Archives par mot-clé : images

Séminaire du CERHiC, 28 janvier : Cultures visuelles et sonores

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 28 janvier 2020, de 12 h. 15 à 15 h. 15

Université de Reims, Campus Croix-Rouge, MSH, salle R 112

Cultures visuelles et sonores, du XVIIIe au XXe siècle :

Paul François (Université de Nantes) : Les salles de spectacle parisiennes du XVIIIe siècle en réalité virtuelle.

Paul François est doctorant au Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (UMR 6004) et au laboratoire L’Antique, Le Moderne (EA 4276) de l’Université de Nantes. Architecte et ingénieur, ses recherches sont orientées sur les usages de l’immersion en réalité virtuelle pour la recherche, la diffusion et la médiation scientifique dans les domaines de l’histoire et de l’archéologie. En développant des outils de gestion des connaissances patrimoniales adaptées à la réalité virtuelle, il s’attèle autant à aider les historiens à visualiser des situations spatiales et sociales disparues, que à aider les archéologues à restituer des bâtiments à partir de vestiges découverts.

Laurent Cuvelier (EHESS) : La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIIe siècle.

Laurent Cuvelier est docteur en histoire moderne. Ses travaux portent principalement sur l’histoire des sociétés urbaines dans l’Europe du XVIIIe siècle. Il s’intéresse aux cultures visuelles et matérielles à l’époque des Lumières, ainsi qu’à la circulation de l’information en milieu urbain. C’est à partir de ces différents axes de recherche qu’il a rédigé une thèse au Centre d’histoire de Sciences-Po (CHSP), sur l’appropriation et la gestion de l’espace public par le biais de l’affichage – « La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIIIe siècle ».

Audrey Leblanc (EHESS) : La couleur de mai 1968.

Audrey Leblanc est historienne, docteure de l’EHESS après une thèse soutenue en 2015 intitulée « L’image de Mai 68 : du journalisme à l’histoire ». Elle enseigne en histoire et culture visuelle à l’université de Lille.
Entre 2016 et 2018, lauréate de la bourse annuelle Roederer pour la photographie, chercheuse associée à la BnF, elle est commissaire de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » (inaugurée au printemps 2018, BnF) et en dirige le catalogue. En 2018-2019, elle anime à l’EHESS le séminaire « Photographie, édition, presse : histoire culturelle des producteurs d’images ». En 2019, lauréate d’une bourse de recherche annuelle de l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France, elle mène un projet de recherche, en partenariat avec la Mission photographie des Archives nationales et l’INA, sur la place de la photographie dans les logiques documentaires de l’ORTF. Carnet de recherche en ligne : http://clinoeil.hypotheses.org/

Programme 2019-2020 :

Seminaire_annuel_du_CERHIC-EA2616_de_lUn

Photo : Claude (Flickr, 2019), exposition “Get Up, Stand Up! Changing the World with posters“, l’affiche rebelle ou l’art de la révolte, MIMA, Molenbeeck, Bruxelles (Belgique).

Journée d’étude, mercredi 1er mars: images du savoir et production des normes

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue d’une journée d’étude intitulée Savoir l’ordre : le dispositif à l’œuvre ou le jeu des signes et du sens dans l’objet, qui se tiendra mercredi 1er mars dans la salle de conférence (salle 140) de la BU Robert de Sorbon à partir de 9h00 (programme).

Cette journée d’étude constitue le second volet d’un diptyque consacré aux Images du savoir et à la production des normes sociales à la fin du Moyen Âge, dont la première journée s’est déroulée à Tübingen le 23 janvier dernier. Ces deux journées de recherche sont issues d’une coopération entre le CERHiC de l’Université de Reims et le Graduiertenkolleg « Religiöses Wissen im vormodernen Europa (800-1800) » de l’Universität Tübingen.

Atelier AsileuropeXIX, “Mettre l’exil en images”, 20 janvier 2017

Le programme ANR AsileuropeXIX, hébergé par l’Université de Reims Champagne-Ardenne et le laboratoire du CERHiC, organise le vendredi 20 janvier 2017 au Musée national de l’histoire de l’immigration un atelier grand public, intitulé « Mettre l’exil en images, du XIXe siècle à aujourd’hui » (14 h 30 – 17 h 15).

Plusieurs historiens spécialistes de l’exil et des migrations politiques – Fabrice Bensimon, Delphine Diaz Antonin Durand pour le XIXe siècle, Marianne Amar et Anouche Kunth pour le XXe siècle -, rencontreront deux photographes qui ont travaillé sur la représentations des migrations, Sarah Caron et Malik Nejmi. Quelles sont les inflexions connues par les représentations de l’exil et des réfugiés depuis le XIXe siècle ? Quels ont été les supports et les usages de l’iconographie de l’exil et des migrations contraintes, depuis l’Europe du Congrès de Vienne jusqu’à la récente crise de l’asile connue par l’Union européenne ? On s’interrogera enfin sur les rapports que les artistes et photographes qui produisent des images de l’exil politique entretiennent avec leur objet et avec l’histoire.

La discussion sera modérée par Manuel Charpy, chargé de recherches au CNRS.

Vendredi 20 janvier 2017, 14h30-17h15

Atelier 4, Musée nationale de l’histoire de l’immigration

293, avenue Daumesnil, 75012, Paris

Venez nombreux! Réservation obligatoire : asileurope@gmail.com

Téléchargez le programme complet de l’atelier :

flyer_mettre-lexil-en-images

J. Beurier, invitée de “Sur les docks” (France Culture)

Le 12 novembre 2014, Joëlle Beurier, membre du CERHiC, était l’invitée de l’émission de France Culture “Sur les docks”, sur le thème “La Grande Guerre en images”.

Pour écouter l’émission :

https://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-la-grande-guerre-en-images-2014-11-12

IMG_8038

Présentation de l’émission “La Grande Guerre en images”

 

Eté 1914 : interdits par la censure d’accéder au front, les journaux n’ont rien à se mettre sous la dent. Or l’opinion a soif d’images, elle veut voir à quoi ressemble cette guerre moderne. Un hebdomadaire, Le Miroir a l’idée de lancer un concours des meilleures photographies de guerre, avec récompenses à la clé. Du front affluent les premières photos…

Certains des soldats mobilisés ont en effet pris soin de glisser dans leur paquetage un des derniers-nés des usines Kodak, le Vestpocket, léger et maniable. Malgré l’interdiction, ils témoignent des réalités du conflit, ils dénoncent, ils se racontent, ils trompent l’attente, et gagnent un peu d’argent. Leurs images, ainsi que celles rapportées en même temps par les premières cameras, bousculent les représentations traditionnelles de la guerre. Que racontent ces photos et ces films ? Qui sont ceux qui les firent ?

 

Avec :

Les historiens : Joëlle Beurier, Thierry Gervais, Laurent Veray (pour le cinéma), Luce Lebart (Société Française de Photographie), Anthony Petiteau, (historien au Musée de l’Armée et co-commissaire (Avec Sylvie Leray Burimi) de l’exposition Vu du Front : représenter à la guerre)

Et des membres de l’Association des peintres de l’armée de terre.

Lectures par Thierry Beauchamp des lettres d’Henri Barbusse à sa femme, et d’autres correspondances de photographes combattants.

Archive filmée d’un ancien opérateur du front (collection musée Albert Kahn)

Remerciement à la bibliothèque Carnegie de Reims pour leur accueil.