Archives de catégorie : Vie du CERHIC

I. Heullant-Donat à “Concordance des Temps”

Sans titre3

Isabelle Heullant-Donat, professeur d’Histoire médiévale et directrice du CERHiC-EA 2616, participe le samedi 19 mars 2016, de 10h à 11h,  à l’émission “Concordance des Temps” par Jean-Noël Jeanneney, en direct du “Livre-Paris – Salon du Livre 2016”, sur le thème: “Au Moyen Âge: en quête du martyre”: https://www.franceculture.fr/evenement/livre-paris-2016 .

I. Heullant-Donat, invitée de la Fabrique de l’Histoire

Isabelle Heullant-Donat, Professeur d’Histoire du Moyen Âge et directrice du CERHiC-EA 2616, participe à la Table ronde « Fiction » de la Fabrique de l’Histoire ce vendredi 4 mars, de 9h06 à 10h.

arton176-514ba

Au programme un film, Les Innocentes d’Anne Fontaine ; une pièce de théâtre, Dialogue d’exilés de Bertolt Brecht, mise en scène par Olivier Mellor, au théâtre du Lucernaire, à Paris (http://www.lucernaire.fr/theatre/230-dialogues-d-exiles.html ) et un livre de Lily King, Euphoria, roman imaginant quelques mois de la vie de la célèbre anthropologue américaine Margaret Mead, lorsqu’elle séjourna en 1933 sur les bords du fleuve Sepik, en Papouasie Nouvelle-Guinée. L’émission peut être écoutée en direct ou en podcast, sur :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire

Soutenance d’habilitation – Yves Verneuil

Nous avons le plaisir d’annoncer la prochaine soutenance d’habilitation à diriger des recherches d’Yves Verneuil, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC.

La soutenance de cette habilitation préparée sous la direction de Jean-Noël Luc aura lieu le  lundi 7 décembre 2015, à l’Université Paris-Sorbonne. Le mémoire scientifique s’intitule :

 

Corporatisme, amicalisme, syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940).

 

 

Le jury sera composé de :

 

Pr. Gilles BAILLAT (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Pr. Philippe BUTON (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Recteur Jean-François CHANET (IEP de Paris)

Pr. Jean-François CONDETTE (Université d’Artois)

Pr. Jean-Noël LUC (Université Paris-Sorbonne)

Pr. André D. ROBERT (Université Lumière Lyon 2)

 

 

La soutenance aura lieu en Sorbonne, Salle des Actes, à 15h30.

 

Résumé du mémoire d’habilitation :

Corporatisme, pré-syndicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

 

 

            Le mémoire scientifique qui sert de support à mon HDR porte sur la naissance et l’évolution des organisations corporatives des professeurs de lycée entre 1880 et 1940. Le mouvement corporatif des professeurs de lycée s’inscrit dans le mouvement général qui affecte les fonctionnaires (apparition de l’amicalisme, transformation en syndicat, questions de l’adhésion à la Fédération des fonctionnaires et à la CGT), mais présente des particularités. D’une part parce que les professeurs de lycée occupent une position professionnelle et sociale ambiguë ; d’autre part parce que perdure le sentiment d’appartenance à la vénérable Université. Le sentiment d’appartenir à une corporation originale, porteuse de valeurs, vient donc s’entremêler, voire s’opposer dans certains cas, à l’idée de créer des associations dites corporatives. Cette singularité est confortée par l’importance de la représentation accordée en 1880 aux professeurs de lycée par Jules Ferry au sein du Conseil supérieur de l’instruction publique. La structure et le rôle de cette représentation perdurent jusqu’en 1940.

Notre première partie porte sur le CSIP. On commence par analyser les débats ayant concerné l’introduction d’une représentation des professeurs de lycée, afin de mieux comprendre pourquoi les professeurs ont pu être satisfaits de bénéficier d’une représentation dans un organisme qui apparaît comme l’expression de la corporation universitaire. On se demande ensuite si les professeurs ont continué à se mobiliser pour les élections au CSIP ou si une désaffection s’est produite, qui expliquerait qu’ils se soient tournés vers un autre mode de représentation. Il apparaît en tout cas que le projet de réforme d’Émile Combes a pu les confirmer dans leur attachement à la représentation qui leur a été accordée par Jules Ferry.

La seconde partie étudie le premier mouvement corporatif des professeurs de l’enseignement secondaire, apparu en 1895-1896. Elle recherche les causes profondes de sa naissance, avant d’observer l’apparition et les difficultés du premier mouvement corporatif d’ensemble des professeurs de l’enseignement secondaire. Les droits octroyés aux professeurs par Alfred Rambaud vont se révéler peu satisfaisants : les associations amicales et régionales vont dépérir et les congrès nationaux s’effilocher rapidement.

La troisième partie est consacrée à la renaissance du mouvement associatif au début du XXe siècle. Ce réveil se produit en grande partie en réaction aux revendications des primaires d’une part et des répétiteurs d’autre part. Avant que les professeurs de lycée ne constituent une fédération particulière, dans laquelle s’intègre le personnel de l’enseignement secondaire féminin, le périmètre des associations a cependant été débattu. La Fédération nationale des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin s’avère représentative et efficace, mais se pose la question du lien à établir avec l’ancien mode de représentation des professeurs (élus au CSIP) comme avec un nouveau mode plus englobant (Fédération des fonctionnaires).

La quatrième partie est consacrée aux évolutions de l’entre-deux-guerres et aux grands débats qui ont agité les professeurs de lycée sur la manière de concevoir leur mode de représentation. La Fédération nationale doit-elle se transformer en syndicat et cela doit-il impliquer un changement dans les pratiques d’action ? Doit-elle rester autonome ou établir des liens avec d’autres organisations ? Dans les années 1930, la question de l’adhésion à la CGT devient le débat majeur, qui se conclut en 1937 par un éclatement qui met fin à l’unité corporative.

La dernière partie étudie les facteurs de division interne : quelle importance accorder aux identités particulières ? On se demande par ailleurs si les débats concernant la réforme de l’enseignement ont créé des oppositions sur le rôle de l’enseignement secondaire lui-même et donc sur la manière d’apprécier la fonction des professeurs. On peut ainsi mieux saisir la particularité du cas des professeurs des classes élémentaires et les difficultés de leur stratégie professionnelle.

Soutenance d’habilitation – Véronique Beaulande-Barraud

Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, soutiendra son dossier d’Habilitation à diriger des recherches portant sur Justice(s) d’Église. Excommunication, officialités, pénitence, le samedi 5 décembre, à 14h30, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (salle des thèses, bâtiment B).

Le mémoire inédit présenté dans ce dossier porte sur

Les cas réservés en Occident, XIIIe-XVe siècles.

Juridiction épiscopale, hiérarchie ecclésiale et pénitence.

 

Le jury est composé de :

M. Franck Collard, garant, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Mme Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

M. Martin Ingram, Associate Professor of Modern History, Université d’Oxford.

Mme Corinne Leveleux-Teixeira, professeur d’histoire du droit à l’Université d’Orléans.

M. Julien Théry, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon Lumière.

Mme Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Résumé du dossier

Le dossier d’HDR présenté porte sur la juridiction ecclésiastique, principalement épiscopale, à la fin du Moyen Âge. Les travaux réunis mettent en lumière les pratiques judiciaires de l’Église et l’usage que celle-ci fait des censures canoniques, principalement l’excommunication. À la croisée de l’histoire de la justice et de l’histoire religieuse, ils éclairent l’Église comme institution d’encadrement des fidèles et comme structure de pouvoir, dont la spécificité est l’horizon spirituel de ses objectifs, à savoir non seulement la paix du corps social selon l’idéal de la charité chrétienne, mais aussi – surtout ? – le salut de ses membres. Les officialités apparaissent comme des structures privilégiées de l’interaction entre le corps clérical et les fidèles, non seulement de coercition par le biais pénal, mais également de dialogue, beaucoup de procès se terminant sans peine, voire sans sentence mais étant un espace du dialogue entre les parties. Le mémoire inédit met l’accent sur l’articulation des deux volets de la juridiction ecclésiastique, judiciaire et pénitentielle. L’étude des cas réservés met en valeur la construction de la hiérarchie ecclésiale par la définition de degrés dans la potestas absolvendi, la porosité entre les fors, loin d’une scission radicale entre « for interne » et « for externe », catégories inopérantes au Moyen Âge, l’affirmation par l’épiscopat des spécificités de leur ministère, par leurs compétences pénitentielles qui en font des relais de la grâce divine. Usant de formes d’encadrement, voire de coercition, variées, l’Église médiévale ne se pense cependant jamais autrement que comme vectrice de cette grâce.

Présentation du dossier “chrétiens orientaux” des ASSR

Nous avons le plaisir d’annoncer deux événements organisés par la revue Archives de sciences sociales des religions autour de ses numéros 170 et 171 (parution le 8 octobre 2015).  Aurélien Girard, maître de conférences en histoire moderne à l’URCA et membre du CERHiC, y participera :

– Le samedi 10 octobre aux Rendez-vous de l’Histoire, à Blois, aura lieu à 16 heures la table ronde intitulée « Chrétiens au Proche-Orient » . A l’heure où les crises du Proche-Orient mettent les chrétiens au centre de l’actualité, les sciences sociales proposent de nouvelles approches, attentives à l’inscription des communautés dans leur contexte. Elles montrent que les chrétiens ne sont pas seulement des victimes, mais des acteurs impliqués dans les évolutions de leurs sociétés.

Avec : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, rédactrice en chef de la revue), Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne), Bernard Heyberger (EHESS), Jean-Christophe Ploquin (La Croix), Alberto Fabio Ambrosio.

Pour en savoir plus : http://www.rdv-histoire.com/edition-2015-les-empires/chretiens-au-proche-orient

– le dimanche 11 octobre au Salon de la Revue, aux Blancs-Manteaux, à Paris, la table ronde de 18 h :

« Chrétiens et Églises en dictature. Du Proche-Orient aujourd’hui au Cône sud américain hier » 

Avec : Pierre Antoine Fabre (EHESS, directeur de la revue) Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne), Bernard Heyberger (EHESS), Jean-Louis Schlegel (Esprit), Sébastien Tank (CNRS).

Pour plus d’informations :

1507_0229_Pub_EHESS_ASSR_N_171_FT_FINI_Q

D. Diaz, invitée de “La Fabrique de l’Histoire”

arton176-514ba

Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC, a participé le 24 septembre dernier à l’émission “La Fabrique de l’Histoire” d’Emmanuel Laurentin sur France culture, dans le cadre d’une semaine consacrée à l'”Europe, terre d’asile?”. Pour écouter l’émission en ligne.

 

Florian Corbier, membre du CERHiC, remporte le prix PEPITE

Florian Corbier, doctorant en histoire de l’art sous la direction d’Hendrik Ziegler et membre du CERHiC, a obtenu le prix national PEPITE – Tremplin pour l’entrepreneuriat étudiant 2015.

Florian Corbier consacre une thèse à la “Création, réception et diffusion des arts décoratifs à Reims de la Belle Epoque à l’entre-deux-guerres (1900-1939)”. Ce travail de recherche, axé principalement sur l’architecture et sur les collections d’art décoratif du Musée des arts décoratifs et sur les collections particulières, envisage de dégager de véritables définitions, à la fois esthétique, artistique, politique et sociale des différents mouvements de l’époque autour de l’Art Déco (Éclectisme, Modernisme, Régionalisme, Art-Nouveau) à travers l’exemple de Reims. Il permet également  de mettre en lumière la spécificité de la reconstruction rémoise et de la replacer dans des perspectives nationales et européennes.

Florian Corbier présente le projet MuseeHome
Florian Corbier présente le projet MuseeHome

 

En parallèle de ce travail de recherche, Florian Corbier a proposé un projet qui a été distingué par le prix PEPITE – Tremplin pour l’entrepreneuriat étudiant. Le but du projet qu’il a présenté est de créer une entreprise de location d’œuvres d’art à domicile pour les particulier et les entreprises: MuséeHome. Florian Corbier s’inscrit dans l’incubateur de l’URCA pour développer ce projet. MuséeHome à ainsi pour vocation de valoriser la création contemporaine régionale en offrant à la fois la possibilité au grand public d’accéder au marché de l’art par le biais de la location et de permettre aux artistes d’avoir une  visibilité nouvelle grâce à ce mode d’exposition  chez les particuliers et les professionnels.