Portfolio – 5. Le “droit de correction”

Le “droit de correction” est une notion omniprésente dans les derniers siècles du Moyen Âge et l’époque moderne : il s’agit du droit, alors reconnu aux chefs de famille, maîtres d’école, supérieurs religieux ou employeurs, de frapper les personnes placées sous leur autorité (femmes, enfants, élèves, moines, apprentis, etc.) afin de leur inculquer des normes de comportement ou de les punir.  La violence exercée sur autrui dans le but de dresser, d’éduquer, de corriger ou de punir englobe des pratiques très anciennes (coups, fouet, privations, enfermement) et d’autres plus caractéristiques d’une époque, comme le bonnet d’âne dans l’école de la Troisième République. Certaines, comme la gifle et la fessée, semblent si banales qu’on ne les perçoit pas d’emblée comme des objets d’histoire. Jusqu’à ces dernières décennies, cette violence infligée dans le cadre de la maisonnée, distincte et complémentaire de la violence de l’État, n’était contestée que lorsqu’elle était manifestement excessive. Le « droit de correction » était considéré comme un pilier de l’ordre social, exprimant l’autorité des parents sur leur enfant, du mari sur sa femme, du maître sur son élève, son apprenti ou son esclave.

Travailler sur l’histoire de cette notion permet de relier un ensemble de pratiques, de discours, de représentations qui relèvent de contextes très divers. 

Le groupe “Droit de correction” a été formé en 2017, à l’initiative d’Isabelle Poutrin et en collaboration avec Elisabeth Lusset (Lamop, CNRS). Il s’inscrit dans l’axe 1 du projet de l’équipe.  Il réunit des historiennes et historiens des quatre périodes : Véronique Beaulande-Barraud (Université de Grenoble-Alpes), Jean-Baptiste Bonnard (Université de Caen Normandie), Emmanuelle Chapron (Aix-Marseille Université), Julie Doyon (Université de Sorbonne Paris Nord/Université de Fribourg), Julien Dubouloz (Aix Marseille Université), Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne), Diane Roussel (Université Gustave Eiffel).  Les réunions de travail ont été financées sur crédits IUF, ce groupe constituant le volet collectif du projet “Consentement et contrainte. Théorisations et pratiques (XVIe-XVIIe siècle)” (IUF senior 2016-2022). 

La journée d’étude  “Quand les coups étaient permis”, tenue en mai 2018 à l’EHESS,  a permis de dresser l’état de l’historiographie et de montrer la présence du “droit de correction” dans des contextes très divers. Le  groupe s’est ensuite donné pour objectif de produire un ouvrage collectif et a opté pour la forme d’un dictionnaire, qui permettait d’appréhender le  “droit de correction” sous des angles multiples et dans une perspective multi-disciplinaire.

Aboutissement du projet “Droit de correction”, le Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, préparé sous la direction d’Isabelle Poutrin et d’Elisabeth Lusset, est paru le 2 février 2022 aux Presses universitaires de France. À travers 248 exemples tirés de l’histoire, de l’art, du droit, de la littérature ou du cinéma, ce dictionnaire propose une plongée dans l’histoire du droit de correction de l’Antiquité à nos jours. Il analyse des thèmes aussi divers que la parentalité, le couple, l’éducation, le corps, l’érotisme, le monde du travail ou la condition animale, éclairant ainsi les récents débats sur la prévention des violences conjugales ou sur la loi « anti-fessée » de 2019.

Revue de presse : 

