Archives de catégorie : Journées d’études

Journée d’étude « Musique et cirque », 3 décembre

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi Recherche, de 9h15 à 17h.

9h15. Accueil

9h40. Introduction

Matinée (modératrice : Florence Doé de Maindreville)

9h45. François Morel (artiste circassien, Paris) : Musique en piste : « Ce n’est pas le cheval qui suit la musique, c’est la musique qui suit le cheval ». Un rapide historique de la musique au cirque et la fonction particulière du musicien accompagnateur dans les différentes formes circassiennes des années 1950 à nos jours

10h20. Stéphan Etcharry (URCA, CERHiC)  : Lorsque la musique savante fait son cirque : de Parade (1917) de Satie aux Forains (1945) de Sauguet

11h00 : Intermède musical et pause

11h45. Bertrand Porot (URCA, CERHiC) :  À l’origine du cirque : acrobates et danseurs de corde au XVIIIe siècle

12h15. DéjeunerAprès-mdi (modérateur : Bertrand Porot)

14h00. Nathalie Coutelet (Université Paris 8, EA 1573 « Scènes du monde, création, savoirs critiques ») :  Le cirque et la modernité esthétique : la révélation du cake-walk par le Nouveau-Cirque (1902)

14h35. Jean-René Larue (URCA, CERHiC) : Rock’n’Circus : quand le rock rencontra les arts du spectacle ou une autre histoire de Mai 6815h15. Intermède musical et pause

16h00.  Cyril Thomas (CNAC, Châlons-en-Champagne) :  Regards sur le cirque contemporain : une autre musique

16h45. Conclusion de la journée

Organisation scientifique : Stéphan Etcharry

Télécharger le programme : 

Mises en images, mises en rituel : l’altérité. Journée d’étude, 1er juin 2018

Mises en images, mises en rituel : l’altérité.

Journée d’étude 

Vendredi 1er juin 2018, 9h. – 16h.30

CERHIC-EA 2616, Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle E.12.

Entrée libre. 

Programme

9h. : Accueil des participants

9h30 : Introduction, par Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Présidence : Pierre-Antoine Fabre (CéSor-EHESS, Paris)

9h.45 : Sophie Duhem (Université Toulouse II-Jean Jaurès) : L’altérité à travers les représentations de l’homme sauvage.

10h.10 : Hendrik Ziegler (Philipps-Universität Marburg) : Exposer les armes de l’autre : quelques réflexions sur la présentation d’objets turcs dans les collections européennes à l’époque moderne.

10h.35 : Discussion et pause

11h.00 : Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne) : L’image dans la prière et la prière dans l’image : la confrontation des Occidentaux à l’altérité religieuse dans l’Inde des 16e et 17e siècles. Réflexions à partir de quelques études de cas.

11h.25 : Isabelle Poutrin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Mettre la conversion en images ? Du rituel à l’intériorité.

11h50 : Discussion

Reprise des travaux à 13h.45

Présidence : Georges Magnier (Directeur des Musées de Reims).

13h.45 : Nadia Vargaftig (Université de Reims Champagne-Ardenne) : La fabrique visuelle d’un territoire colonial : le fonds photographique de la Compagnie du Mozambique (1892-1942).

14h.10 : Cheikh Sakho (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les hommages aux tirailleurs africains, mémoires des guerres et égalité, commémorations et monuments.

14h.35 : Discussion et pause

15h.00 : Joëlle Beurier (Institut Universitaire de Technologie de Troyes) : L’ennemi en miroir dans les magazines illustrés de la Grande Guerre : entre respect et haine de l’autre.

15h.25 : Philippe Buton (Université de Reims Champagne-Ardenne) : L’Autre dans la propagande iconographique gauchiste des années 1968.

15h50 : Discussion

16h.05 : Conclusions, par Hendrik Ziegler (Philipps-Universität Marburg)

Organisation : Bruno Restif.

Contact : mh.morell@univ-reims.fr ; 03.26.91.36.75

« Quand les coups étaient permis ». Journée d’étude, 31 mai 2018

Quand les coups étaient permis.

Approches historiographiques du « droit de correction », de l’Antiquité à nos jours

Premier atelier du groupe de travail Ius correctionis

Jeudi 31 mai 2018, 9h. – 15h.30.

Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, Paris 6e, 1er étage, salle B1-18.

Entrée libre. Inscription obligatoire auprès des organisatrices.

Journée organisée avec le soutien de l’Institut universitaire de France, du CERHiC, du LAMOP et de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.

Programme

9h. : Accueil des participants.

9h.10 – 9h.40 Caroline Muller (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le droit de correction dans l’historiographie française de la famille et du mariage au XIXe siècle.

9h.40 – 10h.10. Emmanuelle Chapron (Telemme, Université d’Aix-Marseille) : Droit de correction et histoire de l’éducation à l’époque moderne.

10h.10 – 10h.40. Isabelle Poutrin (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne – IUF) : Le droit de correction dans l’historiographie italienne récente (histoire moderne).

10h.40. Pause (20 mn.).

11h.00 – 11h.30. Jean-Baptiste Bonnard (Anhima, Université de Caen) : Le droit de correction au sein de la cellule familiale (oikos) dans le monde grec (Antiquité).

11h.30 – 12h.00. Sylvie Joye (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le droit de correction du paterfamilias romain et ses réinterprétations au haut Moyen Âge.

12h.15. Fin de la matinée.

Reprise des travaux à 13h30.

13h.30 – 14h.10. Isabelle Heullant-Donat (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne), et Élisabeth Lusset (Lamop, CNRS) : Le droit de correction dans les monastères et les couvents mendiants au Moyen Âge.

14h.10 – 14h.40. Véronique Beaulande-Barraud (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Droit et devoir de correction dans l’Église séculière au Moyen Âge.

14h.40 – 15h.20. Julie Doyon (Fns, Université de Fribourg) et Diane Roussel (Acp, Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : Le droit de correction, angle mort de l’histoire de la justice criminelle (XVIe-XVIIIe siècles) ?

15h30. Fin de la séance publique.

15h.30 – 17h.45. Discussion (synthèse de la journée, prospective) interne au groupe de travail.

Organisation : Elisabeth Lusset, Isabelle Poutrin.

Contact : ius_correctionis_2018@framalistes.org

Télécharger le programme : Atelier ius correctionis_31_05_18

AsileuropeXIX – Eloigner les étrangers au XIXe s (19 et 20/01)

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue des 2e journées d’études du programme ANR AsileuropeXIX, hébergé par le CERHiC à l’Université de Reims, en partenariat avec le Colegio de España et le Centre d’histoire du XIXe siècle (Université Paris-Sorbonne/Paris 1 Panthéon Sorbonne) :

« Éloigner les étrangers au XIXe siècle : expulsions, déportations, relégations », 19-20 janvier 2018, Paris

Colegio de España, Cité universitaire de Paris
19-20 janvier 2017
« Éloigner les étrangers au XIXe siècle : Expulsions, déportations, relégations »

Ces deux journées d’études ont pour but d’étudier et de comparer différentes mesures d’éloignement prises à l’encontre des étrangers au XIXe siècle en Europe et dans certaines colonies européennes. Après la Révolution française et pendant les décennies qui ont suivi jusqu’aux années 1870, de nombreux pays européens ont fait face à l’augmentation du nombre d’exilés politiques et de migrants étrangers cherchant asile et travail. Conduites par ces circulations à modifier leurs politiques migratoires en profondeur, les autorités politiques et administratives de ces pays ont pu conditionner l’accueil des étrangers en les éloignant de certains lieux perçus comme politiquement sensibles (en particulier, les frontières et les villes), tout en assortissant parfois ces mesures de formes d’internement ou même d’incarcération. Elles ont aussi recouru, dans des cas de menace plus extrêmes, à l’expulsion, à l’extradition ou à la déportation vers l’outre-mer. Mais les colonies ne servaient pas seulement à se délester des étrangers : les puissances impériales ont aussi expulsé les non-nationaux considérés comme indésirables de leurs territoires ultramarins lorsqu’ils s’avéraient un danger pour leur stabilité.

Si l’on s’intéressera avant tout aux mesures judiciaires et administratives tendant à l’expulsion des étrangers, on se penchera également sur les pratiques d’exclusion et de reconduite à la frontière émanant de la société civile. Au sein des populations des pays d’accueil, certains groupes ont pu adopter des mesures d’expulsions spontanées, en raccompagnant à la frontière des groupes d’étrangers jugés indésirables, non sans recours à la violence. Il s’agira ainsi d’étudier ces différentes mesures et phénomènes dans toute leur diversité, en suivant leur chronologie selon une approche comparée dans différents pays européens et américains, et en cherchant à comprendre à quels groupes elles s’appliquaient en priorité et selon quelles logiques politiques, économiques et sociales. On s’interrogera aussi sur les réactions et contestations des personnes expulsées et déportées, afin d’évaluer leur capacité d’action (agency) face à des décisions auxquelles ils pouvaient désobéir.

Ces journées permettront ainsi d’exposer et de discuter les résultats des recherches individuelles et collectives menées par les chercheur-se-s du groupe AsileuropeXIX sur un thème pionnier dans l’étude du xixe siècle européen et américain. Les communications seront publiées dans le numéro spécial d’une revue académique sur les migrations hébergée par l’Université de Toulouse (Diasporas : Circulations, Migrations, Histoire, Presses universitaires du Midi, dossier à paraître en 2019). Plus largement, les résultats des journées d’études seront divulgués à un vaste public de chercheurs, d’enseignants et d’étudiants par l’intermédiaire du site web du programme AsileuropeXIX (https://asileurope.huma-num.fr/).

Programme

 Vendredi 19 janvier 2018

9h30-12h30
Introduction générale par Romy Sánchez et Hugo Vermeren

Pratiques de l’expulsion comme mesure administrative et outil du contrôle migratoire

Séance présidée par Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

  • Torsten Feys, Université de Gand : « Bonne chance chez nos amis français! Les pratiques d’expulsions belges vers la France (1850-1914) »
  • Delphine Diaz, Université de Reims : « Reconduire les réfugiés étrangers aux frontières, France (1832-1852) »

Pause-café

  • Hugo Vermeren, Université de Reims : « Expulsion et « récidive » : perfectionnement d’une procédure administrative et stratégies de contournement (1830-1870) »
  • Elie-Benjamin Loyer, Université de Paris-Nanterre : « Pratiques et logiques de la sélection judiciaire des expulsables : les évolutions de la « double peine » sous la Troisième république (1880-1938) »

14h – 15h15
Expulsions spontanées, expulsions collectives

Séance présidée par Pilar González, Université Paris 7-Diderot 

  • Bastien Cabot, EHESS : « Un siècle d’expulsions collectives (France, 1819-1904) »
  • Fabrice Bensimon, Université Paris 4-Sorbonne – University College London : « « À bas les Anglais !” Expulsions de Britanniques dans le nord de la France en 1848 »

15h30 – 16h45
Expulsions entre Europe et Amériques

Séance présidée par Pilar González, Université Paris 7-Diderot

  • Romy Sánchez, Université de Caen-Normandie: « Expulser les étrangers d’Outre-mer : le cas de Cuba, 1840-1880 »
  • Edward Blumenthal, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle : « Droit d’asile, droit d’expulsion et représentations de l’exilé (Amérique latine, XIXe siècle) »

 16h45 – 17h30
Table ronde conclusive

Avec Marie Bassi, Ecole française de Rome, Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Nicolas Fischer, CNRS, et Philippe Rygiel, Ecole Normale Supérieure de Lyon

 Samedi 20 janvier 2018

9h – 12h
Les temps forts de l’expulsion dans l’Europe du XIXe siècle

Séance présidée par Dominique Kalifa, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne

  • Katarzyna Papiez, Université Paris 4-Sorbonne : « La question des réfugiés polonais et hongrois dans l’Empire ottoman après la débâcle de la Révolution hongroise »
  • Antonin Durand, Ecole Normale Supérieure de Paris : « Éloigner les Barabbas : sur une campagne d’expulsion d’étrangers en Piémont en 1853 »

Pause-café

  • Thomas C. Jones, Université de Buckingham : “The aftermath of the Jersey expulsions of 1855”
  • Jeanne Moisand, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Les réfugiés du Numancia : accueil, éloignement et extradition des cantonalistes espagnols en Algérie française (1874) »

12h15 – 13h
Table ronde finale

Avec Sylvie Aprile, Université de Paris-Nanterre, et Isabelle Poutrin, Université de Reims

Journée d’études Pierre Hadot

Journée d’étude « Hommage à Pierre Hadot »

 

Hôtel de Ville de Reims
9, Place de l’Hôtel de Ville
3 octobre 2017

17h Grand Salon Mars

  • Accueil des invités et des autorités
  • Mot de bienvenue par Monsieur le Maire de Reims, ou son/sa représentant/e
  • Dévoilement de la plaque de rue : Pierre Hadot, par madame Hadot et l’autorité présente, et remise de la plaque à la veuve de Pierre Hadot

17h30 Intervention de Madame Mercé Prats – historienne à l’URCA, membre du CERHiC : « Pierre Hadot, Rémois illustre ».

17h50 Intervention de Madame Véronique Le Ru – Professeure de philosophie à l’URCA et Directrice du département de philosophie : « La figure de Socrate selon Pierre Hadot ».

18 h 15

Conférence plénière (de 18h 15 à 19h) par Madame Anne-Lise Darras-Worms, Helléniste, Vice-Présidente de l’Université de Rouen : « Lire les textes de l’Antiquité avec Pierre Hadot ».

Temps convivial

Journée d’études – Les oppositions aux réformes éducatives de mai 68, 18 mai 2017

JOURNEE D’ETUDES

Jeudi 18 mai 2017

 

Dans le sens inverse de l’histoire? Les oppositions aux réformes éducatives issues de Mai 68

Salle du Conseil de l’UFR des Lettres et Sciences Humaines de Reims

Bâtiment 17, Campus Croix-Rouge

Journée d’études organisée par Philippe Buton et Yves Verneuil

9h15 : Accueil

9h30 : Introduction (Yves VERNEUIL)

Présidence : Jean-Noël LUC, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne

9h45-10h05 : Mai 1968 en perspectives : ruptures et continuités dans les structures éducatives (Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (Comue-Lille-Nord-de-France-ESPE),

10h05-10h25 : Universitaires et syndicats face à l’héritage de Mai 1968 : des positionnements ambigus (Arnaud DESVIGNES, docteur en histoire, université Paris-Sorbonne)

10h25-10h45 : Les réactionnaires de Nanterre aux lendemains de 1968 (Charles MERCIER, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Bordeaux, ESPE)

10h45-11h15 : discussion

11h30-11h50 : Les gauchistes et la participation dans les universités (Philippe BUTON, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne)

11h50-12h10 : Les Comités de Défense de la République (CDR) et leurs critiques de la « subversion marxiste » dans l’enseignement durant les années 68 (François AUDIGIER, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine)

12h10-12h30 : discussion

12h30-13h30 : Repas

Présidence : Jean EL GAMMAL, professeur d’histoire contemporaine, Université de Lorraine

13h30-13h50 : Les parlementaires et « la chienlit » dans l’Education nationale 1969-1974 (Bernard LACHAISE, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Bordeaux)

13h50-14h10 : Déchaînement idéologique ou malaise enseignant ? Doutes et polémiques sur l’évolution de l’école dans la presse de l’après-68 (Yann FORESTIER, docteur en histoire, université Paris-Sorbonne)

14h10-14h30 : Des gardiens de l’ordre établi dans l’enseignement secondaire ? Le SNALC, la CNGA et la Société des agrégés face aux conséquences de Mai 1968 (Yves VERNEUIL, maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne-Ardenne, ESPE)

14h30-15h00 : discussion

15h15-15h45 : Mai 68 et la « décadence de l’enseignement » : la pensée pédagogique anti-68

Discussion avec Antoine PROST (professeur émérite à l’université Paris 1), avec Yves Verneuil et Philippe Buton

15h45-16h00 : Conclusion (Philippe BUTON)

Pour télécharger le programme de la journée d’études :

programme JE 18 mai_3_A3

Les hiérarchies de juridiction dans l’Eglise médiévale

Vendredi 9 juin 2017

9h30-17h

Journée d’études

Les hiérarchies de juridiction dans l’Eglise médiévale

Org. Véronique Beaulande-Barraud (CERHiC) et Elisabeth Lusset (LAMOP)

Bâtiment Recherche, salle R112

Programme

Matin

Charles Mériaux (Université Lille 3), ), « Les hiérarchies de juridiction dans la province de Reims à l’époque carolingienne »

Bruno Lemesle (Université de Bourgogne), « Métropolitains et évêques entre le Décret de Gratien et le IVe concile de Latran : aspects doctrinaux relatifs à la négligence des évêques »

 Après-Midi

Monique Maillard-Luypaert (Université Saint-Louis, Bruxelles), « La concurrence entre les juridictions ecclésiastiques dans le diocèse de Cambrai au XVe siècle et leurs relations avec les pouvoirs temporels ».

Élisabeth Lusset (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Les interactions entre l’officialité diocésaine de Troyes et la Pénitencerie apostolique (1459-1537) ».

 

 

Lundi 13 mars: journée d’études « Dieu avec nous? », bibliothèque R. de Sorbon

Lundi 13 mars 2017 se tiendra la journée d’études

Dieu avec nous ?
Pratiques religieuses élitaires en contexte de crise politique et/ou militaire (France, XVIIe-XXe siècles)

organisée par Véronique Beaulande-Barraud, Bertrand Goujon et Frédéric Gugelot

Campus Croix-Rouge, bibliothèque Robert de Sorbon, salle 140

Après avoir abordé en 2013 la pertinence du concept d’« élites » appliqué au monde des clercs, puis en 2015 les pratiques charitables des élites urbaines, cette 3e journée d’études du sous-axe « Pratiques religieuses des élites » se propose de réinterroger le topos d’un soutien naturel des élites à la religion, d’un intérêt commun d’un groupe social dominant à défendre la nécessité des religions (ou de l’Église) comme ordre, comme force de conservation sociale et de légitimation des hiérarchies et des autorités, à des moments de crises et lors de conflits qui bouleversent l’ordre établi et interrogent sur le destin d’un pays et de ses élites. Or l’« alliance du trône et de l’autel », « du sabre et du goupillon » ne va pas toujours de soi : à maints égards, le religieux est partie prenante des ruptures politiques et militaires qui mettent les élites au défi d’adapter leurs pratiques et leur spiritualité  à une nouvelle donne susceptible de compromettre les pouvoirs en place et d’en engager la redéfinition.

Programme:

9h15 : Accueil
9h30 : Véronique Beaulande et Bertrand Goujon, « Introduction »

10h : Julien Léonard (Université de Lorraine)
« Les pratiques religieuses des élites réfugiées françaises à Berlin, source de crise au début des années 1690 »

10h30 : Céline Borello (Université du Mans)
« La prédication protestante urbaine durant la période révolutionnaire (1789-1802) »

11h : Yves Verneuil (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Une élite intellectuelle entre Dieu et la science : les professeurs de lycée de l’Affaire Dreyfus au combisme »

11h30 : Débats

12h : Repas

13h30 : Caroline Muller (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Réparer 1870. Un temps de politisation de la spiritualité des élites »

14h : Jérôme Bocquet (Université d’Orléans)
« La guerre, Dieu et l’Église, l’armée devant les « événements » d’Algérie »

14h30 : Un atelier d’étudiants de Master :
Anne-Claire Lefetz
«Pratiques charitables et religieuses d’un « grand ». Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld-Doudeauville et l’occupation de 1815 »
Antony Dussart
« Ernest Bugg et la défaite de 1870 »

15h15 : Frédéric Gugelot, « Conclusion »

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle