Portfolio – 2. Du concert à l’écran

Stéphan Etcharry et Jérôme Rossi (dir.), Du concert à l’écran. La musique classique au cinéma, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

Cette publication a été préparée par une journée d’études tenue à l’université de Reims Champagne-Ardenne le 5 décembre 2016.

Elle aborde les thèmes suivants : Les topoï de la musique classique au cinéma ; Musique et vérité historique ; Musique et narration ;Musique et identité ; Musique et structure.

Cover : Du concert à l’écran. La musique classique au cinéma, PUR, 2019.

Si le champ des études portant sur les musiques de films s’élargit depuis une quinzaine d’années, se focalisant entre autres sur les « binômes » compositeur-réalisateur, il s’avère néanmoins que les rapports unissant images et musiques « préexistantes » restent peu explorés par les travaux universitaires –qu’ils soit envisagés du côté des études filmiques ou de celui de la musicologie. Or, pourrait-on imaginer, par exemple, de visionner Mort à Venise de Visconti sans entendre le lancinant « Adagietto » de la 5e Symphonie de Mahler en toile de fond, Manhattan de Woody Allen sans le trille suivi de l’envolée de la clarinette ouvrant la Rhapsody in Blue de Gershwin, ou encore Barry Lyndon de Stanley Kubrick sans les puissants retours de la Sarabande de Haendel, tant ces œuvres cinématographiques sont devenues inséparables de ces musiques qui, loin d’être reléguées au second plan, font désormais partie intégrante de l’objet artistique produit ?

En s’associant à un film, toute musique prééxistante apporte non seulement son atmosphère sonore particulière, mais aussi un réseau de significations liées à son histoire. En se concentrant sur la musique classique, cet ouvrage s’empare de morceaux riches d’une tradition interprétative et d’une réception qui ont parfois plusieurs siècles. Outre une charge sémantique nouvelle, le passage d’un média à un autre induit une perte d’autonomie, de profonds changements dans les contextes d’exécution et et les conditions d’écoute, le passage d’une temporalité de la moyenne ou de la longue durée – permettant le développement de la forme musicale – à des formats souvent très réduits qui trahissent d’inévitables coupures.

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search