Jean-Marie Durand « La fessée, histoire d’une violence ordinaire », Philosophie magazine, 15 février 2022[1] ; Isabelle Poutrin, « L’imaginaire de la correction est toujours ancré dans les esprits », entretien avec Virginie Bloch-Lainé, Libération, samedi 26 février et dimanche 27 février 2022, p. 18-19[2] ; Chloé de La Barre, « F comme fessée », L’Histoire, 494, avril 2022, p. 78-79[3] ; Pauline Tressols, « La fessée patriotique », Sciences humaines, n° 346, avril 2022[4] ; Juliette Cerf, compte rendu Télérama, n° 3767, 23 mars 2022, p. 61[5] ; Julie Rambal, « BDSM : Consentement, pouvoir et domination », L’Illustré, 23 mars 2022[6] ; « Le droit de faire mal » entretien avec Ivan Jablonka, La Vie des idées, 1er avril 2022[7] ; Anthony Favier, « Quand les chrétiens (se) donnaient la discipline », Témoignage chrétien, n° 3959, 7 avril 2022, p. 5[8] ; Julien Damon, « La fessée décortiquée », Les Échos, 11 avril 2022[9] ; Élisabeth Lusset et Diane Roussel, « La correction, c’était mieux avant ? », Politis, n° 1703, 28 avril 2022[10] ; « La gifle de Will Smith montre la persistance de la culture de la correction », entretien d’Isabelle Poutrin, L’Express, 29 avril 2022[11] ; Marie Dejoux, « Fustiger pour punir », recension dans Le Monde des livres, 3 juin 2022 ; « Histoire de la fessée : légitimations des violences envers femmes et enfants », Retronews,13 juin 2022[12] ; Carole Boinet, « Les verrous du désir », Les Inrockuptibles, n° 12,1er juillet 2022, p. 76-77 ; Julie Rambal, « La crise d’adolescence, un fantasme d’adultes », Le Temps, 16 juillet 2022 ;« Vu et entendu aux Rendez-vous de l’histoire de Blois ce vendredi 7 octobre 2022 », La Nouvelle République, 7 octobre 2022[13] ; « Quand les coups étaient permis », L’Histoire, 502, décembre 2022, p. 70-75[14] ; Valérie Parlan, « Les priver de smartphone… mieux que la fessée », Ouest France, 7 décembre 2022 ; Anne Chemin, «Violences conjugales. Autrefois encouragées, aujourd’hui inacceptables », Le Monde, 26 novembre 2022, p. 32-33[15], « De l’excommunication à la mise au coin», interview d’Elisabeth Lusset par Marion Rousset, Télérama, n° 3824, 26 avril 2023, p. 21[16] ; Eirick Prairat, « Why positive education doesn’t have to exclude punishment », The Conversation, 15 juin 2023[17] ; Alice Tillier-Chevallier, « Violence éducative : petit florilège des châtiments corporels utilisés autrefois envers les enfants », Ça m’intéresse, 7 octobre 2023[18]  ; Miren Garaicoechea, « Comment juge-t-on les enfants ? », Ça m’intéresse. Histoire (à paraître) ; Élisabeth Lusset, « Fais pas ci, fais pas ça sinon panpan tutu », L’École des parents (à paraître).


[1] https://www.philomag.com/articles/la-fessee-histoire-dune-violence-ordinaire

[2] https://www.liberation.fr/idees-et-debats/isabelle-poutrin-limaginaire-de-la-correction-est-toujours-ancre-dans-les-esprits-20220226_RKUY3C4SCJH4NHOURFNAMXZZTI/?redirected=1

[3] https://www.lhistoire.fr/f-comme-fess%C3%A9e

[4] https://www.scienceshumaines.com/la-fessee-patriotique_fr_44419.html

[5] https://www.telerama.fr/livres/dictionnaire-du-fouet-et-de-la-fessee-corriger-et-punir-3-16345423.php

[6] https://www.illustre.ch/magazine/bdsm-consentement-pouvoir-et-domination

[7] https://laviedesidees.fr/Le-droit-de-faire-mal.html

[8] https://www.temoignagechretien.fr/quand-les-chretiens-se-donnaient-la-discipline/

[9] https://www.lesechos.fr/idees-debats/livres/la-fessee-decortiquee-1400154

[10] https://www.politis.fr/articles/2022/04/la-correction-cetait-mieux-avant-44366/

[11] https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/la-gifle-de-will-smith-montre-la-persistance-de-la-culture-de-la-correction_2172639.html

[12] https://www.retronews.fr/societe/interview/2022/06/13/maltraitance-elisabeth-lusset

[13] https://www.lanouvellerepublique.fr/blois/vu-et-entendu-aux-rendez-vous-de-l-histoire-ce-vendredi-7-octobre-2022

[14] https://www.lhistoire.fr/xiiie-xxie-si%C3%A8cle%C2%A0-quand-les-coups-%C3%A9taient-permis

[15] https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/11/25/violences-conjugales-autrefois-encouragees-aujourd-hui-inacceptables_6151526_3232.html

[16] https://www.telerama.fr/debats-reportages/education-positive-avant-la-mise-au-coin-on-faisait-comment-7015285.php

[17] https://phys.org/news/2023-06-positive-doesnt-exclude.html

[18] https://www.caminteresse.fr/societe/violence-educative-petit-florilege-des-chatiments-corporels-utilises-autrefois-envers-les-enfants-11190336/

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search