ANR AUBUPAR : AUGUSTIN dans les Bibliotheques de l’université de Paris

Le projet AUBUPAR (AUgustin dans les Bibliothèques de l’Université de PARis (XIIIe-XVe s.) : la diffusion et l’usage scolastiques des œuvres attribuées à Augustin à la fin du Moyen Âge », sélectionné par l’Agence Nationale de la Recherche en 2020, est coordonné par la Dr Claire Angotti, maîtresse de conférences en histoire médiévale et membre du CERHiC. L’équipe du projet compte quatre chercheurs et deux chercheuses d’autres universités françaises ou étrangères.

AUBUPAR explore un aspect méconnu de la diffusion médiévale de l’œuvre d’Augustin (354-430) : celle qui a lieu au sein de l’Université médiévale. La diffusion de ce Père de l’Église dont la réflexion a contribué à la spécification de la pensée et de la société européennes et dont les œuvres ont nourri les cadres religieux, sociaux et politiques de l’Occident médiéval n’a été explorée que jusqu’au XIIe siècle. Elle a aussi été étudiée pour les cercles humanistes et réformateurs de l’époque moderne. Les XIIIe-XVe siècles constituent en revanche un large pan d’ombre dans son histoire. La naissance et l’organisation du nouveau système d’enseignement qu’est l’Université ont un impact sur l’élaboration, les formes, la circulation et le contenu des savoirs. Comment mesurer, sur l’œuvre immense d’Augustin (120 traités, 300 lettres, 500 sermons), les conséquences de son appropriation universitaire et la manière dont s’exercent, sur cette œuvre, les mécanismes de l’érudition scolastique ?

Née au début du XIIIe siècle, Paris est l’une des plus anciennes universités. Elle se distingue par les disciplines enseignées, dans différentes facultés : arts libéraux, puis philosophie au cours du XIIIe siècle, droit canon, médecine, et, surtout, théologie. L’université de Paris possède en effet un monopole sur l’enseignement théologique, seulement remis en cause au milieu du XIVe siècle, son rayonnement porte sur l’ensemble de l’Occident médiéval. Le cadre parisien est donc pertinent pour qui souhaite étudier la diffusion scolastique d’Augustin
Le champ d’investigation concerne les bibliothèques fréquentées par les maîtres et les étudiants
parisiens. Quatre bibliothèques sont privilégiées en raison d’une démarche scientifique en deux temps : d’abord, fondée sur les sources bibliothéconomiques anciennes (inventaires, registres de prêt), elle s’appuie ensuite sur l’analyse minutieuse des volumes subsistants. Ces derniers, pour la France, n’ont jamais été l’objet d’une recension systématique. Or les livres sont témoins de l’usage qu’en font leurs lecteurs : les textes sont combinés pour constituer un recueil, annotés, accompagnés d’instruments de travail (index, tables), commentés, traduits et même imités. Toutes ces procédures éclairent de manière très concrète l’usage complexe et le vaste mouvement d’appropriation intellectuelle de l’œuvre d’Augustin à la fin du Moyen Âge.

À partir de l’analyse du corpus, AUBUPAR offre tout d’abord une évaluation globale de l’ampleur de la circulation et de la forme des œuvres d’Augustin reçues à l’Université. Il explore ensuite la circulation des œuvres au sein d’une bibliothèque, leurs modalités de consultation. AUBUPAR s’intéresse enfin aux méthodes d’appropriation du contenu des ouvrages révélées par les annotations, les instruments de travail élaborés par les maîtres dans leurs manuscrits ce qui éclaire les stratégies de lecture dont les volumes ont été l’objet, de la part de ceux qui constituent l’élite sociale, politique, religieuse et intellectuelle de l’Occident de la fin du Moyen Âge.
Cette enquête dépasse le champ strict de l’histoire intellectuelle : s’intéressant aux intellectuels et à leur livres, elle explore toutes les strates de la diffusion scolastique d’Augustin, en examinant méthodiquement les textes, leur circulation, leurs usages pour mettre en lumière, à travers ces éléments concrets, les soubassements de la complexe notion d’« augustinisme », pour la cerner au plus près et la mieux définir et ainsi comprendre son poids dans d’autres champs historiques, celui de l’histoire politique ou des institutions.

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search