Archives par mot-clé : musicologie

Jean-René Larue, doctorant du CERHiC, lauréat d’un Prix Jeune Chercheur

Nous avons le plaisir d’annoncer que Jean-René Larue, doctorant du CERHiC en musicologie sous la direction de Bertrand Porot, est le lauréat 2016 du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM-bfe (International Association for Study of Popular Music – branche francophone Europe).

La remise du prix aura lieu le vendredi 25 novembre à 14 heures à la Philharmonie de Paris dans le cadre du colloque international sur les 40 ans du Punk.

Journée d’études « Quand la musique fait son cinéma… », 05/12

Le département de musique et de musicologie de l’URCA, organise, avec le soutien du CERHiC, une journée d’études intitulée

« Quand la musique fait son cinéma… »

Le lundi 5 décembre 2016, de 9h30 à 17h

Amphi Recherche (Campus Croix-Rouge, bâtiment Recherche, face au bât. 17)

La journée d’études organisée par le département de musique et musicologie de l’université de Reims Champagne-Ardenne souhaite se concentrer cette année sur les musiques qui ne sont pas des musiques de films à proprement parler mais qui sont empruntées et réutilisées au cinéma, quel que soit d’ailleurs le répertoire auquel elles appartiennent originellement (musiques savantes anciennes ou contemporaines, jazz, rock, musiques populaires, urbaines, extra-européennes, etc.). Si le champ des études portant sur les musiques de films a tendance à s’élargir depuis une quinzaine d’années, se focalisant entre autres sur les « binômes » compositeur-réalisateur, il s’avère néanmoins que les rapports unissant images et musiques « préexistantes » restent peu explorés par les travaux universitaires qui ont généralement délaissé ce champ d’investigation –qu’il soit envisagé du côté des études filmiques ou de celui de la musicologie. Or, pourrait-on imaginer, par exemple, de visionner Mort à Venise de Visconti sans entendre le lancinant « Adagietto » de la 5e Symphonie de Mahler en toile de fond, Manhattan de Woody Allen sans le trille suivi de l’envolée de la clarinette ouvrant la Rhapsody in Blue de Gershwin, ou encore Barry Lyndon de Stanley Kubrick sans les puissants retours de la Sarabande de Haendel, tant ces œuvres cinématographiques sont devenues inséparables de ces musiques qui, loin d’être reléguées au second plan, font désormais partie intégrante de l’objet artistique produit ?

Ainsi, on tentera de mieux cerner le statut et la fonction de ces musiques « préexistantes » : création d’atmosphères, toile de fond ou décor sonore, évocation historique ou d’une aire géographique particulière, mise en évidence d’un caractère épique, marquage sociologique ou culturel, fonction dramaturgique assumée permettant de souligner, en la contrepointant, l’action filmique proprement dite. Plaçant parfois la musique à l’origine de leur inspiration cinématographique, certains réalisateurs conçoivent même leur film ou dessin animé comme une véritable « mise en image » de la trame narrative implicitement ou explicitement suggérée par cette musique empruntée : il suffit de penser par exemple à l’épisode célèbre de Fantasia où Disney vient en quelque sorte « donner à voir » (Éluard) le contenu narratif implicite du poème symphonique L’ Apprenti sorcier du compositeur Paul Dukas. On s’interrogera notamment sur les choix musicaux qui ont Été faits par le réalisateur, le directeur musical et/ou le compositeur de la musique originale – en concertation ou non –, sur la façon dont s’articulent et s’organisent les extraits retenus, sur les éventuels arrangements, instrumentations et réorchestrations proposés pour adapter l’emprunt original à certaines spécificités esthétiques ou historiques du film mais aussi à des contraintes économiques, sur le rapport de ces musiques à l’image, sur les liens qu’elles tissent avec le scénario, sur le dialogue qu’elles instaurent avec les autres sons et les bruits, avec d’autres musiques empruntées (évoquant des esthétiques et des temporalités proches ou, au contraire, radicalement différentes) ou avec celles originellement composées pour l’image au sein d’un même objet filmique.

