Soutenance de thèse : Liliane Siani, 5 décembre

Liliane Siani, doctorante au CERHIC (allocataire 2018-2022), soutiendra le mardi 5 décembre 2023 à partir de 14h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R. 418) sa thèse de doctorat intitulée : 

Le festival de Béziers au tournant du XXᵉ siècle : un « Bayreuth français » 

devant un jury ainsi composé : Bertrand Porot (PU émérite, CERHIC, directeur de la thèse), Violaine Anger (MCF, Université d’Évry Val d’Essonne), Jean-Christophe Branger (PU, Université Lumière Lyon 2), Denis Herlin (Directeur de recherche, CNRS , IReMus).

Cette étude sur les spectacles lyriques créés au théâtre des arènes de Béziers entre 1898 et 1911 se propose d’identifier les pratiques d’organisation et de composition, et les évolutions esthétiques de ce que nous considérons comme un festival d’art lyrique. Il s’agit d’abord de comprendre la place qu’il occupe dans la ville, ainsi que son fonctionnement interne. Le travail met ainsi en lumière un exemple de décentralisation artistique qui, sous l’égide du directeur-mécène Castelbon de Beauxhostes, se présente comme une opportunité pour ses différents acteurs et collaborateurs, en même temps qu’il révèle une organisation assez semblable à celles de scènes parisiennes, jugées prestigieuses.

Dans un second temps, la thèse caractérise d’un point de vue esthétique le répertoire proposé par le festival de Béziers, à travers l’analyse de chaque composante dramaturgique : dialogues, mises en scène, et musiques de scène. Ce faisant, l’étude révèle la dimension éclectique des œuvres. Bien qu’ils partagent des caractéristiques communes, les poèmes et les musiques font cohabiter des éléments issus de diverses époques. Inscrites dans la lignée de celles du grand opéra français, les mises en scène illustrent aussi les nombreuses adaptations que nécessite le vaste cadre des arènes.

S’appuyant sur un ensemble de fonds publics encore peu exploités, des cartes photographiques et de nombreux articles de la presse nationale et locale, cette enquête s’inscrit dans le mouvement musicologique contemporain qui propose une perspective globale conceptualisée, et vient étoffer la connaissance des initiatives citoyennes de scènes en plein air sous la Troisième République.

Image : Carte photographique de la pièce de théâtre avec musiques de scène Le Premier Glaive créée aux arènes de Béziers en 1908. 

Collection personnelle d’Alex Bèges, issue du Fonds papier Castelbon de Beauxhostes, Musée du Biterrois (en cours de numérisation sur le site des Archives municipales de Béziers)

Marie Favereau et l’empire mongol : séminaire, 30 novembre

Séminaire “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 30 novembre 2023, de 12 h. 30 à 14 h.

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi recherche.

Le CERHiC aura le plaisir d’accueillir Marie Favereau maîtresse de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Paris-Nanterre. Elle nous présentera son ouvrage La Horde. Comment les Mongols ont changé le monde (Paris, Perrin, 2023, trad. de l’édition anglaise publiée en 2021), qui a remporté cette année le Grand Prix des Rendez-vous de l’Histoire à Blois.

Après sa thèse de doctorat “La Horde d’Or de 1377 à 1502 : aux sources d’un siècle “sans histoire” “soutenue en 2004 à l’Université Paris 4 Sorbonne, Marie Favereau a été membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO, Le Caire), puis associée au projet ERC “Nomadic Empires” à l’université d’Oxford. Elle mène ses recherches sur l’histoire de l’empire mongol et l’islamisation des steppes asiatiques au sein du laboratoire “Orient & Méditerranée” (UMR 8167).

Marie Favereau est également commissaire de l’exposition Gengis Khan actuellement au Château des Ducs de Bretagne & Musée d’histoire de Nantes (14 octobre 2023-5 mai 2024).

Prix Jeunes Talents II attribué à Eric Pesme, doctorant en histoire

Le CERHIC est heureux d’annoncer qu’au cours de la Journée Prix Jeunes Talents II sur le thème « Ancrer/Encrer le patrimoine », le prix de l’Ecole Doctorale de Sciences humaines et Sociales de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (ED SHS n° 555) a été attribué à Eric Pesme, doctorant en histoire contemporaine, pour sa communication intitulée « Les enjeux de la redécouverte au XXe siècle du patrimoine littéraire, philosophique et religieux de l’Antiquité tardive ».

Aux XIXe et XXe siècles, la découverte de nouveaux textes ou manuscrits et les progrès de la critique conduisent à un vaste mouvement d’édition, de traduction et de commentaire des auteurs de la fin de l’Antiquité, une période surtout considérée depuis le XVIIIe siècle comme celle de la décadence romaine. Cet encrage philologique massif rend possible une progressive réhabilitation littéraire, philosophique ou théologique des écrits néoplatoniciens, juifs ou chrétiens de l’Antiquité tardive. La reconnaissance de l’originalité et de l’actualité de Philon, de Plotin, d’Origène ou d’Augustin ancre ainsi leur pensée dans la culture contemporaine.

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Paris et agrégé d’histoire, Eric Pesme prépare une thèse de doctorat en histoire intitulée “Science et religion : le débat sur les origines du christianisme en France au XXe siècle (années 1880-années 1980)” sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot.

Image : Gustave Boulanger, Répétition du “Joueur de flûte” et de “La femme de Diomède” chez le prince Napoléon (1855), Musée de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg.

Prix Hubert Claisse 2023 attribué à Valentin Rewinski

Le CERHIC est heureux d’annoncer que le prix Hubert Claisse de l’Académie nationale de Reims 2023 a été attribué à Valentin Rewinski en récompense de son travail de recherche en Master intitulé

Du Quarrel des Deux-Anges au cours Langlet. Formes et enjeux urbanistiques et sociaux de la destruction et reconstruction d’un quartier du centre historique de la ville de Reims (1900-1930).

Ce mémoire de Master 2 a été préparé sous la direction du Pr Bertrand Goujon.

La remise du prix, accompagnée d’un chèque de 1500€, aura lieu le samedi 2 décembre à 15 heures en l’Hôtel de Ville de Reims. A cette occasion, le lauréat présentera sa démarche historique ainsi que les principaux apports de son travail.

Le CERHIC adresse à Valentin Rewinski ses chaleureuses félicitations pour l’excellence de son travail et se réjouit de la reconnaissance qui est ainsi donnée à la qualité de la formation dispensée au sein du département d’histoire et du CERHIC à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Image : Hôtel de la Mutualité (1926-1927), 12 cours Langet, Reims. Photo Clélie Mascaret sur Flickr, 3 octobre 2011.

Soutenance de thèse : Justine Cudorge, 20 novembre

Justine Cudorge, doctorante en cotutelle au CERHiC (allocataire 2018-2022) et au PraME de Namur, soutiendra le lundi 20 novembre à 13 heures à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R418) sa thèse de doctorat intitulée :

“Structure et enjeux des systèmes polygynes dans la société franque : la place des femmes dans le palais mérovingien du Ve au VIIIe siècle”

devant un jury composé de : Sylvie Joye (PU, Université de Lorraine, co-directrice de la thèse), Étienne Renard (PU, Université de Namur, co-directeur de la thèse), Isabelle Heullant-Donat (PU, CERHiC, co-directrice de la thèse), Emmanuelle Santinelli (PU, Université Polytechnique Hauts-de-France), Jan Rüdiger (PU, Université de Bâle) et Patrick Demouy (PU émérite, CERHiC).

Cette étude portant sur les deux dynasties franques, mérovingiennes et carolingiennes, explore les subtilités des unions multiples parmi les élites du haut Moyen Âge entre le Ve et le VIIIe siècle. La pratique d’une polygynie, que l’on entend comme la capacité d’un individu masculin à multiplier des relations conjugales avec différentes partenaires féminines de manière simultanée et non successive, se conçoit en effet comme un mode de conjugalité spécifique mais loin d’être circonscrit à un espace culturel précis, et qu’il nous appartient de reconsidérer dans son ensemble. Ainsi, à rebours d’une perception historiographique la considérant bien trop souvent comme un acte de débauche, il apparaît nécessaire de considérer la polygynie franque dans un contexte, et surtout dans une finalité : celle de servir  à une affirmation de la puissance des élites, et par-delà, de servir à leur reproduction sociale.

Inscrit dans une démarche d’étude du genre et de l’histoire des femmes en général, ce travail se présente comme une forme de recherche alliant le fait anthropologique à l’aspect prosopographique. Il permet notamment de questionner les différents aspects d’un phénomène social tout en déterminant les conséquences qu’il engendre invariablement sur une société donnée quant à la façon de concevoir le couple, notamment dans le cadre de situations conjugales simultanées, mais également dans celui d’une succession basée sur le partage entre les fils d’un même individu, et ce peu importe leur ascendance maternelle. Ce faisant, il permet également de s’intéresser à la manière dont les femmes disposent d’une autorité et expriment celle-ci dans le contexte palatial, particulièrement dans un environnement fait d’échanges et de confrontations entre des réseaux d’individus parfois très différents les uns des autres.

Image : Clovis et Clotilde, Antoine-Jean Gros, esquisse pour la coupole du Panthéon (église Sainte-Geneviève), Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, 1811.

Soutenance de thèse : Pierrick de Saint-Vaast, 1er décembre

 Pierrick de Saint-Vaast, doctorant au CERHiC (allocataire 2019-2022), soutiendra le vendredi 1er décembre 2023 à partir de 8 h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R. 418) sa thèse de doctorat intitulée :

Domaines et propriétaires châtelains privés au défi de la Première Guerre mondiale sur le front occidental (France de l’Est et du Nord, Belgique).

devant un jury ainsi composé : Frédéric Gugelot et Bertrand Goujon (PU, CERHIC, co-directeurs de la thèse), Xavier Boniface (PU, Université Picardie Jules-Verne), Claude-Isabelle Brelot (PU émérite, Université Lumière Lyon 2), Emmanuel Debruyne (PU, Université de Louvain), Claire Maingon (MCF, Université de Rouen), Elizabeth C. Macknight (ancienne Lecturer, Université d’Aberdeen) et Eric Mension-Rigau (PU, Sorbonne Université).

Cette recherche doctorale propose l’étude comparée et transfrontalière des domaines et propriétaires châtelains dans les régions du front occidental de la Première Guerre mondiale (incluant les actuelles régions Grand Est et Hauts-de-France, ainsi que la Belgique), des premiers combats de l’été 1914 au milieu des années 1920. Le but est d’établir une histoire totale du fait castral à l’épreuve du premier conflit mondial. Il s’agit non seulement de saisir la multiplicité et l’ampleur des spécificités liées à l’ancrage du fait guerrier sur ces espaces singuliers dans le monde rural, mais aussi d’appréhender l’ensemble des stratégies déployées par les multiples acteurs pour tenter de se prémunir des atteintes ou d’en limiter les conséquences, qu’ils soient membres des familles châtelaines ou à leur service. Ainsi, le sujet met en lumière la propriété châtelaine des sociétés rurales au début du XXe siècle et questionne la redéfinition des rapports de pouvoir et de coopération entre élites châtelaines et société englobante.

Les enjeux de l’indemnisation au titre des dommages de guerre ainsi que ceux du réinvestissement domanial, de la remise en état des cultures et de la reconstruction des édifices et des équipements castraux méritent également d’être abordés dans leur singularité, leurs fortes valeurs historique, architecturale et artistique étant prépondérantes. Fondé sur l’exploitation croisée de riches archives privées, de fonds publics, d’articles de presse, de la littérature mémorialiste et de cartes postales, le sujet est inédit dans ses objets comme dans son ampleur territoriale. Il s’inscrit dans une historiographie de la Grande Guerre renouvelée depuis deux décennies, ainsi que sur la singularité des expériences élitaires dans ce contexte. En prenant en compte toutes les échelles d’analyse, les recherches menées aspirent à de hautes ambitions scientifiques en posant les jalons méthodologiques et théoriques du fait castral au cœur de la Grande Guerre, et en venant enrichir la valorisation patrimoniale régionale des territoires concernés au travers de différents projets à dominante culturelle.

Image : Ruines du château de Gerbéviller (Meurthe-et-Moselle) incendié par les Allemands en août 1914.

(https://www.image-est.fr/fiche-documentaire-chateau-en-ruines-gerbeviller-1284-23003-2-0.html).

Flavie Leroux et “l’autre famille royale”. Séminaire, 9 novembre.

