Enfermements I, II et III.

Le programme de recherche « Enfermements. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux » vise à rapprocher analytiquement et à comparer ces institutions rassemblées sous la notion de « milieux clos », depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine.  Les résultats de ces travaux ont été présentés dans une série de publications : 

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset (dir.), Enfermements. Le cloître et la prison, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.72874

Dès le Moyen Age le claustrum et le carter, le cloître et la prison, ont été associés. Exaltant l’ascèse monastique, Bernard de Clairvaux, pour ne citer que lui, comparait déjà le monastère à une prison ouverte, où seule la crainte de Dieu retenait les moines. Aujourd’hui, les liens entre cloître et prison sont encore perceptibles dans le site exceptionnel de Clairvaux, ancienne abbaye cistercienne fondée au XIIe siècle et transformée en centre pénitentiaire au XIXe siècle. Dans les années 1960-1970, penseurs des institutions répressives et historiens du monachisme ont âprement polémiqué sur l’analogie entre cloître et prison. Afin de dépasser les apories de ces controverses et de renouer les fils du dialogue interrompu entre historiens du cloître et historiens de la prison, cet ouvrage propose une histoire commune des deux enfermements. Il explore les conceptions et les valeurs associées à l’enfermement, les particularités de la vie en milieu clos, la sociologie des groupes exposés à l’enfermement, dans l’ensemble de l’Europe, de l’Espagne à la Saxe et de l’Angleterre à l’Italie, entre le VIe et le XVIIIe siècle. Faisant appel aux meilleurs spécialistes internationaux de ces questions, il privilégie les vues synthétiques plutôt que les études de cas. Il dessine enfin les renouvellements historiographiques intervenus depuis quatre décennies dans les domaines de l’histoire du droit, de l’histoire sociale et de l’histoire religieuse.

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (IVe-XIXe siècle), Paris, Publications  de la Sorbonne, 2015.

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.56453.

D’évidence, il n’y a pas d’enfermement sans règle. L’un des traits communs aux mondes clos est que ceux qui y vivent doivent obéir à des normes fortes, qu’il s’agisse de la règle monastique, de la règle hospitalière ou du règlement de prison. Reprenant l’étude comparée des enfermements religieux et carcéraux esquissée par les sciences sociales dans les années 1960 et 1970, le présent ouvrage, qui fait suite au volume Enfermements. Le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle) publié en 2011, explore la place que prennent les règlements et les normes dans les cloîtres comme dans les prisons. Par une méthode comparée systématique, il montre toutes les nuances de cette histoire sur la longue durée, entre IVe et XIXe siècles, et dans toute l’Europe, des Iles Britanniques à la péninsule ibérique. A cet effet, il interroge la nature de la règle et historicise sa mise en texte, avant de comparer les modes de production de l’obéissance et les dérèglements qui surgissent dans les milieux clos. L’un des enjeux de cette étude comparée des règles et dérèglements en milieux clos est de comprendre et de réévaluer le rôle que la discipline régulière religieuse a pu jouer dans la mise en place des systèmes carcéraux occidentaux.

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieu clos, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017. 

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.71847.

Pourquoi conçoit-on des lieux fermés pour les hommes et d’autres pour les femmes ? En quoi les discours autour du genre ont-ils influencé l’émergence et la perpétuation de dispositifs de clôture pour affirmer les différences sociales entre hommes et femmes ? Quelles formes prennent les rapports entre les sexes dans les milieux clos ? Associant des approches historiques et sociologiques, cet ouvrage explore les interactions entre les différentes formes d’enfermements et le genre, ce qui induit une réflexion sur le féminin, sur le masculin et sur leurs interrelations dans les conditions créées par une séparation plus ou moins rigoureuse du monde. Les études de cas rassemblées dans ce volume entendent comprendre tant les effets que la clôture a produits et produit sur les conceptions du genre que, à l’inverse, les effets que le genre a produits et produit sur la clôture. Les rapports qu’entretiennent genre et enfermement sont envisagés sur la longue durée de l’histoire européenne, depuis les monastères médiévaux et les hôpitaux d’Ancien Régime jusqu’aux institutions pénitentiaires, bagnes et camps contemporains. L’ouvrage montre également leur résonance dans des territoires coloniaux d’Amérique et dans le monde chrétien de la Méditerranée orientale. Il révèle ainsi que les lieux clos sont des lieux matriciels où se sont élaborés et s’élaborent des pratiques, des techniques et des savoirs autour du féminin et du masculin.

Séminaires 2015-2016 de Tanja Itgenshorst – Histoire ancienne

Enseignements Tanja Itgenshorst en Master recherche 2015-16

Nous avons le plaisir de diffuser la liste des séminaires de recherche de Tanja Itgenshorst, professeure en histoire ancienne et membre du CERHiC, pour le premier semestre de l’année 2015-2016.

Etats et territoires dans le monde antique : « Les provinces dans l’Empire romain »

Séminaire – Master 1, parcours recherche

le jeudi 13h30 – 15h30 en BM 12-3

Présentation :

L’expansion militaire des Romains depuis la Première Guerre Punique menait à la nécessité de trouver des nouvelles formes d’organisation pour contrôler les territoires acquis pendant la guerre. C’est dans ce contexte que les Romains « inventèrent » la province (provincia) comme unité administrative dont ils se servirent désormais pour tout territoire conquis et par conséquent intégré dans leur empire. Le cours traitera de l’évolution des principes de l’administration provinciale sous la République jusqu’à l’époque du Haut Empire.

Les rituels sous la République romaine

Cours – Master 2, parcours recherche

le mercredi 16h30 à 18h30 
en BM 05-1

Présentation :

Selon le témoignage de l’historien Polybe (IIème siècle av. J.-C.), les Romains sous la République étaient un peuple profondément religieux, tant dans leur vie privée et civique que dans leurs activités politiques et extérieures. Ainsi, un regard détaillé sur les rituels sous la république donnera l’occasion d’étudier à la fois la vie politique, la vie religieuse et, d’une manière plus générale, la vie sociale pendant les deux siècles avant notre ère, à travers les pratiques rituelles, civiques et religieuses.

 Traverser l’espace et s’emparer du monde : mobilité et cartographie dans l’Antiquité grecque

 

Séminaire – Master 1 et 2, parcours recherche

Le jeudi 16h30-18h30 en BM 08-7

Présentation :

Dès les débuts de leur histoire après la chute des palais mycéniens, les Grecs étaient en chemin ; des héros des épopées homériques jusqu’aux voyageurs et marchands du Haut-Empire, leur vie quotidienne était en grande partie caractérisée par des déplacements – autour de la Méditerranée, mais également en franchissant les frontières de ce monde ancien. Les sources antiques nous parlent beaucoup de cette mobilité, mais également d’une curiosité tout à fait originale des Grecs qui donna naissance à la philosophie et aux sciences, notamment à la géographie et à l’ethnographie. Nous traiterons des conditions de cette mobilité à travers les différentes époques de l’histoire grecque, ainsi que de documents de nature écrite et iconographique, qui témoignent de la culture savante du monde grec.

Conférence Vladimir Chichkine

Photo Chichkine - Copie

 

Conférence CIRLEP-CERHIC le lundi 19 octobre

À l’occasion de la sortie prochaine, aux Éditions Droz, d’un ouvrage consacré au cardinal de Lorraine (fondateur de l’Université de Reims) sous la direction de Jean Balsamo (crimel), Thomas Nicklas (cirlep) et Bruno Restif (cerhic), le Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHIC-EA 2616) et le Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) organisent une

conférence exceptionnelle de Vladimir Chichkine, Professeur à l’Université d’État de Saint-Pétersbourg, sur « Les relations de la cour de France avec les princes allemands pendant les guerres de Religion, d’après les archives conservées à Saint-Pétersbourg ».

Le Professeur Vladimir Chichkine est un spécialiste de l’histoire politique et sociale de la France des xvie et xviie siècles, et tout particulièrement de l’apport des correspondances épistolaires. Bon connaisseur des collections Dubrovsky et Lamoignon-Stroganoff, qui rassemblent à Saint-Pétersbourg et Moscou de nombreux documents d’archives en provenance de France, il incarne aujourd’hui l’apport de la recherche russe à l’histoire des guerres de Religion en France et en Europe.

Cette conférence sera suivie d’une discussion, avec la présence de Serge Brunet, Professeur d’Histoire moderne à l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3, qui mène actuellement des recherches dans les archives russes sur les affrontements religieux français.

Cette conférence exceptionnelle aura lieu le lundi 19 octobre à 14h30, salle du Conseil, au 2ème étage du Bâtiment 17, sur le Campus Croix-Rouge de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Vous êtes tous cordialement invités.

