Archives par mot-clé : révolte

Séminaire, 28 mars : Mathias Nicolleau

Le CERHiC est heureux de recevoir Mathias Nicolleau, maître de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3, qui présentera ses recherches sous le titre : « L’imaginaire royal des populations du monde hellénistique face à l’empire romain : l’exemple du Pseudo-Philippe en Macédoine ».

En 149 av. J.-C., près de vingt ans après la défaite de Pydna où les phalanges macédoniennes du roi Persée furent écrasées par les légions romaines, les Macédoniens se soulèvent contre le nouvel ordre politique imposé par les vainqueurs. Cette révolte fut conduite par un homme, Andriscos, qui disait être le fils du roi Persée mais que nos sources présentent unanimement comme un imposteur. Pourquoi les Macédoniens ont-ils accepté ses prétentions ? Pour l’expliquer, Mathias Nicolleau étudiera leur imaginaire royal, puis explorera l’importance de la figure royale dans les épisodes de résistance à la domination romaine, de la fin de l’époque hellénistique jusqu’au début de l’époque impériale.

Mathias Nicolleau, maître de conférences en histoire romaine à l’Université Jean Moulin Lyon 3 depuis 2023, a soutenu en 2022 une thèse de doctorat en histoire préparée à l’Université Paris Nanterre sous la direction de Frédéric Hurlet et intitulée : Le pouvoir au miroir du faux. Les impostures politiques dans les mondes hellénistique et romain (IIe s. av. J.-C. – IIIe s. apr. J.-C.). Ce travail, en cours de publication, éclaire les circonstances des apparitions de plusieurs imposteurs qui se firent passer pour des rois, des sénateurs, des empereurs ou leurs descendants ; il s’agit en particulier d’expliquer l’enthousiasme des populations pour ces personnages en réfléchissant à ce que signifiaient pour elles les figures dont l’identité était ainsi usurpée.

Image : Autel de Domitius Ahenobarbus (IIe siècle av. J.-C.), détail (Munich, Glyptothèque). Photo de F. Tronchin sur Flickr, 2007.