Séminaire “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 9 novembre 2023, de 12 h. 30 à 14 h.

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle E 13.

Le CERHiC a le plaisir de recevoir Flavie Leroux qui présentera son ouvrage L’autre famille royale. Bâtards et maîtresses d’Henri IV à Louis XVI (Paris, Passés Composés/Humensis, 2023).

Docteur en Histoire et civilisations de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris), membre associée au Centre de recherches historiques (UMR 8558), Flavie Leroux est chercheuse au Centre de recherche du château de Versailles où elle coordonne notamment le programme « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles) ». Ses recherches portent sur l’histoire de la Cour et des femmes en France (XVIe-XVIIe siècles), en particulier des maîtresses royales, auxquelles elle a consacré sa thèse et un ouvrage, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV (Champ Vallon, 2020).

En relisant les règnes des Bourbon, d’Henri IV à Louis XVI, Flavie Leroux redonne leur place aux maîtresses successives et à leurs enfants, aussi bien dans l’idéologie monarchique que dans la réalité du pouvoir et de la vie de cour. D’abord famille de substitution sous Henri IV, ils s’imposent ensuite, sous Louis XIV, comme une famille parallèle que le roi garde auprès de lui et impose aux côtés de sa lignée légitime. Cette « contre famille » vient concurrencer la « véritable » famille à un point tel que, sous Louis XV puis Louis XVI, c’est la crédibilité du pouvoir des Bourbon qui est mise en péril par cette nouvelle organisation.

Image : Jean Nocret, La famille de Louis XIV, 1670 (Château de Versailles).

Séminaire du CERHiC, saison 2023-2024

Le CERHiC réunit ses membres ainsi que les étudiants de Master en histoire de l’URCA pour un séminaire récurrent, en lien avec les axes de recherche de l’unité de recherche.
Les séances, ouvertes à tous, se tiennent à l’UFR de Lettres et Sciences humaines (Reims, Campus Croix-Rouge), bâtiment 13, salle E 13, un jeudi par mois de 12 h. 30 à 14 h. 

Organisation scientifique : Claire Angotti, Stephan Etcharry, Bertrand Marceau.

1) Jeudi 28 septembre 2023 : 

Séance thématique Femmes et musique. Isabelle Ragnard (Sorbonne Université, IreMus) sur les jongleresses au Moyen Âge. 

2 ) Jeudi 12 octobre 2023 :

Présentation d’ouvrage par son auteur, Hervé Lacombe (Université Rennes 2/UR Histoire et critique des arts), Histoire de l’Opéra français, XXe-XXIe siècles, Paris, Fayard, 2022.

3) Jeudi 9 novembre 2023 : 

Présentation d’ouvrage par son autrice, Flavie Leroux (Centre de recherche du château de Versailles, CRH), L’autre famille royale. Bâtards et maîtresses d’Henri IV à Louis XVI, Paris, Passés Composés/Humensis, 2022. 

4) Jeudi 30 novembre 2023 : 

Présentation d’ouvrage par son autrice, Marie Favereau (Université Paris-Nanterre/MéMo), La Horde. Comment les Mongols ont changé le monde, Paris, Perrin, 2023. 

5) Jeudi 18 et vendredi 19 janvier 2024 :

Journées de l’Université – APHG sur le thème “Gouverner”. Programme détaillé à venir (bâtiment 13, Amphi Recherche).

6) Jeudi 1er février 2024 : 

Journée spéciale MEEF. Programme détaillé à venir (bâtiment 13, Amphi Recherche).

7) Jeudi 7 mars 2024 : 

Séance thématique. La Révolution des oeillets. Yves Léonard (Sciences Po, Centre d’histoire de Sciences Po) et Christophe Araujo (Université Paris-Nanterre, CRILUS).

8) Jeudi 28 mars 2024 : 

Présentation de thèse par son auteur, Mathias Nicolleau (Université Jean Moulin Lyon 3, HISoMA). 

9) Jeudi 6 juin 2024 :

Journée spéciale Actualité de la recherche française en histoire. Programme détaillé à venir (bâtiment 13, amphi Recherche). 

Contact : marie-helene.morell@univ-reims

Image : Camillo Perego, La regola del canto ambrosiano, Milan, 1622. 

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search