Bertrand Goujon

Maître de conférences en histoire contemporaine

– Membre élu de la Commission administrative paritaire de l’URCA

goujon_photo

 

 

 

 

Champs de recherche :

  • Histoire sociale et culturelle du long XIXe siècle européen (1789-1919),
  • Elites et noblesse, pouvoirs et conflictualités, patrimoine.

Contact : bertrand.goujon@univ-reims.fr

Cursus

  • Elève de l’École Normale Supérieure de Fontenay – Saint-Cloud (1997-2001).
  • Agrégation d’histoire d’histoire (2000).
  • Doctorat en histoire, Université de Lyon 2 (2006).

Production scientifique durant les cinq dernières années

Livres 

– Les Arenberg. Le gotha à l’heure des nations (1820-1919), Paris, Puf, 2017.

 – Dossier dirigé avec Véronique Beaulande : « Le salut par les œuvres ? Pratiques religieuses et charitables des élites urbaines », Histoire, Économie & Société, septembre 2016 (35e année, n°3).

– Du Sang bleu dans les tranchées. Expériences militaires de nobles français durant la Grande Guerre, Paris, Vendémiaire, 2015, 667 p.

– Monarchies postrévolutionnaires (1814-1848), Paris, Le Seuil, « L’Univers Historique » (collection « Histoire de la France contemporaine »), 444 p. (réédité en « Points Seuil », 2014).

– Avec Claude-Isabelle Brelot, La Maison d’Arenberg en France, Enghien, Fondation d’Arenberg (sous presse).

Articles de revues et chapitres d’ouvrages collectifs

 – « « Y être, c’est (encore) en être » : déclassement social et aspirations nobiliaires parmi les familles maintenues en noblesse en France sous la Restauration », Revue historique, n°684, octobre 2017, p. 819-841.

– « Un lignage aristocratique d’envergure européenne à l’épreuve du national. La maison d’Arenberg en France au XIXe siècle », Francia-Recensio, « Adel und Nation in der Neuzeit », 2016-4, p. 275-292.

– « Un lignage aristocratique d’envergure internationale dans l’Europe du XIXe siècle. La Maison d’Arenberg », Revue belge de philologie et d’histoire, « Vivre noblement. Les styles de vie de la noblesse belge, XVe-XXIe siècle » (numéro coordonné par Paul Janssens), n°88, p. 497-518.

– « Remaining at the top of the European aristocracy: the House of Arenberg from the French Revolution until World War 1 », Virtus. Yearbook of the History of the Nobility, n°17, p. 109-122.

– Avec V. Beaulande (dir.), dossier « Le salut par les œuvres ? Pratiques religieuses et charitables des élites urbaines », Histoire, Économie & Société, septembre 2016 (35e année, n°3), p. 4-11.

 – « L’aristocratie catholique au défi des villes capitales. L’exemple de la Maison d’Arenberg au XIXe siècle », Archives des sciences sociales des religions, janvier-mars 2014, n°165 (« Les capitales catholiques »), p. 245-265.

– « La fabrique des petites princesses modèles ? L’éducation des fillettes et jeunes filles dans la Maison d’Arenberg au XIXe siècle », in Véronique Beaulande (dir.), Église, Mémoire(s), Éducation. Mélanges offerts à Jean-François Boulanger, Reims, ÉPURE, 2014, p. 319-348.

– Notices dans Claude-Isabelle Brelot, Bertrand Goujon (dir.), La Maison d’Arenberg en France, Enghien, Fondation d’Arenberg (à paraître) : « Louis-Marie-Eugène d’Arenberg (1757-1795) et sa descendance : de la greffe française au déploiement bavarois »,  « Formalisation de la branche française », « Auguste d’Arenberg (1837-1924) : un grand seigneur en République », « Louis d’Arenberg (1837-1870) : un prince français au service de l’Autriche) », « Pierre d’Arenberg (1871-1919) : opportunités et contrariétés d’un héritier dans la France de la Belle Époque », « Les princesses de la branche française de la Maison d’Arenberg », « Marie-Nicolette d’Arenberg, comtesse de Mérode-Westerloo (1830-1905) », « Alix d’Arenberg, comtesse, puis marquise de Laguiche (1869-1924) », « Louise-Marie-Charlotte d’Arenberg (1872-1958), comtesse, puis marquise de Vogüé », « Jeanne d’Arenberg, marquise de Brissac (1909-1964) », « L’héritage Lalaing-Berlaymont : la terre de Prouvy (Nord) », « L’héritage d’Egmont-Pignatelli : la baronnie et le château de Hierges (Ardennes) », « Le second héritage la Marck : les propriétés bretonnes de la Maison d’Arenberg », « La terre et le château d’Oignies : une implantation éphémère dans le Pas-de-Calais », « La terre de Lassigny (Oise) », « L’héritage Le Danois : le château de Raismes (Nord) », « Les héritages Choiseul et Talleyrand-Périgord », « De grands propriétaires convertis au monde des affaires ? Les placements mobiliers de la branche française de la Maison d’Arenberg »,« Les archives privées du château de Ménetou-Salon (Cher) » ; avec Claude-Isabelle Brelot « Collections et mécénat : une présence discrète des Arenberg sur la scène artistique française », « Mens sana in corpore sano : activités culturelles et sportives des princes de la branche française de la Maison d’Arenberg aux XIXe et XXe siècles ».

Diffusion de la recherche

– Avec Jean-François Boulanger, « L’Europe en 1914 », « La crise de juillet 1914 » et « La guerre de mouvement » : notices dans le catalogue de l’exposition La Marne dans la Grande Guerre (Archives départementales de la Marne / Conseil Général de la Marne).

– « Du sang bleu dans les tranchées. Nobles français pendant la Grande Guerre », Sciences Po Reims, Conférences du Centenaire 14-18 organisées par la Ville de Reims.

– « Loger et intégrer l’ouvrier : Godin au prisme du paternalisme patronal dans la France du XIXe siècle », conférence sur l’invitation de la Fondation Godin à Guise (Aisne), avril 2015.

– « La fabrique de l’histoire de la France : l’exemple des monarchies postrévolutionnaires 1814-1848 », Cafés historiques de la Région Centre à Chartres (Eure-et-Loir), janvier 2014.

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle