Archives par mot-clé : livres

ROTAROM17. AAC Contrat Post-doctoral

Le projet ERC ROTAROM17 (n° 101096639) propose un contrat post-doctoral de deux ans (2024-2027) pour une recherche sur la diffusion et la circulation des décisions imprimées de la Rote romaine en Europe (milieu XVIe-milieu XVIIIe siècle).

Contexte :

Ce contrat post-doctoral s’insère dans la mise en œuvre du projet ROTAROM17. Delivering justice on a transnational scale in Europe. The Roman Rota and the enforcement of a legal culture of negotiation (c. 1560-1700) / Rendre la justice en Europe à l’échelle transnationale/ La Rote romaine et la promotion d’une culture juridique de la négociation (ERC Grant n° 101096639), qui a commencé en septembre 2023 et va se poursuivre jusqu’en août 2028. Ce projet est accueilli par l’Université de Reims Champagne-Ardenne avec pour partenaire l’École française de Rome.

ROTAROM17 envisage la Rote romaine, grand tribunal civil de la papauté, comme l’un des outils essentiels de la gouvernance transnationale de l’Église catholique en Europe, du milieu du XVIe à la fin du XVIIe siècle. Il s’agit d’étudier cette institution encore mal connue pour cette période, et de voir comment la jurisprudence de la Rote a contribué à la constitution d’une culture juridique fondée sur la négociation. La Rote romaine, dont les douze juges ou auditeurs agissaient par délégation pontificale, jugeait en appel des causes civiles provenant des diocèses du monde catholique (en fait : d’États catholiques européens) ; elle jugeait aussi les causes civiles des tribunaux séculiers et ecclésiastiques de l’État pontifical. ROTAROM17 est centré sur la dimension transnationale de la Rote et sur sa période de plus fort rayonnement international, des lendemains du concile de Trente à la fin du XVIIe siècle. Conjuguant histoire et histoire du droit, avec une pluralité d’approches (histoire diplomatique, sociale, culturelle, histoire du livre), le projet explore la projection de la Rote sur des terrains précis, en procédant par études de cas. Il met l’accent sur la recherche fondamentale, en reliant les fonds d’archives de la Rote avec un grand nombre de fonds d’archives et de bibliothèques en Europe où la documentation se trouve dispersée.

Parmi les différentes problématiques envisagées (prosopographie des auditeurs, analyse d’affaires traitées par la Rote, impact des décisions prises par ce tribunal), la question de la circulation des décisions de la Rote constitue une porte d’entrée importante dans le questionnement d’ensemble du projet. Comment les décisions sont-elles rendues publiques, en dehors des acteurs d’une affaire instruite par la Rote ? Comment et pourquoi constituer des corpus stabilisés de décisions ? Comment sont-ils diffusés ? Quelle est leur réception ? Ces problématiques interrogent en même temps l’histoire du droit canon et de sa normalisation à l’époque moderne, et ses rapports avec le commerce du livre (imprimeurs, libraires, communautés ecclésiastiques ou civiles concernées par le droit et la jurisprudence canonique).

Dans le cadre de ce contrat, le/la post-doctorant(e) pourra contribuer significativement à l’exploration de la production imprimée des décisions de la Rote, et à la compréhension de ses enjeux et de ses acteurs.

Missions

Après une phase de mise en place d’une méthodologie et du périmètre de recherche envisagé durant ce contrat, la personne recrutée sera amenée à recueillir, analyser et normaliser des données archivistiques, à participer aux travaux de pilotage du projet, et enfin à valoriser ses recherches par les canaux propres au projet ou par d’autres moyens. Elle sera encadrée par Fabienne Henryot, Maîtresse de conférences HDR en histoire du livre et des bibliothèques (ENSSIB) en coordination avec Isabelle Poutrin, responsable scientifique du projet ROTAROM17.

Archives

  • Archives d’imprimeurs-libraires en France et en Italie
  • Catalogues de bibliothèques ecclésiastiques ou privées (XVIe-milieu XVIIIe siècle) – France, Italie, Espagne, Allemagne ou Autriche
  • Bibliographie matérielle à partir d’un corpus de recueils de décisions de la Rote romaine
  • Propositions et analyses d’études de cas
  • Contribution à l’ouvrage de synthèse en chantier sur la Rote romaine

Animation de la recherche

  • Participation aux réunions du projet
  • Contributions au carnet https://rotarom.hypotheses.org
  • Co-organisation de séances du séminaire Rotarom et/ou d’un événement scientifique
  • Association à la direction d’un ou plusieurs mémoires de master 1 et 2 à l’Enssib (Lyon)

Profil recherché

Le candidat H/F est titulaire d’un doctorat en histoire ou en histoire du droit (pour d’autres spécialités, nous contacter avant candidature) – ou bien sa thèse dans l’une de ces disciplines sera soutenue avant le 15 septembre 2024. Il est familier des problématiques et des outils de l’histoire du livre et des bibliothèques (bibliographie matérielle, travail sur catalogues anciens, exploitation des ressources catalographiques internationales actuelles). Il maîtrise le latin et a un bon niveau d’anglais pour les besoins de la communication du projet. La pratique de l’italien sera un plus.

Conditions de travail :

  • Rémunération : selon la grille de rémunération de l’établissement et l’expérience du ou de la candidat.e.
  • Date de prise de poste : 1er octobre 2024
  • Durée du contrat : un an renouvelable une fois
  • Type de contrat : CDD en qualité de chercheur post-doctorant
  • Employeur : Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Rattachement au CERHiC (UR 2616). La présence à Reims n’est pas requise, sinon de façon ponctuelle.
  • Localisation : Lyon. L’encadrement se fera à Lyon avec mise à disposition d’un espace de travail si nécessaire.
  • Mobilité : déplacements (archives ou événements scientifiques) à prévoir en France, en Italie et en Espagne, éventuellement en Allemagne ou en Autriche.

Procédure de recrutement :

Calendrier

  • Réception des candidatures jusqu’au 15 mai à minuit.
  • Réponse aux candidats à l’issue de l’examen des dossiers : 20 juin
  • Entretien avec les candidats retenus à cette étape : entre le 24 juin et le 5 juillet
  • Notification aux candidats : au plus tard dans les deux jours suivant l’entretien.

Constitution du dossier de candidature 

  • CV (indiquant les compétences linguistiques)
  • Copie du diplôme de doctorat ou attestation de réussite
  • Extrait de la thèse et/ou publication significative (15-25 p.)

Si le candidat doit soutenir sa thèse entre mai et septembre, une lettre de recommandation de son directeur de thèse est indispensable.

Le dossier doit être envoyé sous format .pdf au Dr. Jair Santos à l’adresse rotarom@efrome.it et à Fabienne Henryot (fabienne.henryot@enssib.fr)

Image : Bibliotheca Duboisiana, ou catalogue de la bibliothèque de feu Son Eminence Monseigneur le Cardinal du Bois […]. La vente publique se fera le 27 Aout 1725 par Jean Swart et Pierre de Hondt, vol. 1 (Paris, 1725).

A VOIR sur ARTE : Claire Angotti et Les Bésicles

L’émission “Faire l’histoire – Par le prisme des objets” s’intéresse cette semaine aux bésicles, ancêtres des lunettes de vue.

Spécialiste de la culture savante et des bibliothèques médiévales, Claire Angotti nous accompagnera dans l’univers des lecteurs et de leurs indispensables auxiliaires, les bésicles.

Filles des premières loupes ou “pierres de lecture” du Moyen Âge monastique, les bésicles accompagnent l’invention du papier et la banalisation du recours à l’écrit. Elles sont alors associées à l’érudition et au savoir. Mais comme elles proposaient une vision déformée, elles sont peu à peu devenues le symbole du charlatanisme. Dans la peinture de la fin du Moyen Âge, elles sont surtout associées aux voleurs et aux escrocs. Faire l’histoire des lunettes, c’est donc s’intéresser à l’histoire des représentations, à l’histoire de la lecture, et saisir de façon originale les transformations qui affectent l’Occident à la fin de l’époque médiévale.

Faire l’histoire. Les bésicles, quand le savoir devient pouvoir”, réalisé par Tamara Erde, 2020. Sur la chaîne ARTE le 7 mai 2022 à 18 h 15 et en replay à la rubrique “Documentaires et reportages” : https://www.arte.tv/fr/videos/098870-002-A/faire-l-histoire/

Séminaire du CERHiC, 18 mai : la recension

Séminaire d’équipe « Normes, cultures et pouvoirs »

Mardi 18 mai 2021, de 14 h. à 16 h. 30

Université de Reims Champagne-Ardenne à distance

 

La recension en histoire : publication, écriture, usages

La recension d’ouvrage est un outil majeur des chercheurs, et plus particulièrement des chercheurs en histoire. Les revues scientifiques accordent une place importante aux comptes rendus de lecture, leur dédiant souvent une partie spécifique dans leurs différents numéros. La presse quotidienne ou hebdomadaire ainsi que les revues d’idées (Esprit, Le Débat…) accordent à la recension du livre d’histoire une place de choix dans leurs colonnes. Par ailleurs, le développement de sites internet comme Laviedesidees.fr, Lectures.revues.org ou nonfiction.fr a fait accéder le compte rendu à un large public. Toutefois, le compte rendu n’a suscité que peu d’études historiographiques, relatif désintérêt qui concorde avec la faible valorisation des recensions dans l’activité des chercheurs.

Cette  séance de séminaire vise à attirer l’attention sur ce paradoxe en faisant des recensions à la fois un objet d’histoire et un objet de réflexion dans ses dimensions sociales et institutionnelles. Plus immédiatement, les objectifs de cette séance sont de réfléchir à nos pratiques de recherche et d’enseignement, et de mettre le sujet à l’épreuve pour le retravailler éventuellement, et le développer dans une publication collective. Elle prendra la forme de trois discussions d’environ 30 mn chacune, séparées par quelques minutes de pause. Les prises de parole seront concises, de façon à permettre le développement de l’échange. On s’attachera à varier les intervenants d’une discussion à l’autre. 

Comité d’organisation : Delphine Diaz, Isabelle Poutrin, Jan Synowiecki, Noémie Villacèque.

1. La fabrique des comptes rendus 

Discussion centrée sur l’existence ou non d’une ligne éditoriale pour les comptes rendus, la distribution des recensions au sein par les comités de rédaction, le choix des recenseurs, les procédures de réception et d’édition. 

Sont appelés à y participer les membres de comités de rédaction.

2. La recension comme instance de légitimation

Discussion centrée sur le rôle du compte-rendu dans la construction des notoriétés en histoire ; la reconnaissance accordée, dans la sphère académique, tant à l’activité de recenseur qu’au nombre et à la qualité des recensions pour un ouvrage donné. 

Sont appelés à y participer les recenseurs en activité, de générations et positions académiques diverses ; les auteurs ou autrices d’ouvrages recensés ; les membres de comités de sélection ou d’évaluation. 

3. La recension comme moyen d’information sur l’actualité de la recherche en histoire

Discussion centrée sur l’usage et l’utilité des comptes rendus pour la recherche et pour la formation des étudiants, les différences d’usages selon les supports de publications (revues académiques, sites internet), et plus généralement la définition du “bon compte rendu” du point de vue du lecteur. 

Sont invités à y participer tous les lecteurs et lectrices de comptes rendus (en particulier les étudiants) et les enseignants qui les utilisent ou non dans leur pratique pédagogique. 

Participer à la réunion Zoom
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/98247766285

ID de réunion : 982 4776 6285

Bibliographie

  • Boure, Robert, « Revues scientifiques, lectorat et notoriété. Approche méthodologique », Recherches en communication, n° 4, 1995, p. 37-60.
  • Boure, Robert, « Sociologie des revues de sciences sociales et humaines », Réseaux. Communication – Technologie – Société, n° 58, 1993, p. 91-105.
  • Calafat Guillaume, et Eric Monnet, « À la recherche de l’accès ouvert, Revues et nouveaux formats numériques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62-4 bis, 2005, p. 33-42.
  • Cavallo Guglielmo et Roger Chartier, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Éditions du Seuil, 1997.
  • Desjeux, Dominique, L’édition en sciences humaines, Paris, L’Harmattan, 1991.
  • Guédon, Jean-Claude et Alain Loute, « L’histoire de la forme revue au prisme de l’histoire de la « grande conversation scientifique » », Cahiers du GRM [En ligne], n° 12, 2017, URL : http://journals.openedition.org/grm/912 ; DOI : 10.4000/grm.912
  • Minard, Philippe, « Les revues à l’âge numérique : au péril de l’idéologie », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62-4 bis, 2015, p. 8-21.
  • Müller, Bertrand, Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003.
  • Poutrin, Isabelle, « Marc Venard, lecteur de ses contemporains », in Anne Bonzon, Isabelle Poutrin, Alain Tallon et Catherine Vincent (dir.), Marc Venard, historien, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 93-120.
  • Waquet, Françoise, L’ordre matériel du savoir : comment les savants travaillent, xvie-xxie siècles, Paris, CNRS éditions, 2015.

Image mise en avant : Les archives de Lucien Febvre, photo de Brigitte Mazon, http://lucien-febvre.ehess.fr/archives/

Séminaire du CERHiC, 6 mars : spécial CAPES

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Vendredi 6 mars 2020, de 9 h. 15 à 16 h. 30

Université de Reims, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13 (MSH), salle polyvalente

Journée d’études – préparation au concours du CAPES d’Histoire et géographie

Histoire médiévale  – “Ecrits, pouvoir et société en Occident du début du XIIe siècle à la fin du XIVe (Angleterre, France , péninsule Italienne, péninsule Ibérique)”.

  • Paul Bertrand : Révolutions de l’écrit, XIIe – XVe siècles, Europe occidentale.
  • Amélie de Las Heras : Hérésie et littéracie dans le Leon des années 1230.

Histoire contemporaine  – “Culture, médias, pouvoirs aux Etats-Unis et en Europe Occidentale (1945-1991)”.

  • Caroline Moine : Cultures et politiques culturelles dans la République fédérale allemande.
  • Marjolaine Boutet : Les séries de télévision américaines depuis 1945.

Histoire moderne  – “Etat, pouvoirs et contestations dans les monarchies française et britannique et dans leurs colonies américaines (v. 1640-v. 1780)”.

  • Xavier Le Person : Être ministre dans la monarchie française (vers 1640-vers 1789).
  • Stéphane Haffemayer : La presse dans les contestations politiques du XVIIIe siècle. France, Angleterre et Amérique. Étude comparée.

Présentation des intervenants :

Paul Bertrand est Professeur d’histoire médiévale à l’université catholique de Louvain. Parmi de nombreuses publications consacrées à l’histoire du livre et de l’écriture au Moyen Âge, il est l’auteur de Les écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (1250-1350) (2015).

Marjolaine Boutet, agrégée d’histoire, est Maitresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie Jules Verne. Ses recherches portent sur la culture télévisuelle et cinématographique de la seconde moitié du XXe siècle et du XXIe. Elle a publié notamment Un village français : une histoire de l’Occupation (2017).

Stéphane Haffemayer est Professeur d’histoire moderne à l’université de Rouen. Il consacre ses recherches aux médias et aux réseaux d’information dans l’Europe du XVIIe siècle. Il a publié en 2018 Les Lumières radicales de la Révolution anglaise. Samuel Hartlib et les réseaux de l’Intelligence (1600-1660).

Amélie de Las Heras, Docteure en Histoire et civilisations (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013) et professeur agrégé d’histoire, enseigne en lycée. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire culturelle des XIe-XIIIe siècles dans la péninsule Ibérique.

Xavier Le Person, agrégé d’histoire, est Maître de conférences en histoire moderne à Sorbonne Université. Ses recherches concernent l’histoire politique des XVIe et XVIIe siècle, en particulier la société de cour et les comportements politiques. Il a notamment co-dirigé avec Stanis Perez Maladies diplomatiques. Souverains et puissants face à la maladie de l’Antiquité à nos jours (2018).

Caroline Moine, agrégée d’histoire, est depuis 2006 Maîtresse de conférences à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle a publié en 2014 Cinéma et guerre froide : histoire du festival de fils documentaires de Leipzig (1955-1990).

Crédit photographique : Michail Mashinin (Kaliningrad, Russie) sur Flick, 2012.