Archives par mot-clé : diamant

N. Vargaftig, Itinéraire d’un diamant – 9 mars au CERHiC

Nous vous invitons à la prochaine séance du séminaire commun du CERHiC qui aura lieu jeudi 9 mars 2017, de 12h30 à 14h, sur le campus Croix Rouge, bâtiment recherche (salle R112).

L’actualité de la recherche au CERHiC :

Présentation de travaux de Nadia Vargaftig

(MCF en histoire contemporaine)

« Itinéraire d’un diamant: l’Angola sous administration portugaise dans les circuits commerciaux diamantaires (1917-1975) »

L’évocation du diamant renvoie à une foule de représentations fortement antithétiques, puisant dans une culture médiatique et populaire qui va de Rihanna à Marilyn Monroe en passant par James Bond, Graham Greene et Leonardo di Caprio.

De ce corpus ressort ainsi un imaginaire fort autour de cette pierre précieuse, fait de « glamour », de richesse, d’élitisme et de violence. Pierre de pouvoir puis pierre d’amour, sa composition et sa dureté en soulignent la rareté et l’éternité, renvoyant à des valeurs constitutives de l’objet de luxe et de ses usages.

Mais au-delà de la fascination qu’il exerce et d’une possible histoire de ses représentations, l’histoire du diamant est aussi celle d’un bien de consommation dont les historiens ont tenté d’identifier la conformité autant que les spécificités vis-à-vis des règles et des lois du marché : histoire de réseaux, de capitaux et de monopoles, histoire de mineurs, d’ingénieurs, d’artisans, de négociants et de consommateurs. Objet global depuis l’origine, parti des mines indiennes épuisées dès le milieu du XVIIIe siècle jusqu’aux vastes ressources du continent africain, en passant par l’intermède brésilien du premier XIXe siècle, il transita longtemps par Lisbonne, première capitale de la taille avant d’être supplantée par Anvers. Mais ce fut très tôt à Londres que se fixèrent les prix et les pratiques d’un commerce dont on ne saurait assez souligner le caractère résolument opaque voire occulte.

Dans ce contexte général il s’agira de s’intéresser à la place d’une partie du territoire angolais, sous administration portugaise pendant ce que l’on a nommé le « dernier empire » portugais, des XIXe-XXe siècle. Territoire administré par la DIAMANG, vaste entreprise multinationale mise au service des intérêts nationaux et impériaux portugais, il prit la forme d’une concession en 1917, cinq ans après qu’eurent été découverts les premiers filons diamantifères dans la région frontalière avec le Congo belge, lui-même administré par une entreprise concessionnaire, la FORMINIERE.