Archives par mot-clé : Histoire médiévale

Marie Favereau et l’empire mongol : séminaire, 30 novembre

Séminaire “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 30 novembre 2023, de 12 h. 30 à 14 h.

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi recherche.

Le CERHiC aura le plaisir d’accueillir Marie Favereau maîtresse de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Paris-Nanterre. Elle nous présentera son ouvrage La Horde. Comment les Mongols ont changé le monde (Paris, Perrin, 2023, trad. de l’édition anglaise publiée en 2021), qui a remporté cette année le Grand Prix des Rendez-vous de l’Histoire à Blois.

Après sa thèse de doctorat “La Horde d’Or de 1377 à 1502 : aux sources d’un siècle “sans histoire” “soutenue en 2004 à l’Université Paris 4 Sorbonne, Marie Favereau a été membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO, Le Caire), puis associée au projet ERC “Nomadic Empires” à l’université d’Oxford. Elle mène ses recherches sur l’histoire de l’empire mongol et l’islamisation des steppes asiatiques au sein du laboratoire “Orient & Méditerranée” (UMR 8167).

Marie Favereau est également commissaire de l’exposition Gengis Khan actuellement au Château des Ducs de Bretagne & Musée d’histoire de Nantes (14 octobre 2023-5 mai 2024).

Soutenance de thèse : Justine Cudorge, 20 novembre

Justine Cudorge, doctorante en cotutelle au CERHiC (allocataire 2018-2022) et au PraME de Namur, soutiendra le lundi 20 novembre à 13 heures à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R418) sa thèse de doctorat intitulée :

“Structure et enjeux des systèmes polygynes dans la société franque : la place des femmes dans le palais mérovingien du Ve au VIIIe siècle”

devant un jury composé de : Sylvie Joye (PU, Université de Lorraine, co-directrice de la thèse), Étienne Renard (PU, Université de Namur, co-directeur de la thèse), Isabelle Heullant-Donat (PU, CERHiC, co-directrice de la thèse), Emmanuelle Santinelli (PU, Université Polytechnique Hauts-de-France), Jan Rüdiger (PU, Université de Bâle) et Patrick Demouy (PU émérite, CERHiC).

Cette étude portant sur les deux dynasties franques, mérovingiennes et carolingiennes, explore les subtilités des unions multiples parmi les élites du haut Moyen Âge entre le Ve et le VIIIe siècle. La pratique d’une polygynie, que l’on entend comme la capacité d’un individu masculin à multiplier des relations conjugales avec différentes partenaires féminines de manière simultanée et non successive, se conçoit en effet comme un mode de conjugalité spécifique mais loin d’être circonscrit à un espace culturel précis, et qu’il nous appartient de reconsidérer dans son ensemble. Ainsi, à rebours d’une perception historiographique la considérant bien trop souvent comme un acte de débauche, il apparaît nécessaire de considérer la polygynie franque dans un contexte, et surtout dans une finalité : celle de servir  à une affirmation de la puissance des élites, et par-delà, de servir à leur reproduction sociale.

Inscrit dans une démarche d’étude du genre et de l’histoire des femmes en général, ce travail se présente comme une forme de recherche alliant le fait anthropologique à l’aspect prosopographique. Il permet notamment de questionner les différents aspects d’un phénomène social tout en déterminant les conséquences qu’il engendre invariablement sur une société donnée quant à la façon de concevoir le couple, notamment dans le cadre de situations conjugales simultanées, mais également dans celui d’une succession basée sur le partage entre les fils d’un même individu, et ce peu importe leur ascendance maternelle. Ce faisant, il permet également de s’intéresser à la manière dont les femmes disposent d’une autorité et expriment celle-ci dans le contexte palatial, particulièrement dans un environnement fait d’échanges et de confrontations entre des réseaux d’individus parfois très différents les uns des autres.

Image : Clovis et Clotilde, Antoine-Jean Gros, esquisse pour la coupole du Panthéon (église Sainte-Geneviève), Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, 1811.

Isabelle Ragnard et les jongleresses médiévales . Séminaire, 28 septembre.

Séminaire “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 28 septembre 2023, de 12 h. 30 à 14 h.

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle E 13.

Le CERHiC est heureux de recevoir Isabelle RAGNARD, musicologue, historienne de la musique, maîtresse de conférences en musicologie à Sorbonne Université. Elle présentera une conférence intitulée Les jongleresses : documents sur les musiciennes professionnelles au Moyen Âge.

À l’époque médiévale, les jongleresses et ménestrelles gagnent leur vie tout comme les hommes, en chantant et jouant le répertoire musical profane dans les villes et les cours. Loin de l’imaginaire « romantique » transmis depuis le XIXe siècle, ou de l’iconographie allégorique, les documents archives du XIIIe et XIVe siècles — les registres de la fiscalité parisienne du roi Philippe le Bel, les premiers statuts de la corporation des musiciens de la capitale et enfin, la comptabilité du premier duc de Bourgogne Philippe le Hardi — attestent de leurs activités professionnelles effectives. Au total, près d’une quarantaine de mentions de chanteuses ou d’instrumentistes femmes révèlent des situations contrastées : aisance financière pour quelques-unes, précarité pour d’autres, forte tendance à travailler en association mais réussite individuelle parfois. Ces femmes exercent le métier de musicienne seule, en famille ou au sein d’une compagnie professionnelle.

Isabelle Ragnard est maîtresse de conférences en musicologie à Sorbonne où elle est responsable du Master d’interprétation des musiques anciennes (MIMA). Elle est membre de l’Institut de Recherche en Musicologie (IréMus) et du Cercle de recherche interdisciplinaire sur les musiciennes (CReIM). Elle est également Professeure au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP). Elle enseigne l’histoire et l’analyse de la musique du Moyen Âge et de la Renaissance. Ses publications portent sur le théâtre et la chanson française au XIIIe – XVe siècles). Dans ce cadre performatif profane, elle réunit des documents attestant l’activité professionnelle des jongleresses, c’est-à-dire des femmes exerçant le métier de musicienne, au Moyen Âge. Parallèlement à ces études historiques, d’autres travaux récents concernent les résurgences de la musique médiévale dans la production artistique contemporaine (théâtre et cinéma) et l’évolution de son interprétation. Elle réalise actuellement le recensement et l’étude des premiers enregistrements modernes de la musique médiévale édités en 78 tours (1910–1953) en Europe et aux États-Unis.

Image : Bnf, Ms. fr. 22543, fol. 63 (Chansonnier Lavallière).

8 juin : actualité de la recherche au CERHiC

Séminaire “Normes, cultures, pouvoirs

Jeudi 8 juin 2023, de 9 h. à 12 h. 30

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge (Reims), bâtiment 13, amphi Recherche

Actualité de la recherche au CERHiC

Les ATER en poste cette année présenteront leurs travaux de recherche : 

9 h. Claire Clément (URCA, CERHiC), “La peste à la cour pontificale d’Avignon”

9 h. 45. Claire Maligot (URCA, CERHiC), “Les chrétiens de gauche et les premières formes de solidarité avec les « réfugiés arabes » de Palestine, 1947-1976”

10 h. 30. David Fiasson (URCA, CERHiC), présentation de son ouvrage Crécy 1346, Paris, Perrin, 2022.

Professeur invité

11 h. 30. Thierry Dutour (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier), présentation de son ouvrage La France hors la France. L’identité avant la nation, Paris, Vendémiaire, 2022.

Pour suivre le séminaire en distanciel :
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/99776758966

Image d’illustration : Piémont pyrénéen, Bosdarros, Béarn (Pyrénées atlantiques). Photo Bernard Blanc sur Flick, 18 novembre 2014.

Publication : Pierre de Jean Olivi, Sur les lois de l’Ancien Testament

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer l’édition, réalisée par Elsa Marmursztejn, d’un ensemble de textes du franciscain Pierre de Jean Olivi (XIIIe siècle).

Pierre de Jean Olivi, Sur les lois de l’Ancien Testament. Quatre questions disputées. Traité sur les préceptes cérémoniels. Neuf points sur les préceptes judiciels. Mystère du parcours de la Loi et de la Synagogue. Présentation, édition et traduction du latin par Elsa Marmursztejn, Paris, Les Belles Lettres, 2022.

Elsa Marmursztejn est Maîtresse de conférences HDR en histoire du Moyen Âge et membre du CERHiC.

Pierre de Jean Olivi (Petrus Joannis Olivi, 1248-1298) est un religieux franciscain et un théologien français du Moyen Âge qui a exercé une influence considérable sur les Franciscains du Languedoc et sur les Béguins qui les entouraient. C’est l’une des figures les plus marquantes, tant de l’histoire intellectuelle occidentale que de l’histoire religieuse du Languedoc dans la deuxième moitié du XIIIe siècle.

Ces textes de Pierre de Jean Olivi, rédigés dans les dernières années de sa carrière, offrent une version scolastique de la doctrine chrétienne sur la nature et le statut de la Bible hébraïque. Quatre questions disputées portent sur la pertinence des différents types de préceptes. Suit un dossier composite, sans doute constitué par le théologien en vue de la rédaction des questions ou d’un traité perdu ou jamais écrit. Sous des angles variés, ces textes visent à rendre raison des lois de l’Ancien Testament, imparfaites quoique données par Dieu et dont le christianisme se présentait comme l’accomplissement.

La contribution d’Olivi à la réflexion sur la « Loi ancienne » est marquée par sa dépendance envers Thomas d’Aquin et par l’usage du Guide des égarés de Maïmonide, enrôlé dans l’effort scolastique de rationalisation de la Loi et de construction du sens chrétien. Dans le contexte languedocien de la fin du XIIIe siècle, l’usage et la discussion des interprétations maïmonidiennes suggèrent la possibilité de contacts avec des juifs réels. Outre les différents niveaux de contexte (biographique, scolastique, local), la présentation traite des singularités matérielles des textes et des vicissitudes de leur transmission, et envisage les représentations des juifs produites par le discours sur la Loi.

Livrant la pensée sur le judaïsme d’un théologien majeur de la fin du XIIIe siècle, ces textes intéressent tout à la fois l’histoire du travail scolastique, celle des approches chrétiennes de la Bible hébraïque et celle des relations entre juifs et chrétiens au Moyen Âge.

Lien vers le site de l’éditeur : https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251452555/sur-les-lois-de-l-ancien-testament

Séminaire du CERHiC, 9 juin Actualité de la recherche

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 9 juin 2022, de 14 h. à 16 h. 30, Université de Reims, Campus Croix rouge, bâtiment recherche s.E. 13

La dernière session de l’année universitaire est consacrée à l’actualité de la recherche des membres du CERHiC, avec une sélection de travaux en cours représentatifs des activités de l’équipe :

Jérémie Dubois présentera le programme “Dante d’hier à aujourd’hui” (ANR DHAF).

Claire Angotti présentera le programme “Augustin dans les bibliothèques de l’Université de Paris (XIIIe-XVe siècles)” (ANR AUBUPAR).

Pierrick de Saint-Vaast présentera ses recherches doctorales en histoire contemporaine : “Ecrire l’histoire du château dans la Grande Guerre : retour d’expérience”.

Liliane Siani présentera ses recherches doctorales en musicologie : « Les spectacles lyriques au théâtre des arènes de Béziers (1898-1911) : un autre modèle face au Festival de Bayreuth wagnérien. »

A VOIR sur ARTE : Claire Angotti et Les Bésicles

L’émission “Faire l’histoire – Par le prisme des objets” s’intéresse cette semaine aux bésicles, ancêtres des lunettes de vue.

Spécialiste de la culture savante et des bibliothèques médiévales, Claire Angotti nous accompagnera dans l’univers des lecteurs et de leurs indispensables auxiliaires, les bésicles.

Filles des premières loupes ou “pierres de lecture” du Moyen Âge monastique, les bésicles accompagnent l’invention du papier et la banalisation du recours à l’écrit. Elles sont alors associées à l’érudition et au savoir. Mais comme elles proposaient une vision déformée, elles sont peu à peu devenues le symbole du charlatanisme. Dans la peinture de la fin du Moyen Âge, elles sont surtout associées aux voleurs et aux escrocs. Faire l’histoire des lunettes, c’est donc s’intéresser à l’histoire des représentations, à l’histoire de la lecture, et saisir de façon originale les transformations qui affectent l’Occident à la fin de l’époque médiévale.

Faire l’histoire. Les bésicles, quand le savoir devient pouvoir”, réalisé par Tamara Erde, 2020. Sur la chaîne ARTE le 7 mai 2022 à 18 h 15 et en replay à la rubrique “Documentaires et reportages” : https://www.arte.tv/fr/videos/098870-002-A/faire-l-histoire/

Séminaire du CERHiC, 28 avril : Charlotte Pichot

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 28 avril 2022 de 12 h. 30 à 13 h. 45, Campus Croix Rouge (Reims), bâtiment 13 salle E 13 (et en distanciel, lien sur demande à : mh.morell@univ-reims.fr).


Le CERHiC a le plaisir de recevoir Charlotte Pichot qui présentera sa thèse de doctorat : « Forfaicte de son corps » : le corps féminin et le crime à la fin du Moyen Âge. Centre-Ouest, Sud-Ouest du royaume de France (XIVe-XVe siècles).

Docteur en histoire médiévale (Centre d’études supérieurs de civilisation médiévale, UMR 7302, Université de Poitiers), Charlotte Pichet a soutenu en 2020 sa thèse préparée sous la direction des Pr Martin Aurell et Isabelle Mathieu.

Image : “Jalousie battant sa femme”. Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose, British Library, ms. 12042, f. 65v.