Soutenance de thèse : Jean-René Larue, 11 décembre

Jean-René Larue, doctorant au CERHiC, soutient sa thèse intitulée :

Étude comparative entre le rock progressif français et le rock progressif italien : influences contextuelles et créations musicales.

Date et heure : lundi 11 décembre, 14 h. 30.
Lieu : Université Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, salle R418, 3e étage aile gauche, bâtiment 13 Recherche – 57 rue Pierre Taittinger – 51100 REIMS.

devant un jury ainsi composé :

  • M. Bertrand POROT (PR émérite, CERHiC, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Mme Catherine RUDENT (PR, IReMUS, Université Sorbonne Nouvelle)
  • Mme Cécile PREVOST-THOMAS (MCF HDR, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle)
  • M. Christophe PIRENNE (PR, Université de Liège)
  • M. Philippe GONIN (MCF, LIR3S, Université de Dijon)
  • M. Frédéric GUGELOT (PR, CERHiC, Université de Reims Champagne-Ardenne).

Présentation : 
Apparu en Angleterre et aux États-Unis durant les années 1960, le rock progressif s’est rapidement développé dans l’ensemble des pays occidentaux. Toutefois, les contextes nationaux n’étant pas identiques dans ces différents pays, des spécificités nationales ont pu apparaître au sein du rock progressif. Cette thèse étudie l’influence des contextes nationaux sur ce genre musical.

Pour cela,  nous avons choisi de mener une étude comparative entre les productions des musiciens du rock progressif en France et en Italie. Grâce à une approche interdisciplinaire, notre travail a abordé le rock progressif sous ses aspects sociologiques, historiques, géographiques, esthétiques, politiques, culturels, et intellectuels permettant de mettre en évidence l’influence des contextes nationaux mais également de mieux cerner ce genre musical dans son ensemble.

Image : Pochette de l’album de Ange, Au-delà du délire (Philips, 1974).

Publication : Les convertis du pape. Une famille de banquiers juifs à Rome au XVIe siècle

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer la publication de

Isabelle Poutrin, Les convertis du pape. Une famille de banquiers juifs à Rome au XVIe siècle, Paris, Seuil, coll. “L’Univers historique”, 2023. ISBN : 978.2.02.153665.2

Résultat d’une enquête menée pendant cinq ans dans les archives du tribunal de la Rote romaine et des notaires de Rome, cet ouvrage propose une approche économique de la conversion religieuse, à travers le cas des banquiers Corcos père et fils, baptisés en 1581-1582 sous le patronage du pape Grégoire XIII. 

Au XVIe siècle, alors que l’Europe était déchirée par les guerres de Religion, les papes voulurent faire de Rome un modèle pour la conversion des juifs. Sous la protection de Grégoire XIII, deux banquiers séfarades, Salamone Corcos et son fils Lazzaro, appartenant à l’élite de la communauté juive, furent baptisés puis intégrés dans la noblesse romaine sous le nom de Boncompagni, qui était celui du pape. Ces hommes firent ensuite sortir du ghetto, au besoin par la force, une quarantaine d’hommes, femmes et enfants de leur famille, tandis que quelques-uns, comme Devorà et son mari Joseph Ascarelli, résistèrent aux pressions qui les poussaient vers le baptême.

L’histoire des Corcos devenus Boncompagni, restituée à partir des archives du tribunal de la Rote et des notaires de Rome, aborde le thème de la conversion sous l’angle de ses coûts et bénéfices économiques et affectifs, inégalement répartis selon l’âge, le genre et la situation des individus. Elle montre les effets du prosélytisme des papes sur les juifs, les conflits familiaux générés par les conditions violentes des conversions, et la capacité de la société chrétienne à intégrer les néophytes au prix de l’oubli de leur origine. Grande fresque familiale, Les Convertis du pape nous plonge dans les dynamiques économiques, sociales, politiques et religieuses qui déterminaient les marges d’action des individus dans la Rome baroque.

 

Soutenance de thèse : Liliane Siani, 5 décembre

Liliane Siani, doctorante au CERHIC (allocataire 2018-2022), soutiendra le mardi 5 décembre 2023 à partir de 14h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R. 418) sa thèse de doctorat intitulée : 

Le festival de Béziers au tournant du XXᵉ siècle : un « Bayreuth français » 

devant un jury ainsi composé : Bertrand Porot (PU émérite, CERHIC, directeur de la thèse), Violaine Anger (MCF, Université d’Évry Val d’Essonne), Jean-Christophe Branger (PU, Université Lumière Lyon 2), Denis Herlin (Directeur de recherche, CNRS , IReMus).

Cette étude sur les spectacles lyriques créés au théâtre des arènes de Béziers entre 1898 et 1911 se propose d’identifier les pratiques d’organisation et de composition, et les évolutions esthétiques de ce que nous considérons comme un festival d’art lyrique. Il s’agit d’abord de comprendre la place qu’il occupe dans la ville, ainsi que son fonctionnement interne. Le travail met ainsi en lumière un exemple de décentralisation artistique qui, sous l’égide du directeur-mécène Castelbon de Beauxhostes, se présente comme une opportunité pour ses différents acteurs et collaborateurs, en même temps qu’il révèle une organisation assez semblable à celles de scènes parisiennes, jugées prestigieuses.

Dans un second temps, la thèse caractérise d’un point de vue esthétique le répertoire proposé par le festival de Béziers, à travers l’analyse de chaque composante dramaturgique : dialogues, mises en scène, et musiques de scène. Ce faisant, l’étude révèle la dimension éclectique des œuvres. Bien qu’ils partagent des caractéristiques communes, les poèmes et les musiques font cohabiter des éléments issus de diverses époques. Inscrites dans la lignée de celles du grand opéra français, les mises en scène illustrent aussi les nombreuses adaptations que nécessite le vaste cadre des arènes.

S’appuyant sur un ensemble de fonds publics encore peu exploités, des cartes photographiques et de nombreux articles de la presse nationale et locale, cette enquête s’inscrit dans le mouvement musicologique contemporain qui propose une perspective globale conceptualisée, et vient étoffer la connaissance des initiatives citoyennes de scènes en plein air sous la Troisième République.

Image : Carte photographique de la pièce de théâtre avec musiques de scène Le Premier Glaive créée aux arènes de Béziers en 1908. 

Collection personnelle d’Alex Bèges, issue du Fonds papier Castelbon de Beauxhostes, Musée du Biterrois (en cours de numérisation sur le site des Archives municipales de Béziers)