Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Café histoire avec Bruno Dumézil, 3 mars

Le prochain Café histoire de Reims accueillera Bruno Dumézil qui présentera son livre Le Baptême de Clovis (Paris, Gallimard, coll. “Les journées qui ont fait la France”, 2019).

Attention, nouveau lieu !

Le Sacre : 8 place Jules Lobert, Reims (entrée libre avec consommation) à 18 heures.

Bruno Dumézil est Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Sorbonne Université.

L’épisode inaugural de l’histoire de France est aussi le plus évanescent : du baptême de Clovis on ne connaît à la vérité ni le lieu, ni la date, ni les circonstances précises, ni même la portée immédiate. C’est l’écriture de l’histoire qui devait, au fil des siècles, en faire la scène originelle de notre légendaire national. Cette cérémonie bien réelle reste encore aujourd’hui recouverte d’épaisses couches de mythes et de fables.
Peut-on retrouver la véritable figure de ce «roi très glorieux» qui, au crépuscule de l’Empire romain, a épousé la foi catholique, bientôt
suivi d’une partie de son peuple? Tel est l’objet de ce livre : il explore les traces fugaces d’une Gaule en mutation entre le passé romain et la civilisation médiévale ; il convoque les ressources de l’archéologie pour approcher les hommes et les paysages que Clovis allait unifier ; il s’efforce de composer l’histoire de ce peuple franc appelé à fonder une nation chrétienne. C’est cette reconstitution qui confère à la journée lointaine où «naît la France» sa véritable dimension politique et mémorielle.
Plusieurs récits sont possibles, que cet ouvrage revisite. Autour de Clovis, mémoire et histoire souvent s’entremêlent au service de partis et de passions que chaque époque fait naître. L’irréductible part de mystère de ce baptême des origines aura ainsi contribué à son extraordinaire postérité (présentation de l’éditeur).

Colloque : Quelles musiques pour la piste ? 19-20 février

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer la tenue du colloque international Quelles musiques pour la piste ? Musique au cirque de la fin du XVIIe siècle à nos jours, organisé par la chaire ICMa, la plateforme CARP et le Centre d’études et de recherche en histoire culturelle de l’Université de Reims Champagne-Ardenne. 

les 19 et 20 février 2020

au Centre national des Arts du cirque, 1 rue du cirque – Châlons-en-Champagne

Crédit photographique : Avec vue sur la piste, spectacle de fin d’études de la 27e promotion du Cnac, mise en scène : Alain Eyrnaud et Heinzi Lorensen 2015. Photo : Christophe Raynaud de Lage /Cnac.

Enfermements IV. Travail et milieux clos, 28 janvier

En 2020, le programme de recherches “Enfermements. Une histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux, Ve-XIXe siècle” centre ses recherches sur le thème du travail en milieu clos.

Date : Mardi 28 janvier 2020, de 9 h. 30 à 18 h.

Lieu : Campus Cordorcet – Centre de colloque – Place du Front populaire – 93322 Aubervilliers – salle 3.05, 3e étage (Métro : Front Populaire, ligne 12).

À travers une approche comparée des relations entre enfermements et travail invitant au dialogue entre historiens, archéologues, sociologues et juristes et prenant en compte la longue durée (du Moyen Âge à l’époque contemporaine), les ateliers de 2020 exploreront les manières dont les milieux clos (monastères, hôpitaux et prisons, en particulier) ont conçu et organisé le travail en leur sein, que l’oisiveté soit tenue pour un vice à combattre par l’enfermement, que le travail contribue à l’économie des milieux clos, qu’il soit un outil de « disciplinarisation » ou que la clôture apparaisse comme une contrainte efficace sur les employés récalcitrant, notamment. Quelles sont les spécificités du travail en situation d’enfermement ? Quels effets la clôture produit-elle sur l’organisation du travail ? À l’inverse, quels sont les effets du travail sur les structures d’enfermement et en quoi le travail les modifie-t-il ? Comment la structure close se projette-t-elle ou se dilate-t-elle, par le travail, au-delà des murs ?

