Archives par mot-clé : Templiers

Séminaire, 6 juin : Journée “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 6 juin 2024, de 10 h. à 17 h. 30.

Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle E13

Programme

10 h. Elfie Guyau, « S’identifier comme chrétien : la noblesse indigène face à la christianisation des sociétés andines de la vice-royauté du Pérou, XVIe-XVIIIe siècles ».

Cette communication analyse l’impact de la christianisation des sociétés andines sur les pouvoirs et la légitimité de la noblesse indigène. En s’appuyant sur une approche diachronique de procédures judiciaires et juridiques réalisées pour le compte de nobles indigènes, nous présenterons l’évolution des arguments et outils qu’ils mobilisaient pour établir une réputation d’élites chrétiennes au sein de la société coloniale. Une fois comparés avec des documents attestant la transformation de leurs pratiques religieuses, on peut établir l’évolution des critères qu’ils valorisaient pour consolider leur réputation mais aussi leurs pouvoirs face aux nouvelles élites coloniales.

11 h. 30. Arnaud Baudoin présentera l’ouvrage qu’il a co-dirigé avec Philippe Josserand, D’Orient en Occident. Les Templiers des origines à la fin du XIIe siècle.

En janvier 1120, à Naplouse, barons et prélats de Terre sainte assemblés autour du roi Baudouin II et du patriarche de Jérusalem donnent corps à la confrérie de chevaliers organisée depuis peu autour d’Hugues de Payns. Réunis à Troyes à l’occasion du neuvième centenaire de ce concile, les auteurs, s’appuyant sur le bilan des trente dernières années de la recherche et sur une relecture des sources, explorent à nouveaux frais le premier siècle d’existence de l’ordre du Temple : l’écriture de la mémoire de ses origines, du XIIe siècle à nos jours, à travers les traditions chronistiques, historiographiques et maçonniques ; les personnalités ayant porté ou accompagné la naissance de l’ordre, le comte de Champagne Hugues de Blois et Hugues de Payns, Bernard de Clairvaux, la royauté hiérosolomytaine, Foulques d’Anjou et les barons de Terre sainte ; la position de l’Église devant l’institutionnalisation de cette nouvelle organisation militaire et religieuse, parfois décrite comme révolutionnaire et débattue du point de vue moral, et la réception du Temple dans toute la chrétienté latine, jusqu’au Portugal ou en Europe centrale, voire par-delà auprès d’autres populations chrétiennes ; enfin, l’étude des traces matérielles de la première phase de la présence templière en Orient, dans la péninsule Ibérique et dans le quart nord-est de la France.

14 h. 30. Nicolas Beaupré, « 1914-1918 : Une nouvelle histoire des temporalités en temps de guerre. »

Qu’est-ce que la guerre fait au temps ? Cette intervention tentera de répondre à cette question que des contemporains de la Grande Guerre se posaient déjà : il s’agit de se demander si la guerre comme événement a pu être à l’origine d’un rapport au temps particulier. Nicolas Beaupré proposera une exploration sensible des « moments » de la guerre susceptible de briser l’écoulement linéaire du temps, des altérations des « temps cycliques » en guerre (temps calendaires, alternance du jour et de la nuit) tout comme des « pathologies » propres au temps de guerre (cafard, circulation des rumeurs et fausses nouvelles…). Pour ce faire, une attention toute particulière sera dédiée aux sources mobilisées pour écrire ce type d’histoire, notamment les égo-documents, les images et les objets.

16 h. Myriam Sarri, « La statuaire grecque dans le Latium : quel est le rôle des commanditaires ? »

Cette intervention permettra de voir les différents échanges et les modalités de transfert de la statuaire grecque (bronze, pierre et terre cuite) vers le Latium. Il est intéressant d’analyser les différents critères de sélection de ces œuvres par les commanditaires. Les pillages, à l’origine des premiers transferts, sont suivis par des achats personnels faits dans le cadre d’un « tourisme culturel », qui se développe dès le IIIe siècle avant notre ère. Ainsi, j’envisage d’étudier plus précisément les critères et préférences des clients en ce qui concerne la forme d’une œuvre, son sujet, ou encore sa datation.