Contact : Patricia Oudinet, secrétariat du CIRLEP : patricia.oudinet@univ-reims.fr ; tel : 03.26.91.36.19

Les christianismes dans l’Orient

Les christianismes dans l’Orient européen et méditerranéen (XVe-XIXe siècle).

Échanges, compétitions, mimétismes

(2015-2016)

Pratulin_martyrs_in_1874

Séminaire conçu et animé par :

L’historiographie récente a entrepris de renouveler l’étude des communautés chrétiennes d’Europe orientale et de l’Empire ottoman entre le XVIe siècle et la Première guerre mondiale, mais la connaissance des langues, la spécialisation par aires culturelles, voire par confessions, ou encore un cloisonnement par traditions nationales, n’ont pas permis jusqu’alors de connecter ensemble ces différentes aires, qui pourtant, du temps des réformes à l’âge des nationalismes, ont connu des mutations comparables.

Ce séminaire connectera des historiographies et mettra en dialogue les recherches en cours, non seulement pour dégager les circulations entre les espaces et les échanges entre les communautés, mais aussi pour décrire la cristallisation des confessions rivales, un processus ni linéaire ni achevé. Nous croiserons les points de vue et les échelles d’observation, depuis l’analyse des parcours individuels jusqu’à l’ecclésiologie. Nous prêterons une attention particulière au problème de la transposition des modèles culturels et institutionnels, et à l’imitation de l’adversaire confessionnel dans la compétition locale.

 

1er et 3e mercredis du mois de 11 h à 13 h (salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris, Métro : ligne 4, Station Odéon), du 21 octobre 2015 au 1er juin 2016

 

Date Titre / intervenant
Mercredi 21 octobre 2015 Introduction
Mercredi 18 novembre 2015 Valerij Zema (Académie des sciences d’Ukraine / MSH Paris)The Repercussions of Religious Polemic between Rome and Constantinople in Early Ukrainian History 
Mercredi 2 décembre 2015 Ovidiu Olar (EHESS) Un trésor caché: Kyrillos Loukaris et la traduction du Nouveau Testament en grec moderne
Mercredi 16 décembre2015 Stéphane Ancel (IMAf (Institut des Mondes Africains) Paris / Open Jerusalem (UPEM)Les Ethiopiens à Jérusalem
Mercredi 6 janvier 2016 Vera Tchentsova Les portraits des patriarches orientaux et leur circulation dans le monde orthodoxe à l’époque moderne (XVIe-début du XVIIIe siècle)
Mercredi  20 Janvier 2016 Matthieu Cassin (IRHT-CNRS, Paris) Collections de livres dans l’empire ottoman : l’exemple de la Sainte-Trinité de Halki
Mercredi 3 février 2016 Laurent Tatarenko (Ecole Française de Rome)Justice et tribunaux ecclésiastique dans l’Eglise uniate ruthène aux XVIIe-XVIIIe siècles : construction et usage des normes sur les frontières des rites.
Mercredi 17 février 2016 Cesare Santus (Ecole Française de Rome) Communicatio in sacris, coexistence et conflits entre les communautés chrétiennes de l’Empire ottoman (XVIIe-XVIIIe siècle)
Mercredi 16 mars 2016 Mikaël Nichanian (Bibliothèque nationale de France)Le livre arménien entre l’Europe et l’empire ottoman : ouverture à l’Europe et enjeu des rivalités entre Eglises catholique et arménienne (1512-1784)
Mercredi 6 avril 2016 Frédéric Gabriel (CNRS)Ecclésiologies connectées : la dynamique confessionnelle du vis-à-vis oriental à l’époque moderne
Mercredi 18 mai 2016 Charbel Nassif (Institut catholique / Paris IV)Le mouvement liturgique au sein de l’Eglise melkite aux XVIIe-XIXe siècles.
Mercredi  1er juin 2016 Radu Paun (CNRS)Les débuts du « patronage » des princes roumains sur le Mont Athos (XVe –XVIe siècle)

 

Chrétiens Orientaux, Archives de sciences sociales des religions

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication d’un dossier thématique:

Aurélien Girard et Bernard Heyberger (éd.), Chrétiens au Proche-Orient, dossier thématique des Archives de sciences sociales des religions, n° 171, juillet-septembre 2015.

Muqattam

Les « chrétiens d’Orient » sont aujourd’hui au premier plan, dramatique, de l’actualité internationale. Leur histoire donne aussi lieu, depuis quelques années, à des recherches nouvelles, attentives à l’inscription de ces « communautés chrétiennes » dans leurs contextes. La sortie de l’ère postcoloniale et les crises des États-nations au Proche-Orient ont donné une légitimité inédite à une approche des sociétés sous l’angle de leurs minorités, partant d’une nouvelle compréhension des notions de « frontières », confessionnelles ou ethniques, et des interactions entre « majorité » et « minorités ».
Les articles présentés ici portent sur l’Egypte, la Syrie, la Jordanie et la Turquie. Ils envisagent les chrétiens non pas comme des minoritaires victimes des aléas politiques, mais comme des acteurs participant à la vie politique, intellectuelle et culturelle de leurs sociétés. Surtout ils éclairent les fonctionnements internes des communautés chrétiennes et de leurs institutions qui, loin de s’être fossilisées dans des traditions immuables, aménagent constamment leur rapport à l’histoire et aux langues constitutives de leur identité, et profitent d’un dynamisme spirituel marqué, suivant les lieux et les milieux sociaux, par des influences occidentales et une individualisation du croire. Ils font également apparaître le rôle des diasporas dans les recompositions du fait chrétien au Proche-Orient.

– Aurélien Girard et Bernard Heyberger, Chrétiens au Proche-Orient : les nouvelles conditions d’une présence

-Paolo Maggiolini, Christian Churches and Arab Christians in the Hashemite Kingdom of Jordan. Citizenship, Ecclesiastical Identity and Roles in the Jordanian Political Field

-Su Erol, The Syriacs of Turkey: A religious community on the path of recognition

-Méropi Anastassiadou, Des serviteurs de Dieu et du pouvoir laïque. Le clergé paroissial dans la communauté grecque orthodoxe d’Istanbul au tournant du XXe siècle

-Dominique Avon, Youssef Karam, Charles Malik, Youakim Moubarac. Une élite arabe chrétienne, trois vocations (années 1930 – années 1970)

-Laura Ruiz de Elvira, Les associations chrétiennes de Damas (2000-2010) et leurs rapports variables au religieux

-Anna Poujeau, De l’art poétique pour politique. Le rituel funéraire des chrétiens du sud de la Syrie

-Gaétan du Roy, Abūnā Sam‘ān un prêtre bâtisseur en Égypte

-Séverine Gabry-Thienpont, Musiques et charismes chez les chrétiens en Égypte au début du XXIe siècle. L’exemple catholique

Cardinal de Lorraine

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication d’un ouvrage:

Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif (dir.), Un prélat français de la Renaissance. Le cardinal de Lorraine, entre Reims et l’Europe, Genève, Droz, collection « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

Couverture Cardinal de Lorraine

            Prélat d’État, ayant joué un rôle central dans la vie politique, diplomatique, religieuse et culturelle du XVIe siècle en France et en Europe, Charles de Guise, cardinal de Lorraine, a été pendant longtemps l’un des personnages les plus maltraités par l’historiographie. Hors de toute intention apologétique, une révision s’imposait, permise par quelques travaux fondateurs, principalement d’origine anglo-saxonne, afin de comprendre la complexité d’un personnage à bien des égards énigmatique, ainsi que son évolution voire ses revirements.

Le présent volume réunit vingt-cinq contributions de chercheurs français et étrangers, attentifs à éclairer la personnalité et l’action du cardinal de Lorraine par de nouveaux documents et une plus juste périodisation. Leur objectif a été de mieux estimer le rôle du cardinal de Lorraine dans les débats religieux et la réforme de l’Église et de mettre en évidence les permanences et les évolutions de ses conceptions, ainsi que de comprendre son action politique et diplomatique sur le théâtre européen comme à la cour de France, dans le cadre d’une monarchie en pleine évolution et d’un État en faillite, et enfin de révéler les formes et la richesse d’une commande artistique et littéraire originale et novatrice. L’ouvrage est attentif à la diversité des terrains d’action : ville et archevêché de Reims, Champagne et Lorraine, pays européens, liens privilégiés avec l’Italie.

