Archives par mot-clé : Jacquet de la Guerre

B. Porot – Journée d’études musicologie

Jacquet de La Guerre

Journée d’études « Elles, compositrices »

Université de Reims

En hommage à Élisabeth-Claude Jacquet de La Guerre

(350e anniversaire de sa naissance : 1665-1729)

Département musique et musicologie-CERHIC

Coordination : Bertrand Porot

Programme à télécharger :

Affiche JE 30 nov

 

            Camille Saint-Saëns écrivait, en 1881, à propos des mélodies de Clémence de Grandval : « Elles seraient certainement célèbres si leur auteur n’avait le tort, irrémédiable auprès de bien des gens, d’être femme ». Il résume, certes de manière lapidaire, la situation qui est faite aux compositrices à bien des époques de l’histoire de la musique. Il est certain que les grandes difficultés d’accès pour les femmes à certains métiers musicaux, en particulier ceux qui touchent à la création, ont été et sont toujours représentatives de rapports de pouvoir largement fondés sur l’inégalité des sexes. La journée proposée veut donc s’attacher à éclairer le statut, le rôle musical et social des compositrices. Elle n’a pas forcément pour objectif de se centrer sur une déconstruction, bien qu’elle soit encore utile, des discours de genre réduisant les compositrices à des parentes pauvres de l’histoire de la musique, sorte d’éternelles amatrices indignes de figurer aux côtés des véritables artistes hommes, formant le mainstream de l’histoire de la musique. Le cas d’Élisabeth Jacquet de La Guerre, à qui nous rendons hommage cette année pour les 350 ans de sa naissance, montre au contraire un cas de réussite artistique sous l’Ancien Régime.

            Toutefois, il est à souligner que si les compositrices peinent à s’imposer, c’est qu’elle sont victimes d’un autre processus, celui des « silences de l’histoire » selon les termes de Michelle Perrot : s’il est maintenant accordé aux femmes l’aptitude à composer plutôt que de s’occuper à composer, leur talent et même leur rôle pionnier n’ont pas été vraiment retenus par l’histoire de la musique. Si l’on cite ainsi volontiers Germaine Tailleferre dans le Groupe des Six, très peu d’ouvrages font place véritablement à sa musique. Cette fabrique de l’oubli, qui construit maints discours, oriente même les travaux académiques et l’enseignement contemporain, a pour résultat d’effacer un continent de créatrices qui peine à émerger encore : si les compositrices ont existé et réussi, l’historiographie dominante n’en fait guère état.

            Enfin, cette journée aura pour but de se garder du regard naïf de l’exemplarité singulière : certes de nos jours des compositrices s’imposent et chacun peut citer un ou plusieurs cas de femmes artistes semblant avoir trouvé une place dans les institutions musicales ou auprès du public. La démarche contemporaine ne leur dénie plus l’incapacité ontologique à la création. Toutefois, un regard n’est pas une réalité : citons par exemple les chiffres donnés par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Pour la saison 2015-2016 des principales institutions ou festivals, les œuvres des compositrices ne représentent que 1% des programmes, 4% dans les programmes d’orchestre (seulement 1% de compositrices contemporaines), 1% pour l’opéra…

            L’inégalité constatée autrefois, en empruntant d’autres voies, se maintient donc encore de nos jours : ce sont tous ces discours sur les femmes, aux contenus et aux formes changeantes, que nous nous proposons d’analyser et de déconstruire.

            La journée laisse place également à la musique, celle des compositrices : souhaitons pour l’avenir qu’il ne soit plus nécessaire de leur consacrer des journées spécifiques pour que leur musique soit (enfin) jouée et entendue.

 

Programme

 

Lundi 30 novembre 2015

10h-18h

Université de Reims : Campus Croix-Rouge, BM 9/7

 

9h30

Accueil

9h45

– Bertrand Porot (Université de Reims) : introduction

10h-11h00

– Jean-Marc Chouvel (Université de Reims) et Pascale Criton, compositrice

Débat

11h30-12h00

– Hyacinthe Ravet (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices, état des lieux au XXIe siècle

Débat

12h15-13h

– Concert du chœur du département musique : œuvres de compositrices, présentation et direction Hélène Le Roy (Université de Reims)

 

Déjeuner

 

14h30-15h

– Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices d’opéra à l’époque baroque : Italie, France, Allemagne

15h-15h30

– Florence Doé de Maindreville (Université de Reims) : Marie Jaëll compositrice

15h30-16h00

– Imyra Santana (Université Paris-Sorbonne) : Chiquinha Gonzaga et la création de l’identité musicale brésilienne

Débat

16h30

– Pause

16h30

– Concert : Femmes compositrices, femmes virtuoses, paroles de femmes au XVIIe siècle, par l’ensemble Faenza, avec : Olga Pitarch, chant, Marco Horvat, chant et théorbe. Musiques de Barbara Strozzi, Francesca Caccini, Giovanni Felice Sances

17h30

– Pot champenois