Archives par mot-clé : soutenance

Jean-René Larue

Doctorant de l’Université Reims Champagne-Ardenne (CERHiC) et Université Paris-IV La Sorbonne (IReMus).

Sujet de thèse : « Etude comparative entre le rock progressif français et italien. Influence contextuelle et création musicale. »

Mots-clés : Rock progressif – approche contextuelle – impacts sociétaux.

Communications :

Université Sorbonne Nouvelle, « La place du public dans la production rock progressive à travers l’exemple du Concerto pour groupe et orchestre de Jon Lord », 3-4 décembre 2015, colloque organisé par l’ACEMuP.

Université La Sorbonne – Paris IV, « Étude comparative entre le rock progressif français et italien : influences culturelles et créations musicales. », 17-19 mars 2016, colloque organisé par le Bureau des Jeunes Chercheurs de l’IReMus.

Université de Strasbourg, « L’étude d’un genre musical ou l’impossibilité d’une hégémonie de la partition. L’exemple du rock progressif en France et en Italie », 17 mars 2017, 5e journée des Jeunes Chercheurs du Groupe de Recherche en Analyse Musicale (GREAM).

Université La Sorbonne – Paris IV, « Étude comparative entre le rock progressif français et italien : influences culturelles et créations musicales. », 23-25 mars 2017, colloque international organisé par le Bureau des Jeunes Chercheurs de l’IReMus.

Publication :

LARUE, Jean-René, « Rock progressif italien et convictions politiques: L’exemple du groupe Stormy Six.», Volume !, à paraître.

Distinction :

Lauréat du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM – bfe (International Association for the Study of Popular Music – branche francophone Europe) en 2016, avec un article à paraître dans la revue Volume ! intitulé : « Rock progressif italien et convictions politiques: L’exemple du groupe Stormy Six.».

Soutenance d’habilitation – Véronique Beaulande-Barraud

Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, soutiendra son dossier d’Habilitation à diriger des recherches portant sur Justice(s) d’Église. Excommunication, officialités, pénitence, le samedi 5 décembre, à 14h30, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (salle des thèses, bâtiment B).

Le mémoire inédit présenté dans ce dossier porte sur

Les cas réservés en Occident, XIIIe-XVe siècles.

Juridiction épiscopale, hiérarchie ecclésiale et pénitence.

 

Le jury est composé de :

M. Franck Collard, garant, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Mme Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

M. Martin Ingram, Associate Professor of Modern History, Université d’Oxford.

Mme Corinne Leveleux-Teixeira, professeur d’histoire du droit à l’Université d’Orléans.

M. Julien Théry, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon Lumière.

Mme Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Résumé du dossier

Le dossier d’HDR présenté porte sur la juridiction ecclésiastique, principalement épiscopale, à la fin du Moyen Âge. Les travaux réunis mettent en lumière les pratiques judiciaires de l’Église et l’usage que celle-ci fait des censures canoniques, principalement l’excommunication. À la croisée de l’histoire de la justice et de l’histoire religieuse, ils éclairent l’Église comme institution d’encadrement des fidèles et comme structure de pouvoir, dont la spécificité est l’horizon spirituel de ses objectifs, à savoir non seulement la paix du corps social selon l’idéal de la charité chrétienne, mais aussi – surtout ? – le salut de ses membres. Les officialités apparaissent comme des structures privilégiées de l’interaction entre le corps clérical et les fidèles, non seulement de coercition par le biais pénal, mais également de dialogue, beaucoup de procès se terminant sans peine, voire sans sentence mais étant un espace du dialogue entre les parties. Le mémoire inédit met l’accent sur l’articulation des deux volets de la juridiction ecclésiastique, judiciaire et pénitentielle. L’étude des cas réservés met en valeur la construction de la hiérarchie ecclésiale par la définition de degrés dans la potestas absolvendi, la porosité entre les fors, loin d’une scission radicale entre « for interne » et « for externe », catégories inopérantes au Moyen Âge, l’affirmation par l’épiscopat des spécificités de leur ministère, par leurs compétences pénitentielles qui en font des relais de la grâce divine. Usant de formes d’encadrement, voire de coercition, variées, l’Église médiévale ne se pense cependant jamais autrement que comme vectrice de cette grâce.