Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

13 octobre : Images matérielles, images mentales, mémoires et amnésies de Reims.

La troisième et dernière journée d’étude du programme consacré aux “Images matérielles, images mentales, mémoires et amnésies de Reims” se tiendra au Musée Saint-Remi (53 rue Simon, Reims) le vendredi 13 octobre de 9 h. 30 à 17 h. 30.

Programme de la journée d’études

Accueil café à partir de 09h15 au Musée Saint Remi (53 rue Simon)

9 h. 45 : Introduction, par Bruno Restif (Maître de conférences en Histoire moderne, Cerhic, Université de Reims Champagne Ardenne).

MATINÉE présidée par Sophie Hennet (Directrice adjointe des Archives départementales de la Marne).

10 h. -10 h. 25 : Saint-Remi, par Georges Magnier (Directeur des Musées de Reims).
10 h. 25-10 h. 50 : Jeanne d’Arc, par Patrick Demouy (Professeur émérite en Histoire médiévale, Cerhic, Université de Reims Champagne Ardenne) et Jean-François Boulanger (Prag en Histoire contemporaine, ancien doyen de l’UFR LSH, Université de Reims Champagne Ardenne).

10 h. 50 : Questions puis pause

11 h. 20-11 h. 45 : Les Promenades, par Coline Gosciniak (Responsable de la Bibliothèque Carnegie et des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque municipale de Reims).
11 h. 45-12 h. 10 : La mémoire toponymique des notables à Reims, par Michel Royer (Docteur en Histoire contemporaine, Université de Reims Champagne Ardenne).

12 h. 10-12 h. 30 : Questions

APRÈS-MIDI présidé par Georges Magnier (Directeur des Musées de Reims)

14 h .-14 h. 25 : La Révolution à Reims, par Élise Meyer (Docteure en Histoire contemporaine de l’Université de Reims Champagne Ardenne ; associée au laboratoire Tempora de l’Université de Rennes 2).
14 h. 25-14 h. 50 : Le Chemin vert, par Jean-François Boulanger (Prag en Histoire contemporaine, ancien doyen de l’UFR LSH, Université de Reims Champagne Ardenne)

14 h. 50-15 h. 15 : Questions puis pause

15 h. 15-15 h. 40 : Les étrangers et coloniaux à Reims, par Zina Saïdi (Professeure certifiée d’Histoire-Géographie, académie de Créteil).
15 h. 40-16 h. 05 : Images et imaginaires de Reims dans le monde britannique, par Annette Bächstädt (Docteure en Civilisation britannique, Université de Reims Champagne Ardenne).

16 h. 05-16 h. 15 : Questions

16 h. 15-16 h. 30 : Conclusions, par Philippe Buton (Professeur émérite d’Histoire contemporaine, Cerhic, Université de Reims Champagne Ardenne)

16 h. 30-17 h. 30 : Visite d’un parcours du Musée Saint-Remi

Colloque international Parabainô, 1er-6 juin, Médiathèque Jean Falala, Reims

Massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre (dialogue entre mondes anciens et contemporains)

Auditorium de la Médiathèque Jean Falala, 2 rue des Fuseliers, Reims. Entrée libre.

L’équipe du programme Parabainô organise un colloque international pour clore la recherche collective entreprise il y a maintenant plus de trois ans sur Massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre. Ce colloque permet de concrétiser l’étude engagée sur les trois thématiques transversales du programme : identité, sacré et genre. Une journée leur est respectivement consacrée.

Les intervenants viendront de France, d’Italie, de Belgique ou des Etats-Unis. Ils et elles sont historiens, historiens de l’art, philologues, artistes, juristes, civilisationnistes, philosophes ou encore anthropologues. Pour chaque séance, un antiquisant et un contemporanéiste dialogueront afin de mettre en perspective leurs propres travaux. Une table ronde se tiendra en fin de chaque journée.

Jeudi, 9 h. – 18 h. Thème : Identité

Vendredi, 9 h. 18 h. Thème : Sacré

Samedi, 9 h. 16 h. 30. Thème : Genre

Pour obtenir le lien de connexion et assister au colloque en visioconférence, veuillez écrire, à partir du 25 mai, à marie-helene.morell@univ-reims.fr

  • Télécharger le programme sur le site de PARABAINÔ : cliquer ici

Image : Pablo Picasso, “Massacre en Corée”, 1951, Musée national Pablo Picasso, Paris. Tous droits réservés (©Succession Picasso 2023).

PARABAINÔ est un programme de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR 19-FGEN-0002), et porté par Isabelle Pimouguet-Pédarros (Centre de recherches en histoire internationale et atlantique – CRHIA, Université de Nantes) et Nathalie Barrandon (Centre d’études et de recherche en histoire culturelle – CERHiC, Université de Reims Champagne-Ardenne).

Conférences, 6 avril : Consulats en Méditerranée à l’époque moderne

Actualité de la recherche

Jeudi 6 avril 2023 10 h. – 12 h.

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, Salle R-418 (bâtiment 13).

Ces conférences, données dans le cadre du cours ” La Méditerranée à l’époque moderne” dispensé aux étudiants de L3 en histoire par M. Aurélien Girard, sont ouvertes aux étudiants et étudiants du Master histoire ainsi aux enseignants de l’URCA.

10 h. Mathieu Grenet (INU Champollion – Albi, Framespa – Toulouse, IUF, SCAS – Uppsala) :

 Le réseau consulaire français en Méditerranée orientale, XVIe-XVIIIe siècle : bilan historiographique et perspectives de recherche.

11 h. Paul Duvivier (doctorant CERHiC, URCA – Reims):

 Des Français au Levant : être une nation française au XVIIIe siècle, le cas d’Alep.

Lecture préparatoire pour les étudiants de L3 inscrits au cours d’histoire moderne sur la Méditerranée :

Jörg Ulbert, « Introduction. La fonction consulaire à l’époque moderne : définition, état des connaissances et perspectives de recherche », dans Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne : l’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), Rennes, PUR, 2006, en ligne : https://books.openedition.org/pur/7758.

Contact : Aurélien Girard aurelien.girard@univ-reims.fr

Images : 1. François Picquet, consul de France à Alep au XVIIe siècle. 2. Alep, photo “Grands Sites archéologiques”, Flickr, 23 avril 2011.

Les Nocturnes de l’Histoire à Reims, 29 mars : histoire et littérature

A l’occasion des Nocturnes de l’Histoire, les historiennes et historiens de Reims s’associent avec leurs collègues de Littérature pour proposer au public une soirée sur le lien entre l’histoire et la littérature.

La participation est gratuite, sur inscription préalable à l’adresse : nocturnes.reims@gmail.com

L’objectif des Nocturnes de l’Histoire est de promouvoir une diffusion large du savoir historique en valorisant des manifestations de qualité et en rendant accessibles les résultats de la recherche au public le plus large. Les quatre sociétés d’historiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (SoPHAUSHMESPAHMUFAHCESR) souhaitent favoriser les initiatives locales émanant de laboratoires de recherche, de sociétés savantes, d’institutions culturelles, de réseaux d’étudiants, d’équipes pédagogiques et de particuliers passionnés d’histoire.

Cette manifestation culturelle est organisée par Noémie Villacèque (maîtresse de conférences en histoire ancienne, URCA), Bertrand Goujon (maître de conférences HDR en histoire contemporaine, URCA), Véronique Beaulande-Barraud (LUHCIE, Université de Grenoble) et Jean-Louis Haquette (CRIMEL, URCA), avec la collaboration d’Edouard Kamykowska (Master histoire, URCA).

Programme

17 h. -18 h. Cathédrale : « Histoire et littérature : Notre-Dame de Reims. Visite thématique de la cathédrale », menée par Patrick Demouy (professeur émérite d’Histoire médiévale, URCA).

18 h. – 19 h. Bibliothèque Municipale Carnegie : « Histoire et littérature : quelques trésors de la bibliothèque Carnegie », présentés par Jean-Louis Haquette (professeur de Littérature comparée, URCA) et Véronique Beaulande-Barraud (professeure d’Histoire médiévale, Université de Grenoble).

20h15. Médiathèque Jean Falala :

  • Conférence de Manon Brouillet (maîtresse de conférences de Lettres classiques, Université de Picardie) : « À l’écoute d’Homère ».

Présentation : Si, aujourd’hui, nous lisons l’Iliade et l’Odyssée, dans l’Antiquité, ces épopées étaient faites pour être écoutées. C’est dans le cadre de grands festivals religieux que des poètes, les aèdes, les chantaient. Lors de banquets, certains épisodes pouvaient également être chantés pour divertir les convives. Dès lors, les épopées homériques étaient l’occasion d’une expérience esthétique, sociale et religieuse. Cette conférence se propose de partir à l’écoute des aèdes, depuis Démodocos dans l’Odyssée, jusqu’à l’Ion de Platon, en passant par les chanteurs anonymes des vases et des inscriptions.

  • Atelier autour des mangas, dirigé par Edouard Kamykowska (étudiant en M2 Histoire, URCA) :« One Piece, le manga pirate à la conquête du monde » (ouvert au jeune public, à partir de 10 ans).

Présentation : Une rencontre autour de la notion de conquête : celle du héros face à son monde, du lecteur qui découvre les aventures mais aussi la conquête d’un nouveau mode de narration : celui du manga et d’une forme de “conte moderne”.

21h30. Médiathèque Jean Falala : table ronde présidée par Céline Bohnert (maîtresse de conférences de Lettres modernes, URCA) avec Anne Besson (professeure de Littérature comparée, Université d’Artois), Frédéric Gugelot (professeur d’Histoire contemporaine, URCA) et Nerea Terceiro Sanmartín (post-doctorante en Histoire ancienne, Université de Namur).

Présentation : Quels usages la littérature fait-elle de l’histoire ? Comment celle-ci peut-elle, en retour, se saisir de sources et d’objets littéraires ? Dans quelle mesure ces deux champs constituent-ils l’un pour l’autre, plus que de simples réservoirs de ressources ou de références, des espaces de dialogue et de créativité susceptibles de s’enrichir et de s’approfondir mutuellement ? Est-il d’ailleurs si pertinent de (tenter de) les distinguer ?

Image d’illustration : “Jeune Cicéron lisant”, fresque de Vincenzo Foppa, Collection Wallace.
https://wallacelive.wallacecollection.org/eMP/eMuseumPlus?service=ExternalInterface&module=collection&objectId=65472

Forum APHG, 7-8 février : Mémoire(s)

L’Université de Champagne-Ardenne accueille les Journées de l’Université de la régionale Champagne-Ardenne de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG) pour une session sur le thème : Mémoire(s).

Cette rencontre est organisée par Véronique Beaulande-Barraud (APHG et Université Grenoble Alpes), Claire Angotti (URCA-CERHiC) et Clotilde Bonfiglioli (URCA-HABITER) avec le soutien financier du CERHiC et de l’UFR de Lettres et sciences humaines de l’URCA.

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, campus Croix-Rouge, Maison des Sciences humaines et sociales (bât. 13), amphi Recherche.

Programme

Mardi 7 février, de 10 h. à 16 h. 30

10 h. Accueil, présentation de la journée

10 h. 30. Simon Cahanier (Université Lyon 3), La mémoire culturelle des guerres de Rome.

12 h. Déjeuner

14 h. Julien Bortolussi et Emmanuel Melin (Université Paris Nanterre), Histoire et mémoire de Reims dans les archives et l’historiographie. 

15 h. 15. Pause

15 h. 30. Olivier Lazzarotti (Université de Picardie Jules Verne), Mémoires : un mot, quels lieux ? 

Mercredi 8 février, 9 h. 30 – 16 h. 30

 9 h. 30. Myriam Houssay-Holzschuch (Université Grenoble Alpes), Ghosts in the City : Mémorialisations post-apartheid. 

10 h. 45 : Pause

11 h. Tristan Marine (Université de Lille), Entre histoire et mémoires kaléidoscopiques : les enjeux pédagogiques de la représentation de la guerre d’Algérie en bande dessinée. 

12 h. 15. Déjeuner.

14 h. Simon Edelblutte (Université de Lorraine), Territoires anciennement industrialisés : la mémoire au service du redéveloppement. 

15 h. 15. Pause

15 h. 30. Alain Devos (URCA-GEGENAA), Grande Guerre et mémoire du sol en Champagne.

Journée spéciale concours, 2 février

Journée d’étude du CERHiC consacrée au programme d’Histoire du CAPES d’Histoire-Géographie (2023 et 2024)

Jeudi 2 février 2023, de 9 h. à 18 h.

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, amphi Recherche

Organisation scientifique : Claire Angotti et Axelle Neyrinck (URCA, CERHiC).

Cette journée est destinée aux étudiants du Master MEEF second degré de l’INSPE de Reims et aux étudiants du Master Recherche en histoire de l’université de Reims. Elle peut être suivie à distance (lien en bas de l’annonce).

9 h. Ouverture de la journée d’étude.

Gouverner l’empire romain de Trajan à 410 ap. J.-C. (CAPES 2024)

9 h. 15. Maxime Émion (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI) : “La place des militaires dans le gouvernement de l’Empire : l’exemple des protectores Augusti

9 h. 50. Sylvain Destephen (Université Paris Nanterre, ARSCAN-THEMAM) : “Se déplacer pour gouverner l’Empire de Trajan à Arcadius

10 h. 30. Questions (pause à 10 h. 45)

La construction de l’État monarchique en France de 1380 à 1715 (CAPES 2023 et 2024)

11 h. Murielle Gaude-Ferragu (Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade) : “Le pouvoir en représentation : les cérémonies

11h35. Olivier Poncet (École Nationale des Chartes) : “Un apparent paradoxe : Mazarin et la construction de l’État monarchique”

12 h. 15. Questions.

12h45 : déjeuner

Religions et pouvoir dans le monde romain de 218 av. J.-C. à 250 ap. J.-C. (CAPES 2023)

14 h. 15. Laurent Guichard (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI), “L’empereur, les chrétiens et les dieux : fondements, exercice et exigences du pouvoir”

Le travail en Europe occidentale des années 1830 aux années 1930. Mains d’œuvre artisanales et industrielles, pratiques et questions sociales (CAPES 2023)

14 h. 50. Xavier Vigna (Université Paris Nanterre, IDHES), “Représentations du travail et représentations ouvrières”

15 h. 30 : Questions (pause à 15 h. 45).

L’empire colonial français en Afrique : métropoles et colonies, sociétés coloniales, de la conférence de Berlin (1884-1885) aux Accords d’Évian de 1962 (CAPES 2024)

16 h. Lancelot Arzel (Centre d’Histoire de Sciences Po), “L’Afrique Équatoriale française : occupations militaires, travail forcé et questions environnementales”
16 h. 40. Isabelle Surun (Université de Lille, IRHiS), “Éducation et formation de nouvelles élites dans les colonies françaises d’Afrique”

17 h. 15. Questions.

Sujet : Journée MEEF spéciale concours
Heure : 2 févr. 2023 09:00 AM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/5783662336?pwd=SGx4NXIxKyt1RmlGcEF5cG13Y0NDZz09

ID de réunion : 578 366 2336
Code secret : MEEFURCA

Crédits photographiques : Jeffeson sur Pexells.

AAC Journée d’étude des doctorantes et doctorants, 10 mai 2023

Entre rejet et acceptation : la norme à l’épreuve de la crise

Le Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC) organise une journée d’étude à destination des doctorantes et doctorants du laboratoire le mercredi 10 mai 2023. Pour cette première édition des journées de recherches doctorales, nous vous proposons
de nous interroger sur les modifications, contestations et transgressions des normes en périodes
de crise.

L’appel à communication est ouvert à l’ensemble des doctorantes et doctorants en histoire.

Date limite d’envoi des propositions : 18 janvier 2023.

Les propositions seront sélectionnées par le comité scientifique de la journée d’étude.

Image : Lockdown Signage at Uncle Dan’s. Photo Léonie Bourke sur Flickr, 22 avril 2020

Soutenance de thèse : Jean-Patrice Masclet, 9 décembre

M. Jean-Patrice Masclet, Doctorant au CERHiC, soutiendra le vendredi 9 décembre 2022 à 13 h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment Recherche, salle R. 418), sa thèse de doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot et du Maître de conférences Habilité à diriger des recherches Bertrand Goujon, intitulée :

Le code hypothécaire de la Convention.

Assignats, cédules et physiocrates (France, 1790-1799)

Devant un jury ainsi composé : Carole Christen (PR histoire contemporaine, Université du Havre, rapportrice), Matthieu De Oliveira (MCF HDR Histoire contemporaine, Université de Lille, rapporteur), Aude Laquerrière-Lacroix (PR Histoire du droit, URCA), Aurélien Lignereux (PR Histoire du droit, Institut d’Études Politiques de Grenoble), ainsi que les deux co-directeurs de thèse.

Présentation synthétique de la thèse :

Sous l’Ancien Régime, la publication des actes de vente n’est pas assurée en France, et les titres de propriété n’y sont pas accessibles au public. À la veille et dans les premières années de la Révolution, des projets apparaissent pour remédier à cette situation propice à des imbroglios judiciaires et financiers. Actif sur le plan éditorial et présent au sein des Assemblées, un mouvement « céduliste » parvient à faire voter, le 9 messidor an III (27 juin 1795), le seul code de la Convention, à savoir le Code hypothécaire. Ce dernier organise la publicité foncière, chacun pouvant désormais savoir non seulement qui a vendu, à qui et pour quel montant, mais également quel immeuble est hypothéqué et par qui. Le Code prévoit aussi la circulation d’effets de commerce hypothécaires, les cédules, que tout propriétaire pourra émettre et qui seront escomptées par des caisses spéciales contre des billets. Alors qu’on envisage de s’en servir pour les ventes de biens nationaux au début du Directoire, l’opposition des grands négociants se révèle très forte à leur encontre.

Le Code hypothécaire n’en est pas moins appliqué à Paris et en province – avec un succès, dans des proportions et en impliquant des profils de requérants qui sont, il est vrai, très variables d’un département à un autre. Par ailleurs, si des conservations hypothécaires sont créées sur tout le territoire national et un ample personnel recruté (non sans difficultés, ni biais clientélistes) pour en assurer le fonctionnement, la Caisse hypothécaire nationale, assise sur des cédules hypothécaires, ne se met quant à elle pas en place. Fragilisée et critiquée, la cédule disparaît avec la loi du 11 brumaire an VII (1er novembre 1798) qui remplace le Code hypothécaire, mais la publicité des actes de vente subsiste. En 1800, la Banque de France, assise sur des effets de commerce escomptés, voit le jour. En 1804, le Code civil supprime la publicité des ventes, rendant très difficile le crédit hypothécaire à grande échelle, ainsi que toute possibilité de créer un institut d’émission concurrent. Ainsi disparaît la ressource consistant pour les grands propriétaires à mobiliser leurs terres en les hypothéquant afin d’investir dans les houillères ou les manufactures : ce sera une des causes du retard de la France en matière d’industrialisation dans la première moitié du XIXe siècle.