Archives par mot-clé : Grande Guerre

Le Champagne et la Grande Guerre

666_001

Jeudi 8 octobre 2015

Le Centre de recherches en Histoire culturelle (CERHIC, laboratoire de recherche du département d’Histoire de l’URCA) organise une journée d’études sur le thème « Le Champagne et la Grande Guerre ». Le but de cette rencontre est triple : diffuser les premiers résultats de quelques travaux inédits, engager une réflexion collective sur les futures pistes de recherche à explorer, renforcer les échanges entre les chercheurs et les responsables du patrimoine et des archives des maisons de champagne.

Sont d’ores et déjà programmées les communications suivantes :

– Anaïs Bertrand, Jeanne Colin (étudiantes en Master à l’URCA) : Premières recherches sur le Champagne et la Grande Guerre

Joëlle Beurier (professeure agrégée à l’URCA) : Femmes, champagne et Grande Guerre

Philippe Buton (professeur d’Histoire contemporaine à l’URCA) : L’image du champagne dans la Grande Guerre

– Jérôme Buttet (diplômé de Master à l’URCA) : Les graffiti de la Grande Guerre dans les caves des maisons de champagne

– Jean-François Cartonnet (docteur en Histoire contemporaine) : Les dommages de guerre chez Veuve Clicquot

– Yves Tesson (docteur en Histoire contemporaine) : Mumm ou les hasards de la guerre.

La rencontre aura lieu sur le campus Croix-Rouge de l’URCA (Salle du Conseil, 2ème étage, Bâtiment 17) et elle est ouverte à tous.

Pour plus de renseignements :

Sarah Castillo-Camacho (sarah.castillo-camacho@univ-reims.fr)

Parution – B. GOUJON, Du sang bleu dans les tranchées

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du livre Du sang bleu dans les tranchées, publié par Bertrand Goujon, membre du CERHiC et maître de conférences en histoire contemporaine à l’URCA :

Bertrand Goujon, Du sang bleu dans les tranchées, Paris, Vendémiaire, 2015

 

Accueillant avec optimisme la mobilisation d’août 1914, des nobles de tout âge s’engagent sous les drapeaux, en particulier dans la cavalerie, l’infanterie et l’aviation. Dès les premiers mois du conflit, un immense décalage se fait jour entre leurs idéaux guerriers, hérités d’une prestigieuse tradition militaire, et la réalité brutale de combats.
où les avancées technologiques, l’attente et l’inaction cristallisent la hantise d’une mort sans gloire. Issues d’un monde où l’exploit individuel, le sacrifice et le dépassement de soi sont particulièrement valorisés, les noblesses françaises connaissent une désillusion amère et restent le plus souvent en marge de la camaraderie des tranchées.
Au fil des années, toutefois, ces combattants de tous grades découvrent, entre incompréhension, condescendance et bienveillance, des compatriotes qu’ils connaissent mal. Cette expérience d’altérité, qui ébranle les hiérarchies d’avant-guerre, est d’autant plus déstabilisante qu’entre 1914 et 1916, ce sont près d’un quart des 5870 aristocrates mobilisés qui perdent la vie: une hécatombe, frappant une catégorie sociale déjà fragilisée.

À travers les correspondances, récits et souvenirs de ces combattants, qui ont laissé d’innombrables archives et témoignages restés dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui, ce livre est une contribution inédite à l’histoire sociale et culturelle de la Première Guerre mondiale.

Ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Bertrand Goujon est spécialiste de l’histoire du long XIXe siècle et des élites européennes. Maître de conférences à l’université de Reims Champagne-Ardenne, il est l’auteur de Monarchies postrévolutionnaires (2012).

J. Beurier, invitée de « Sur les docks » (France Culture)

Le 12 novembre 2014, Joëlle Beurier, membre du CERHiC, était l’invitée de l’émission de France Culture « Sur les docks », sur le thème « La Grande Guerre en images ».

Pour écouter l’émission :

https://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-la-grande-guerre-en-images-2014-11-12

IMG_8038

Présentation de l’émission « La Grande Guerre en images »

 

Eté 1914 : interdits par la censure d’accéder au front, les journaux n’ont rien à se mettre sous la dent. Or l’opinion a soif d’images, elle veut voir à quoi ressemble cette guerre moderne. Un hebdomadaire, Le Miroir a l’idée de lancer un concours des meilleures photographies de guerre, avec récompenses à la clé. Du front affluent les premières photos…

Certains des soldats mobilisés ont en effet pris soin de glisser dans leur paquetage un des derniers-nés des usines Kodak, le Vestpocket, léger et maniable. Malgré l’interdiction, ils témoignent des réalités du conflit, ils dénoncent, ils se racontent, ils trompent l’attente, et gagnent un peu d’argent. Leurs images, ainsi que celles rapportées en même temps par les premières cameras, bousculent les représentations traditionnelles de la guerre. Que racontent ces photos et ces films ? Qui sont ceux qui les firent ?

 

Avec :

Les historiens : Joëlle Beurier, Thierry Gervais, Laurent Veray (pour le cinéma), Luce Lebart (Société Française de Photographie), Anthony Petiteau, (historien au Musée de l’Armée et co-commissaire (Avec Sylvie Leray Burimi) de l’exposition Vu du Front : représenter à la guerre)

Et des membres de l’Association des peintres de l’armée de terre.

Lectures par Thierry Beauchamp des lettres d’Henri Barbusse à sa femme, et d’autres correspondances de photographes combattants.

Archive filmée d’un ancien opérateur du front (collection musée Albert Kahn)

Remerciement à la bibliothèque Carnegie de Reims pour leur accueil.