Archives par mot-clé : Grande Guerre

Séminaire, 6 juin : Journée “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 6 juin 2024, de 10 h. à 17 h. 30.

Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle E13

Programme

10 h. Elfie Guyau, « S’identifier comme chrétien : la noblesse indigène face à la christianisation des sociétés andines de la vice-royauté du Pérou, XVIe-XVIIIe siècles ».

Cette communication analyse l’impact de la christianisation des sociétés andines sur les pouvoirs et la légitimité de la noblesse indigène. En s’appuyant sur une approche diachronique de procédures judiciaires et juridiques réalisées pour le compte de nobles indigènes, nous présenterons l’évolution des arguments et outils qu’ils mobilisaient pour établir une réputation d’élites chrétiennes au sein de la société coloniale. Une fois comparés avec des documents attestant la transformation de leurs pratiques religieuses, on peut établir l’évolution des critères qu’ils valorisaient pour consolider leur réputation mais aussi leurs pouvoirs face aux nouvelles élites coloniales.

11 h. 30. Arnaud Baudoin présentera l’ouvrage qu’il a co-dirigé avec Philippe Josserand, D’Orient en Occident. Les Templiers des origines à la fin du XIIe siècle.

En janvier 1120, à Naplouse, barons et prélats de Terre sainte assemblés autour du roi Baudouin II et du patriarche de Jérusalem donnent corps à la confrérie de chevaliers organisée depuis peu autour d’Hugues de Payns. Réunis à Troyes à l’occasion du neuvième centenaire de ce concile, les auteurs, s’appuyant sur le bilan des trente dernières années de la recherche et sur une relecture des sources, explorent à nouveaux frais le premier siècle d’existence de l’ordre du Temple : l’écriture de la mémoire de ses origines, du XIIe siècle à nos jours, à travers les traditions chronistiques, historiographiques et maçonniques ; les personnalités ayant porté ou accompagné la naissance de l’ordre, le comte de Champagne Hugues de Blois et Hugues de Payns, Bernard de Clairvaux, la royauté hiérosolomytaine, Foulques d’Anjou et les barons de Terre sainte ; la position de l’Église devant l’institutionnalisation de cette nouvelle organisation militaire et religieuse, parfois décrite comme révolutionnaire et débattue du point de vue moral, et la réception du Temple dans toute la chrétienté latine, jusqu’au Portugal ou en Europe centrale, voire par-delà auprès d’autres populations chrétiennes ; enfin, l’étude des traces matérielles de la première phase de la présence templière en Orient, dans la péninsule Ibérique et dans le quart nord-est de la France.

14 h. 30. Nicolas Beaupré, « 1914-1918 : Une nouvelle histoire des temporalités en temps de guerre. »

Qu’est-ce que la guerre fait au temps ? Cette intervention tentera de répondre à cette question que des contemporains de la Grande Guerre se posaient déjà : il s’agit de se demander si la guerre comme événement a pu être à l’origine d’un rapport au temps particulier. Nicolas Beaupré proposera une exploration sensible des « moments » de la guerre susceptible de briser l’écoulement linéaire du temps, des altérations des « temps cycliques » en guerre (temps calendaires, alternance du jour et de la nuit) tout comme des « pathologies » propres au temps de guerre (cafard, circulation des rumeurs et fausses nouvelles…). Pour ce faire, une attention toute particulière sera dédiée aux sources mobilisées pour écrire ce type d’histoire, notamment les égo-documents, les images et les objets.

16 h. Myriam Sarri, « La statuaire grecque dans le Latium : quel est le rôle des commanditaires ? »

Cette intervention permettra de voir les différents échanges et les modalités de transfert de la statuaire grecque (bronze, pierre et terre cuite) vers le Latium. Il est intéressant d’analyser les différents critères de sélection de ces œuvres par les commanditaires. Les pillages, à l’origine des premiers transferts, sont suivis par des achats personnels faits dans le cadre d’un « tourisme culturel », qui se développe dès le IIIe siècle avant notre ère. Ainsi, j’envisage d’étudier plus précisément les critères et préférences des clients en ce qui concerne la forme d’une œuvre, son sujet, ou encore sa datation.

Le séminaire peut-être suivi en distanciel :

https://univ-reims-fr.zoom.us/j/97385302783?pwd=eUJNRWo5ZEdlcmZkRks0ZmIwZFpSQT09

ID de réunion: 973 8530 2783

Code secret: 211417

Présentation des intervenants

Elfie Guyau est docteure en Histoire et Civilisation, diplômée de l’institut Universitaire Européen de Florence (European University Institute) et ATER à l’URCA. Ses travaux se situent au croisement entre histoire sociale du fait religieux, histoire sociale de la justice et histoire culturelle. Depuis septembre 2023, dans le cadre du projet ERC ROTAROM17 porté par la Pr I. Poutrin (URCA), elle analyse la carrière des auditeurs castillans du tribunal de la Rote. Egalement membre de l’équipe du projet ECOS Nord AmericAnimal, elle s’intéresse au rôle de la noblesse indigène de la vice-royauté du Pérou dans la diffusion des animaux d’élevage d’origine européenne et la transformation des systèmes agricoles indigènes.

Arnaud Baudin est docteur de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur adjoint des Archives et du Patrimoine de l’Aube (chef du service Archives) et rédacteur en chef de la Revue française d’héraldique et de sigillographie. Sa thèse, sous la direction de Michel Parisse, Emblématique et pouvoir en Champagne. Les sceaux des comtes de Champagne et de leur entourage (fin XIe-début XIVe siècle), a été publiée en 2012. Ses recherches portent sur l’histoire du comté de Champagne, ainsi que sur la diplomatique et l’emblématique médiévales.

Nicolas Beaupré est professeur en histoire contemporaine à l’ENSSIB (Lyon) et au Centre Gabriel Naudé (EA 7286), membre du comité directeur du centre de recherche de l’Historial. Spécialiste de la Grande Guerre et de ses conséquences en France et Allemagne, notamment publié : Ecrire en guerre, écrire la guerre. France-Allemagne 1914-1920 (CNRS éditions, 2006, rééd. 2013), Les Grandes Guerres 1914-1945 (Belin, 2012) et Le traumatisme de la Grande Guerre. Histoire Franco-allemande 1918-1933 (Presses universitaires du septentrion, 2012) qui a reçu le Prix Parlementaire franco-allemand 2013. Récemment, il a codirigé avec Florian Louis une Histoire mondiale du XXe Siècle parue aux PUF en 2022 et a publié en 2023 également aux PUF, En temps de guerre 1914-1918.

Myriam Sarri, doctorante de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et ATER à l’URCA, prépare une thèse sous la direction de Stéphane Bourdin et Catherine Abadie Reynal intitulée La statuaire grecque dans le Latium : transferts, commerce et emplacements entre le IIIe siècle avant J.-C. et le Ier siècle après J.-C.

Image : Historial de la Grande Guerre (Péronne), photo de Clément Vasters sur Flickr, 2017.

Soutenance de thèse : Pierrick de Saint-Vaast, 1er décembre

 Pierrick de Saint-Vaast, doctorant au CERHiC (allocataire 2019-2022), soutiendra le vendredi 1er décembre 2023 à partir de 8 h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R. 418) sa thèse de doctorat intitulée :

Domaines et propriétaires châtelains privés au défi de la Première Guerre mondiale sur le front occidental (France de l’Est et du Nord, Belgique).

devant un jury ainsi composé : Frédéric Gugelot et Bertrand Goujon (PU, CERHIC, co-directeurs de la thèse), Xavier Boniface (PU, Université Picardie Jules-Verne), Claude-Isabelle Brelot (PU émérite, Université Lumière Lyon 2), Emmanuel Debruyne (PU, Université de Louvain), Claire Maingon (MCF, Université de Rouen), Elizabeth C. Macknight (ancienne Lecturer, Université d’Aberdeen) et Eric Mension-Rigau (PU, Sorbonne Université).

Cette recherche doctorale propose l’étude comparée et transfrontalière des domaines et propriétaires châtelains dans les régions du front occidental de la Première Guerre mondiale (incluant les actuelles régions Grand Est et Hauts-de-France, ainsi que la Belgique), des premiers combats de l’été 1914 au milieu des années 1920. Le but est d’établir une histoire totale du fait castral à l’épreuve du premier conflit mondial. Il s’agit non seulement de saisir la multiplicité et l’ampleur des spécificités liées à l’ancrage du fait guerrier sur ces espaces singuliers dans le monde rural, mais aussi d’appréhender l’ensemble des stratégies déployées par les multiples acteurs pour tenter de se prémunir des atteintes ou d’en limiter les conséquences, qu’ils soient membres des familles châtelaines ou à leur service. Ainsi, le sujet met en lumière la propriété châtelaine des sociétés rurales au début du XXe siècle et questionne la redéfinition des rapports de pouvoir et de coopération entre élites châtelaines et société englobante.

Les enjeux de l’indemnisation au titre des dommages de guerre ainsi que ceux du réinvestissement domanial, de la remise en état des cultures et de la reconstruction des édifices et des équipements castraux méritent également d’être abordés dans leur singularité, leurs fortes valeurs historique, architecturale et artistique étant prépondérantes. Fondé sur l’exploitation croisée de riches archives privées, de fonds publics, d’articles de presse, de la littérature mémorialiste et de cartes postales, le sujet est inédit dans ses objets comme dans son ampleur territoriale. Il s’inscrit dans une historiographie de la Grande Guerre renouvelée depuis deux décennies, ainsi que sur la singularité des expériences élitaires dans ce contexte. En prenant en compte toutes les échelles d’analyse, les recherches menées aspirent à de hautes ambitions scientifiques en posant les jalons méthodologiques et théoriques du fait castral au cœur de la Grande Guerre, et en venant enrichir la valorisation patrimoniale régionale des territoires concernés au travers de différents projets à dominante culturelle.

Image : Ruines du château de Gerbéviller (Meurthe-et-Moselle) incendié par les Allemands en août 1914.

(https://www.image-est.fr/fiche-documentaire-chateau-en-ruines-gerbeviller-1284-23003-2-0.html).

Publication : Je maintiendrai. Femmes, nobles et Françaises, 1914-1919.

Le CERHIC est heureux d’annoncer la publication du dernier ouvrage de Bertrand Goujon, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine : Je maintiendrai. Femmes, nobles et Françaises. 1914-1919, paru aux éditions Vendémiaire (Paris) le 6 octobre 2022, publié avec le soutien du CERHiC et du Centre National du Livre.

Présentation de l’éditeur :

ISBN : 978-2-36358-386-4
Prix de vente public : 30 €
912 pages.

Été 1914. L’attentat de Sarajevo met un coup d’arrêt brutal aux flamboyantes mondanités de la Belle Époque. Déchirées par les séparations qu’occasionne la mobilisation, ouvrant pour certaines leurs châteaux aux blessés militaires et aux réfugiés, poussées parfois sur les routes par l’avancée allemande, baronnes, marquises, duchesses, princesses, comtesses et vicomtesses ne sont pas toutes épargnées par les pillages et les bombardements. En l’absence des hommes, il leur faut aussi assumer la gestion des patrimoines et entretenir les réseaux d’influence.

Si d’aucunes trouvent espérance et consolation dans leur foi et leur patriotisme, nombre d’entre elles tiennent le « front intérieur » et, en sus de soutenir leurs proches enrégimentés, s’engagent auprès des soldats et des victimes civiles, au sein de la Croix-Rouge ou au travers d’œuvres de guerre, tandis que d’autres résistent à l’occupant en zone envahie.

Pour la plupart, l’essentiel reste néanmoins de maintenir leur rang, fragilisé par une hécatombe qui a décimé leurs fils et époux, mené certaines au bord de la ruine et conduit d’autres à la mésalliance.

Fort d’une immense masse d’archives (correspondances, journaux intimes, chroniques mondaines…), Bertrand Goujon retrace des trajectoires individuelles et collectives au sein d’un groupe social jusqu’à présent négligé, apportant une contribution essentielle à l’histoire des femmes dans la Grande Guerre.

Pour commander le livre sur le site de l’éditeur, cliquez ici

Séminaire du CERHiC, 9 juin Actualité de la recherche

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 9 juin 2022, de 14 h. à 16 h. 30, Université de Reims, Campus Croix rouge, bâtiment recherche s.E. 13

La dernière session de l’année universitaire est consacrée à l’actualité de la recherche des membres du CERHiC, avec une sélection de travaux en cours représentatifs des activités de l’équipe :

Jérémie Dubois présentera le programme “Dante d’hier à aujourd’hui” (ANR DHAF).

Claire Angotti présentera le programme “Augustin dans les bibliothèques de l’Université de Paris (XIIIe-XVe siècles)” (ANR AUBUPAR).

Pierrick de Saint-Vaast présentera ses recherches doctorales en histoire contemporaine : “Ecrire l’histoire du château dans la Grande Guerre : retour d’expérience”.

Liliane Siani présentera ses recherches doctorales en musicologie : « Les spectacles lyriques au théâtre des arènes de Béziers (1898-1911) : un autre modèle face au Festival de Bayreuth wagnérien. »

Exposition : Anne Morgan à la BU Robert de Sorbon, 4 avril

Le CERHiC est heureux d’annoncer la venue à la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon de l’exposition itinérante “Anne Morgan et le Comité Américain pour les Régions Dévastées (CARD), 1917-1924”, prêtée par le Musée franco-américain de Blérancourt

du 4 avril au 13 mai.

Cette exposition éclaire la figure d’Anne Morgan (1873-1952), philanthrope qui a joué un rôle crucial dans l’organisation des bénévoles américaines venues aider à la reconstruction des régions dévastées par la Grande Guerre. La venue de l’exposition à Reims a été préparée avec l’aide d’étudiants de Licence 3 du département d’histoire (parcours « Études internationales ») et d’étudiants de Master du département d’anglais. Elle est soutenue par le Ministère de la Culture, la Maison des Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, et l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique.

L’ouverture de l’exposition sera saluée par une conférence inaugurale le mardi 5 avril à 16 heures.

16 h. Delphine Diaz (CERHiC) : Introduction.

16 h. 10. Valérie Lagier (Musée franco-américain de Blérancourt) : Le CARD : Aide d’urgence et reconstruction au lendemain de la Première Guerre mondiale.

16 h. 40. Yann Philippe (CIRLEP) : Femme du monde et “femme active” : l’itinéraire en images d’Anne Morgan entre New York et la Picardie.

17 h. 10. Bertrand Goujon (CERHiC) : Des femmes de la noblesse française au secours des populations civiles éprouvées et sinistrées par le premier conflit mondial.

17 h. 40. Débat avec le public.

18 h. Vernissage de l’exposition.

Séminaire du CERHIC, 14 nov. Frontieres et mobilités

Séminaire du CERHIC

Normes et pouvoirs

Jeudi 14 novembre 2019, de 12 h. 30 à 14 h. 30

Campus Croix-Rouge, MSH, salle 112

Maxime Kaci : Des marges au centre : approche historique des dynamiques (trans)frontalières durant la Révolution  française.

Nicolas Charles : Les réfugiés pendant la Grande Guerre : le cas des Ardennes.

