Archives par mot-clé : guerres

ANR PARABAINO : violences de masse en temps de guerre

Le Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC, EA 2616) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne a obtenu un financement de l’appel à projet de l’Agence Nationale de Recherche intitulé « Génocides et violences de masse » pour le programme de recherche « PARABAINO, massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre (Antiquité grecque et romaine) ».

Le programme PARABAINO, en centrant l’étude sur l’Antiquité, se propose d’être un socle et un point de départ à la réflexion d’ensemble qui a commencé à être menée sur les génocides et les violences de masse.

Ce programme est coordonné par Isabelle Pimouget-Pedarros, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Nantes (CRHIA), en collaboration avec Nathalie Barrandon, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Reims-Champagne Ardenne (CERHiC). Deux autres institutions sont partenaires : l’Université du Mans (CReAAH- Annie Allely) et l’Université de Caen (HisTéMé/Anhima- Jean-Baptiste Bonnard). Le programme commencera en janvier 2020.

Le programme PARABAINO propose d’appréhender les massacres et les violences extrêmes à travers les expériences grecque et romaine dans une perspective comparée et pluridisciplinaire (Anthropologie, Archéologie, Histoire, Histoire de l’Art, Lettres Classiques, Philosophie). Il s’agit d’étudier la genèse de ces pratiques afin d’inscrire l’Antiquité dans la compréhension globale des génocides et des violences de masse ; les résultats obtenus ont vocation à enrichir la connaissance des sociétés anciennes et à produire un savoir susceptible de contribuer à la réflexion d’ensemble sur le sujet.

Grâce à l’expertise de ses membres, l’équipe du programme PARABAINO proposera une réflexion guidée par trois thèmes transversaux : le corps, le sacré, l’identité.

Un corpus et une étude lexicale seront mis en œuvre afin de nourrir une analyse scientifique scandée par l’étude des pratiques, des discours et des représentations des violences de masse. Les résultats seront mis en ligne sous une forme simplifiée pour le bénéfice des chercheurs, des enseignants du secondaire et du grand public. Le site internet proposera donc en accès libre des fiches analytiques des principales sources textuelles et iconographiques et des fiches thématiques par axe de recherche, mais aussi une bibliographie, un lexique, des résumés des articles et des captations des communications. En effet, des rencontres scientifiques répondant aux questions posées par le programme, puis leur publication complèteront la dissémination et valorisation des résultats auprès des étudiants et des chercheurs, spécialistes de l’Antiquité et/ou des génocides et violences de masse.

Le programme Parabaino recrute un(e) postdoctorant(e) pour une durée de 18 mois (janvier 2020-juin 2021).

Elites en sortie de guerre, journée d’étude, 8 mars

Journée d’étude « Elites en sortie de guerre, Antiquité – XXe siècle »

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-rouge, UFR de Lettres et Sciences humaines, salle polyvalente.

9 h 30. Véronique Beaulande-Barraud (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : Introduction.

9 h 45. Nathalie Barrandon (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Du champ de bataille au champ de Mars : le retour à la vie politique des généraux romains aux deux derniers siècles de la République romaine ».

10 h 10. Emmanuel Melin (Université Paris-Ouest – CHISCO), « Sortir de guerre, rentrer dans l’ordre. Les échevins, le roi et la mise en scène des archives urbaines (1429-1438) ».

10 h 35. Cléo Rager (Université Paris Panthéon-Sorbonne – LAMOP) : « Les enjeux politiques de la fin de la guerre de Cent Ans à Troyes : changements sociaux et contrôle des élites ».

11 h. Débat et pause

11 h 30. Florence Buttay (Université Bordeaux-Montaigne – Centre d’étude des mondes modernes et contemporains) : « Convertir et reconvertir le zèle : les élites ligueuses après la victoire d’Henri IV ».

11 h 55. Natalie Petiteau (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Centre Norbert Elias) : « Petites et grandes élites au sortir des guerres du Premier Empire ».

12 h 30. Débat

Pause déjeuner

14 h 30. Bertrand Goujon (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Des sorties de guerre élitaires au prisme du genre : expériences féminines et nobiliaires des lendemains de la Grande Guerre ».

14 h 25. Pierrick de Saint-Vaast (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Les domaines châtelains du Nord et de l’Est de la France meurtris : la question de la pertinence domaniale dans l’après-guerre (1918 – v. 1925) ».

14 h 50. Pause

15 h 00. Anaïs Bertrand (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Les négociants en vins de Champagne au lendemain de la Grande Guerre : reconstitution du patrimoine privé et engagement communautaire d’une élite économique régionale (1918-1927) ».

15 h 25. Olivier Wieviorka  (ENS Cachan – Institut des Sciences Sociales du Politique): « Les résistants, une nouvelle élite pour la France ? ».

15 h 50. Discussion

16 h  15. Frédéric Gugelot (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : Conclusion de la journée d’étude.

Organisation scientifique :  Bertrand Goujon, Maître de conférences en histoire contemporaine ; Frédéric Gugelot, Professeur d’histoire contemporaine ; Véronique Beaulande-Barraud, Maîtresse de conférences HDR en histoire médiévale.

Ouvert au public. Entrée libre.

Mythes et guerres en Europe contemporaine

Mythes et guerres en Europe contemporaine

 P_Buton_JE_Mythes

10 mars 2016, Reims, 9h30

Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge). Salle de réunion. 

 

Journée d’étude organisée par le Cerhic (Centre d’études et de recherche en histoire culturelle) de l’Université de Reims, Sciences-Po Lille et le LabEx EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe) de l’Université Panthéon-Sorbonne

Le temps de la guerre est celui de l’incertitude, durant lequel les modes d’appréhension ordinaires du monde ont tendance à s’effondrer, aboutissant à des redéfinitions parfois rapides des cadres d’existence. Dans ce contexte se développe la circulation d’idées fausses, de croyances et de rumeurs, analysées dès 1921 par March Bloch pour la Première Guerre mondiale. Or certaines de ces « fausses nouvelles » s’installent durablement, organisant les représentations collectives et redonnant du sens, peut-être des repères, pour affronter le contexte d’incertitude. En ce sens, elles sont créatrices de mythologies dans l’acception retenue par Roland Barthes : « le mythe ne cache rien : sa fonction est de déformer, non de faire disparaître ».

            Ce projet de recherche vise à approfondir la dimension mythique de l’expérience guerrière en Europe contemporaine. Mais le terme de mythe est largement polysémique. Issu de la tradition antique, il renvoie parfois à la naissance, largement reconstruite, d’une réalité fondatrice d’une identité collective. Dépassant ce lointain usage, il recouvre souvent la description des innombrables mensonges dont les propagandes nationalistes firent un large usage au cours des derniers siècles, et que les historiens se sont efforcés de déconstruire. Mais le mythe peut recouvrer une troisième dimension, désignant un complexe d’images mettant le peuple en tension puis en mouvement. Le cœur de notre projet renvoie ainsi à l’analyse fonctionnaliste et sociale des « discours mythiques » concernant la guerre.

Programme

Philippe Buton (Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims), Clémentine Vidal-Naquet (Post-doctorante au LabEx EHNE de l’Université Panthéon-Sorbonne): « Hypothèses initiales »

Le champ historique

Tanja Itgenshorst, Professeure d’Histoire ancienne à l’Université de Reims : « Repenser Jean-Pierre Vernant : Mythe et politique en Grèce archaïque et classique »

Franck Collard (Professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Paris-X) : « Jeanne d’Arc appartient-elle à la mythographie de la ‘’Grant monarchie de France’’ vers 1500 ? »

Nicolas Le Roux (Professeur d’Histoire moderne à l’Université de Paris-XIII) : « L’imaginaire chevaleresque et ses avatars »

Le champ des sciences sociales

Elinor Kelif, (Post-doctorante au LabEx EHNE de l’Université Panthéon-Sorbonne) : « Le mythe de l’âge d’or à la Renaissance

Yves Bizeul, Professeur en Sciences politiques à l’Institut für Politik- und Verwaltungswissenschaften (Université de Rostock, RFA) : « Réflexions sur le mythe politique »

Michel Hastings, Professeur de science politique à l’IEP-Lille) : « Mythe et imaginaire politique. Leçons d’anthropologie politique »