Archives par mot-clé : ville

Séminaire du CERHiC, 28 janvier : Cultures visuelles et sonores

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 28 janvier 2020, de 12 h. 15 à 15 h. 15

Université de Reims, Campus Croix-Rouge, MSH, salle R 112

Cultures visuelles et sonores, du XVIIIe au XXe siècle :

Paul François (Université de Nantes) : Les salles de spectacle parisiennes du XVIIIe siècle en réalité virtuelle.

Paul François est doctorant au Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (UMR 6004) et au laboratoire L’Antique, Le Moderne (EA 4276) de l’Université de Nantes. Architecte et ingénieur, ses recherches sont orientées sur les usages de l’immersion en réalité virtuelle pour la recherche, la diffusion et la médiation scientifique dans les domaines de l’histoire et de l’archéologie. En développant des outils de gestion des connaissances patrimoniales adaptées à la réalité virtuelle, il s’attèle autant à aider les historiens à visualiser des situations spatiales et sociales disparues, que à aider les archéologues à restituer des bâtiments à partir de vestiges découverts.

Laurent Cuvelier (EHESS) : La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIIe siècle.

Laurent Cuvelier est docteur en histoire moderne. Ses travaux portent principalement sur l’histoire des sociétés urbaines dans l’Europe du XVIIIe siècle. Il s’intéresse aux cultures visuelles et matérielles à l’époque des Lumières, ainsi qu’à la circulation de l’information en milieu urbain. C’est à partir de ces différents axes de recherche qu’il a rédigé une thèse au Centre d’histoire de Sciences-Po (CHSP), sur l’appropriation et la gestion de l’espace public par le biais de l’affichage – « La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIIIe siècle ».

Audrey Leblanc (EHESS) : La couleur de mai 1968.

Audrey Leblanc est historienne, docteure de l’EHESS après une thèse soutenue en 2015 intitulée « L’image de Mai 68 : du journalisme à l’histoire ». Elle enseigne en histoire et culture visuelle à l’université de Lille.
Entre 2016 et 2018, lauréate de la bourse annuelle Roederer pour la photographie, chercheuse associée à la BnF, elle est commissaire de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » (inaugurée au printemps 2018, BnF) et en dirige le catalogue. En 2018-2019, elle anime à l’EHESS le séminaire « Photographie, édition, presse : histoire culturelle des producteurs d’images ». En 2019, lauréate d’une bourse de recherche annuelle de l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France, elle mène un projet de recherche, en partenariat avec la Mission photographie des Archives nationales et l’INA, sur la place de la photographie dans les logiques documentaires de l’ORTF. Carnet de recherche en ligne : http://clinoeil.hypotheses.org/

Programme 2019-2020 :

Seminaire_annuel_du_CERHIC-EA2616_de_lUn

Photo : Claude (Flickr, 2019), exposition « Get Up, Stand Up! Changing the World with posters« , l’affiche rebelle ou l’art de la révolte, MIMA, Molenbeeck, Bruxelles (Belgique).

Séminaire du CERHiC, 12 mars : Virginie Mathe

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 12 mars 2019, de 14 h 30 à 16 h.

Lieu : Campus Croix Rouge, bâtiment 12, salle R 112

Virginie Mathé 

  Normes et pouvoirs dans les mots de la ville réunis par Pollux de Naucratis (IIe s. ap. J.-C.).

Maîtresse de conférences en histoire ancienne à l’université Paris-Est Créteil et membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC, EA 4392), Virginie Mathé est Agrégée de Lettres classiques et Docteur en Langues, histoire et civilisation des mondes anciens. Elle dirige depuis 2012, avec Jean-Charles Moretti et Liliane Rabatel, le groupe de travail « Les mots grecs de la ville antique », porté par l’Institut de recherche sur l’Architecture Antique (CNRS, Lyon 2).

Ce groupe pluridisciplinaire (architecture, philologie, archéologie, histoire) s’est donné pour objectif la traduction, le commentaire et l’illustration des paragraphes 6 à 50 du Livre IX de l’Onomasticon de Pollux de Naucratis, un ouvrage composé dans le dernier tiers du IIe siècle par Iulius Pollux, Grec d’Egypte qui occupa la chaire impériale de rhétorique à Athènes. L’Onomasticon est la seule oeuvre antique où l’on trouve rassemblés les mots grecs désignant la polis, ses fondateurs, son architecture, ses habitants et ses activités. Le séminaire sera l’occasion de s’interroger sur la manière dont apparaissent les normes et les pouvoirs dans ce passage.

Trois thèmes principaux seront abordés. Tout d’abord, si le vocabulaire du pouvoir se trouve dans un autre livre de l’Onomasticon, il n’est pas absent de ces paragraphes, notamment par la mention d’édifices liés au pouvoir dans les cités grecques. Que retient Pollux du pouvoir qui s’exprime dans l’espace civique ? Ensuite, la vision de la ville qui se dessine en filigrane dans le passage n’est pas propre à Pollux mais se nourrit des mots et des textes, déjà anciens à l’époque, qui constituent la culture commune des Grecs du IIe s. ap. J.-C. Comment ce passage renseigne-t-il sur les normes culturelles qui régissent les manières de penser les villes au cours de l’antiquité grecque ? Enfin, quels rapports les mots retenus par Pollux entretiennent-ils avec les normes du langage et le pouvoir de la parole ? Pollux paraît moins donner à son travail une visée normative que ne le font d’autres lexicographes de son époque . Pour autant, son vocabulaire n’est pas dénué d’une perspective axiologique. Destiné en premier lieu à l’empereur et aux hommes amenés à s’exprimer en public, il est aussi un outil au service du pouvoir.

Crédits photographiques : 1. Fontaine de Pirène, Delphes (Grèce). Photo de RG 1033 sur Flickr, 2010. 2. Athènes, 2007. Photo de Virginie Mathé.