Archives de catégorie : Séminaires du CERHIC

Séminaire du CERHIC, 14 nov. Frontieres et mobilités

Séminaire du CERHIC

Normes et pouvoirs

Jeudi 14 novembre 2019, de 12 h. 30 à 14 h. 30

Campus Croix-Rouge, MSH, salle 112

Maxime Kaci : Des marges au centre : approche historique des dynamiques (trans)frontalières durant la Révolution  française.

Nicolas Charles : Les réfugiés pendant la Grande Guerre : le cas des Ardennes.

Maxime Kaci, Maître de conférences en  histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté (Centre Lucien Febvre, EA 2273), mène ses recherches sur les transformations des délimitations territoriales et leurs effets sur les sociétés et les populations transfrontalières durant la Révolution française et l’Empire.  Il a publié en 2016 Dans le tourbillon de la Révolution. Mots d’ordre et engagements collectifs aux frontières septentrionales (1791-1793), ouvrage issu de sa thèse de doctorat . Il a été en 2018-2019 en délégation CNRS pour un projet interdisciplinaire sur “Les changements de nature des délimitations territoriales et leurs effets sur l’organisation des sociétés en Europe (XIVe-XXIe siècle” à la MSH Ledoux (Univ. Franche-Comté). 

Nicolas Charles, professeur agrégé d’Histoire, est spécialiste de la Grande Guerre et de l’occupation du Nord de la France durant ce conflit. Il mène actuellement ses recherches doctorales sur “Vivre avec l’autre. Les relations interpersonnelles dans le Nord et les Ardennes occupés pendant la Grande Guerre” sous la direction de la Prof. Aya Aglan (Université Paris 1).

Cover_Kaci_2016
M. Kaci, Dans le tourbillon de la Révolution, Rennes, PUR, 2016.

Crédit photographique : “Refugees from Melville”, Par The Library of Congress — Cette image est disponible sur la Prints and Photographs division de la Bibliothèque du Congrès des États-Unis sous le numéro d’identification ggbain.27423.

Séminaire du CERHIC, 24 oct. Malgorzata Durbas

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Jeudi 24 octobre 2019, de 12 h. 30 à 14 h. 

Campus Croix rouge, bâtiment 13, salle R 112

Malgorzata Durbas  

Les voyageurs polonais dans la France du XVIIIe siècle.

Pour sa première séance de l’année universitaire, le séminaire du CERHIC accueillera Malgorzata Durbas, qui sera pour la semaine en mobilité Erasmus auprès du département d’histoire de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Docteur en sciences humaines, professeur adjoint au département d’histoire de Jan Dlogosz à l’université de Czestochowa (Pologne), Malgorzata Durbas étudie l’histoire des relations culturelles franco-polonaises aux XVIIe et XVIIIe siècle et l’entourage du roi Stanislas Leszczynski en Pologne et en Lorraine. Elle a publié notamment un ouvrage intitulé Akademia Stanisława w Nancy (L’Académie de Stanislas à Nancy) 1750-1766, paru à Cracovie en 2013. 

Séminaire du CERHIC : programme 2019-2020

Le CERHiC réunit ses membres ainsi que les étudiants de Master en histoire de l’URCA pour un séminaire récurrent, en lien avec les axes de recherche de l’équipe. Les séances, ouvertes à tous, se tiennent à l’UFR de Lettres et Sciences humaines (Campus Croix-Rouge).

Organisation scientifique : Claire Angotti, Delphine Diaz, Bruno Restif, Jan Synowiecki.

Séance 1, jeudi 24 octobre 2019, 12 h 30 – 14 h

Malgorzata Durbas, Université de Czestochowa (Pologne), « Les voyageurs polonais dans la France du XVIIIe siècle » (12 h 30 – 14 h).

Séance 2, « Frontières et mobilités à l’époque contemporaine », jeudi 14 novembre 2019, 12 h 30 – 14 h 30

Maxime Kaci (ESPE de Besançon), « Des marges au centre : approche historique des dynamiques (trans)frontalières durant la Révolution française »

Nicolas Charles (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Les réfugiés pendant la Grande Guerre : le cas des Ardennes »

Séance 3, « Cultures visuelles et sonores du XVIIIe au XXe siècle », mardi 28 janvier 2020, 12 h 15 – 15 h 15

Paul François (Université de Nantes), « Les salles de spectacle parisiennes du XVIIIe siècle en réalité virtuelle »

Laurent Cuvelier (EHESS), « La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIII siècle »

Audrey Leblanc (EHESS), « La couleur de mai 1968 »

Séance 4, « Sociétés grecques et romaine : travaux de jeunes chercheurs et nouvelles perspectives », jeudi 6 février 2020, 12 h 30 – 14 h 30

Romain Guicharousse (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Femme et étrangère : une double exclusion dans l’Athènes classique ? »

Cyrielle Landrea (Université de Bretagne-Sud), « La mémoire de la noblesse à la fin de la République romaine »

Séance 5, journée d’études – préparation au concours du CAPES, vendredi 6 mars 2020, 9 h 30 – 16 h 30

Histoire médiévale :

  • Paul Bertrand (Université catholique de Louvain), « Révolution(s) de l’écrit, XIIe-XVesiècles, Europe occidentale »
  • Amélie de Las Heras (EHESS), « Hérésie et littéracie dans le León des années 1230 » (titre provisoire)

Histoire moderne :

  • Xavier Le Person (Université Paris-Sorbonne), « Être ministre dans la monarchie française (vers 1640-vers 1789) »
  • Stéphane Haffemayer (Université de Rouen-Normandie), « La presse dans les contestations politiques du XVIIIe siècle. France, Angleterre et Amérique. Étude comparée »

Histoire contemporaine :

  • Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin), «Cultures et politiques culturelles dans la République fédérale allemande »
  • Marjolaine Boutet (Université de Picardie), « Les séries de télévision américaines depuis 1945 »

Séance 6, « Images et iconoclasmes », jeudi 2 avril 2020, 12 h 30 – 14 h 30

Pierre-Antoine Fabre (EHESS), « L’iconoclasme catholique dans l’Europe tridentine et les limites du ‘désenchantement du monde’ »

Emmanuel Fureix (Université Paris-Est Créteil), « L’œil blessé. Politiques de l’iconoclasme après la Révolution française »

Séance 7, « Cultures écrites au Moyen Age, vendredi 15 mai 2020, 12 h 30 – 14 h 30

Sophie Delmas (CIHAM), « Écrit et pouvoir seigneurial » Notes, reportations, éditions : le sermon dans tous ses états » 

Harmony Dewez (Université de Poitiers), « Écrit et pouvoir seigneurial » 

Séance 8, « Actualité de la recherche au CERHiC », jeudi 4 juin 2020, 12 h 30 – 15 h 30

Noémie Villacèque (Université de Reims Champagne-Ardenne), « L’Athènes démocratique, austère ou luxueuse ? »

Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne), présentation de L’Exploration du monde. Une autre histoire des Grandes Découvertes, Paris, Le Seuil, 2019 (sous réserve)

Maxime Gelly-Perbellini (EHESS, Université de Reims Champagne-Ardenne), « Le crime de sorcellerie dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge »

Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne), «Construire une histoire de la prière »

 

 

Séminaire du CERHIC, 6 juin Jeunes chercheurs

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Jeudi 6 juin 2019, de 14 h. à 16 h. Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix rouge, bâtiment 13, salle R 112.

La dernière séance de l’année universitaire sera consacrée à trois jeunes chercheurs associés au CERHiC.

Elisée Dion

La représentation du savoir dans l’Image du monde entre normes sociales et visuelles (XIIIe-XVe siècle).

Axelle Neyrinck

Le massacre des Innocents: constructions théologiques et usages polémiques (v. 800 – v. 1300).

Jan Synowiecki

Un Colisée pour Paris. Jardins-spectacles et commercialisation des loisirs (1769-1778).

Elisée Dion a soutenu en 2018 à l’université de Reims Champagne-Ardenne sa thèse de doctorat en histoire médiévale préparée sous la direction des professeurs Isabelle Heullant-Donat, Steffen Patzold et Klaus Ridder (Université de Tübingen), intitulée “Penser le monde en langue vulgaire et en images : enjeux sociaux et dimensions visuelles de la transmission du savoir dans l’image du monde”.

Axelle Neyrinck a soutenu en 2016 à l’EHESS une thèse de doctorat en histoire médiévale sous la direction d’Isabelle Heullant-Donat (CERHiC) et Dominique Iognat-Prat (Directeur d’Etudes, CéSor, EHESS) sur “Le massacre des innocents : constructions théologiques et usages polémiques (v. 800-v. 1300). Agrégée d’histoire, elle est Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Jan Synowiecki prépare une thèse de doctorat en histoire moderne sous la direction d’Antoine Lilti (Directeur d’études, CRH, EHESS), intitulée “Les jardins des Lumières : la nature domestiquée dans la culture urbaine parisienne au XVIIIe siècle”. Agrégé d’histoire, il est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Photo : Le Jardin des Plantes, Paris. Photo de Azahar sur Flickr, 2009.

 

 

Séminaire du CERHIC, 9 mai : Arnaud Houte

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Jeudi 9 mai 2019, de 12 h 30 à 14 h.

Arnaud Houte

Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle polyvalente

Propriété défendue. Comment la société française fait face au vol (XIXe-XXe siècles)

«  – Une paire de bloudjinnzes qu’il gueulait. Une paire de bloudjinnzes qu’elle a voulu me faucher la mouflette.
– Si c’est pas malheureux, commente une ménagère.
– De la mauvaise graine, dit une autre.
Saloperie, dit la troisième, on lui a donc jamais appris à cette petite que la propriété c’était sacré  ?  » (Raymond Queneau, Zazie dans le métro, 1959).
Principe moral, le respect de la propriété est battu en brèche, tout au long de l’histoire contemporaine, par des vols si nombreux et si divers qu’ils défient l’analyse historienne. S’intéresser à ces larcins, aux discours qu’ils inspirent, aux réactions qu’ils suscitent, permet toutefois de mieux comprendre les valeurs partagées dans la société française.

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne et membre du Centre de recherche en histoire du XIXe siècle (CRHXIX, EA 3550), Arnaud Houte a notamment publié Le métier de gendarme au XIXe siècle, livre issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2006. Ses recherches portent sur l’histoire sociale et culturelle de la France du XIXe siècle, en particulier l’histoire de la police et de la sécurité, du vol et de voleurs.

Arnaud Houte, Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “Histoire”, 2010.


Image : Steinlen, L’Assiette au beurre, 1901/06/27.

Séminaire du CERHiC, 12 mars : Virginie Mathe

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 12 mars 2019, de 14 h 30 à 16 h.

Lieu : Campus Croix Rouge, bâtiment 12, salle R 112

Virginie Mathé 

  Normes et pouvoirs dans les mots de la ville réunis par Pollux de Naucratis (IIe s. ap. J.-C.).

Maîtresse de conférences en histoire ancienne à l’université Paris-Est Créteil et membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC, EA 4392), Virginie Mathé est Agrégée de Lettres classiques et Docteur en Langues, histoire et civilisation des mondes anciens. Elle dirige depuis 2012, avec Jean-Charles Moretti et Liliane Rabatel, le groupe de travail “Les mots grecs de la ville antique”, porté par l’Institut de recherche sur l’Architecture Antique (CNRS, Lyon 2).

Ce groupe pluridisciplinaire (architecture, philologie, archéologie, histoire) s’est donné pour objectif la traduction, le commentaire et l’illustration des paragraphes 6 à 50 du Livre IX de l’Onomasticon de Pollux de Naucratis, un ouvrage composé dans le dernier tiers du IIe siècle par Iulius Pollux, Grec d’Egypte qui occupa la chaire impériale de rhétorique à Athènes. L’Onomasticon est la seule oeuvre antique où l’on trouve rassemblés les mots grecs désignant la polis, ses fondateurs, son architecture, ses habitants et ses activités. Le séminaire sera l’occasion de s’interroger sur la manière dont apparaissent les normes et les pouvoirs dans ce passage.

Trois thèmes principaux seront abordés. Tout d’abord, si le vocabulaire du pouvoir se trouve dans un autre livre de l’Onomasticon, il n’est pas absent de ces paragraphes, notamment par la mention d’édifices liés au pouvoir dans les cités grecques. Que retient Pollux du pouvoir qui s’exprime dans l’espace civique ? Ensuite, la vision de la ville qui se dessine en filigrane dans le passage n’est pas propre à Pollux mais se nourrit des mots et des textes, déjà anciens à l’époque, qui constituent la culture commune des Grecs du IIe s. ap. J.-C. Comment ce passage renseigne-t-il sur les normes culturelles qui régissent les manières de penser les villes au cours de l’antiquité grecque ? Enfin, quels rapports les mots retenus par Pollux entretiennent-ils avec les normes du langage et le pouvoir de la parole ? Pollux paraît moins donner à son travail une visée normative que ne le font d’autres lexicographes de son époque . Pour autant, son vocabulaire n’est pas dénué d’une perspective axiologique. Destiné en premier lieu à l’empereur et aux hommes amenés à s’exprimer en public, il est aussi un outil au service du pouvoir.

Crédits photographiques : 1. Fontaine de Pirène, Delphes (Grèce). Photo de RG 1033 sur Flickr, 2010. 2. Athènes, 2007. Photo de Virginie Mathé.

Séminaire du CERHiC, 12 février : Julie Verlaine

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 12 février 2019, de 12 h 30 à 14 h.

Julie Verlaine

Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle polyvalente

Du marché au musée. Pour une histoire culturelle des
intermédiaires artistiques après 1945
.

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne et membre junior de l’Institut universitaire de France, Julie Verlaine poursuit des recherches sur l’histoire sociale et culturelle des arts et du patrimoine du XXe siècle. Elle a publié notamment Les galeries d’art contemporain à Paris. Une histoire culturelle du marché de l’art, 1944-1970 (Paris, Publications de la Sorbonne, 2012) issu de sa thèse de doctorat. Elle est présidente de Mnémosyne, association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre.

Dans le domaine des arts plastiques comme ailleurs, les années suivant la Seconde Guerre mondiale ont vu la professionnalisation des acteurs culturels, le bouleversement des hiérarchies établies et l’intensification des circulations et des échanges. Dans cette conférence, J. Verlaine étudiera quelques cas particulièrement illustratifs des enjeux de la période, et mettra en avant quelques figures clés, en plaidant pour une histoire sociale et culturelle des intermédiaires artistiques.

Photographie d’en-tête : Iris Clert entourée de ses « poulains », en mai 1959. De gauche à droite : Jean Tinguely, Yves Klein, Werner Ruhnau, Brô, Soto. Bibliothèque Kandinsky.

Séminaire du CERHiC, 21 janvier : Sylvie Steinberg

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Lundi 21 janvier 2019, de 16h30 à 18h.

Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle R112

Sylvie Steinberg

Directrice d’Etudes à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Sylvie Steinberg est spécialiste de l’histoire des femmes et du genre à l’époque moderne. Depuis sa thèse de doctorat (publiée en 2001 : La confusion des sexes. Le travestissement, de la Renaissance à la Révolution), elle explore divers thèmes relevant de l’histoire de la sexualité et du corps.

Une tâche au front. La bâtardise au XVIe et XVIIe siècles (Paris, Albin Michel, 2016) est le livre issu de son travail d’HDR. Elle a récemment dirigé Une histoire des sexualités (Paris, Puf, 2018).