Archives par mot-clé : histoire contemporaine

Soutenance de thèse : Jean-Patrice Masclet, 9 décembre

M. Jean-Patrice Masclet, Doctorant au CERHiC, soutiendra le vendredi 9 décembre 2022 à 13 h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment Recherche, salle R. 418), sa thèse de doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot et du Maître de conférences Habilité à diriger des recherches Bertrand Goujon, intitulée :

Le code hypothécaire de la Convention.

Assignats, cédules et physiocrates (France, 1790-1799)

Devant un jury ainsi composé : Carole Christen (PR histoire contemporaine, Université du Havre, rapportrice), Matthieu De Oliveira (MCF HDR Histoire contemporaine, Université de Lille, rapporteur), Aude Laquerrière-Lacroix (PR Histoire du droit, URCA), Aurélien Lignereux (PR Histoire du droit, Institut d’Études Politiques de Grenoble), ainsi que les deux co-directeurs de thèse.

Présentation synthétique de la thèse :

Sous l’Ancien Régime, la publication des actes de vente n’est pas assurée en France, et les titres de propriété n’y sont pas accessibles au public. À la veille et dans les premières années de la Révolution, des projets apparaissent pour remédier à cette situation propice à des imbroglios judiciaires et financiers. Actif sur le plan éditorial et présent au sein des Assemblées, un mouvement « céduliste » parvient à faire voter, le 9 messidor an III (27 juin 1795), le seul code de la Convention, à savoir le Code hypothécaire. Ce dernier organise la publicité foncière, chacun pouvant désormais savoir non seulement qui a vendu, à qui et pour quel montant, mais également quel immeuble est hypothéqué et par qui. Le Code prévoit aussi la circulation d’effets de commerce hypothécaires, les cédules, que tout propriétaire pourra émettre et qui seront escomptées par des caisses spéciales contre des billets. Alors qu’on envisage de s’en servir pour les ventes de biens nationaux au début du Directoire, l’opposition des grands négociants se révèle très forte à leur encontre.

Le Code hypothécaire n’en est pas moins appliqué à Paris et en province – avec un succès, dans des proportions et en impliquant des profils de requérants qui sont, il est vrai, très variables d’un département à un autre. Par ailleurs, si des conservations hypothécaires sont créées sur tout le territoire national et un ample personnel recruté (non sans difficultés, ni biais clientélistes) pour en assurer le fonctionnement, la Caisse hypothécaire nationale, assise sur des cédules hypothécaires, ne se met quant à elle pas en place. Fragilisée et critiquée, la cédule disparaît avec la loi du 11 brumaire an VII (1er novembre 1798) qui remplace le Code hypothécaire, mais la publicité des actes de vente subsiste. En 1800, la Banque de France, assise sur des effets de commerce escomptés, voit le jour. En 1804, le Code civil supprime la publicité des ventes, rendant très difficile le crédit hypothécaire à grande échelle, ainsi que toute possibilité de créer un institut d’émission concurrent. Ainsi disparaît la ressource consistant pour les grands propriétaires à mobiliser leurs terres en les hypothéquant afin d’investir dans les houillères ou les manufactures : ce sera une des causes du retard de la France en matière d’industrialisation dans la première moitié du XIXe siècle.

Philippe Buton présente l’Histoire du gauchisme

Philippe Buton, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHIC, sera à la librairie Guerlin (70, place Drouet d’Erlon) à Reims le mercredi 8 décembre à partir de 17 heures, pour une conférence-débat autour de son dernier ouvrage Histoire du gauchisme. L’héritage de Mai 68 (Paris, Perrin, 2021) suivie d’une séance de signature.

Présentation du livre :

En à peine quelques semaines, ce courant politique devient le porte-parole de la jeunesse et partant de toute une génération. Sous cette bannière se rassemblent les mouvances anarchiste, maoïste et trotskyste, divisées en de multiples groupes qui émergent à la fin des années 1960 (Gauche prolétarienne, Ligue communiste, ORA, OCI, PCMLF…). Derrière ce gauchisme politique se déploie aussi tout un gauchisme culturel, avide de secouer le vieux monde et de changer la vie. Que reste-t-il aujourd’hui dans notre société de cette force politique et de ces aspirations libertaires ?
Dans cette synthèse historique totalement inédite, Philippe Buton répond à cette question et à bien d’autres avec une grande clarté. Retraçant l’aventure du gauchisme, il montre que ce mouvement a certes été uni, notamment autour d’une croyance en une révolution proche et radicale, mais aussi profondément divisé par une multitude de querelles. Il expose également qu’après le « printemps rouge et noir », ce courant est brusquement devenu une réalité tangible que des acteurs traditionnels – la police, l’armée et la gauche parlementaire particulièrement – ont eu bien du mal à prendre en compte. Enfin, il établit que les gauchistes ont été à la pointe de nombreux combats sociaux qui nous animent encore aujourd’hui, notamment la défense des droits des femmes et l’émergence de la conscience écologique. En revenant sur les évolutions politiques du mouvement gauchiste mais aussi sur ses conséquences culturelles et sociales, Philippe Buton dépeint avec brio la France d’une jeunesse bouillante et militante qui, pendant près de dix ans, a cru en l’avènement d’un monde nouveau.

Soutenance de thèse : Cheikh Sakho, 14 décembre


Histoire et civilisation (sections CNU 21 et 22) 

Monsieur Cheikh SAKHO

soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Mémoires des Tirailleurs africains : célébrations et représentations. Des origines aux Indépendances africaines. 

dirigés par Monsieur Philippe BUTON 
le lundi 14 décembre 2020 à 14 h00

à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et par visio-conférence.
en présence d’un jury  composé de :

M. Philippe BUTON 

Université Reims Champagne-Ardenne 

Directeur de thèse 

M. François ROBICHON 

Université de Lille 

Rapporteur 

Mme Julie D’ANDURAIN 

Université de Lorraine 

Rapporteure 

M. Ibrahima THIOUB 

UCAD, Dakar 

Examinateur 

M. Eric T. JENNINGS 

Université de Toronto 

Examinateur 

Mme Isabelle HEULLANT-DONAT 

Université de Reims Champagne-Ardenne 

Examinatrice 

M. Marc MICHEL 

Université d’Aix en Provence 

Invité

Résumé : 

Le Monument aux Héros de l’Armée Noire de Reims, « témoignage de reconnaissance envers les Enfants d’adoption de la France », inauguré le 13 juillet 1924 est emblématique de la tension entre mémoire et histoire. Il a disparu sous l’occupation nazie, sans laisser de traces, mais échappé à la damnation mémorielle grâce à son double de Bamako. Il existe peu de travaux sur la question. À la suite de la reconstruction du monument de Reims, inauguré le 6 novembre 2018, par le président malien et le président Macron, il paraît opportun de faire le point plus généralement sur les statues, monuments et autres traces des Tirailleurs dans l’histoire coloniale. D’où la nécessité d’établir un inventaire non-exhaustif des monuments et lieux de mémoire, témoignages de la spectacularisation de cette reconnaissance. L’intégration de cette mémoire dans le récit national a connu des trous ou des résurgences suivant les périodes, et pour en rendre compte il faudra étudier les conditions de production de ces monuments, leur réception, leurs origines, commandes publiques de l’État, des collectivités ou initiatives individuelles. La représentation officielle de ces Tirailleurs, qui ont pris part à toutes les guerres menées par la France au XXe siècle jusqu’aux Indépendances, est souvent liée à la présentation raciste qu’en fait la propagande allemande. Sur le plan intérieur, la République universaliste peine à concilier les efforts d’intégration et les revendications d’émancipation des soldats noirs. Ces contradictions, propres à l’aventure coloniale française, peuvent se lire aussi dans les iconographies et textes des différents monuments commémoratifs et se reflètent dans les débats sur l’identité nationale. 

Crédits photographiques : Mémorial de l’Armée noire, Fréjus-Plage, place des Tirailleurs-Africains-et-Malgaches. Sculpteur : Yvon Guidez, fonderie de Gliwice, Pologne, 1994. Photo : Jacqueline Poggi sur Flickr, 2013.  

 

 

 

L’enseignement de l’Italien en France : parution en Italie

Le CERHIC est heureux d’annoncer la publication de la traduction en italien du livre de Jérémie Dubois sur l’histoire des études italiennes en France des années 1880 à 1940, aux presses de l’université de Bologne, dans la collection « Passato futuro » dirigé par l’historienne Patrizia Dogliani (CLUEB).

https://clueb.it/libreria/passato-futuro/italianistica-e-italofilia.

Le livre a été traduit par Maria Pia Casalena, enseignante et chercheuse en histoire contemporaine à l’université de Bologne, dans le cadre du projet « Nation-Building, Construction de l’Etat et réseaux transnationaux de l’Italie unitaire ».

La version italienne du livre s’intitule Italianistica e italofilia. L’insegnamento dell’italiano in Francia : una disciplina al cuore delle relazioni franco-italiane. ISBN : 978-88-491-5609-6

Cet ouvrage envisage l’histoire sociale, culturelle et politique de l’italianisme et des études italiennes en France sous la Troisième République. L’ouvrage est préfacé par Gilles Pécout.

Références de l’édition originale : Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, Grenoble, ELLUG, coll. « Italie plurielle », 2015, 441 p., préface de Gilles Pécout, ISBN : 978-28-431-0299-8.