Archives de catégorie : Les membres du CERHIC dans les médias

I. Heullant-Donat, invitée de la Fabrique de l’Histoire

Isabelle Heullant-Donat, Professeur d’Histoire du Moyen Âge et directrice du CERHiC-EA 2616, participe à la Table ronde « Fiction » de la Fabrique de l’Histoire ce vendredi 4 mars, de 9h06 à 10h.

arton176-514ba

Au programme un film, Les Innocentes d’Anne Fontaine ; une pièce de théâtre, Dialogue d’exilés de Bertolt Brecht, mise en scène par Olivier Mellor, au théâtre du Lucernaire, à Paris (http://www.lucernaire.fr/theatre/230-dialogues-d-exiles.html ) et un livre de Lily King, Euphoria, roman imaginant quelques mois de la vie de la célèbre anthropologue américaine Margaret Mead, lorsqu’elle séjourna en 1933 sur les bords du fleuve Sepik, en Papouasie Nouvelle-Guinée. L’émission peut être écoutée en direct ou en podcast, sur :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire

Présentation du dossier « chrétiens orientaux » des ASSR

Nous avons le plaisir d’annoncer deux événements organisés par la revue Archives de sciences sociales des religions autour de ses numéros 170 et 171 (parution le 8 octobre 2015).  Aurélien Girard, maître de conférences en histoire moderne à l’URCA et membre du CERHiC, y participera :

– Le samedi 10 octobre aux Rendez-vous de l’Histoire, à Blois, aura lieu à 16 heures la table ronde intitulée « Chrétiens au Proche-Orient » . A l’heure où les crises du Proche-Orient mettent les chrétiens au centre de l’actualité, les sciences sociales proposent de nouvelles approches, attentives à l’inscription des communautés dans leur contexte. Elles montrent que les chrétiens ne sont pas seulement des victimes, mais des acteurs impliqués dans les évolutions de leurs sociétés.

Avec : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, rédactrice en chef de la revue), Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne), Bernard Heyberger (EHESS), Jean-Christophe Ploquin (La Croix), Alberto Fabio Ambrosio.

Pour en savoir plus : http://www.rdv-histoire.com/edition-2015-les-empires/chretiens-au-proche-orient

– le dimanche 11 octobre au Salon de la Revue, aux Blancs-Manteaux, à Paris, la table ronde de 18 h :

« Chrétiens et Églises en dictature. Du Proche-Orient aujourd’hui au Cône sud américain hier » 

Avec : Pierre Antoine Fabre (EHESS, directeur de la revue) Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne), Bernard Heyberger (EHESS), Jean-Louis Schlegel (Esprit), Sébastien Tank (CNRS).

Pour plus d’informations :

1507_0229_Pub_EHESS_ASSR_N_171_FT_FINI_Q

D. Diaz, invitée de « La Fabrique de l’Histoire »

arton176-514ba

Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC, a participé le 24 septembre dernier à l’émission “La Fabrique de l’Histoire” d’Emmanuel Laurentin sur France culture, dans le cadre d’une semaine consacrée à l' »Europe, terre d’asile? ». Pour écouter l’émission en ligne.

 

Le CERHiC aux RDV de l’histoire (Blois)

2015-Empires 18 rdv

Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire médiévale et directrice du CERHiC, siège au comité scientifique des 18e Rendez-vous de l’Histoire de Blois (8-11 octobre 2015). Elle interviendra le vendredi 9 octobre sur le Journal de la persécution des Templiers puis sur les Secrets d’empereurs. Le samedi 10 octobre, elle modérera une table ronde sur les capitales impériales.  Le dimanche 11 octobre, elle présidera une rencontre sur savoirs et culture d’empire.

Samedi 10 octobre, Aurélien Girard, maître de conférences en histoire, participera à une table ronde consacrée aux chrétiens au Proche-Orient.

Mercè Prats sur Pierre Hadot – Le Monde des livres

Les travaux  de Mercè Prats, doctorante en histoire contemporaine sous la direction de Frédéric Gugelot et membre du CERHiC, ont été cités dans un article de Roger-Pol Droit intitulé « Traversée. Toujours du neuf chez les anciens », paru dans Le Monde des livres le 9 avril 2015.