Programme de la journée :

9h30 Accueil

9h45 Introduction

10h-10h30
• Florian GUILLOUX (Université Paris-Sorbonne, IReMus) : « Once upon a music adapter : un aperçu du travail de George Bruns dans Sleeping Beauty (1959) des studios Disney »

10h30-11h00
• Stéphan ETCHARRY (URCA) : « Britten et le monde de l’enfance au prisme de Moonrise Kingdom (2012) de Wes Anderson »

11h00-11h30 Échanges/Discussion et pause musicale

11h30-12h00
• Thierry GRANDEMANGE (URCA) : « Jeanne d’Arc et la vraisemblance musicale au cinéma : Jeanne la pucelle de Jacques Rivette (1993) et Jeanne captive de Philippe Ramos (2011) »

Déjeuner

14h00-14h30
• Bertrand POROT (URCA) : « Tous les matins du monde : la leçon de musique baroque d’Alain Corneau (1991) »

14h30-15h Échanges/Discussion et pause

15h-15h30
• Jérôme ROSSI (Université de Nantes) : « Poétique de la musique répétitive au cinéma : le recours aux œuvres de John Adams dans Io sono l’Amore (2009) de Luca Guadagnino »

15h30-16h
• Pierre RIGAUDIERE (URCA) : « Stanley Kubrick et György Ligeti : une gueule d’Atmosphères »

16h-16h30 Échanges/Discussion et conclusion de la journée

Contact : stephan.etcharry@univ-reims.fr

 

B. Porot – Journée d’études musicologie

Jacquet de La Guerre

Journée d’études « Elles, compositrices »

Université de Reims

En hommage à Élisabeth-Claude Jacquet de La Guerre

(350e anniversaire de sa naissance : 1665-1729)

Département musique et musicologie-CERHIC

Coordination : Bertrand Porot

Programme à télécharger :

Affiche JE 30 nov

 

            Camille Saint-Saëns écrivait, en 1881, à propos des mélodies de Clémence de Grandval : « Elles seraient certainement célèbres si leur auteur n’avait le tort, irrémédiable auprès de bien des gens, d’être femme ». Il résume, certes de manière lapidaire, la situation qui est faite aux compositrices à bien des époques de l’histoire de la musique. Il est certain que les grandes difficultés d’accès pour les femmes à certains métiers musicaux, en particulier ceux qui touchent à la création, ont été et sont toujours représentatives de rapports de pouvoir largement fondés sur l’inégalité des sexes. La journée proposée veut donc s’attacher à éclairer le statut, le rôle musical et social des compositrices. Elle n’a pas forcément pour objectif de se centrer sur une déconstruction, bien qu’elle soit encore utile, des discours de genre réduisant les compositrices à des parentes pauvres de l’histoire de la musique, sorte d’éternelles amatrices indignes de figurer aux côtés des véritables artistes hommes, formant le mainstream de l’histoire de la musique. Le cas d’Élisabeth Jacquet de La Guerre, à qui nous rendons hommage cette année pour les 350 ans de sa naissance, montre au contraire un cas de réussite artistique sous l’Ancien Régime.

            Toutefois, il est à souligner que si les compositrices peinent à s’imposer, c’est qu’elle sont victimes d’un autre processus, celui des « silences de l’histoire » selon les termes de Michelle Perrot : s’il est maintenant accordé aux femmes l’aptitude à composer plutôt que de s’occuper à composer, leur talent et même leur rôle pionnier n’ont pas été vraiment retenus par l’histoire de la musique. Si l’on cite ainsi volontiers Germaine Tailleferre dans le Groupe des Six, très peu d’ouvrages font place véritablement à sa musique. Cette fabrique de l’oubli, qui construit maints discours, oriente même les travaux académiques et l’enseignement contemporain, a pour résultat d’effacer un continent de créatrices qui peine à émerger encore : si les compositrices ont existé et réussi, l’historiographie dominante n’en fait guère état.

            Enfin, cette journée aura pour but de se garder du regard naïf de l’exemplarité singulière : certes de nos jours des compositrices s’imposent et chacun peut citer un ou plusieurs cas de femmes artistes semblant avoir trouvé une place dans les institutions musicales ou auprès du public. La démarche contemporaine ne leur dénie plus l’incapacité ontologique à la création. Toutefois, un regard n’est pas une réalité : citons par exemple les chiffres donnés par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Pour la saison 2015-2016 des principales institutions ou festivals, les œuvres des compositrices ne représentent que 1% des programmes, 4% dans les programmes d’orchestre (seulement 1% de compositrices contemporaines), 1% pour l’opéra…

            L’inégalité constatée autrefois, en empruntant d’autres voies, se maintient donc encore de nos jours : ce sont tous ces discours sur les femmes, aux contenus et aux formes changeantes, que nous nous proposons d’analyser et de déconstruire.

            La journée laisse place également à la musique, celle des compositrices : souhaitons pour l’avenir qu’il ne soit plus nécessaire de leur consacrer des journées spécifiques pour que leur musique soit (enfin) jouée et entendue.

 

Programme

 

Lundi 30 novembre 2015

10h-18h

Université de Reims : Campus Croix-Rouge, BM 9/7

 

9h30

Accueil

9h45

– Bertrand Porot (Université de Reims) : introduction

10h-11h00

– Jean-Marc Chouvel (Université de Reims) et Pascale Criton, compositrice

Débat

11h30-12h00

– Hyacinthe Ravet (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices, état des lieux au XXIe siècle

Débat

12h15-13h

– Concert du chœur du département musique : œuvres de compositrices, présentation et direction Hélène Le Roy (Université de Reims)

 

Déjeuner

 

14h30-15h

– Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices d’opéra à l’époque baroque : Italie, France, Allemagne

15h-15h30

– Florence Doé de Maindreville (Université de Reims) : Marie Jaëll compositrice

15h30-16h00

– Imyra Santana (Université Paris-Sorbonne) : Chiquinha Gonzaga et la création de l’identité musicale brésilienne

Débat

16h30

– Pause

16h30

– Concert : Femmes compositrices, femmes virtuoses, paroles de femmes au XVIIe siècle, par l’ensemble Faenza, avec : Olga Pitarch, chant, Marco Horvat, chant et théorbe. Musiques de Barbara Strozzi, Francesca Caccini, Giovanni Felice Sances

17h30

– Pot champenois

B. Porot – Rameau après Rameau

Journée d’études « Rameau après Rameau »

Master musique et musicologie

 

Université de Reims

Département de musique et musicologie

Direction : Bertrand Porot (Université de Reims-CERHiC)

Lundi 8 décembre 2014

 

Salle : BM 09 salle 1

 

I- Construction du personnage Rameau et de sa renommée

-10h : Jean-Claire Vançon (CFMI d’Orsay, Université Paris Sud-XI) : « Les usages de Rameau en France au XIXe siècle »

-10h45 : Stéphan Etcharry (Université de Reims-CERHIC) : « Présences de Rameau à la Schola Cantorum (1894-1918) »

-11h15 : Thomas Vernet (Fondation Royaumont) : « “Le premier compositeur français qui mérita le nom de maître” : Rameau au regard de Berlioz »

Discussion

 

Déjeuner

 

II- Rameau théoricien et sa postérité

-14h : Véronique Le Ru (Université de Reims-CIRLEP) : « Les relations de d’Alembert à Rameau : la fabrique d’une image de Rameau en représentant de l’esprit de système »

-14h30 : Jean-Marc Chouvel (Université de Reims-IReMus) : « Postérité de la notion de basse fondamentale »

Discussion

 

Pause

 

III- Interprétation et analyse des œuvres de Rameau

-15h30 : Guillaume Jablonka (Université Paris-III, Compagnie Divertimenty) : « Les sources pour la restitution de la danse dans les opéras de Rameau »

-16h00 : Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne-IReMus) : « Analyser Rameau aujourd’hui : l’exemple des ateliers Rameau en 2014 »

Discussion

 

Conclusion

 

Inscription auprès de Geneviève Frey :

genevieve.frey@univ-reims.fr

Argumentaire de la journée

 

Dès l’année de sa mort en 1764, Jean-Philippe Rameau a fait l’objet d’une littérature importante qui concerne sa personne, ses écrits ou sa musique. Le compositeur a donc eu très tôt les honneurs de l’histoire de la musique, et sa pensée a irrigué et influencé un grand nombre de travaux théoriques ou musicologiques. De même, sa musique a eu, avec plus ou moins de fortune, une interprétation quasi continue depuis le XVIIIe siècle.

La journée proposée a donc pour but d’examiner la réception de l’œuvre du compositeur après sa mort – musique et théorie. Elle examinera en particulier de quelle manière s’est construit un personnage illustre de l’histoire de la musique française, sorte de « gloire » nationale. De même pourront être envisagés les différents avatars de sa pensée théorique aussi bien sur le plan esthétique, musical que pédagogique. Enfin l’interprétation même de sa musique et sa réception depuis le XVIIIe siècle, feront également partie des réflexions à mener dans la journée.