Archives par mot-clé : justice

Début du projet européen RotaRom17 (2023-2028)

Isabelle Poutrin, Professeure d’histoire moderne et membre du CERHiC, est heureuse d’annoncer le démarrage du projet européen RotaRom17 « Delivering Justice in a transnational scale in Europe. The Roman Rota and the enforcement of a legal culture of negociation (c. 1560-1700) » (2023-2028, Horizon ERC AdG n° 101096639), hébergé à l’Université de Reims Champagne -Ardenne, en partenariat avec l’École française de Rome qui l’accueille dans son axe 5 – Croyances, pratiques et institutions religieuses.

L’équipe porteuse de RotaRom17 est composée de Simona Feci, Anne Bonzon, Benedetta Borello, Bertrand Marceau et Fabienne Henryot, entourés par un ensemble international d’historiens et historiens du droit, sous la responsabilité scientifique d’I. Poutrin. Le projet financera deux thèses de doctorat (histoire moderne, histoire du droit) et trois post-docs en France, en Italie et en Espagne.

RotaRom17 envisage la Rote romaine, grand tribunal civil de la papauté, comme l’un des outils essentiels de la gouvernance transnationale de l’Église catholique en Europe, du milieu du XVIe à la fin du XVIIe siècle. Le premier objectif du projet est d’ouvrir un chantier de recherche sur la Rote romaine et de faciliter l’accès à sa documentation massive en produisant des outils de recherche et des ouvrages de référence essentiels, afin de jeter des bases pour les développements futurs de la recherche. Il s’agit également d’étudier cette institution encore mal connue pour cette période, et de voir le droit en action par une série d’études de cas, ainsi que la manière dont la jurisprudence de la Rote a contribué à la constitution d’une culture juridique fondée sur la négociation. Le projet met l’accent sur la recherche fondamentale, en reliant les fonds d’archives de la Rote (Archives apostoliques du Vatican, Archivio di Stato de Rome et de Pérouse) avec un grand nombre de fonds d’archives et de bibliothèques en Europe où la documentation se trouve dispersée.

Entre autres sujets de recherche, on enquêtera sur le rôle diplomatique et culturel des auditeurs « transalpins » choisis par leurs souverains respectifs (France, Espagne, Saint-Empire), tels que les Français Séraphin Olivier-Razzali, Denis de Marquemont, Guillaume du Nozet, Aimé du Nozet, Louis de Bourlemont et Mathieu-Isoré d’Hervault. Un travail similaire sera engagé pour les auditeurs aragonais, castillans et impériaux. Par ailleurs, si la France (de même que d’autres Etats catholiques) n’envoyait pas de causes en appel à la Rote, on s’intéressera à la façon dont les décisions de ce tribunal, diffusées sous forme de copies manuscrites et de gros volumes imprimés, pouvait être mobilisée par les juristes dans les Etats européens et leurs possessions outre-mer.

Les causes jugées devant la Rote concernent au premier chef le fonctionnement interne de l’Église (bénéfices ecclésiastiques, dîmes, préséances entre clercs, demandes de nullité de vœux de religion) pour les Etats catholiques où la Rote était compétente en appel des tribunaux ecclésiastiques. Mais elles couvrent également une grande variété de thèmes (histoire de la famille, histoire économique, histoire urbaine), en particulier pour Rome et l’État pontifical où la Rote jugeait en appel des tribunaux civils. Cette annonce a donc aussi pour objet de susciter des collaborations avec les historiennes et historiens modernistes qui seraient intéressés par ce projet, ou qui rencontreraient la Rote (auditeurs, procès) au cours de leurs recherches. Les activités du projet (ateliers de recherche, séminaires) seront bientôt annoncés sur un site dédié.

Isabelle Poutrin isabelle.poutrin@univ-reims.fr

Image : Nicolas Poussin, La danse de la vie humaine, Wallace Collection

Séminaire du CERHIC, 26 janvier : Anne Bonzon, La paix au village

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 26 janvier 2023, de 12 h. 30 à 14 h.,

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle E 13.

Le CERHiC aura le plaisir d’accueillir Anne Bonzon, Professeure d’histoire moderne à l’Université de Paris 8 et co-directrice du Centre d’histoire des sociétés médiévales et modernes (MéMo). Elle présentera son dernier livre, La paix au village. Clergé paroissial et règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime (Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. “Epoques”, 2022).

Au croisement de l’histoire religieuse et de l’histoire de la justice dans la France moderne, Anne Bonzon a notamment publié Justices croisées. Histoire et enjeux de l’appel comme d’abus (XIVe-XVIIIe siècle (co-dirigé avec Caroline Galland, 2021), ou encore Marc Venard, historien (co-dirigé avec Isabelle Poutrin, Catherine Vincent et Alain Tallon, 2019).


ISBN 979-10-267-1070-7. Prix public : 25 €

La paix au village examine sous un angle inédit les origines des transactions situées en amont ou en marge de la justice institutionnelle : arbitrage, conciliation, médiation, arrangements à l’amiable. Dans un contexte où les politiques publiques cherchent à désengorger les tribunaux, et où de multiples réticences s’expriment face à des instances judiciaires à la fois très critiquées et très sollicitées, ces formes alternatives de règlement des conflits suscitent aujourd’hui un intérêt renouvelé.

A. Bonzon éclaire ainsi un aspect de l’action des curés qui n’a jamais été étudié pour lui-même : l’apaisement des différends. Les conflits et leur résolution nous plongent au cœur de la vie quotidienne des villageois sous l’Ancien Régime à une époque où la Réforme catholique modifie profondément les rapports entre les curés et leurs paroissiens.  Cette enquête menée à partir de sources multiples a permis d’observer à différentes échelles le déroulement de ces arrangements dans la France du XVIIe siècle, et d’analyser le contexte qui les a favorisés, qu’il s’agisse des missions intérieures auxquelles les curés sont associés, des grandes ordonnances de réforme de la justice, de la lutte contre les duels ou de l’action des réseaux dévots. Ainsi, l’étude de ces modestes « artisans de paix » que sont les curés de village éclaire d’un jour nouveau l’histoire de la médiation et de ces formes alternatives de règlement que l’on redécouvre aujourd’hui.

Image : Laurent de La Hyre, Paysage avec la Paix embrassant la Justice, 1654 (Musée d’art de Toledo, Ohio, Etats-Unis d’Amérique).

Les hiérarchies juridictionnelles dans l’Eglise médiévale

 

Journée d’étude dans le cadre du séminaire

“Les hiérarchies de juridiction dans l’Eglise médiévale”

coorganisé par Véronique Beaulande-Barraud (CERHiC) et Elisabeth Lusset (LAMOP)

Mardi 10 mai 2016, 10h-17h, Université de Reims Champagne-Ardenne, Maison de la Recherche, salle R112

9h30 Accueil des participants.

image affiche
10 h : Thierry Pécout (Université de Saint-Étienne), « Qu’est-ce qu’un archevêque ? L’exemple des provinces d’Arles, Aix et Embrun (fin XIe-XIIIe siècle) »
11h 15 :  Arnaud Fossier (Université de Bourgogne), « L’évêque, l’abbesse et les moines : un litige florentin autour de 1300 »

12h30 Déjeuner-buffet (sur inscription)


   14h 30 : Elisabeth Schmit (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le rôle des tribunaux ecclésiastiques dans le parcours juridictionnel de quelques appels portés devant les Grands Jours du parlement de Paris (milieu du XVe siècle). »
15h 45 : Véronique Beaulande-Barraud (Université de Reims), « Juridiction pénitentielle et ecclésiologie médiévale, XIIIe-XVe siècles ».

17 h. Fin des travaux.