Le séminaire peut-être suivi en distanciel :

https://univ-reims-fr.zoom.us/j/97385302783?pwd=eUJNRWo5ZEdlcmZkRks0ZmIwZFpSQT09

ID de réunion: 973 8530 2783

Code secret: 211417

Présentation des intervenants

Elfie Guyau est docteure en Histoire et Civilisation, diplômée de l’institut Universitaire Européen de Florence (European University Institute) et ATER à l’URCA. Ses travaux se situent au croisement entre histoire sociale du fait religieux, histoire sociale de la justice et histoire culturelle. Depuis septembre 2023, dans le cadre du projet ERC ROTAROM17 porté par la Pr I. Poutrin (URCA), elle analyse la carrière des auditeurs castillans du tribunal de la Rote. Egalement membre de l’équipe du projet ECOS Nord AmericAnimal, elle s’intéresse au rôle de la noblesse indigène de la vice-royauté du Pérou dans la diffusion des animaux d’élevage d’origine européenne et la transformation des systèmes agricoles indigènes.

Arnaud Baudin est docteur de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur adjoint des Archives et du Patrimoine de l’Aube (chef du service Archives) et rédacteur en chef de la Revue française d’héraldique et de sigillographie. Sa thèse, sous la direction de Michel Parisse, Emblématique et pouvoir en Champagne. Les sceaux des comtes de Champagne et de leur entourage (fin XIe-début XIVe siècle), a été publiée en 2012. Ses recherches portent sur l’histoire du comté de Champagne, ainsi que sur la diplomatique et l’emblématique médiévales.

Nicolas Beaupré est professeur en histoire contemporaine à l’ENSSIB (Lyon) et au Centre Gabriel Naudé (EA 7286), membre du comité directeur du centre de recherche de l’Historial. Spécialiste de la Grande Guerre et de ses conséquences en France et Allemagne, notamment publié : Ecrire en guerre, écrire la guerre. France-Allemagne 1914-1920 (CNRS éditions, 2006, rééd. 2013), Les Grandes Guerres 1914-1945 (Belin, 2012) et Le traumatisme de la Grande Guerre. Histoire Franco-allemande 1918-1933 (Presses universitaires du septentrion, 2012) qui a reçu le Prix Parlementaire franco-allemand 2013. Récemment, il a codirigé avec Florian Louis une Histoire mondiale du XXe Siècle parue aux PUF en 2022 et a publié en 2023 également aux PUF, En temps de guerre 1914-1918.

Myriam Sarri, doctorante de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et ATER à l’URCA, prépare une thèse sous la direction de Stéphane Bourdin et Catherine Abadie Reynal intitulée La statuaire grecque dans le Latium : transferts, commerce et emplacements entre le IIIe siècle avant J.-C. et le Ier siècle après J.-C.

Image : Historial de la Grande Guerre (Péronne), photo de Clément Vasters sur Flickr, 2017.

Soutenance de thèse de Thierry Leroy

Thierry Leroy soutiendra publiquement sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Patrick Demouy et portant sur

L’ordre du Temple en Champagne. Implantation et patrimoine.

La soutenance aura lieu le samedi 26 novembre 2016 à 14h30,

Salle des séances, Société académique de l’Aube, 1 rue Chrétien de Troyes, 10000 Troyes.f-hugues-de-payns

Composition du jury :

Patrick Demouy, professeur émérite en histoire du Moyen Âge, Université de Reims Champagne-Ardenne, directeur de thèse.

Mme Nicole Bériou, professeur émérite en histoire du Moyen Âge, Université Lumière-Lyon II, rapportrice.

M. Patrick Corbet, professeur en histoire du Moyen Âge, Université de Lorraine, rapporteur.

M. Arnaud Baudin, Directeur-adjoint des Archives et du Patrimoine de l’Aube.

Mme Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge, Université de Reims Champagne-Ardenne.

M. Damien Carraz, maître de conférences, Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand.

M. Alain Demurger, maître de conférences, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne.