Archives par mot-clé : musicologie

Journée d’étude “Musiques des cathédrales, cathédrales en musique” : 2 décembre

Journée d’étude d musicologie, organisée par Stéphan Etcharry

Lieu : Université de Reims Champagne – Ardenne, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi recherche

Le lundi 2 décembre 2019 de 9 h. 15 à 16 h. 30

Depuis leur construction, les cathédrales sont non seulement des lieux de culte mais aussi des lieux de vie, d’éducation et de pratiques musicales. Quelles sont les activités musicales et sociales qui leur sont liées ? Comment les différentes pratiques et rituels liturgiques qui se sont succédés depuis les origines ont-ils conditionné des formes poético-musicales, des ensembles vocaux et instrumentaux, des usages musicaux adaptés, ou encore l’utilisation et le répertoire de certains instruments ? Au-delà de leur fonction religieuse première, on s’interrogera aussi sur les diverses représentations véhiculées par les cathédrales au fil du temps, tour à tour source d’inspiration artistique ou emblème plus « politique », sur l’acoustique liée à leur architecture, et sur les œuvres qui ont ainsi été engendrées.

9 h. 15 : Accueil  
9 h. 40 : Introduction de la journée  
Modérateur : Stéphan Etcharry
9 h. 45 : Thierry Grandemange (URCA, CERHiC)
Guillaume de Machaut et Notre-Dame de Reims  
10 h. 20 : Pierre Méa (organiste titulaire du Grand Orgue de la cathédrale de Reims / CRR de Reims)
Le Grand Orgue de la Cathédrale de Reims : histoire et fonctionnement  
11 h. : Intermède musical assuré par les étudiants du département
de musique et musicologie,
atelier de Nicolas Bouvier et chœur sous la direction d’Hélène Leroy.    
11 h. 30 : Patrick Demouy (URCA, CERHiC)
Les maîtrises des cathédrales au Moyen Âge  
12 h. 15 : Déjeuner  
Modérateur : Patrick Demouy
14 h. : Bertrand Porot (URCA, CERHiC)
Les maîtrises parisiennes aux XVIIe et XVIIIe siècles,
thèse inédite de Phlippe Lescat  
14 h. 35 : Florence Doé de Maindreville (URCA, CERHiC)
Mises en scène musicales des cathédrales pendant la Première Guerre
mondiale  
15 h. 15 : Intermède musical assuré par les étudiants du département
de musique et musicologie
atelier de Nicolas Bouvier et chœur sous la direction d’Hélène Leroy    
15 h. 45 : Pierre Rigaudière (URCA, CERHiC)
Le Encantadas d’Olga Neuwirth, ou comment encapsuler un lieu
dans une œuvre musicale  
16 h. 30 : Conclusion de la journée  

Publication : Du concert à l’écran

Le Cerhic est heureux d’annoncer la publication du livre dirigé par Stephan Etcharry et Jérôme Rossi, Du concert à l’écran. La musique classique au cinéma (Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “PUR Cinéma”, 2019, 464 p. ISBN : 978-2-7535-7739-8).

En s’associant à un film, toute musique prééxistante apporte non seulement son atmosphère sonore particulière, mais aussi un réseau de significations liées à son histoire. En se concentrant sur la musique classique, cet ouvrage s’empare de morceaux riches d’une tradition interprétative et d’une réception qui ont parfois plusieurs siècles. Outre une charge sémantique nouvelle, le passage d’un média à un autre induit une perte d’autonomie, de profonds changements dans les contextes d’exécution et et les conditions d’écoute, le passage d’une temporalité de la moyenne ou de la longue durée – permettant le développement de la forme musicale – à des formats souvent très réduits qui trahissent d’inévitables coupures.

Stéphan Etcharry (CERHiC) et Jérôme Rossi CAPHI) sont maîtres de conférences en musicologie. Cet ouvrage a été publié avec le soutien du Centre atlantique de philosophie (CAPHI, EA 7463) de l’université de Nantes, et du Centre de recherche en histoire culturelle (CERHiC, EA 2616) de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Stephan Etcharry et Jérôme Rossi, Du concert à l’écran. La musique classique au cinéma (Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “PUR Cinéma”, 2019, 464 p. ISBN : 978-2-7535-7739-8

Du Concert a lecran Table_matieres

Colloque “Les spectacles forains”, 19-20 mars

Colloque international

Les spectacles forains en Europe, identités et circulation des pratiques : musique, théâtre, danse, acrobaties et marionnettes, 1660-1830.

Date et lieux : mardi 20 mars 2019 à l’Université de Reims, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13 ; mercredi 20 mars à Charleville-Mézières, théâtre de l’Ecole nationale supérieure des Arts de la marionnette.

Ce colloque international, organisé dans le cadre du programme CIRESFI (ANR 14-CE31-0017), envisage les spectacles forains d’Ancien Régime dans leur globalité et dans un contexte historique et géographique élargi. Il a pour objectif de s’interroger sur plusieurs aspects : peut-on dresser une typologie de ces spectacles ? Peut-on y discerner des spécificités, des particularités ou des invariants ? Dans le même esprit, le colloque étudie aussi bien les spectacles parisiens que ceux de province, en incluant les pérégrinations des forains eux-mêmes, et en débordant du strict cadre institutionnel des foires. Il s’attache également aux manifestations spectaculaires au sens large en ne se limitant pas au théâtre d’acteurs : marionnettistes, acrobates, sauteurs et danseurs de corde, dont il cerne les particularités.

Les spectacles forains présentent, en général, un mélange de numéros variés, allant des tours de passe-passe aux comédies de l’opéra-comique, des montreurs d’animaux aux théâtre de marionnettes, des « curiosités » et lanternes magiques aux spectaculaires acrobaties et danses de cordes, sans oublier les démonstrations des charlatans ou « opérateurs ». Ces numéros n’hésitent pas à mêler divers types d’intervenants, proposant des spectacles mixtes où se côtoient marionnettistes, acrobates, comédiens et danseurs.

La vie foraine s’organise en saisons, ce qui entraîne la circulation des artistes et des troupes dans le pays, un sujet qu’il s’agit de mieux éclairer. En effet, de nombreux documents d’archives, des témoignages, voire des comédies rapportent leurs pérégrinations ainsi que leurs démarches pour s’installer dans les villes et les foires, Des contacts s’établissent aussi avec d’autres pays européens : ces apports étrangers enrichissent les spectacles, comme le montre l’influence des comédiens italiens ou celle des pantomimes anglais attirés par les foires françaises.

Enfin, une attention toute particulière est portée à l’analyse contextualisée des lexiques employés pour désigner les spectacles et curiosités, les différents acteurs ou matériels mobilisés, en relation avec le programme « Terminologie multi- lingue des arts du cirque et des arts de la marionnette » de la chaire ICiMa.

Le colloque se propose donc de faire avancer la recherche sur le sujet par l’analyse et/ou la découverte de documents neufs issus des archives, de l’iconographie, des textes littéraires, historiques ou encore musicaux. De tels témoignages sont sûre- ment capables de renseigner à la fois sur le succès des jeux forains mais aussi sur leur nature, leur dramaturgie et leur richesse artistique.

Organisé par le projet ANR CIRESFI et la chaire ICiMa, co-portée par le Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne et l’Institut International de la Marionnette de Charleville- Mézières.

Ce colloque est organisé avec le soutien de l’ANR, du CERHIC (Université de Reims), du CETHEFI (Université de Nantes) et de l’IReMus (CNRS, Paris).

Télécharger le programme et l’affiche du colloque :

Organisation scientifique : Bertrand Porot Professeur de musicologie à l’université de Reims Champagne-Ardenne, membre du CERHiC.

Coordination, renseignements et contact :Marie-Hélène Morell : mh.morell@univ-reims.fr

Accès Reims : de Paris : TGV gare de l’Est, gare de Paris-Reims centre ou gare de Paris-Champagne Ardenne. Tram, lignes A et B, arrêt Croix-Rouge. En voiture : suivre direction « Campus Croix Rouge ».

