Le projet « Droit de correction », 2017-2022

Le projet « Droit de correction » trouve son origine dans une notion omniprésente dans les derniers siècles du Moyen Âge et l’époque moderne : le « droit de correction » alors reconnu aux chefs de famille, maîtres d’école, supérieurs religieux ou employeurs, de frapper les personnes placées sous leur autorité (femmes, enfants, élèves, moines, apprentis, etc.) afin de leur inculquer des normes de comportement ou de les punir.

Lancé lors d’une journée d’études à l’Université Paris-Est Créteil en 2017, ce projet a débouché sur la journée « Quand les coups étaient permis », qui a dressé l’état de l’historiographie, en mai 2018.

A partir de ce travail s’est formée une équipe de chercheurs et enseignants chercheurs réunissant les quatre périodes historiques : Véronique Beaulande-Barraud, Jean-Baptiste Bonnard, Emmanuelle Chapron, Julie Doyon, Julien Dubouloz, Isabelle Heullant-Donat, David Niget, Elisabeth Lusset, Isabelle Poutrin et Diane Roussel. Les réunions de travail ont été financées sur crédits IUF.

L’équipe a mis en chantier un ouvrage collectif qui explore le sujet des violences dites « éducatives » dans une perspective historique, sous de multiples aspects et formes d’expression, de l’Antiquité grecque et romaine à la période contemporaine. Adoptant la forme d’un dictionnaire qui a mobilisé plus de 120 spécialistes dans une entreprise pluridisciplinaire sous la direction d’Isabelle Poutrin et d’Elisabeth Lusset, ce livre entend s’adresser à un large public, sur un sujet qui concerne l’ensemble de nos contemporains.

La parution de l’ouvrage aux Presses universitaires de France est prévue pour début 2022.

Image : « Tout cela est pour ton bien », lithographie coloriée de A. Cheyère, v. 1845. Musée National de l’éducation (Inv. 1979.02536) sur Flickr.

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search