Archives par mot-clé : Bertrand Porot

Séminaire du CERHiC, 20 fév. 2018 : Bertrand Porot

Séminaire d’équipe 2017-2018
Normes et pouvoirs

Mardi 20 février 2018

Salle polyvalente, Bâtiment Recherche (UFR des Lettres et Sciences Humaines), de 12 h 30 à 14 h 00.

Bertrand POROT

Professeur de Musicologie à l’URCA, membre du CERHiC

L’opéra-comique des foires parisiennes

Au XVIIIe siècle, en marge des institutions royales, les théâtres de la Foire à Paris attirent un public varié et aux classes sociales mêlées. Leurs spectacles ont lieu pendant les grands rassemblements commerciaux que sont la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été. Dans ces deux grandes foires apparaît, à la toute fin du XVIIe siècle, le genre de l’opéra-comique. Son succès est tel qu’il se heurte rapidement aux privilèges des scènes officielles : la Comédie-Française et l’Opéra. Dès lors, l’opéra-comique élabore une dramaturgie pleine de fantaisie et d’invention, qui vise à détourner les interdictions dont il est l’objet.

Jusqu’à présent, l’opéra-comique du début du XVIIIe siècle a été peu étudié, en raison de ses origines foraines, jugées peu prestigieuses, et de ses sources éparpillées et fragmentaires. La recherche actuelle, grâce à de nouveaux programmes, lui redonne désormais tout son rôle et son importance, autant pour l’aspect théâtral que pour l’aspect musical, qui nous occupera plus particulièrement dans cette conférence.

B. Porot – Rameau après Rameau

Journée d’études « Rameau après Rameau »

Master musique et musicologie

 

Université de Reims

Département de musique et musicologie

Direction : Bertrand Porot (Université de Reims-CERHiC)

Lundi 8 décembre 2014

 

Salle : BM 09 salle 1

 

I- Construction du personnage Rameau et de sa renommée

-10h : Jean-Claire Vançon (CFMI d’Orsay, Université Paris Sud-XI) : « Les usages de Rameau en France au XIXe siècle »

-10h45 : Stéphan Etcharry (Université de Reims-CERHIC) : « Présences de Rameau à la Schola Cantorum (1894-1918) »

-11h15 : Thomas Vernet (Fondation Royaumont) : « “Le premier compositeur français qui mérita le nom de maître” : Rameau au regard de Berlioz »

Discussion

 

Déjeuner

 

II- Rameau théoricien et sa postérité

-14h : Véronique Le Ru (Université de Reims-CIRLEP) : « Les relations de d’Alembert à Rameau : la fabrique d’une image de Rameau en représentant de l’esprit de système »

-14h30 : Jean-Marc Chouvel (Université de Reims-IReMus) : « Postérité de la notion de basse fondamentale »

Discussion

 

Pause

 

III- Interprétation et analyse des œuvres de Rameau

-15h30 : Guillaume Jablonka (Université Paris-III, Compagnie Divertimenty) : « Les sources pour la restitution de la danse dans les opéras de Rameau »

-16h00 : Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne-IReMus) : « Analyser Rameau aujourd’hui : l’exemple des ateliers Rameau en 2014 »

Discussion

 

Conclusion

 

Inscription auprès de Geneviève Frey :

genevieve.frey@univ-reims.fr

Argumentaire de la journée

 

Dès l’année de sa mort en 1764, Jean-Philippe Rameau a fait l’objet d’une littérature importante qui concerne sa personne, ses écrits ou sa musique. Le compositeur a donc eu très tôt les honneurs de l’histoire de la musique, et sa pensée a irrigué et influencé un grand nombre de travaux théoriques ou musicologiques. De même, sa musique a eu, avec plus ou moins de fortune, une interprétation quasi continue depuis le XVIIIe siècle.

La journée proposée a donc pour but d’examiner la réception de l’œuvre du compositeur après sa mort – musique et théorie. Elle examinera en particulier de quelle manière s’est construit un personnage illustre de l’histoire de la musique française, sorte de « gloire » nationale. De même pourront être envisagés les différents avatars de sa pensée théorique aussi bien sur le plan esthétique, musical que pédagogique. Enfin l’interprétation même de sa musique et sa réception depuis le XVIIIe siècle, feront également partie des réflexions à mener dans la journée.

 

ANR CIRESFI – Bertrand Porot

Bertrand Porot, professeur des universités en musicologie à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC, est directeur de la partie Musicologie du projet « Contrainte et Intégration : pour une réévaluation des spectacles forains et italiens sous l’Ancien Régime » (CIRESFI ANR 14-CE31-0017), coordonné par Françoise Rubellin (Université de Nantes).

Le CERHiC est l’un des partenaires scientifiques de ce projet de recherche pluriannuel (2014-2018) financé par l’Agence nationale de la recherche.

Présentation du projet

Alors que Louis XIV a mis en place une politique culturelle fondée sur la centralisation et le monopole (seule l’Académie royale de musique pouvait donner des opéras et spectacles de musique et danse, seule la Comédie-Française peut donner des tragédies et comédies en français), deux autres théâtres réussirent pendant plus d’un siècle à exister et à se maintenir en dehors de ce système de privilège : la Comédie-Italienne et les théâtres de la Foire, qui se produisaient deux mois pendant les grands rassemblements commerciaux qu’étaient la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été.

Jalousés par les deux scènes privilégiées, ils connurent des crises majeures, des procès incessants, des expulsions, des destructions. Or l’histoire de la littérature a longtemps fait peu de place à ces deux théâtres, célébrant les classiques de la Comédie-Française, comme Voltaire et Beaumarchais, et minimisant tout ce que Marivaux doit à la Comédie-Italienne ; quant aux spectacles forains, ils n’ont jamais eu droit jusqu’à aujourd’hui à un chapitre dans un manuel scolaire. Pourtant ils sont partie intégrante du patrimoine dramatique français, et témoignent d’une extraordinaire inventivité face à la contrainte, générant de nouvelles formes dramatiques (pièces par écriteaux, monologues à plusieurs, pantomimes, opéra-comique, etc.) qui perdureront aux siècles suivants (depuis l’opérette jusqu’au karaoké). Si ces théâtres de la Foire, ainsi que tout un pan de la Comédie-Italienne, ont été largement sous-étudiés, c’est pour des raisons politiques, idéologiques mais aussi matérielles (sources d’archives manuscrites, souvent dispersées, musique perdue, des centaines de pièces inédites etc.).

Le projet repose en premier lieu sur une masse de ressources jusque-là inexploitées et inédites (près de 30000 pages de registres, actes notariés, procès-verbaux, comédies et opéras-comiques inédits).

En traitant ensemble pour la première fois la Comédie-Italienne et les théâtres forains, ces deux exclus du système des privilèges, il s’agira d’interroger d’une part les processus d’acculturation des Italiens et d’institutionnalisation (en 1762 la troupe de l’Opéra-Comique de la Foire fusionne avec la Comédie-Italienne ; l’Académie royale de musique cède en 1779 pour 30 ans le privilège de l’Opéra-Comique au Théâtre-Italien) et d’autre part les innovations artistiques inventées sous la contrainte par ces théâtres pour se maintenir.

Devant l’ampleur de ces archives, CIRESFI relève un défi technologique en faisant collaborer les spécialistes du théâtre avec des chercheurs réputés en STIC pour travailler à la création d’un outil de reconnaissance de l’écriture manuscrite, afin de faciliter la saisie de milliers de pages pour la construction d’une vaste base de données interactive. Il s’agit à terme de pouvoir mettre en relation tous les éléments et événements qui concernent un spectacle des théâtres de la Foire ou de la Comédie-Italienne, depuis le coût de la production (registres), les accessoires utilisés, les acteurs employés, la composition sociale du public, les airs (retrouver les partitions et les instruments utilisés par l’orchestre), les danses (retrouver les types de danse), le texte de la pièce (déchiffrer et étudier les manuscrits, analyser les marques des censeurs).

Ce programme ambitieux jette un regard résolument neuf sur des formes émergentes de création et sur les mutations de l’économie du spectacle ; il comporte des enjeux aussi bien esthétiques que sociaux. C’est un défi matériel et herméneutique pour montrer un autre visage culturel du patrimoine dramatique des Lumières que celui qui lui est académiquement consacré.

Pour en savoir plus, consultez le site dédié au projet CIRESFI