 

Table des matières :

. Introduction, par Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif

Chapitre premier : L’archevêque de Reims

. Reims et les autres : autour de l’empire ecclésiastique des Guises, par Joseph Bergin

. Reims, un pôle de la Réforme catholique, pré-tridentine et tridentine, au temps du cardinal de Lorraine, par Bruno Restif

. La liturgie rémoise au temps du cardinal de Lorraine, permanences et évolutions, par Patrick Demouy

. Rome, Trente, Milan : la marque de l’Italie contemporaine dans les commandes du cardinal-archevêque (1560-1574), par Isabelle Balsamo

Chapitre deux : Réforme catholique, humanisme, Contre-Réforme

. Claude d’Espence et Charles de Guise, par Peter Walter

. Le cardinal de Lorraine et la réforme de l’Église, de la fin des années 1540 à la dernière période du concile de Trente, par Alain Tallon

. Charles de Guise et Jean du Bellay : une histoire possible, une relation manquée, par Loris Petris

. Le cardinal de Lorraine et Théodore de Bèze à Poissy en 1561 : un impossible accord, par Max Engammare

. Le cardinal de Lorraine vu par les protestants en Europe : genèse et diffusion d’un portrait maléfique, par Hugues Daussy

Chapitre trois : Réseaux et pouvoir en Champagne, Lorraine, France

. Les Guises et les villes de Champagne, par Mark Konnert

. Le cardinal de Lorraine et la Lorraine, par Stefano Simiz

. Le cardinal de Lorraine, protecteur des ordres mendiants, par Madeleine Molin

. L’intendance des affaires de Charles de Lorraine, par Mark Greengrass

. Le cardinal de Lorraine et son frère Louis de Guise sur la scène européenne, par Alain Cullière

Chapitre quatre : Politique et diplomatie européennes

. Le cardinal de Lorraine, les princes du Saint-Empire et la cour impériale. Les choix politiques de l’ ‘Entre-Deux’, par Thomas Nicklas

. Échanges d’hommes et de ‘biens’. Réseaux diplomatiques entre les Guises et les cours italiennes à l’époque du cardinal Charles de Lorraine, par Matteo Provasi et Federica Veratelli

. Le cardinal de Lorraine au miroir de l’Écosse, par Éric Durot

. Le cardinal de Lorraine, les Guises et les Pays-Bas, par Julie Versele

. Le cardinal de Lorraine et le cardinal de Granvelle : deux parcours croisés, par François Pernot

. La correspondance du cardinal de Lorraine conservée en Russie, par Vladimir Chichkine

Chapitre cinq : Le prince des lettres et des arts

. Les reliures du cardinal de Lorraine : quelques précisions supplémentaires, par Isabelle de Conihout

. Le cardinal et le faussaire, par Antoine Pietrobelli

. ‘Celui qui rayonna le concile de Trente / De zèle, de vertu, d’industrie sçavante […]. L’Apollon des François’ : le cardinal de Lorraine et les poètes, par Jean Balsamo

. Les portraits du cardinal de Lorraine. Indices esthétiques et corporels d’un séducteur en politique et religion, par Bruno Restif

Perspectives historiographiques

. La postérité historiographique du cardinal de Lorraine. Le retournement des années 1840, par Claude Langlois

. Conclusion : Charles de Guise-Lorraine ou les limites de trop d’atouts, par Jean-Marie Le Gall

Le Champagne et la Grande Guerre

666_001

Jeudi 8 octobre 2015

Le Centre de recherches en Histoire culturelle (CERHIC, laboratoire de recherche du département d’Histoire de l’URCA) organise une journée d’études sur le thème « Le Champagne et la Grande Guerre ». Le but de cette rencontre est triple : diffuser les premiers résultats de quelques travaux inédits, engager une réflexion collective sur les futures pistes de recherche à explorer, renforcer les échanges entre les chercheurs et les responsables du patrimoine et des archives des maisons de champagne.

Sont d’ores et déjà programmées les communications suivantes :

– Anaïs Bertrand, Jeanne Colin (étudiantes en Master à l’URCA) : Premières recherches sur le Champagne et la Grande Guerre

Joëlle Beurier (professeure agrégée à l’URCA) : Femmes, champagne et Grande Guerre

Philippe Buton (professeur d’Histoire contemporaine à l’URCA) : L’image du champagne dans la Grande Guerre

– Jérôme Buttet (diplômé de Master à l’URCA) : Les graffiti de la Grande Guerre dans les caves des maisons de champagne

– Jean-François Cartonnet (docteur en Histoire contemporaine) : Les dommages de guerre chez Veuve Clicquot

– Yves Tesson (docteur en Histoire contemporaine) : Mumm ou les hasards de la guerre.

La rencontre aura lieu sur le campus Croix-Rouge de l’URCA (Salle du Conseil, 2ème étage, Bâtiment 17) et elle est ouverte à tous.

Pour plus de renseignements :

Sarah Castillo-Camacho (sarah.castillo-camacho@univ-reims.fr)

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search