Archives par mot-clé : Medias

Publication : Rire sans foi ni loi

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication de l’ouvrage suivant, issu du colloque international « Rire et religion » tenu en février 2015.

Frédéric GUGELOT, Paul ZAWADZKI (dir.), Rire sans foi ni loi? Rire des dieux, rire avec les dieux, Paris, Hermann, coll. « Questions sensibles », 2021, 304 p. (ISBN : 979-1037006639).

Au moment où l’Association française de sciences sociales des religions avait décidé de susciter une réflexion collective sur le rire et le religieux en février 2015, personne ne se doutait que ses travaux porteraient l’ombre tragique des attentats du 7-9 janvier. C’est qu’une part non négligeable du questionnement sur le rire hantait déjà les conflits charriés par l’actualité, qu’il s’agisse des « caricatures de Mahomet » ou des spectacles dits humoristiques mais vecteurs de haine. Plus profondément, le rire convoque la pensée de longue date et la plupart des classiques ont tenté d’en élucider les ressorts.

Table des matières

1. Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem

  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen,  Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».
  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».    

2. Ironies, parodies, caricatures, blasphèmes

  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».
  • Frédéric Gugelot (Univ. Reims), « Prêtres à rire ».

3. Rires et rites

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS)  « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe-XVIIe siècles) ».
  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».

4. Le rire de libération, le rire de domination

  • Armand Abécassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme  libération du tragique ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».
  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paul Zawadzki, « Rire sans entraves ? Réflexions sur le rire cruel ».

Image : H. Ulrich, La Religion, le clergé, la vie décadente des moines. Gravure, 1609. (Interphoto/Alamy banque d’images).

Séminaire du CERHiC, 6 mars : spécial CAPES

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Vendredi 6 mars 2020, de 9 h. 15 à 16 h. 30

Université de Reims, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13 (MSH), salle polyvalente

Journée d’études – préparation au concours du CAPES d’Histoire et géographie

Histoire médiévale  – « Ecrits, pouvoir et société en Occident du début du XIIe siècle à la fin du XIVe (Angleterre, France , péninsule Italienne, péninsule Ibérique) ».

  • Paul Bertrand : Révolutions de l’écrit, XIIe – XVe siècles, Europe occidentale.
  • Amélie de Las Heras : Hérésie et littéracie dans le Leon des années 1230.

Histoire contemporaine  – « Culture, médias, pouvoirs aux Etats-Unis et en Europe Occidentale (1945-1991) ».

  • Caroline Moine : Cultures et politiques culturelles dans la République fédérale allemande.
  • Marjolaine Boutet : Les séries de télévision américaines depuis 1945.

Histoire moderne  – « Etat, pouvoirs et contestations dans les monarchies française et britannique et dans leurs colonies américaines (v. 1640-v. 1780) ».

  • Xavier Le Person : Être ministre dans la monarchie française (vers 1640-vers 1789).
  • Stéphane Haffemayer : La presse dans les contestations politiques du XVIIIe siècle. France, Angleterre et Amérique. Étude comparée.

Présentation des intervenants :

Paul Bertrand est Professeur d’histoire médiévale à l’université catholique de Louvain. Parmi de nombreuses publications consacrées à l’histoire du livre et de l’écriture au Moyen Âge, il est l’auteur de Les écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (1250-1350) (2015).

Marjolaine Boutet, agrégée d’histoire, est Maitresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie Jules Verne. Ses recherches portent sur la culture télévisuelle et cinématographique de la seconde moitié du XXe siècle et du XXIe. Elle a publié notamment Un village français : une histoire de l’Occupation (2017).

Stéphane Haffemayer est Professeur d’histoire moderne à l’université de Rouen. Il consacre ses recherches aux médias et aux réseaux d’information dans l’Europe du XVIIe siècle. Il a publié en 2018 Les Lumières radicales de la Révolution anglaise. Samuel Hartlib et les réseaux de l’Intelligence (1600-1660).

Amélie de Las Heras, Docteure en Histoire et civilisations (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013) et professeur agrégé d’histoire, enseigne en lycée. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire culturelle des XIe-XIIIe siècles dans la péninsule Ibérique.

Xavier Le Person, agrégé d’histoire, est Maître de conférences en histoire moderne à Sorbonne Université. Ses recherches concernent l’histoire politique des XVIe et XVIIe siècle, en particulier la société de cour et les comportements politiques. Il a notamment co-dirigé avec Stanis Perez Maladies diplomatiques. Souverains et puissants face à la maladie de l’Antiquité à nos jours (2018).

Caroline Moine, agrégée d’histoire, est depuis 2006 Maîtresse de conférences à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle a publié en 2014 Cinéma et guerre froide : histoire du festival de fils documentaires de Leipzig (1955-1990).

Crédit photographique : Michail Mashinin (Kaliningrad, Russie) sur Flick, 2012.