Maxime Kaci, Maître de conférences en  histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté (Centre Lucien Febvre, EA 2273), mène ses recherches sur les transformations des délimitations territoriales et leurs effets sur les sociétés et les populations transfrontalières durant la Révolution française et l’Empire.  Il a publié en 2016 Dans le tourbillon de la Révolution. Mots d’ordre et engagements collectifs aux frontières septentrionales (1791-1793), ouvrage issu de sa thèse de doctorat . Il a été en 2018-2019 en délégation CNRS pour un projet interdisciplinaire sur “Les changements de nature des délimitations territoriales et leurs effets sur l’organisation des sociétés en Europe (XIVe-XXIe siècle” à la MSH Ledoux (Univ. Franche-Comté). 

Nicolas Charles, professeur agrégé d’Histoire, est spécialiste de la Grande Guerre et de l’occupation du Nord de la France durant ce conflit. Il mène actuellement ses recherches doctorales sur “Vivre avec l’autre. Les relations interpersonnelles dans le Nord et les Ardennes occupés pendant la Grande Guerre” sous la direction de la Prof. Aya Aglan (Université Paris 1).

Cover_Kaci_2016
M. Kaci, Dans le tourbillon de la Révolution, Rennes, PUR, 2016.

Crédit photographique : “Refugees from Melville”, Par The Library of Congress — Cette image est disponible sur la Prints and Photographs division de la Bibliothèque du Congrès des États-Unis sous le numéro d’identification ggbain.27423.

Elites en sortie de guerre, journée d’étude, 8 mars

Journée d’étude “Elites en sortie de guerre, Antiquité – XXe siècle”

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-rouge, UFR de Lettres et Sciences humaines, salle polyvalente.

9 h 30. Véronique Beaulande-Barraud (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : Introduction.

9 h 45. Nathalie Barrandon (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Du champ de bataille au champ de Mars : le retour à la vie politique des généraux romains aux deux derniers siècles de la République romaine ».

10 h 10. Emmanuel Melin (Université Paris-Ouest – CHISCO), « Sortir de guerre, rentrer dans l’ordre. Les échevins, le roi et la mise en scène des archives urbaines (1429-1438) ».

10 h 35. Cléo Rager (Université Paris Panthéon-Sorbonne – LAMOP) : « Les enjeux politiques de la fin de la guerre de Cent Ans à Troyes : changements sociaux et contrôle des élites ».

11 h. Débat et pause

11 h 30. Florence Buttay (Université Bordeaux-Montaigne – Centre d’étude des mondes modernes et contemporains) : « Convertir et reconvertir le zèle : les élites ligueuses après la victoire d’Henri IV ».

11 h 55. Natalie Petiteau (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Centre Norbert Elias) : « Petites et grandes élites au sortir des guerres du Premier Empire ».

12 h 30. Débat

Pause déjeuner

14 h 30. Bertrand Goujon (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Des sorties de guerre élitaires au prisme du genre : expériences féminines et nobiliaires des lendemains de la Grande Guerre ».

14 h 25. Pierrick de Saint-Vaast (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Les domaines châtelains du Nord et de l’Est de la France meurtris : la question de la pertinence domaniale dans l’après-guerre (1918 – v. 1925) ».

14 h 50. Pause

15 h 00. Anaïs Bertrand (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Les négociants en vins de Champagne au lendemain de la Grande Guerre : reconstitution du patrimoine privé et engagement communautaire d’une élite économique régionale (1918-1927) ».

15 h 25. Olivier Wieviorka  (ENS Cachan – Institut des Sciences Sociales du Politique): « Les résistants, une nouvelle élite pour la France ? ».

15 h 50. Discussion

16 h  15. Frédéric Gugelot (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : Conclusion de la journée d’étude.

Organisation scientifique :  Bertrand Goujon, Maître de conférences en histoire contemporaine ; Frédéric Gugelot, Professeur d’histoire contemporaine ; Véronique Beaulande-Barraud, Maîtresse de conférences HDR en histoire médiévale.

Ouvert au public. Entrée libre.