Archives par mot-clé : Véronique Beaulande-Barraud

Lundi 13 mars: journée d’études « Dieu avec nous? », bibliothèque R. de Sorbon

Lundi 13 mars 2017 se tiendra la journée d’études

Dieu avec nous ?
Pratiques religieuses élitaires en contexte de crise politique et/ou militaire (France, XVIIe-XXe siècles)

organisée par Véronique Beaulande-Barraud, Bertrand Goujon et Frédéric Gugelot

Campus Croix-Rouge, bibliothèque Robert de Sorbon, salle 140

Après avoir abordé en 2013 la pertinence du concept d’« élites » appliqué au monde des clercs, puis en 2015 les pratiques charitables des élites urbaines, cette 3e journée d’études du sous-axe « Pratiques religieuses des élites » se propose de réinterroger le topos d’un soutien naturel des élites à la religion, d’un intérêt commun d’un groupe social dominant à défendre la nécessité des religions (ou de l’Église) comme ordre, comme force de conservation sociale et de légitimation des hiérarchies et des autorités, à des moments de crises et lors de conflits qui bouleversent l’ordre établi et interrogent sur le destin d’un pays et de ses élites. Or l’« alliance du trône et de l’autel », « du sabre et du goupillon » ne va pas toujours de soi : à maints égards, le religieux est partie prenante des ruptures politiques et militaires qui mettent les élites au défi d’adapter leurs pratiques et leur spiritualité  à une nouvelle donne susceptible de compromettre les pouvoirs en place et d’en engager la redéfinition.

Programme:

9h15 : Accueil
9h30 : Véronique Beaulande et Bertrand Goujon, « Introduction »

10h : Julien Léonard (Université de Lorraine)
« Les pratiques religieuses des élites réfugiées françaises à Berlin, source de crise au début des années 1690 »

10h30 : Céline Borello (Université du Mans)
« La prédication protestante urbaine durant la période révolutionnaire (1789-1802) »

11h : Yves Verneuil (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Une élite intellectuelle entre Dieu et la science : les professeurs de lycée de l’Affaire Dreyfus au combisme »

11h30 : Débats

12h : Repas

13h30 : Caroline Muller (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Réparer 1870. Un temps de politisation de la spiritualité des élites »

14h : Jérôme Bocquet (Université d’Orléans)
« La guerre, Dieu et l’Église, l’armée devant les « événements » d’Algérie »

14h30 : Un atelier d’étudiants de Master :
Anne-Claire Lefetz
«Pratiques charitables et religieuses d’un « grand ». Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld-Doudeauville et l’occupation de 1815 »
Antony Dussart
« Ernest Bugg et la défaite de 1870 »

15h15 : Frédéric Gugelot, « Conclusion »

Véronique Beaulande-Barraud : « Les filles au Moyen Âge », mardi 7 mars

Nous avons le plaisir d’annoncer la participation de Véronique Beaulande-Barraud à la projection du film

Les filles au Moyen Âge

de Hubert Viel, 88′, Artisan du Film

dans le cadre du programme « Recherche en docs » (URCA-SUAC)

 Un grand-père, interprété par Michael Londsdale, fait remonter le temps à ses petits-enfants pour qu’ils découvrent le vrai visage du Moyen Âge, et notamment la place très importante qu’y occupaient les femmes. À contre-courant de ce que l’on entend en général sur le Moyen Âge, c’est un film à découvrir en famille! Surprenant et joyeux, il utilise à la fois le registre de la comédie burlesque et celui du film à sketches.
Une comédie basée sur les recherches de l’historienne Régine Pernoud qui réhabilite la condition des femmes au Moyen Âge.
Quand? Mardi 7 mars à partir de 19h
Où? Villa Douce, Boulevard de la Paix
 

Séminaire du CERHiC: première séance jeudi 17 novembre

La première séance des séminaires du CERHiC pour l’année 2016-2017 sera consacrée à l’actualité de la recherche au sein de l’équipe.

Elle aura lieu le

Jeudi 17 novembre
Salle R112 (campus Croix Rouge bâtiment recherche)

de 12h30 à 14h

 

Quatre membres du laboratoire y présenteront leurs travaux et projets:

Véronique Beaulande-Barraud, « Le village, les juges et la grosse-mère : une enquête pour infanticide au milieu du XVe siècle ».

Hendrik Ziegler, « Art et architecture à Paris et Versailles dans les récits de voyageurs allemands à l’époque baroque (ARCHITRAVE) ».

Claire Angotti, « Augustin à l’Université (projet JCJC, présenté à l’ANR) ».

Bruno Restif, « Étudier la figure et l’action du cardinal de Lorraine, une entreprise collective et pluridisciplinaire ».

Soutenance d’habilitation – Véronique Beaulande-Barraud

Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, soutiendra son dossier d’Habilitation à diriger des recherches portant sur Justice(s) d’Église. Excommunication, officialités, pénitence, le samedi 5 décembre, à 14h30, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (salle des thèses, bâtiment B).

Le mémoire inédit présenté dans ce dossier porte sur

Les cas réservés en Occident, XIIIe-XVe siècles.

Juridiction épiscopale, hiérarchie ecclésiale et pénitence.

 

Le jury est composé de :

M. Franck Collard, garant, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Mme Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

M. Martin Ingram, Associate Professor of Modern History, Université d’Oxford.

Mme Corinne Leveleux-Teixeira, professeur d’histoire du droit à l’Université d’Orléans.

M. Julien Théry, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon Lumière.

Mme Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Résumé du dossier

Le dossier d’HDR présenté porte sur la juridiction ecclésiastique, principalement épiscopale, à la fin du Moyen Âge. Les travaux réunis mettent en lumière les pratiques judiciaires de l’Église et l’usage que celle-ci fait des censures canoniques, principalement l’excommunication. À la croisée de l’histoire de la justice et de l’histoire religieuse, ils éclairent l’Église comme institution d’encadrement des fidèles et comme structure de pouvoir, dont la spécificité est l’horizon spirituel de ses objectifs, à savoir non seulement la paix du corps social selon l’idéal de la charité chrétienne, mais aussi – surtout ? – le salut de ses membres. Les officialités apparaissent comme des structures privilégiées de l’interaction entre le corps clérical et les fidèles, non seulement de coercition par le biais pénal, mais également de dialogue, beaucoup de procès se terminant sans peine, voire sans sentence mais étant un espace du dialogue entre les parties. Le mémoire inédit met l’accent sur l’articulation des deux volets de la juridiction ecclésiastique, judiciaire et pénitentielle. L’étude des cas réservés met en valeur la construction de la hiérarchie ecclésiale par la définition de degrés dans la potestas absolvendi, la porosité entre les fors, loin d’une scission radicale entre « for interne » et « for externe », catégories inopérantes au Moyen Âge, l’affirmation par l’épiscopat des spécificités de leur ministère, par leurs compétences pénitentielles qui en font des relais de la grâce divine. Usant de formes d’encadrement, voire de coercition, variées, l’Église médiévale ne se pense cependant jamais autrement que comme vectrice de cette grâce.