Accès Charleville, depuis Paris : TGV Paris-gare de l’Est, gare de Charleville-Mézières.

Crédits photographiques : Foire parisienne, miniature de Louis-Nicolas et Henri-Joseph van Blarenberghe, v. 1778-1779, New York, Metropolitan Museum.

 

Journée d’étude “Musique et cirque”, 3 décembre

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi Recherche, de 9h15 à 17h.

9h15. Accueil

9h40. Introduction

Matinée (modératrice : Florence Doé de Maindreville)

9h45. François Morel (artiste circassien, Paris) : Musique en piste : « Ce n’est pas le cheval qui suit la musique, c’est la musique qui suit le cheval ». Un rapide historique de la musique au cirque et la fonction particulière du musicien accompagnateur dans les différentes formes circassiennes des années 1950 à nos jours

10h20. Stéphan Etcharry (URCA, CERHiC)  : Lorsque la musique savante fait son cirque : de Parade (1917) de Satie aux Forains (1945) de Sauguet

11h00 : Intermède musical et pause

11h45. Bertrand Porot (URCA, CERHiC) :  À l’origine du cirque : acrobates et danseurs de corde au XVIIIe siècle

12h15. DéjeunerAprès-mdi (modérateur : Bertrand Porot)

14h00. Nathalie Coutelet (Université Paris 8, EA 1573 « Scènes du monde, création, savoirs critiques ») :  Le cirque et la modernité esthétique : la révélation du cake-walk par le Nouveau-Cirque (1902)

14h35. Jean-René Larue (URCA, CERHiC) : Rock’n’Circus : quand le rock rencontra les arts du spectacle ou une autre histoire de Mai 6815h15. Intermède musical et pause

16h00.  Cyril Thomas (CNAC, Châlons-en-Champagne) :  Regards sur le cirque contemporain : une autre musique

16h45. Conclusion de la journée

Organisation scientifique : Stéphan Etcharry

Télécharger le programme : 

Séminaire du CERHiC, 20 fév. 2018 : Bertrand Porot

Séminaire d’équipe 2017-2018
Normes et pouvoirs

Mardi 20 février 2018

Salle polyvalente, Bâtiment Recherche (UFR des Lettres et Sciences Humaines), de 12 h 30 à 14 h 00.

Bertrand POROT

Professeur de Musicologie à l’URCA, membre du CERHiC

L’opéra-comique des foires parisiennes

Au XVIIIe siècle, en marge des institutions royales, les théâtres de la Foire à Paris attirent un public varié et aux classes sociales mêlées. Leurs spectacles ont lieu pendant les grands rassemblements commerciaux que sont la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été. Dans ces deux grandes foires apparaît, à la toute fin du XVIIe siècle, le genre de l’opéra-comique. Son succès est tel qu’il se heurte rapidement aux privilèges des scènes officielles : la Comédie-Française et l’Opéra. Dès lors, l’opéra-comique élabore une dramaturgie pleine de fantaisie et d’invention, qui vise à détourner les interdictions dont il est l’objet.

Jusqu’à présent, l’opéra-comique du début du XVIIIe siècle a été peu étudié, en raison de ses origines foraines, jugées peu prestigieuses, et de ses sources éparpillées et fragmentaires. La recherche actuelle, grâce à de nouveaux programmes, lui redonne désormais tout son rôle et son importance, autant pour l’aspect théâtral que pour l’aspect musical, qui nous occupera plus particulièrement dans cette conférence.

Jean-René Larue

Doctorant de l’Université Reims Champagne-Ardenne (CERHiC) et Université Paris-IV La Sorbonne (IReMus).

Sujet de thèse : « Etude comparative entre le rock progressif français et italien. Influence contextuelle et création musicale. »

Mots-clés : Rock progressif – approche contextuelle – impacts sociétaux.

Communications :

Université Sorbonne Nouvelle, « La place du public dans la production rock progressive à travers l’exemple du Concerto pour groupe et orchestre de Jon Lord », 3-4 décembre 2015, colloque organisé par l’ACEMuP.

Université La Sorbonne – Paris IV, « Étude comparative entre le rock progressif français et italien : influences culturelles et créations musicales. », 17-19 mars 2016, colloque organisé par le Bureau des Jeunes Chercheurs de l’IReMus.

Université de Strasbourg, « L’étude d’un genre musical ou l’impossibilité d’une hégémonie de la partition. L’exemple du rock progressif en France et en Italie », 17 mars 2017, 5e journée des Jeunes Chercheurs du Groupe de Recherche en Analyse Musicale (GREAM).

Université La Sorbonne – Paris IV, « Étude comparative entre le rock progressif français et italien : influences culturelles et créations musicales. », 23-25 mars 2017, colloque international organisé par le Bureau des Jeunes Chercheurs de l’IReMus.

Publication :

LARUE, Jean-René, « Rock progressif italien et convictions politiques: L’exemple du groupe Stormy Six.», Volume !, à paraître.

Distinction :

Lauréat du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM – bfe (International Association for the Study of Popular Music – branche francophone Europe) en 2016, avec un article à paraître dans la revue Volume ! intitulé : « Rock progressif italien et convictions politiques: L’exemple du groupe Stormy Six.».

Les cafés histoire de Reims, saison 1

Le 11 mai dernier se tenait le dernier « café histoire » de Reims pour l’année universitaire 2016-2017.

Au moment de préparer la 2e saison, le CERHiC tient à remercier :

    • Le co-organisateur, l’APHG-Champagne-Ardenne
    • La ville de Reims, qui a apporté son soutien financier à ce cycle de conférences
    • Le GRAC (Groupe Rémois des Amis de Clio) pour le soutien logistique
    • La brasserie Saint-Maurice qui nous a accueillis pour 7 soirées dans un cadre convivial avec ses avantages et ses (quelques) inconvénients (nous ne dirons pas merci au groupe à qui nous demandions de parler un peu moins fort jeudi dernier et qui nous a répondu « on n’est pas à l’église ! »…)
    • Le public, étudiant.e.s et non-étudiant.e.s, pour son attention et ses questions pertinentes aux conférencier.e.s

Et surtout les intervenant.e.s, qui ont donné gracieusement de leur temps et de leur savoir.

Nous avons eu le plaisir d’entendre :

Dominique Borne, au Cellier, pour une conférence inaugurale engagée ;

Nadia Vargaftig, qui nous a fait découvrir le monde des expositions coloniales portugaises et italiennes ;

 

François-Xavier Fauvelle, qui nous a menés jusqu’au cœur de l’Afrique médiévale ;

Bertrand Porot, qui a fait revivre les musiciennes de l’époque moderne ;

Annie et Maurice Sartre, qui nous ont guidés dans Palmyre antique et dans ses ruines contemporaines ;

 

 

 

Hendrik Ziegler, dans une galerie de portraits de Champenois artistes de cour ;

Romain Bertrand, qui nous a conduits aux Philippines au XVIe siècle.

Nous avons donc parlé d’histoire de France, d’histoire mondiale, d’histoire connectée, d’histoire culturelle, d’histoire de la musique, d’histoire de l’art…

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne sont fiers de cette première saison et espèrent vous retrouver nombreux pour la deuxième, dont le programme sera connu dans le courant de l’été.

Jean-René Larue, doctorant du CERHiC, lauréat d’un Prix Jeune Chercheur

Nous avons le plaisir d’annoncer que Jean-René Larue, doctorant du CERHiC en musicologie sous la direction de Bertrand Porot, est le lauréat 2016 du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM-bfe (International Association for Study of Popular Music – branche francophone Europe).

La remise du prix aura lieu le vendredi 25 novembre à 14 heures à la Philharmonie de Paris dans le cadre du colloque international sur les 40 ans du Punk.