Archives par mot-clé : Antiquité

Séminaire du CERHIC, 6 février : sociétés grecque et romaine

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Jeudi 6 février 2020, de 12 h. 30 à 14 h. 30

Université de Reims, Campus Croix-Rouge, MSH, salle R 112

Romain Guicharousse : Femme et étrangère, une double exclusion dans l’Athènes classique ?

Romain Guicharousse est professeur agrégé d’histoire et Docteur en histoire grecque. Sa thèse intitulée  » Les étrangers au sein de la communauté athénienne (V e – IIIe s. av. n.è.) » a été soutenue à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2017. Outre des articles liés à ses recherches doctorales, il a écrit avec Ludovic Thély Les Grecs et les autres (VIe-IVe siècle av. J.-C.) (Editions Atlande, 2017) et dirigé avec Paulin Ismard, Mathieu Vallet et Anne-Emmanuelle Veïsse L’identification des personnes dans les mondes grecs (Editions de la Sorbonne, 2019). Il est membre du laboratoire ANHIMA (UMR 8210).

Cyrielle Landrea : La mémoire de la noblesse à la fin de la République romaine.

Cyrielle Landrea est Maîtresse de conférences en Histoire romaine à l’université de Bretagne Sud, professeur agrégée d’Histoire et Docteur en histoire romaine. Elle a soutenu sa thèse sur « Les Valerii Messallae. Histoire, mémoire et pouvoir d’une famille noble (Ier av. – Ier s. ap. J.-C.) « en 2013 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est l’auteur de plusieurs articles sur la noblesse romaine et sur l’histoire politique et culturelle de la République romaine et de l’époque julio-claudienne. Elle est membre du laboratoire HALMA (UMR 8164).

Café histoire, 27 mars : Nathalie Barrandon

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne vous invitent le mercredi 27 mars au Café de Reims, 85 place Drouet d’Erlon (Reims), de 18 h à 20 h.

La conférence du jour sera donnée par Nathalie Barrandon qui présentera son livre Les massacres de la République romaine, publié en 2018 aux éditions Fayard.

Professeure d’histoire ancienne à l’université de Reims et membre du CERHiC, Nathalie Barrandon étudie la vie politique au dernier siècle de la République romaine, entre crises politiques et guerres civiles. Elle a publié plusieurs livres sur le gouvernement de l’Empire romain, dont De la pacification à l’intégration des Hispaniques (133-27 a.C.) en 2011. Elle travaille actuellement sur la transgression en temps de guerre.

L’exécution en masse des ennemis politiques à la fin de la République romaine, entre le IIIe et le Ier siècle av. J.-C. , illustre un mot qui fut inventé pendant les guerres de Religion : le massacre. Récits littéraires, iconographie ou archéologie éclairent les conditions du passage à l’acte, les responsabilités, les choix opérés (tuerie, pillage, destruction matérielle, asservissement…) offrent un éclairage nouveau sur la société romaine. Car s’il n’y eut que peu de massacres, ces expériences de la violence de masse participèrent à l’élaboration d’un système de valeurs fondé sur le comportement des élites et leurs vices, donnant peu à peu matière à la figure du tyran.

Crédits : Antoine Caron, Les massacres du Triumvirat (1566). Paris, Musée du Louvre.