Projet de l’unité de recherche, 2024-2028

La structuration thématique envisagée pour le contrat de laboratoire de 2024-2028 se situe globalement dans le prolongement de celle du contrat de 2017-2023. Néanmoins, l’intégration au sein du laboratoire des 5 membres nommés depuis 2016 et le départ de 12 membres durant la même période, l’évolution de l’historiographie, l’apparition de nouveaux objets d’études et l’exploitation de nouvelles sources ont mené à infléchir la définition des axes de l’unité de recherche. La fonction structurante de ces axes s’étend à la maquette du Master recherche en histoire.
En raison des variables propres à l’organisation de la recherche dans le contexte actuel (demandes de financement à l’issue aléatoire), la présentation des axes apparaît ici principalement à travers l’exploration de notions et de concepts structurants, suivis d’exemples parmi les nombreux projets proposés par les membres de l’unité, dont certains sont déjà engagés.

1. Normes, conflits, violences

Cet axe concerne les normes de toutes sortes qui régulent les rapports sociaux et politiques, les pratiques religieuses, culturelles, artistiques, et scientifiques, et l’organisation des groupes humains. Il couvre un très large spectre dans un dialogue interdisciplinaire avec, notamment, l’histoire du droit (international, canonique, humanitaire), la sociologie, l’anthropologie, la sémiotique, l’histoire de la consommation.

La normativité est envisagée sous des angles variés : étude des acteurs et producteurs, de la construction, de la diffusion des normes, de leur rapport avec les usages et pratiques, de leur effectivité, de leur vérification et de leur contrôle, de leurs enjeux sociaux et politiques, des opérations de réception, d’appropriation et d’incorporation, des actions de transgression, des contestations et des affrontements. En musicologie, le thème de la norme est abordé à travers l’enseignement de l’écriture et de la composition musicale et les débats autour des langages et des esthétiques musicales et artistiques. Enfin, l’étude des normes est inscrite dans le cadre des possibles (épistémè, fondements théologiques, systèmes de signes et paléographie, culture visuelle, système anthropologique) par un travail de contextualisation.

Le thème de la norme s’ouvre sur ceux de la contrainte et de la violence sous toutes leurs formes et pour leur éventuelle dimension transgressive. On envisage des niveaux de conflictualité variables : formes paroxystiques des violences interétatiques, interethniques, interreligieuses (massacres, martyres), controverses entre experts et polémiques (sur des normes esthétiques ou religieuses), judiciarisation des conflits, formes de contrainte plus ou moins subtiles (extorsion du consentement, conflits sans violences, production délibérée d’un nouvel habitus corporel intégrant les nouvelles normes), légitimations de la violence (politique, religieuse, « éducative »). On s’intéresse de même aux opérations de pacification et à la production du consensus, à la construction de la concorde, ainsi qu’aux représentations de la paix et de la guerre. Le cadre domestique au sens large (famille, maisonnée, domaine, monastère, cité grecque, paroisse, ville ou palais) sera l’objet de plusieurs enquêtes.

2. Espaces, mobilités et circulations

Les travaux menés dans cet axe portent sur les mobilités et les circulations (d’individus, de groupes, de pratiques, d’objets culturels, religieux, etc.) produites par les conflits politiques, les dominations sociales, les constructions nationales ou impériales, les persécutions religieuses, mais aussi les activités professionnelles, les relations diplomatiques, la fréquentation d’institutions d’enseignement, le prosélytisme politique ou religieux, etc. Des micro-mobilités aux mouvements transnationaux, toutes les échelles de déplacements peuvent être considérées.

Les changements de religion ou de classe sociale sont considérés sous l’angle des déplacements spatiaux qu’ils;peuvent entraîner au sein d’un territoire (quartier, ville) ou par le franchissement de frontières. Les approches sont variées, se situant le plus souvent au niveau des acteurs euxmêmes, par la reconstitution d’itinéraires de vie et de carrière ou de trajectoires familiales ; la prosopographie et l’analyse de réseaux contribuent à ces enquêtes. Les passeurs de tout type (intermédiaires culturels, truchements, traducteurs, marchands, agents d’influence ou de conversion) sont étudiés. Les usages et représentations de l’espace, les savoirs cartographiques et les pratiques et récits du voyage et/ou du séjour à l’étranger trouveront leur place dans cet axe, de même que, par exemple, les actions d’appropriation de l’espace, de valorisation (notamment patrimoniale) des territoires et de construction des limites spatiales.

Cet axe mobilise aussi d’autres approches : circulation des objets, transferts culturels, emprunts, transplantation et échanges esthétiques, tant en musicologie qu’en histoire. 

3. Cultures, savoirs et transmissions

Cet axe regroupe et combine l’histoire intellectuelle – définie comme l’histoire des idées et des savoirs replacés dans leurs contextes de production – et l’histoire des objets culturels (livres, partitions musicales, images, artefacts à caractère artistique ou usuel, bâtiments, ressources zoologiques, botaniques et minéralogiques, etc.).
L’histoire intellectuelle concerne plusieurs domaines : juridique, artistique, linguistique et religieux notamment. Elle recouvre à la fois l’histoire des idées et des savoirs et celle des savants, intellectuels, clercs, artistes, bibliothécaires et archivistes envisagés dans leurs carrières, leurs milieux professionnels et leurs réseaux. Si elle comporte une forte dimension d’érudition, elle mobilise également les concepts analytiques des sciences sociales. Elle est attentive aux publics, non pas considérés comme des récepteurs passifs, mais comme les acteurs de processus de transmission, de transformation et d’hybridation.

Les projets des membres du CERHiC couvrent un ensemble varié d’objets culturels (architecture, sculpture, iconographie monétaire, photographie, partitions musicales et correspondances. Les processus de patrimonialisation et les usages mémoriels des savoirs et des objets culturels sont largement explorés à partir de corpus divers.

L’unité de recherche souhaite adosser à ses travaux sur les images et les artefacts à caractère artistique ou usuels un nouveau parcours proposé en seconde année de Master Histoire, intitulé “ Cultures matérielles, productions visuelles et usages numériques”, afin de doter les étudiants d’outils d’analyse de nouveaux supports de création artistique et culturelle (jeux vidéo, bandes dessinées, mangas, cinéma animé,
etc.) et de les familiariser avec l’approche historique d’objets tels que la photographie amateure, la mode et les productions artistiques au sens large (chansons, images animées, cuisine par exemple).

Photographie : Sport d’hiver, course féminine de patin à glace (1921), agence Rol (Gallica bnf).

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search