Archives par mot-clé : noblesse

Séminaire du CERHIC, 6 février : sociétés grecque et romaine

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Jeudi 6 février 2020, de 12 h. 30 à 14 h. 30

Université de Reims, Campus Croix-Rouge, MSH, salle R 112

Romain Guicharousse : Femme et étrangère, une double exclusion dans l’Athènes classique ?

Romain Guicharousse est professeur agrégé d’histoire et Docteur en histoire grecque. Sa thèse intitulée  » Les étrangers au sein de la communauté athénienne (V e – IIIe s. av. n.è.) » a été soutenue à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2017. Outre des articles liés à ses recherches doctorales, il a écrit avec Ludovic Thély Les Grecs et les autres (VIe-IVe siècle av. J.-C.) (Editions Atlande, 2017) et dirigé avec Paulin Ismard, Mathieu Vallet et Anne-Emmanuelle Veïsse L’identification des personnes dans les mondes grecs (Editions de la Sorbonne, 2019). Il est membre du laboratoire ANHIMA (UMR 8210).

Cyrielle Landrea : La mémoire de la noblesse à la fin de la République romaine.

Cyrielle Landrea est Maîtresse de conférences en Histoire romaine à l’université de Bretagne Sud, professeur agrégée d’Histoire et Docteur en histoire romaine. Elle a soutenu sa thèse sur « Les Valerii Messallae. Histoire, mémoire et pouvoir d’une famille noble (Ier av. – Ier s. ap. J.-C.) « en 2013 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est l’auteur de plusieurs articles sur la noblesse romaine et sur l’histoire politique et culturelle de la République romaine et de l’époque julio-claudienne. Elle est membre du laboratoire HALMA (UMR 8164).

Le luxe aristocratique

Séance du séminaire de l’équipe du 24 mars 2016

Salle R 112, Bâtiment 13 recherche, Campus Croix-Rouge

12h15-14h15

Bertrand Goujon (URCA)/Marjorie Meiss-Even (Lille 3)

bal du duc de Joyeuse

Éminemment distinctives en termes socioculturels, les pratiques somptuaires mises en œuvre par les élites mobilisent les diverses formes de capital telles qu’elles sont définies par Pierre Bourdieu et sont partie prenante de l’affirmation de leur (prétention à la) domination. Dans le cas de l’aristocratie ancienne et titrée, les modes de consommation participent plus particulièrement de logiques de prestige à dimension dynastique ; ils s’inscrivent non seulement dans une économie de la dépense durablement irréductible (sinon contraire) à la rationalité budgétaire, mais aussi dans une perspective de transmission et de reproduction qui s’exerce au profit du lignage. L’étude diachronique de deux cas de grandes familles de la haute noblesse à trois siècles d’intervalle (les Guise au XVIe siècle, les Arenberg au XIXe siècle) permet, d’une part, d’engager une approche comparée et transnationale du rapport aristocratique au luxe et, d’autre part, d’interroger la persistance de modèles et de normes spécifiques à ce milieu social sur la longue durée.

Hedwige de Ligne, duchesse d'Arenberg, à Nordkirchen - cliché Rothe,_1906