Archives par mot-clé : histoire du droit

Séminaire d’histoire médiévale – 2016-2017

La norme en histoire médiévale

Enjeux historiographiques et études de cas

juge-1

Séminaire d’histoire médiévale, master 2 Histoire, 2016-2017.

Organisation : Véronique Beaulande-Barraud (veronique.beaulande@univ-reims.fr)

Chaque séance comprendra un temps sur l’avancée du travail de M2 et un temps de réflexion thématique.

 

Séance 1 : Lundi 19 septembre 2016, 9h30-12h30. BM 14-3.

La norme, les normes : approche d’un problème historique en histoire du Moyen Âge

couverture-fabrique

Séance 2 : Lundi 3 octobre 2016, 9h30-12h30. BM 14-3.

Normes, comportement, gouvernement : l’exemple de l’histoire de la pénitence au Moyen Âge

Séance 3 : Lundi 17 octobre 2016, 9h30-12h30. BM 14-3.

Lire et comprendre un texte normatif : les statuts synodaux de Guillaume de Trie pour le diocèse de Reims (v. 1330)

 

D. ROUSSEL et M. HOULLEMARE, Justices locales et justiciables

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage Les Justices locales et les justiciables, dirigé par Diane Roussel, membre du CERHiC, et Marie Houllemare, et paru aux Presses universitaires de Rennes.

1432128728

Les Justices locales et les justiciables

La proximité judiciaire en France du Moyen Âge à l’époque moderne

 

 

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3834

 

 

Quelle doit être la bonne distance à laquelle se tient la justice par rapport au justiciable ? La « réhabilitation » récente des juridictions locales et le développement de l’histoire sociale de la justice invitent à envisager le fonctionnement des tribunaux dans la France d’Ancien Régime au regard des notions de proximité et de distance, envisagées dans toutes leurs dimensions. La bonne justice est-elle d’abord soucieuse de rétablir la paix entre les justiciables ou d’affirmer l’autorité du roi ? Le bon juge est-il celui qui est facilement accessible ou celui dont la dignité impose une position socialement dominante ? La bonne connaissance des enjeux, au risque de la familiarité, garantit-elle un juste procès ? La multiplication des instances judiciaires permet-elle de répondre au mieux à des demandes sociales variées ou éloigne-t-elle le justiciable de la résolution de son procès par l’empilement des juridictions ? L’accessibilité et l’attractivité d’une institution judiciaire auprès des populations ne se mesurent pas seulement en kilomètres, mais s’évaluent aussi à l’aune de la distance symbolique, sociale et procédurale.

Dans ce volume, historiens et historiens du droit, médiévistes et modernistes, explorent diverses facettes d’une justice souvent proche, que les habitants s’approprient pour régler leurs conflits ordinaires, tout en interrogeant les exigences contradictoires qui pèsent sur l’ensemble des institutions judiciaires. Pour le roi, les officiers, tant royaux que seigneuriaux, comme pour les justiciables, la proximité judiciaire est une nécessité et un enjeu de pouvoir.

 

Sommaire :

 

  • Marie Houllemare et Diane Roussel, Introduction : Trop loin, trop proche? De la bonne distance judiciaire.

 

Première partie : les justiciables devant leur « plus prochain juge »

  • Florian Mariage, La dénonciation institutionnalisée : les franches vérités en Tournaisis, xive-xviiie siècles.
  • Véronique Beaulande-Barraud, L’official et ses justiciables : l’accès à la justice de l’évêque dans le diocèse de Châlons au xve siècle.
  • Romain Grancher, Les sièges d’amirauté comme juridictions de proximité. Réflexions à partir du monde de la pêche dieppois au xviiie siècle.
  • Christophe Regina, Infamie légale, infamie populaire : les injures et la subversion des symboles de la justice à Marseille au xviiie siècle.

 

Deuxième partie : dynamiques locales et concurrences institutionnelles

  • Loïc Cazaux, Réguler la violence armée à l’échelle locale : coopération et concurrences entre les justices ordinaires et la prévôté des maréchaux sous le règne de Louis XI.
  • Hervé Piant, Encadrement judiciaire des populations locales et concurrence des juges sous l’Ancien Régime : l’exemple du Valcolorois.
  • Vincent Meyzie, La matérialisation contrariée du pouvoir monarchique dans la cité : le cas des édifices de la justice royale de rang second au xviiie siècle.
  • Christophe Blanquie, Ordre judiciaire et proximité sociale : le règlement de Pamiers en 1775.
  • Pierre Legal, Pressions procédurales et réactions des justiciables. Les maîtrises particulières des Eaux et Forêts (1661-1790).

 

Troisième partie : centre et périphéries

  • Alexandre Deroche, Les juridictions locales et les justiciables dans les apanages des cadets royaux à l’époque moderne.
  • Marie Houllemare, « Ils prennent l’interest particulier de leur païs pour l’interest public», Le bailliage dans la ville d’Amiens et ses relations avec le Parlement de Paris à l’époque moderne.
  • Michel Nassiet, Grâce et entérinement : une mutation (xvie – xviiie siècles).
  • Caroline Maillet-Rao, La réforme de l’exercice de la justice sous le garde des sceaux Michel de Marillac (1626-1630).
  • David Feutry, Un projet entre chancellerie et Parlement : l’esquisse de réforme des justices seigneuriales au xviiie siècle.
  • Solange Ségala, L’intégration d’une population par la justice : l’exemple de la Corse sous les Bourbons (1768-1790).

 

  • Olivier Descamps, Conclusions.

 

 

Publié avec le soutien du CERHiC (EA 2616) de l’université de Reims Champagne-Ardenne, du CHSSC de l’université Picardie Jules-Verne et du CEHJ de l’université Paris Panthéon-Assas.