Séminaire du CERHiC, 23 janv. 2018 : Julien Théry

Julien Théry, Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lumière de Lyon et membre du CIHAM (UMR 5648)  :

L’hérésie et l’essor des pouvoirs d’Etat au Moyen Âge (théocratie pontificale, royautés française et anglaise, Empire, v. 1130-v. 1330).  Renouvellements et débats historiographiques.

Lieu et heure : Bât. Recherche, R 112, 12h30 – 14h.

L’histoire des mouvements hérétiques apparus au Moyen Âge central dans l’Occident latin est bouleversée, depuis une vingtaine d’années, par la remise en cause radicale des méthodes et des présupposés qui ont présidé à son écriture depuis le XIXe siècle. Avec les analyses d’historiens français réunis autour de Monique Zerner à partir du milieu des années 1990, puis celles de Mark G. Pegg et Robert I. Moore, s’est affirmée une lecture « constructionniste », qui tire de la critique des sources l’idée générale selon laquelle les hérésies n’ont pas préexisté aux initiatives des élites qui les ont définies et réprimées. Les persécutions apparaissent désormais structurellement liées, d’une part, aux concurrences au sein des groupes dirigeants et, d’autre part, à la prise de contrôle des communautés par de nouveaux pouvoirs : elles s’avèrent indissociables du grand essor des institutions politiques centralisées aux XIIe et XIIIe siècles.

Des premiers bûchers, allumés sur ordre du roi Robert le Pieux en 1022 à Orléans, à la persécution des templiers lancée par Philippe le Bel en 1307, en passant par la première mise à mort d’un large groupe d’hérétiques, décidée par Henri II Plantagenêt à Oxford en 1166, les pouvoirs séculiers sont tout aussi impliqués que l’Eglise. Sans éluder les vives controverses qui ont accompagné le changement de perspective, on présentera ses enjeux non seulement historiographiques et épistémologiques, mais aussi politiques.

Julien Théry a publié  :

  • Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits traduits et présentés par J. Théry, 2e éd. revue et augmentée, CNRS éditions, janvier 2018.
  • avec Patrick Gilli) : Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (fin XIIe-mi-XIVe siècle), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2010.

Il a récemment traduit le livre de R. I. Moore, Hérétiques. Résistances et répression dans l’Occident médiéval, Paris, Belin, 2017.

 

 

La preuve en justice à l’époque moderne

Séminaire de Master d’histoire moderne, 2017-2018

Isabelle Poutrin (isabelle.poutrin@univ-reims.fr)

Dates des séances : mardis 16 janvier, 30 janvier, 6 février, 13 février, 6 mars, 20 mars, 3 avril, de 10h. à 12h.

De l’ordalie aux tests ADN, les moyens d’établir des faits devant les tribunaux sont, historiquement, variés. En regard d’une recherche en cours sur le tribunal de la Rote romaine (fin XVIe-milieu XVIIe siècle), ce séminaire vise à explorer tant la théorie des preuves légales en vigueur dans les pays de droit romain à l’époque moderne (Italie, Espagne, France), que les multiples modes d’administration de la preuve en justice. Ainsi, on s’intéressera non seulement au poids de l’aveu et à la fonction de la torture, mais aussi à l’essor de l’expertise scientifique et à l’invention de la médecine légale, ou encore à la question de la réputation et de l’honneur, ainsi qu’aux procès de canonisation et à la délicate question de la preuve du miracle. Des questions telles que l’authenticité du document écrit, la recherche et l’évaluation des indices, ou encore la fonction probatoire des images intéressent également le métier de l’historien. L’exploration de la preuve nous ouvrira ainsi des portes vers de multiples domaines. Plus généralement, on mettra à l’épreuve l’idée que l’évolution des moyens de probation judiciaire marquerait un progrès vers la rationalité qui caractériserait la modernité.

Des lectures préparatoires seront demandées pour chaque séance.

Agrégation 2018 : un livre co-dirigé par Sylvie Joye

Agrégation d’Histoire, histoire médiévale – programme 2018

Sylvie Joye, Maître de conférences HDR en histoire médiévale et membre du CERHiC, a coordonné avec Bruno Dumézil et Charles Mériaux un ouvrage qui vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes :

Bruno Dumézil, Sylvie Joye et Charles Mériaux (dir.), Confrontation, échanges et connaissance de l’autre au nord et à l’est de l’Europe, de la fin du VIIe siècle au milieu du XIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Quatrième de couverture

Installé en Gaule et dans une partie de la Germanie, étendu à l’Italie avec la conquête du royaume lombard par Charlemagne, le royaume puis l’Empire franc a longtemps été considéré comme le cœur politique et religieux de l’Europe continentale auquel se seraient intégrées progressivement, à partir du VIIe siècle, les périphéries septentrionales et orientales occupées par les populations celtiques, anglo-saxonnes, scandinaves, slaves, baltes et hongroises. Ce mouvement aurait provoqué, au cours du XIe siècle, la naissance de royautés ou de principautés façonnées exclusivement par les modèles et les pratiques politiques, religieux, culturels et économiques francs.

Destiné à accompagner les étudiants et les enseignants préparant la question d’histoire médiévale mise au programme de l’agrégation externe d’histoire pour les sessions 2018 et 2019, ce livre propose d’abandonner cette perspective exclusivement centrée sur le monde franc et d’étudier toutes les formes de contact entretenues par les sociétés du nord et de l’est de l’Europe. À l’alternative traditionnelle entre confrontation et intégration de ses marges on préfère d’autres questions fondamentales : de quelles connaissances disposaient ces sociétés les une sur les autres ? Quelles relations entretenaient-elles ? Les réponses sont variées. À côté de la violence et de la guerre – qu’il s’agit néanmoins de décrire précisément –, il faut réserver une place aux échanges plus pacifiques d’ordre économique, culturel, religieux ; aux produits, aux circuits et aux idées ; aux moments et aux lieux de négociations, palais et ports ; aux acteurs aussi qui les ont portés, marchands, navigateurs, missionnaires ou encore ambassadeurs. Ainsi comprend-on mieux pourquoi et comment a été préparée par plus de trois siècles de relations réciproques l’émergence au cours du XIe siècle de sociétés et d’États dynamiques au nord et à l’est de l’Europe.

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4513

Séminaire du CERHiC, mardi 5 déc. 2017 : Isabelle Poutrin

Le prochain séminaire du CERHiC aura lieu

MARDI 5 DECEMBRE 2017

De 12 h 30 à 14 h 00

En salle R112 du Bâtiment 13

(Maison de la Recherche – UFR des Lettres et Sciences Humaines)

Conférence de Madame Isabelle POUTRIN

Professeur d’histoire moderne

à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

L’affaire Francisca Coronel (1605-1646) :

les enjeux économiques et sociaux d’une profession forcée

En 1605, la jeune Francisca Coronel fit sa profession au monastère d’Odivelas, près de Lisbonne. L’année suivante, son père acheta la charge de Maître général des postes du Portugal, qui lui conférait richesse et pouvoir et qui passa ensuite à ses descendants. Cette affaire nous est connue à travers la réclamation que présenta Francisca devant le tribunal de la Rote romaine, et qui lui permit, en 1646, d’obtenir la reconnaissance de la nullité de ses vœux, au motif qu’elle avait été forcée par son père à se faire religieuse. Quel est le rapport entre la profession forcée de Francisca et l’ascension sociale de sa famille ? Pourquoi le père, les frères puis les neveux de Francisca se sont-ils efforcés, pendant quarante ans, de la maintenir dans le cloître ?

Aurélien Girard dans l’hebdo La Vie, hors-série Chrétiens d’Orient

Aurélien Girard, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC, a participé au numéro hors-série de l’hebdomadaire La Vie « Chrétiens d’Orient. 2000 ans de civilisation » avec un article sur les chrétiens d’Orient dans l’empire ottoman.

Café histoire, mercredi 29 nov. 2017 : Pierre-François Souyri

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne

vous invitent au prochain

café histoire de Reims

mercredi 29 novembre 2017

Café de Reims, 85 place d’Erlon

18h.-20h.

Pierre-François Souyri, professeur honoraire à l’université de         Genève, présentera son dernier livre

Les guerriers dans la rizière. La grande épopée des samouraïs                (Flammarion, 2017)

Entrée libre. Il vous sera demandé de consommer.

Autour de l’exposition « Frontières », BU Robert de Sorbon, 16/11/2017

Pour accompagner l’exposition Frontières, présentée à l’URCA en partenariat avec le Musée national de l’histoire de l’immigration, la bibliothèque universitaire Robert de Sorbon vous invite à  deux conférences le jeudi 16 novembre de 12h à 14h.

Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’URCA et membre du CERHiC, proposera une intervention sur le thème des «Frontières, exilés et réfugiés dans l’Europe du XIXe siècle. »

Frédéric Piantoni, maître de conférences en géographie à l’URCA, doyen de l’UFR Lettres, proposera une conférence sur le thème : « Crise des réfugiés ou crise de l’accueil ? Le traitement de l’asile politique en Europe.»

Les deux interventions auront lien en salles 139 et 140 de la bibliothèque, l’entrée est libre et gratuite.

Caroline Muller dans la Fabrique de l’histoire, France Culture

Caroline Muller, PRAG à l’université de Reims Champagne Ardenne et chercheure associée au CERHIC, est intervenue sur France Culture le mercredi 25 octobre à 9h. Cet épisode de la « Fabrique de l’histoire » traite d’histoire des sexualités et des jeunes filles. Plus d’informations ici :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/vies-de-jeunes-filles-34-controler-le-corps-des-jeunes-filles-au-xixeme-siecle

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle