Mont-Blanc) : Identités civiques et altérités religieuses dans les cités du monde romain tardif.

16h. Benoît Roux (Université de Rouen Normandie) : De la Découverte à la rencontre : les défis de l’ethnohistoire caribéenne.

Mercredi 11 mai

10h30. Alix Teffo Sanchez (Université d’Artois) : Milieu scolaire, milieu rural : éduquer aux questions de genre et de sexualités.

14h. Thomas Tanase : L’Occident face à autrui de la Venise de Marco Polo à l’Amérique de Christophe Colomb.

15h30. Xavier Desbrosse,  Accueillir les étrangers pendant les Trente Glorieuses. L’exemple marnais.

Ces journées s’adressent aux enseignants d’Histoire Géographie en poste dans le secondaire et s’inscrivent dans le cadre de la formation continue ; elles mêlent interventions d’Historiens et de Géographes.

Les étudiants et les collègues de l’URCA sont les bienvenus. Les interventions sont des interventions de niveau universitaire comportant une forte dimension d’actualité de la recherche.

Crédits photographiques : Along EuroVélo6 (Roumanie), European Cyclists’Federation sur Flickr, 1er mars 2013.

Séminaire du CERHiC, 28 avril : Charlotte Pichot

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 28 avril 2022 de 12 h. 30 à 13 h. 45, Campus Croix Rouge (Reims), bâtiment 13 salle E 13 (et en distanciel, lien sur demande à : mh.morell@univ-reims.fr).


Le CERHiC a le plaisir de recevoir Charlotte Pichot qui présentera sa thèse de doctorat : « Forfaicte de son corps » : le corps féminin et le crime à la fin du Moyen Âge. Centre-Ouest, Sud-Ouest du royaume de France (XIVe-XVe siècles).

Docteur en histoire médiévale (Centre d’études supérieurs de civilisation médiévale, UMR 7302, Université de Poitiers), Charlotte Pichet a soutenu en 2020 sa thèse préparée sous la direction des Pr Martin Aurell et Isabelle Mathieu.

Image : “Jalousie battant sa femme”. Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose, British Library, ms. 12042, f. 65v.

Deux Masters sur l’histoire de Reims à la Belle Epoque

Master “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 7 avril de 17 h.  à 18 h. 45

Campus Croix Rouge (Reims), bâtiment 13, salle R418 (et en distanciel).

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer une séance de présentation de deux mémoires de Master recherche ayant trait à l’histoire régionale de la Champagne et, plus spécifiquement, du territoire marnais, en collaboration avec la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne (SACSAM) établie à Châlons-en-Champagne et avec le soutien technique de la Maison des Sciences humaines et sociales de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Julien Herbiet (M2 Recherche en Histoire 2021) : Intégrer et quitter les forces de police rémoises, 1884-1914.

Margot Lefebvre (M2 Recherche en Histoire 2021) : “Je vais faire ton affaire, c’est fini”. Divorces et violences intra-familiales et conjugales à Reims, Bazancourt, Verzenay, Witry-Lès-Reims, 1884-1902.

Cette séance est organisée par Bertrand Goujon, correspondant du CERHiC auprès de la SACSAM. Les principaux apports de ces deux mémoires de Master seront publiés courant 2023 dans la revue savante Etudes marnaises, qui publie tous les ans la liste des mémoires de Master de l’URCA soutenus dans l’année et ayant un lien avec l’histoire régionale.

Séminaire du CERHiC, 7 avril : Fanny Gribenski

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 7 avril 2022 de 12 h. 30 à 13 h. 45, Campus Croix Rouge (Reims), bâtiment 13 salle E 13 (et en distanciel).

Le CERHiC est heureux de recevoir la Dr Fanny Gribenski, historienne de la musique. Elle présentera le livre qu’elle a tiré de sa thèse de doctorat soutenue à l’EHESS et qu’elle a publié sous le titre L’Église comme lieu de concert : pratiques musicales et usages de l’espace (Paris, 1830-1905) (Arles / Venise, Actes Sud / Palazzetto Bru Zane, 2019).

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de musique, diplômée du Conservatoire de Paris et de l’EHESS, la Dr Fanny Gribenski est chargée de recherche au CNRS, actuellement en détachement à l’Université de New York où elle est Assistant Professor au département de musique. Avant de rejoindre le CNRS puis NYU, elle a été boursière de la Fondation Thiers, de la Commission Fulbright et de la Huntington Library puis chargée de recherche au Max Planck Institute for the History of Science de Berlin. Ses travaux portent sur l’histoire des pratiques sonores et musicales en Europe et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles, qu’elle envisage comme des points de départ privilégiés pour aborder l’histoire culturelle et politique de cette période.

Alors que de nombreux travaux ont mis en lumière le rôle central de Paris dans la vie musicale européenne du XIXe  siècle, l’histoire de certains de ses hauts lieux de musique est demeurée dans l’ombre. L’historiographie a eu tendance à passer systématiquement sous silence l’importance des églises dans cette activité artistique. Tout au long du siècle, les « fêtes musicales » organisées dans les paroisses de la capitale ont pourtant compté au nombre des événements marquants de chaque saison. Certains temps forts du calendrier religieux – principales célébrations de l’année, fêtes patronales, exercices de dévotion, prières publiques, inaugurations d’orgues, etc. – sont alors l’occasion d’une « musicalisation » exceptionnelle des sanctuaires. Ces solennités attirent un public formé en grande partie d’amateurs de musique. Annoncées et parfois longuement commentées dans la presse, elles mobilisent des chanteurs et des instrumentistes extérieurs aux bas-choeurs des paroisses et proposent des ouvrages de grande ampleur.

À la croisée de la musicologie, de l’histoire culturelle et religieuse, et de la sociologie de l’espace, ce livre explore la manière dont les mutations caractéristiques de la vie musicale du XIXe siècle se sont traduites par la transformation des églises parisiennes en d’éphémères salles de concert. L’ouvrage s’organise autour de cinq études de cas, consacrées aux prières publiques, aux concerts de l’Association des artistes musiciens à Saint-Eustache, aux inaugurations d’orgues, aux exercices du mois de Marie et aux Semaines saintes de Saint-Gervais.

Les Nocturnes de l’histoire à Reims, 30 mars

A l’occasion des Nocturnes de l’Histoire, les historiennes et historiens de Reims invitent le public afin de partager leurs recherches aux Archives départementales de Reims et pendant une promenade en centre- ville. La participation est gratuite, sur inscription préalable.

L’objectif des Nocturnes de l’Histoire est de promouvoir une diffusion large du savoir historique en valorisant des manifestations de qualité et en rendant accessibles les résultats de la recherche au public le plus large. Les quatre sociétés d’historiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (SoPHAUSHMESPAHMUFAHCESR) souhaitent ainsi favoriser les initiatives locales émanant de laboratoires de recherche, de sociétés savantes, d’institutions culturelles, de réseaux d’étudiants, d’équipes pédagogiques et de particuliers passionnés d’histoire.

15h30-17h : présentation de documents historiques remarquables (Archives départementales de la Marne, site de Reims, 44 avenue de l’Yser) *.

  • Véronique Beaulande-Barraud (professeure en Histoire médiévale, Université Grenoble-Alpes / LUHCIE) : « Des sources locales pour l’histoire religieuse médiévale et moderne, du terrier de l’archevêché au registre de profession des clarisses de Reims ».
  • Pierrick de Saint-Vaast (doctorant en Histoire contemporaine, URCA / CERHiC) : « Les dossiers de dommages de guerre au titre des destructions de la Première Guerre mondiale ».

17h30-19h : déambulation urbaine dans le centre historique de Reims, avec présentations de travaux de recherche récents ou en cours sur des lieux majeurs, insolites ou oubliés de l’histoire rémoise.

  • Julien Herbiet (ancien étudiant du Master « Normes, cultures, pouvoirs », URCA) : « La gare, un terrain d’action our les forces de l’ordre rémoises sous la Troisième République » (gare SNCF Reims centre, parvis Reims centre ville).
  • Jean-Luc Bastien (maître de conférences en Histoire ancienne, URCA / CERHiC) : « Durocortorum : la ville de Reims durant le Haut-Empire romain » (porte de Mars).
  • Bertrand Goujon (maître de conférences HDR en Histoire contemporaine, URCA / CERHiC) : « Les élites du négoce en vins de Champagne dans la société et l’espace rémois au XIXe siècle » (angle de la rue Coquebert et du boulevard Lundy).
  • Laurent Chenaux (ancien étudiant du Master « Normes, cultures, pouvoirs », URCA) : « Le commerce vestimentaire bourgeois à Reims au tournant des XIXe et XXe siècles » (angle de la rue de l’Arbalète et de la rue du Docteur Jacquin).
  • Julien Bortolussi (doctorant en Histoire moderne, Université Paris-Nanterre / MEMO) : « Les historiographes rémois au XVIIe siècle » (place des Loges Coquault).
  • Véronique Beaulande-Barraud (professeure en Histoire médiévale, Université Grenoble-Alpes / LUHCIE) : « Ermine de Reims, une visionnaire à la fin du Moyen Âge » (angle de la rue Gambetta et de la rue de Venise).

19h30-21h : conférence de Jean-François Boulanger (Directeur honoraire de l’UFR Lettres et Sciences Humaines de l’URCA) : « Reims, ville ouvrière, aux XIXe et XXe siècles » (Maison de la Vie Associative, 122bis rue du Barbâtre) *.

Inscription et contact : nocturnes.reims@gmail.com

* pass vaccinal obligatoire

Avec le soutien financier du Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC, EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne, du LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Culture Italie Europe, EA 7421), et de l’APHG (Association des professeurs d’histoire et de géographie).

Photo mise en avant : Porte de Mars, Reims, 2012.
Porte Mars © Carmen Moya 2012

Séminaire du CERHIC, 3 mars : Grégoire Franconie

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 3 mars, de 12 h. 30 à 13 h. 45, Campus Croix Rouge (Reims),
bâtiment 13, salle E 13 (et en distanciel, lien sur demande à :
mh.morell-univ-reims.fr)

Le CERHiC est heureux de recevoir Grégoire Franconie, docteur en Histoire contemporaine (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne), membre associé au Centre d’Histoire du XIXe siècle et enseignant à l’École de danse de l’Opéra de Paris. Il présentera le livre qu’il a tiré de sa thèse de doctorat et qu’il a publié sous le titre Le Lys et la Cocarde. Royauté et nation à l’âge romantique, 1830-1848 (Paris, Puf, 2021).

Cet ouvrage met en lumière la fabrique romantique de la royauté entre 1830 et 1848.

Arrivé au pouvoir à la faveur d’une révolution, Louis-Philippe a dû montrer comment il souhaitait dorénavant articuler la souveraineté nationale au principe de la royauté héréditaire. Les dispositifs médiatiques ainsi mis en place ont contribué en France à renforcer le sentiment national, en même temps que les formes prises par celui-ci ont remodelé l’identité et les pratiques dynastiques. Analyser comment dynastie et nation se sont recomposées l’une par rapport à l’autre, au siècle du nationalisme, de la presse et de la démocratisation, tel est l’objectif de ce livre.

Archives privées et diplomatiques, images et objets commémoratifs révèlent la construction d’une dynastie récapitulative, qui voulait résumer toutes les expériences politiques de l’histoire nationale. Cette séance de séminaire sera l’occasion de revenir sur les sources et les méthodes mises en oeuvre dans ce travail d’histoire culturelle du politique qui offre une relecture de la Monarchie de Juillet à rebours des clichés de “régime bourgeois” qui lui ont été longtemps associés.

Image de titre : François-Joseph Heim, Louis-Philippe inaugure la Galerie des Batailles, 10 juin 1837, Musée National du Château, Versailles.

Publication : Dictionnaire du fouet et de la fessee

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication du livre dirigé par Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset, Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, Paris, Puf, 2022.

La violence exercée sur autrui dans le but de dresser, d’éduquer, de corriger ou de punir englobe des pratiques très anciennes (coups, fouet, privations, enfermement) et d’autres plus caractéristiques d’une époque, comme le bonnet d’âne dans l’école de la Troisième République. Certaines, comme la gifle et la fessée, semblent si banales qu’on ne les perçoit pas d’emblée comme des objets d’histoire. Jusqu’à ces dernières décennies, cette violence infligée dans le cadre de la maisonnée, distincte et complémentaire de la violence de l’État, n’était contestée que lorsqu’elle était manifestement excessive. Le « droit de correction » était considéré comme un pilier de l’ordre social, exprimant l’autorité des parents sur leur enfant, du mari sur sa femme, du maître sur son élève, son apprenti ou son esclave.

À travers 248 exemples tirés de l’histoire, de l’art, du droit, de la littérature ou du cinéma, ce dictionnaire propose une plongée dans l’histoire du droit de correction de l’Antiquité à nos jours. Il analyse des thèmes aussi divers que la parentalité, le couple, l’éducation, le corps, l’érotisme, le monde du travail ou la condition animale, éclairant ainsi les récents débats sur la prévention des violences conjugales ou sur la loi « anti-fessée » de 2019.

L’Introduction rédigée par Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset (p. XI-XXVI) est suivie des 248 entrées, de “Abus et excès (XVIe-XVIIIe siècle)” à “Violences éducatives ordinaires”.

Isabelle Poutrin est professeure d’histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur la conversion religieuse aux XVIe-XVIIe siècles en Espagne et en Italie. Elle est l’autrice aux Puf de Convertir les musulmans. Espagne 1491-1609 (2012).

Élisabeth Lusset est chargée de recherche en histoire du Moyen Âge au CNRS. Ses travaux portent sur le gouvernement de l’Église, les ordres religieux et la justice au Moyen Âge. Elle est notamment l’autrice de Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) (Brepols,2017).

Le Dictionnaire a été préparé depuis 2018 par un comité scientifique formé de Véronique Beaulande-Barraud (Université de Grenoble-Alpes), Jean-Baptiste Bonnard (Université de Caen Normandie), Emmanuelle Chapron (Aix-Marseille Université), Julie Doyon (Université de Sorbonne Paris Nord/Université de Fribourg), Julien Dubouloz (Aix Marseille Université), Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne), David Niget (Université d’Angers), Diane Roussel (Université Gustave Eiffel), outre les deux directrices d’ouvrage.

Parmi les 164 spécialistes qui ont contribué à ce Dictionnaire, on compte six enseignants-chercheurs titulaires ou associés de laboratoires de l’Université de Reims-Champagne-Ardenne (CEREP, CIRLEP, CRIMEL, CERHiC) : Alexie Geers (“Pernoud, Laurence”), Isabelle Heullant-Donat (“Ascèse”, “Flagellants”), Agnès Millot (“Public Schools”), Yann Philippe (“Slapstick”), Isabelle Poutrin (“Age de raison”, “Ancône”, “Châtiment des quatre piquets dans les colonies”, “Esclaves (Moyen Âge)”, “Femmes tondues”, “Fessée”, “Fouet”, “Pédagogie noire”, “Peur révérencielle”, “Privation”), et Karin Ueltschi (“Père Fouettard”, “Fabliaux”) – ainsi que d’anciens membres du département d’histoire de Reims : Véronique Beaulande-Barraud, Sylvie Joye, Diane Roussel, Caroline Muller, Jan Synowiecki, Elisabeth Lusset.

Journée spéciale Concours, 27 janvier 2022

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, amphi Recherche.

Organisation scientifique  : Jérémie Dubois (Maître de conférences en histoire contemporaine) et Bruno Restif (Maître de conférences en histoire moderne)

Cette journée est destinée aux étudiants du Master MEEF second degré de l’INSPE de Reims et aux étudiants du Master Recherche en histoire de l’université de Reims.

Pour plus d’informations, contacter marie-helene.morell@univ-reims.fr

Programme de la journée

10 h. Accueil et ouverture de la session par les organisateurs

10 h. 10 – 10 h. 50 : Pierre Chastang (Professeur d’Histoire médiévale, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : Écrit et laboratoire communal au Moyen Âge: l’exemple du Midi de la France.

10 h. 50 – 11 h. : Questions

11 h. – 11 h. 40 : Franck Collard (Professeur d’Histoire médiévale, Université Paris Nanterre) : L’État monarchique se construit-il par la loi (et par le droit) de Charles VI à Louis XII ?

11 h. 40 – 12 h. : Questions

13 h. 30 – 14 h. 10 : Kevin Bouillot (Professeur agrégé d’histoire, chargé de cours à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et à Sciences Po) : Religion, oracles et pouvoir dans le monde romain : l’exemple du sanctuaire de Claros (IIe siècle avant notre ère – IIe siècle de notre ère).

14 h. 10 – 14 h. 20 : Questions

14 h. 20 – 15 h. : Cédric Michon (Professeur d’Histoire moderne, Université Rennes 2 Haute-Bretagne) : L’affirmation du Conseil du roi dans la France de la première moitié du XVIe siècle.

15 h. – 15 h. 40 : Olivier Chaline (Professeur d’Histoire moderne, Université Paris – Sorbonne) : Le roi et les parlements dans la France du XVIIe siècle.

15 h. 40 – 16 h. : Questions, puis pause.

16 h. – 16 h. 40 : Marion Fontaine (Professeure d’Histoire contemporaine, Sciences Po Paris) : Travail / hors-travail : le cas des mondes miniers (années 1830-1930).

Image de titre : Jan Coessaet, Ouverture du Parlement de Bourgogne, 1587. Mechelen, Hôtel de ville.

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search