 

Pour lire l’article dans sa version intégrale :

Traversée _ toujours du neuf chez les Anciens

Roger-Pol Droit, « Traversée. Toujours du neuf chez les Anciens », Le Monde des livres, 9 avril 2015

 

L’Antiquité est étrangement inépuisable. Il y a plus de cinq cents ans que des légions d’experts s’acharnent sur ses ruines, perfectionnent leurs méthodes, passent au crible les bribes de textes qui nous sont parvenus. Ils ont mille fois comparé les manuscrits, édité les variantes, commenté les moindres mots. Il n’existe plus une seule ligne de grec ancien qui n’ait suscité quantité de notes, articles ou études. On s’attendrait donc à ce que tout soit connu : à force de labourer indéfiniment les mêmes œuvres, de scruter sous tous les angles les mêmes textes, les érudits devraient en avoir fait le tour. Ils ont répertorié, catalogué, numéroté tous les trésors. A part de rares découvertes – nouveau papyrus, inscriptions inconnues –, il n’y a, semble-t-il, rien de neuf à se mettre sous la dent.

Pourtant, c’est exactement l’inverse : les textes antiques réservent indéfiniment surprises et perspectives inédites. Les chercheurs y font de perpétuelles trouvailles. Parfois, il est vrai, ce n’est qu’une modification de détail, un bouleversement infime, propre à n’émouvoir qu’une tribu d’initiés. Mais il arrive aussi que tout un pan du regard collectif bascule, sous l’effet d’une œuvre capable de faire voir autrement ce qu’on croyait, bien à tort, déjà connaître à fond. Pierre Hadot (1922-2010), professeur au Collège de France, a opéré une mutation de cette ampleur : avant lui, on avait pris le pli de lire les philosophes antiques comme des modernes, des théoriciens, forgeant seulement des concepts, peaufinant des systèmes. Grâce à son œuvre, qui a fini par rencontrer une vaste audience, la philosophie antique est apparue comme une manière de vivre, un effort de conversion spirituelle. Il a montré combien les philosophes grecs et romains, dans leur diversité – de Platon à Sénèque, de Diogène à Plotin – cheminaient tous vers la sagesse, et travaillaient à vivre plutôt qu’à polir des idées.

Métamorphose existentielle

Alors qu’on célébrera prochainement le cinquième anniversaire de sa disparition (il mourut le 24 avril 2010), certains de ses lecteurs ont voulu rapprocher leurs visions de l’homme et de l’œuvre. Les études que rassemble le volume intitulé Pierre Hadot. Apprendre à lire et à vivre, sous la direction de Véronique Le Ru, éclairent des aspects aussi bien de sa biographie que de son travail philosophique. En cela, ce recueil se veut fidèle à la démarche de ce savant, sage moderne, ne cessant d’insister sur la métamorphose existentielle qu’engage la pensée. On saisit mieux, au fil de ce livre, le parcours personnel singulier de cet homme qui voulut « faire aimer de vieilles vérités », sans se contenter de les faire comprendre. De son vivant, Pierre Hadot avait évoqué – pudiquement, comme toujours – son « enfance à l’eau bénite », son passé de prêtre, sa vie de jeune homme passé des jupes de sa mère aux « jupes de l’Eglise », et son retour aventureux à la vie profane. Mais pas plus.

Un article de Mercè Prats apporte du neuf sur l’homme qui apporta du neuf. Elle rappelle que les trois frères Hadot – Henri, Jean et Pierre – avaient été voués à l’Eglise par leur mère, qui les éleva dans l’unique ambition de devenir prêtre, à tel point que Jean, défroqué avant Pierre, se fit passer pour mort plutôt que d’avouer sa nouvelle vie. Pierre Hadot lui-même, en 1952, n’osa pas aller voir sa mère pour lui annoncer qu’il quittait l’Eglise. Les thèmes de la conversion philosophique, de la philosophie comme manière de ­vivre, possédaient aussi une signification intime pour celui qui les a si vivement ­remis en lumière.

Renouvellement de notre connaissance de l’Antiquité

Cette intrication de la vie savante et de la vie privée a d’autres facettes. Car on découvre mieux, aujourd’hui, le rôle important joué par la personne et par l’œuvre d’Ilsetraut Hadot, aussi bien dans le renouvellement de notre connaissance de l’Antiquité que dans l’inspiration philosophique de son mari. C’est en 1966, à Berlin, que se sont mariés Pierre Hadot et Ilsetraut Marten, érudite allemande. Auteure, elle aussi, d’une œuvre considérable, elle s’est consacrée notamment, au fil d’une longue carrière de recherche, à l’étude du néoplatonisme et à l’œuvre de Simplicius, l’un des derniers penseurs, au VIe siècle de notre ère, de la tradition philosophique grecque (Le néoplatonicien Simplicius à la lumière des recherches contemporaines. Un bilan critique, Academia Verlag, 2014).

En 1966, elle venait d’achever, à l’Université libre de Berlin, une thèse originale et novatrice sur Sénèque et la direction spirituelle dans l’Antiquité. Les résultats de ce travail, traduit pour la première fois en français, forment la trame de Sénèque. Direction spirituelle et pratique de la philosophie, assorti de nouveaux développements et commentaires.

Cette enquête savante, étayée par une lecture minutieuse des textes, fait voir un autre Sénèque (Ier siècle) que celui de la caricature, trop répandue, d’un stoïcien romain littéraire et sentencieux. ­Ilsetraut Hadot découvre en ce maître spirituel un penseur d’envergure, articulant constamment de manière originale la dimension théorique de la philosophie – comprenant, pour les stoïciens, logique, physique, éthique – et le travail de direction spirituelle, avec ses objectifs propres et ses techniques particulières. En suivant pas à pas cette somme méticuleuse, ce n’est pas seulement Sénèque que l’on voit changer, mais de larges pans de l’Antiquité, car la chercheuse prend soin de replacer sa pratique de la direction spirituelle dans l’ensemble des écoles de sagesse grecques et romaines, en comparant leurs traits respectifs. Cet univers à la fois intellectuel et pratique est à l’évidence loin du nôtre, et il serait trompeur de le croire actualisable sans précautions. Il n’en reste pas moins que la reconstitution de ce monde perdu conduit à s’interroger sur ce qui pourrait peut-être, vingt siècles plus tard, être inventé d’équivalent pour notre temps.

Convergences entre cyniques et chrétiens

Dans nos connaissances des écoles de sagesse antiques, beaucoup reste à découvrir de leurs relations respectives comme de leur évolution spécifique. ­Marie-Odile Goulet-Cazé, qui a fait connaître en détail la pensée des cyniques et mis en lumière leur influence sur les stoïciens (elle a publié, notamment, L’Ascèse cynique, Vrin, 1986, et Les « Kynika » du stoïcisme, Franz Steiner Verlag, 2003), s’interroge aujourd’hui sur leurs liens avec les premiers chrétiens. Car on a beaucoup spéculé, aux Etats-Unis, ces trente dernières années, sur les convergences entre cyniques et chrétiens. Ce qui peut surprendre, car on ne voit pas, de prime abord, comment ­rapprocher ­Diogène ou Cratès – ces « chiens » aux mœurs rudes, désireux de vivre selon la nature, vagabonds provocateurs, railleurs, volontiers obscènes – et les disciples du Nazaréen, ­annonçant la bonne nouvelle de la résurrection et du royaume de Dieu. Il semble que ces deux mondes n’ont rien de commun.

Erreur : des cyniques, manteau de bure et besace à l’épaule, sont repérés, non loin de Tibériade, en Galilée, au début de l’Empire romain. On sait aussi, de source sûre, que certains premiers ­chrétiens furent d’anciens cyniques, et qu’il exista des cas de « double appartenance ». Ce qui rapproche ces apparents opposés : la critique des valeurs de la ­ civilisation, le refus des hiérarchies sociales, le mépris des richesses – entre autres. Marie-Odile Goulet-Cazé examine objectivement, un à un, tous les arguments voulant faire de Jésus un « cynique juif » et démontre qu’il n’existe que des suppositions, parfois hasardeuses, et aucune preuve convaincante. Au-delà de cette question, ce livre est une telle mine d’informations qu’il doit se lire aussi comme une introduction, savante et accessible, au monde du cynisme antique, dont la diversité et la richesse sont une découverte récente.

Pierre Hadot. Apprendre à lire et à vivre, sous la direction de Véronique Le Ru, Epure, 148 p., 15 €.

Sénèque. Direction spirituelle et pratique de la philosophie, d’Ilsetraut Hadot, Vrin « Philosophie au présent », 452 p., 25 €.

Cynisme et christianisme dans l’Antiquité, de Marie-Odile Goulet-Cazé, Vrin, « Textes et traditions », 250 p., 30 €.

Colloque « Rire et religions » – Emission RFI

L’émission « Religions du monde« , animée sur la chaîne de radio RFI par Geneviève Delrue, traite de l’actualité religieuse et de sujets de société : les sectes, la recherche spirituelle, mais aussi la religion sur l’Internet.

Le 8 février 2015, elle a accueilli Frédéric Gugelot, membre du CERHiC et professeur d’histoire contemporaine à l’URCA, pour revenir sur les apports de l’important colloque qu’il a co-organisé dans le cadre de l’Association française de Sciences sociales des religions, « Rire et religions » (2-3 février 2015), en prise avec l’actualité dans la France de l’après Charlie.

Pour réécouter l’émission et l’intervention de Frédéric Gugelot :

http://www.rfi.fr/emission/20150208-1-colloque-rire-religion-afsr-sciences-sociales-charlie/