L’ atelier est organisé par le CERHiC (EA 2616-Université de Reims), le LAMOP (UMR 8589, CNRS-Paris 1-Panthéon-Sorbonne), le Centre Georg Simmel (UMR 8131, CNRS-EHESS) avec le soutien du LabEx Hastec et de l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux.

Contact: elisabeth.lusset[a]univ-paris1.fr

Continuer la lecture de Enfermements IV. Travail et milieux clos, 28 janvier

Table Ronde “Ecrits, pouvoirs et sociétés”, 16 janvier à la BIS

Claire Angotti, MCF en histoire médiévale

participera à la table ronde organisée dans le cadre de la préparation de la question d’histoire médiévale “Ecrits, pouvoirs et société en Occident du XIIe au XIVe siècle” (CAPES d’histoire – géographie et Agrégation d’histoire, 2020)

avec Paul Bertrand, Geneviève Bührer-Thierry, Pierre Chastang, Didier Lett et Olivier Mattéoni,

le jeudi 16 janvier 2020 de 18 à 20 heures.

Lieu : BIS, Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e. Inscription obligatoire.

Le podcast de la table ronde est en ligne en suivant ce lien

Soutenance de thèse : Mercè Prats, 7 décembre

Mercè PRATS

a soutenu le 7 décembre 2019 sa thèse de doctorat intitulée Le Teilhardisme : réception, adoption et travestissements de la pensée de Pierre Teilhard de Chardin, à la croisée des sciences et de la foi, au cœur des « Trente glorieuses » en France (1955-1968) préparée sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Le jury était composé des professeurs Etienne Fouilloux (professeur invité), Frédéric Gugelot (directeur de la thèse), Véronique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), Denis Pelletier (École Pratique des Hautes Études), , Christian Sorrel (Université de Lyon 2), et Cécile Vanderpelen (Université Libre de Bruxelles).

Pierre Teilhard de Chardin a suscité une immense bibliographie mais le teilhardisme, le courant de pensée qui s’y rattache, n’a jamais été étudié alors qu’il est un des courants novateurs de l’après Seconde Guerre mondiale. Les autorités romaines avaient condamné au silence ce jésuite paléontologue. Certains y avaient vu une nouvelle affaire Galilée. Aux frontières du religieux et des sciences, le teilhardisme ne se cantonne pas aux milieux catholiques ; il se développe dans une société qui vit une modernisation accélérée. La publication posthume des œuvres de Teilhard de Chardin s’est accompagnée de nombreuses polémiques qui touchent les milieux ecclésiastiques, philosophiques et scientifiques. Ce travail se situe à la croisée de plusieurs disciplines des sciences humaines.

Image : Groupe de teilhardiens en prière face à la colline de Vézelay, septembre 1967. Photographie cédée aimablement par Brigitte Collet, Lille.

Journée d’étude “Musiques des cathédrales, cathédrales en musique” : 2 décembre

Journée d’étude d musicologie, organisée par Stéphan Etcharry

Lieu : Université de Reims Champagne – Ardenne, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi recherche

Le lundi 2 décembre 2019 de 9 h. 15 à 16 h. 30

Depuis leur construction, les cathédrales sont non seulement des lieux de culte mais aussi des lieux de vie, d’éducation et de pratiques musicales. Quelles sont les activités musicales et sociales qui leur sont liées ? Comment les différentes pratiques et rituels liturgiques qui se sont succédés depuis les origines ont-ils conditionné des formes poético-musicales, des ensembles vocaux et instrumentaux, des usages musicaux adaptés, ou encore l’utilisation et le répertoire de certains instruments ? Au-delà de leur fonction religieuse première, on s’interrogera aussi sur les diverses représentations véhiculées par les cathédrales au fil du temps, tour à tour source d’inspiration artistique ou emblème plus « politique », sur l’acoustique liée à leur architecture, et sur les œuvres qui ont ainsi été engendrées.

9 h. 15 : Accueil  
9 h. 40 : Introduction de la journée  
Modérateur : Stéphan Etcharry
9 h. 45 : Thierry Grandemange (URCA, CERHiC)
Guillaume de Machaut et Notre-Dame de Reims  
10 h. 20 : Pierre Méa (organiste titulaire du Grand Orgue de la cathédrale de Reims / CRR de Reims)
Le Grand Orgue de la Cathédrale de Reims : histoire et fonctionnement  
11 h. : Intermède musical assuré par les étudiants du département
de musique et musicologie,
atelier de Nicolas Bouvier et chœur sous la direction d’Hélène Leroy.    
11 h. 30 : Patrick Demouy (URCA, CERHiC)
Les maîtrises des cathédrales au Moyen Âge  
12 h. 15 : Déjeuner  
Modérateur : Patrick Demouy
14 h. : Bertrand Porot (URCA, CERHiC)
Les maîtrises parisiennes aux XVIIe et XVIIIe siècles,
thèse inédite de Phlippe Lescat  
14 h. 35 : Florence Doé de Maindreville (URCA, CERHiC)
Mises en scène musicales des cathédrales pendant la Première Guerre
mondiale  
15 h. 15 : Intermède musical assuré par les étudiants du département
de musique et musicologie
atelier de Nicolas Bouvier et chœur sous la direction d’Hélène Leroy    
15 h. 45 : Pierre Rigaudière (URCA, CERHiC)
Le Encantadas d’Olga Neuwirth, ou comment encapsuler un lieu
dans une œuvre musicale  
16 h. 30 : Conclusion de la journée  

Quelles musiques pour la piste ? Appel à Communications

La chaire ICiMa (chaire d’innovation Cirque et Marionnette), la CARP (Circus Arts Research Platform), le CNAC (Centre national des arts du cirque) et le CERHiC lancent un appel à communications  pour la journée d’étude “Quelles musiques pour la piste ? Musique au cirque du XVIIIe siècle à nos jours” qui se tiendra le 19 février 2020 à Châlons-en-Champagne. 

Les quatre axes retenus sont : 

  • l’histoire de la musique au cirque : musique originale, accompagnement, improvisation, 
  • l’étude musicologique de la musique pour la piste, qui pourra inclure la question du chapiteau, ses contraintes et son acoustique, 
  • la place du musicien dans l’équipe circassienne
  • la relation entre le musique, le corps et le mouvement. 

Les propositions de communication pourront être transversales et s’inscrire dans plusieurs axes. Elles sont à soumettre avant le 25 novembre 2019. 

Pour en savoir plus, télécharger le pdf de l’AAC :  

Appel à contribution JE cirque et musique

 

Colloque “Exil, genre et famille au xixe siècle”, 5-7 septembre

L’équipe du programme ANR AsileuropeXIX a le plaisir d’annoncer la tenue d’un colloque international organisé par le CERHiC de l’Université de Reims Champagne-Ardenne à la Médiathèque Jean Falala de Reims (2, rue des Fuseliers) les 5, 6 et 7 septembre prochains. 

Comité d’organisation :

  • Delphine Diaz, Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Alexandre Dupont, Université de Strasbourg
  • Antonin Durand, Institut Convergences Migrations
  • Hugo Vermeren, Ecole française de Rome

JEUDI 5 SEPTEMBRE 2019

14 h – 15 h : Introduction

Mot de bienvenue par Frédéric Piantoni, maître de conférences en géographie, doyen de l’UFR Lettres et Sciences humaines (Université de Reims Champagne-Ardenne), par Camille Froidevaux-Metterie, professeure de science politique, chargée de mission « égalité et diversité » (Université de Reims Champagne-Ardenne) et par Isabelle Poutrin, professeure d’histoire moderne, directrice adjointe du CERHiC (Université de Reims Champagne-Ardenne).

Introduction scientifique par Delphine Diaz (Université de Reims Champagne-Ardenne, Alexandre Dupont (Université de Strasbourg), Antonin Durand (Institut des migrations) et Hugo Vermeren (École française de Rome).

15 h – 17 h : Session 1 : Agrégation et désagrégation du couple et de la famille en exil

Présidence : Isabelle Poutrin (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Janet Polasky (University of New Hampshire) : « The Cosmopolitan Neighborhoods of Altona and Hamburg »

Sylvie Aprile (Université de Paris-Nanterre) : « Désordres et trahisons : la famille en exil »

Emmanuelle Berthiaud (Université de Picardie Jules Verne) : « Passer de la lumière à l’ombre : Marie-Thérèse et Émile Ollivier, un exil en famille (Italie, 1870-1873) »

Pause café

17 h 30 – 18 h 30 : table ronde du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe »

Julie Le Gac (Université de Paris-Nanterre), Fabrice Virgili (CNRS) et Delphine Diaz (Université de Reims Champagne-Ardenne) : présentation de l’ouvrage L’Europe des femmes et table ronde sur l’Encyclopédie « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » et son axe « genre et migrations », discutante : Constance Bantman (University of Surrey)

VENDREDI 6 SEPTEMBRE 2019

9 h 15 – 11 h 00 : Session 2 : Générations et transmissions en situation d’exil

Présidence : Manuela Martini (Université de Lyon 2)

Olga Solodyankina (Cherepovets State University) : « Exile in the life strategies of four female generations of the same family »

Faith Hillis (University of Chicago) : « Gender and Russian Revolutionary Thought in European Exile, 1865-1917 »

Thomas C. Jones (University of Buckingham) : « The Rocker-Witkop family and the end of asylum in First World War Britain »

Pause café

11 h 15 – 13 h : Session 3 : Pères, fils et frères en exil

Présidence : Heléna Tóth (Universität Bamberg)

Clémentine Colmont (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’exil de la famille royale des Bourbon d’Espagne : les expériences de l’exil de Ferdinand VII et des Infants Don Antonio et Don Carlos à Valençay entre 1808 et 1814 »

Juan Luis Simal (Universidad Autónoma de Madrid) : « Honour, Custody and Masculinity: the Parole d’honneur of Prisoners of War and Political Refugees in France from the Napoleonic Empire to the Orleanist Monarchy »

Jonathan Barbier (Institut d’études politiques de Toulouse) : « La famille Raspail en exil »

Pause déjeuner

14 h – 16 h : Session 4 : Les femmes actrices de leur exil

Présidence : Carlotta Sorba (Università degli Studi di Padova)

Sydney Watts (University of Richmond) : « Family Composition and Household Strategies among a Fractured Community: French Women, Children and Domestic Servants the Channel Migration, 1789-1804 »

Sara Sánchez Calvo (Universidad Complutense, Madrid) : « Jeanne Deroin : exil, vie quotidienne et militantisme politique à Hammersmith »

Guilhem Chauvet (Université de Clermont-Auvergne) : « L’exil comme culture politique et familiale. Entre ressources et contraintes, un espace d’expression pour María de las Nieves de Braganza y de Borbón ? (1852-1909) »

Pause café

16 h 30 – 18 h : Session 5 : Les femmes qui restent

Présidence : Romy Sánchez (CNRS)

Catherine Brice (Université de Paris-Est-Créteil) : « Ceux qui partent et celles qui restent : entre gestion économique et intercession politique. Exemples piémontais, romains, napolitains, lombardo-vénitiens (1821-1860) »

Marcin Lukasz Filipowicz (Uniwersytetu Warszawskiego) : « The refusal to go into exile as an important factor of creating a female self »

SAMEDI 7 SEPTEMBRE 2019

9 h 30 – 10 h 45 : Session 6 : État, genre et exil (1)

Présidence : Laurent Dornel (Université de Pau-Pays de l’Adour)

Paolo Conte (Università di San Marino) : « Un exil fort difficile, un retour autant espéré : les réfugiés napolitains (et les réfugiées napolitaines) en France demandant les secours pour rentrer dans leur patrie »

Christophe Chevalier (UC Louvain) : « Invisible donc négligeable ? L’exil au féminin en Belgique (1830-1870) »

Pause café

11 h 15 – 12 h 30 : Session 6 : État, genre et exil (2)

Présidence : Laurent Dornel (Université de Pau-Pays de l’Adour)

Benoît Vaillot (Institut universitaire de Florence) : « L’exil des Alsacien.ne.s-lorrain.e.s. Option, genre et famille dans les années 1870 »

Frédéric Garan (Université de la Réunion) : « L’exil de Ranavalona III ou la construction de l’image d’une reine d’opérette »

12 h 30 – 13 h : Conclusions Sylvie Aprile (Université Paris-Nanterre) et Hilde Greefs (Universiteit Antwerpen)

Contact : asileurope@gmail.com

Programme_EGF