Archives de catégorie : Journées d’études

Journée d’étude “Musiques des cathédrales, cathédrales en musique” : 2 décembre

Journée d’étude d musicologie, organisée par Stéphan Etcharry

Lieu : Université de Reims Champagne – Ardenne, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi recherche

Le lundi 2 décembre 2019 de 9 h. 15 à 16 h. 30

Depuis leur construction, les cathédrales sont non seulement des lieux de culte mais aussi des lieux de vie, d’éducation et de pratiques musicales. Quelles sont les activités musicales et sociales qui leur sont liées ? Comment les différentes pratiques et rituels liturgiques qui se sont succédés depuis les origines ont-ils conditionné des formes poético-musicales, des ensembles vocaux et instrumentaux, des usages musicaux adaptés, ou encore l’utilisation et le répertoire de certains instruments ? Au-delà de leur fonction religieuse première, on s’interrogera aussi sur les diverses représentations véhiculées par les cathédrales au fil du temps, tour à tour source d’inspiration artistique ou emblème plus « politique », sur l’acoustique liée à leur architecture, et sur les œuvres qui ont ainsi été engendrées.

9 h. 15 : Accueil  
9 h. 40 : Introduction de la journée  
Modérateur : Stéphan Etcharry
9 h. 45 : Thierry Grandemange (URCA, CERHiC)
Guillaume de Machaut et Notre-Dame de Reims  
10 h. 20 : Pierre Méa (organiste titulaire du Grand Orgue de la cathédrale de Reims / CRR de Reims)
Le Grand Orgue de la Cathédrale de Reims : histoire et fonctionnement  
11 h. : Intermède musical assuré par les étudiants du département
de musique et musicologie,
atelier de Nicolas Bouvier et chœur sous la direction d’Hélène Leroy.    
11 h. 30 : Patrick Demouy (URCA, CERHiC)
Les maîtrises des cathédrales au Moyen Âge  
12 h. 15 : Déjeuner  
Modérateur : Patrick Demouy
14 h. : Bertrand Porot (URCA, CERHiC)
Les maîtrises parisiennes aux XVIIe et XVIIIe siècles,
thèse inédite de Phlippe Lescat  
14 h. 35 : Florence Doé de Maindreville (URCA, CERHiC)
Mises en scène musicales des cathédrales pendant la Première Guerre
mondiale  
15 h. 15 : Intermède musical assuré par les étudiants du département
de musique et musicologie
atelier de Nicolas Bouvier et chœur sous la direction d’Hélène Leroy    
15 h. 45 : Pierre Rigaudière (URCA, CERHiC)
Le Encantadas d’Olga Neuwirth, ou comment encapsuler un lieu
dans une œuvre musicale  
16 h. 30 : Conclusion de la journée  

Consommation et histoire, 25 juin

JOURNÉE D’ÉTUDE “CONSOMMATION ET HISTOIRE”

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, MSH bâtiment 13, amphi, le 25 juin 2019 de 9 h. à 18 h.

Organisation scientifique :

Dominique Roux, Professeure de Marketing (laboratoire REGARDS, EA 6292) et Isabelle Poutrin (CERHiC, EA 2616)

9 h. 30 – 10 h. 30 : Introduction par Isabelle Poutrin

10 h. 30 – 12 h. 30 : Session plénière : L’avènement de la consommation de masse.

Intervenant : Jean-Claude Daumas, Professeur d’histoire économique, émérite (Université de Franche-Comté) / IUF, auteur de La Révolution matérielle. Une histoire de la consommation (France, XIXe-XXe siècles).

14 h. – 17 h. 30 : Sessions parallèles Histoire de la consommation, consommation dans l’histoire

Les sessions seront animées par Florence Brach Campsaur (CRH, ESESS), Hélène Gorge (Mercur Research center, Université de Lille), et Dominique Roux (laboratoire REGARDS, Université de Reims Champagne-Ardenne).

« L’histoire de la consommation n’est pas anecdotique » affirme Jean-Claude Daumas en introduction de son dernier ouvrage, La révolution matérielle. Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècle (Paris, Flammarion, 2018). C’est même le prisme par lequel la plupart des activités humaines fondamentales – se loger, se nourrir, s’occuper, se distraire – révèlent la nature et l’état de développement d’une société. Et tandis que les approches gestionnaires font du présent et de l’avenir, notamment économique, leur principal souci, l’histoire de la consommation se présente tout à la fois comme un analyseur de la culture matérielle qui nous environne et un révélateur des représentations qui la façonnent et la transforment. Faire l’histoire de la consommation, c’est donc reconstituer la généalogie des formes de production, de distribution et d’usage d’une infinité d’objets et de dispositifs marchands, articuler les processus qui les lient à des pratiques, des significations et des acteurs multiples et démêler l’enchevêtrement complexe d’évènements et d’espaces par et sur lesquels ils se sont déployés. Si les sciences de gestion et le marketing, deux disciplines nouées aux fils de la production matérielle et symbolique qu’elles participent à construire, ambitionnent de conjecturer sur le futur des marchés, nous pensons que c’est par les approches historiques de la consommation qu’elles peuvent gagner en compréhension rétrospective des faits auxquels elles participent et des ressorts de leur propre action sur le monde.

La Journée « Consommation et Histoire », organisée sous l’égide du réseau Alcor-GIT afm (Alternative Consumption Research) vise à rendre plus lisibles notre compréhension de la consommation et ses trajectoires de changement.

Explicite/Implicite : JE des Etudiants de Master 2 d’histoire, 22 mai

Explicite/implicite : normes, pouvoirs et élites du Moyen Âge à nos jours

Mercredi 22 mai 2019, de 9 h. à 17 h. Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, UFR des Lettres et sciences humaines, Salle du Conseil bâtiment 17.

Les étudiants de Master 2 en histoire de l’URCA tiennent leur journée d’étude.

Présenteront leurs travaux : Clotaire Debinski (histoire médiévale), Manon Carnat (histoire médiévale), Guillaume Pinchon (histoire moderne), Bastien Jupin (histoire moderne), Laurent Chenaux (histoire contemporaine), Vincent Tricotteaux (histoire contemporaine), et Amélie Derigny (histoire contemporaine).

Télécharger le programme complet :

 

Image(s) et texte(s). Journée d’étude, 26 avril

Responsables scientifiques : Bruno Restif (CERHIC) et Christine Sukic (CIRLEP).

Date : vendredi 26 avril 2019

Lieu : Bibliothèque Carnegie, Reims

9 h. : Accueil.

Matinée : Présidence de séance : Thomas Nicklas (CIRLEP)

9 h. 30. Introduction, par Bruno Restif et Christine Sukic.

9 h. 45. Jean-Luc Bastien (CERHIC-URCA) : L’iconographie monétaire des dioscures à Rome au IIe siècle avant notre ère.

10 h. 10. Valérie Wampfler (CRIMEL-URCA) : La Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot (1644). Représentations dioscuréennes au temps de Louis XIII.

10 h. 35. Discussion et pause.

11 h. Bruno Restif (CERHIC-URCA) : Identifier la piété du cardinal de Lorraine à travers images et textes.

11 h. 25. Jean Balsamo (CRIMEL-URCA) : L’illustration des livres de piété dans le cadre de la politique éditoriale du libraire parisien Abel L’Angelier (1584-1610).

11 h. 50 – 12 h. 10 : Discussion.

Après-midi : Présidence de séance : Jean Balsamo (CRIMEL)

14 h. Christine Sukic (CIRLEP-URCA) : L’image du corps héroïque dans The Conspiracy and Tragedy of Charles, Duke of Byron de George Chapman (1608) : effacements baroques.

14 h. 25. Véronique Le Ru (CIRLEP-URCA) : L’Encyclopédie « entière » ou comment mettre en relation le discours et les planches, à travers l’exemple du traitement en image et en texte d’un métier : le métier à bas.

14 h. 50. Discussion et pause.

15 h. 15. Xavier Giudicelli (CIRLEP-URCA) : Mettre en images Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde.

15 h. 40. Jérémie Dubois (CERHIC-URCA) : Anita Garibaldi et le Risorgimento dans les manuels d’histoire italiens du secondaire des années 1950 aux années 1990, entre mythe romantique et luttes politiques.

16 h. 05. Discussion et conclusions.

Fin d’après-midi : Présentation d’ouvrages de la Bibliothèque Carnegie, par Madame Coline Gosciniak, responsable de la Bibliothèque Carnegie.

Affiche de la journée d’étude :

Crédit photographique : Antonio de Pereda, Nature morte, 1652 (Lisbonne, Museu nacional de Arte Antigua). Photo : Isabelle Poutrin.

Journée d’étude “Musique et cirque”, 3 décembre

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi Recherche, de 9h15 à 17h.

9h15. Accueil

9h40. Introduction

Matinée (modératrice : Florence Doé de Maindreville)

9h45. François Morel (artiste circassien, Paris) : Musique en piste : « Ce n’est pas le cheval qui suit la musique, c’est la musique qui suit le cheval ». Un rapide historique de la musique au cirque et la fonction particulière du musicien accompagnateur dans les différentes formes circassiennes des années 1950 à nos jours

10h20. Stéphan Etcharry (URCA, CERHiC)  : Lorsque la musique savante fait son cirque : de Parade (1917) de Satie aux Forains (1945) de Sauguet

11h00 : Intermède musical et pause

11h45. Bertrand Porot (URCA, CERHiC) :  À l’origine du cirque : acrobates et danseurs de corde au XVIIIe siècle

12h15. DéjeunerAprès-mdi (modérateur : Bertrand Porot)

14h00. Nathalie Coutelet (Université Paris 8, EA 1573 « Scènes du monde, création, savoirs critiques ») :  Le cirque et la modernité esthétique : la révélation du cake-walk par le Nouveau-Cirque (1902)

14h35. Jean-René Larue (URCA, CERHiC) : Rock’n’Circus : quand le rock rencontra les arts du spectacle ou une autre histoire de Mai 6815h15. Intermède musical et pause

16h00.  Cyril Thomas (CNAC, Châlons-en-Champagne) :  Regards sur le cirque contemporain : une autre musique

16h45. Conclusion de la journée

Organisation scientifique : Stéphan Etcharry

Télécharger le programme : 

Mises en images, mises en rituel : l’altérité. Journée d’étude, 1er juin 2018

Mises en images, mises en rituel : l’altérité.

Journée d’étude 

Vendredi 1er juin 2018, 9h. – 16h.30

CERHIC-EA 2616, Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle E.12.

Entrée libre. 

Programme

9h. : Accueil des participants

9h30 : Introduction, par Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Présidence : Pierre-Antoine Fabre (CéSor-EHESS, Paris)

9h.45 : Sophie Duhem (Université Toulouse II-Jean Jaurès) : L’altérité à travers les représentations de l’homme sauvage.

10h.10 : Hendrik Ziegler (Philipps-Universität Marburg) : Exposer les armes de l’autre : quelques réflexions sur la présentation d’objets turcs dans les collections européennes à l’époque moderne.

10h.35 : Discussion et pause

11h.00 : Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne) : L’image dans la prière et la prière dans l’image : la confrontation des Occidentaux à l’altérité religieuse dans l’Inde des 16e et 17e siècles. Réflexions à partir de quelques études de cas.

11h.25 : Isabelle Poutrin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Mettre la conversion en images ? Du rituel à l’intériorité.

11h50 : Discussion

Reprise des travaux à 13h.45

Présidence : Georges Magnier (Directeur des Musées de Reims).

13h.45 : Nadia Vargaftig (Université de Reims Champagne-Ardenne) : La fabrique visuelle d’un territoire colonial : le fonds photographique de la Compagnie du Mozambique (1892-1942).

14h.10 : Cheikh Sakho (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les hommages aux tirailleurs africains, mémoires des guerres et égalité, commémorations et monuments.

14h.35 : Discussion et pause

15h.00 : Joëlle Beurier (Institut Universitaire de Technologie de Troyes) : L’ennemi en miroir dans les magazines illustrés de la Grande Guerre : entre respect et haine de l’autre.

15h.25 : Philippe Buton (Université de Reims Champagne-Ardenne) : L’Autre dans la propagande iconographique gauchiste des années 1968.

15h50 : Discussion

16h.05 : Conclusions, par Hendrik Ziegler (Philipps-Universität Marburg)

Organisation : Bruno Restif.

Contact : mh.morell@univ-reims.fr ; 03.26.91.36.75

“Quand les coups étaient permis”. Journée d’étude, 31 mai 2018

Quand les coups étaient permis.

Approches historiographiques du « droit de correction », de l’Antiquité à nos jours

Premier atelier du groupe de travail Ius correctionis

Jeudi 31 mai 2018, 9h. – 15h.30.

Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, Paris 6e, 1er étage, salle B1-18.

Entrée libre. Inscription obligatoire auprès des organisatrices.

Journée organisée avec le soutien de l’Institut universitaire de France, du CERHiC, du LAMOP et de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.

Programme

9h. : Accueil des participants.

9h.10 – 9h.40 Caroline Muller (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le droit de correction dans l’historiographie française de la famille et du mariage au XIXe siècle.

9h.40 – 10h.10. Emmanuelle Chapron (Telemme, Université d’Aix-Marseille) : Droit de correction et histoire de l’éducation à l’époque moderne.

10h.10 – 10h.40. Isabelle Poutrin (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne – IUF) : Le droit de correction dans l’historiographie italienne récente (histoire moderne).

10h.40. Pause (20 mn.).

11h.00 – 11h.30. Jean-Baptiste Bonnard (Anhima, Université de Caen) : Le droit de correction au sein de la cellule familiale (oikos) dans le monde grec (Antiquité).

11h.30 – 12h.00. Sylvie Joye (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le droit de correction du paterfamilias romain et ses réinterprétations au haut Moyen Âge.

12h.15. Fin de la matinée.

Reprise des travaux à 13h30.

13h.30 – 14h.10. Isabelle Heullant-Donat (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne), et Élisabeth Lusset (Lamop, CNRS) : Le droit de correction dans les monastères et les couvents mendiants au Moyen Âge.

14h.10 – 14h.40. Véronique Beaulande-Barraud (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Droit et devoir de correction dans l’Église séculière au Moyen Âge.

14h.40 – 15h.20. Julie Doyon (Fns, Université de Fribourg) et Diane Roussel (Acp, Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : Le droit de correction, angle mort de l’histoire de la justice criminelle (XVIe-XVIIIe siècles) ?

15h30. Fin de la séance publique.

15h.30 – 17h.45. Discussion (synthèse de la journée, prospective) interne au groupe de travail.

Organisation : Elisabeth Lusset, Isabelle Poutrin.

Contact : ius_correctionis_2018@framalistes.org

Télécharger le programme : Atelier ius correctionis_31_05_18

AsileuropeXIX – Eloigner les étrangers au XIXe s (19 et 20/01)

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue des 2e journées d’études du programme ANR AsileuropeXIX, hébergé par le CERHiC à l’Université de Reims, en partenariat avec le Colegio de España et le Centre d’histoire du XIXe siècle (Université Paris-Sorbonne/Paris 1 Panthéon Sorbonne) :

« Éloigner les étrangers au XIXe siècle : expulsions, déportations, relégations », 19-20 janvier 2018, Paris

Colegio de España, Cité universitaire de Paris
19-20 janvier 2017
« Éloigner les étrangers au XIXe siècle : Expulsions, déportations, relégations »

Ces deux journées d’études ont pour but d’étudier et de comparer différentes mesures d’éloignement prises à l’encontre des étrangers au XIXe siècle en Europe et dans certaines colonies européennes. Après la Révolution française et pendant les décennies qui ont suivi jusqu’aux années 1870, de nombreux pays européens ont fait face à l’augmentation du nombre d’exilés politiques et de migrants étrangers cherchant asile et travail. Conduites par ces circulations à modifier leurs politiques migratoires en profondeur, les autorités politiques et administratives de ces pays ont pu conditionner l’accueil des étrangers en les éloignant de certains lieux perçus comme politiquement sensibles (en particulier, les frontières et les villes), tout en assortissant parfois ces mesures de formes d’internement ou même d’incarcération. Elles ont aussi recouru, dans des cas de menace plus extrêmes, à l’expulsion, à l’extradition ou à la déportation vers l’outre-mer. Mais les colonies ne servaient pas seulement à se délester des étrangers : les puissances impériales ont aussi expulsé les non-nationaux considérés comme indésirables de leurs territoires ultramarins lorsqu’ils s’avéraient un danger pour leur stabilité.

Si l’on s’intéressera avant tout aux mesures judiciaires et administratives tendant à l’expulsion des étrangers, on se penchera également sur les pratiques d’exclusion et de reconduite à la frontière émanant de la société civile. Au sein des populations des pays d’accueil, certains groupes ont pu adopter des mesures d’expulsions spontanées, en raccompagnant à la frontière des groupes d’étrangers jugés indésirables, non sans recours à la violence. Il s’agira ainsi d’étudier ces différentes mesures et phénomènes dans toute leur diversité, en suivant leur chronologie selon une approche comparée dans différents pays européens et américains, et en cherchant à comprendre à quels groupes elles s’appliquaient en priorité et selon quelles logiques politiques, économiques et sociales. On s’interrogera aussi sur les réactions et contestations des personnes expulsées et déportées, afin d’évaluer leur capacité d’action (agency) face à des décisions auxquelles ils pouvaient désobéir.

Ces journées permettront ainsi d’exposer et de discuter les résultats des recherches individuelles et collectives menées par les chercheur-se-s du groupe AsileuropeXIX sur un thème pionnier dans l’étude du xixe siècle européen et américain. Les communications seront publiées dans le numéro spécial d’une revue académique sur les migrations hébergée par l’Université de Toulouse (Diasporas : Circulations, Migrations, Histoire, Presses universitaires du Midi, dossier à paraître en 2019). Plus largement, les résultats des journées d’études seront divulgués à un vaste public de chercheurs, d’enseignants et d’étudiants par l’intermédiaire du site web du programme AsileuropeXIX (https://asileurope.huma-num.fr/).

Programme

 Vendredi 19 janvier 2018

9h30-12h30
Introduction générale par Romy Sánchez et Hugo Vermeren

Pratiques de l’expulsion comme mesure administrative et outil du contrôle migratoire

Séance présidée par Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

  • Torsten Feys, Université de Gand : « Bonne chance chez nos amis français! Les pratiques d’expulsions belges vers la France (1850-1914) »
  • Delphine Diaz, Université de Reims : « Reconduire les réfugiés étrangers aux frontières, France (1832-1852) »

Pause-café

  • Hugo Vermeren, Université de Reims : « Expulsion et « récidive » : perfectionnement d’une procédure administrative et stratégies de contournement (1830-1870) »
  • Elie-Benjamin Loyer, Université de Paris-Nanterre : « Pratiques et logiques de la sélection judiciaire des expulsables : les évolutions de la « double peine » sous la Troisième république (1880-1938) »

14h – 15h15
Expulsions spontanées, expulsions collectives

Séance présidée par Pilar González, Université Paris 7-Diderot 

  • Bastien Cabot, EHESS : « Un siècle d’expulsions collectives (France, 1819-1904) »
  • Fabrice Bensimon, Université Paris 4-Sorbonne – University College London : « « À bas les Anglais !” Expulsions de Britanniques dans le nord de la France en 1848 »

15h30 – 16h45
Expulsions entre Europe et Amériques

Séance présidée par Pilar González, Université Paris 7-Diderot

  • Romy Sánchez, Université de Caen-Normandie: « Expulser les étrangers d’Outre-mer : le cas de Cuba, 1840-1880 »
  • Edward Blumenthal, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle : « Droit d’asile, droit d’expulsion et représentations de l’exilé (Amérique latine, XIXe siècle) »

 16h45 – 17h30
Table ronde conclusive

Avec Marie Bassi, Ecole française de Rome, Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Nicolas Fischer, CNRS, et Philippe Rygiel, Ecole Normale Supérieure de Lyon

 Samedi 20 janvier 2018

9h – 12h
Les temps forts de l’expulsion dans l’Europe du XIXe siècle

Séance présidée par Dominique Kalifa, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne

  • Katarzyna Papiez, Université Paris 4-Sorbonne : « La question des réfugiés polonais et hongrois dans l’Empire ottoman après la débâcle de la Révolution hongroise »
  • Antonin Durand, Ecole Normale Supérieure de Paris : « Éloigner les Barabbas : sur une campagne d’expulsion d’étrangers en Piémont en 1853 »

Pause-café

  • Thomas C. Jones, Université de Buckingham : “The aftermath of the Jersey expulsions of 1855”
  • Jeanne Moisand, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Les réfugiés du Numancia : accueil, éloignement et extradition des cantonalistes espagnols en Algérie française (1874) »

12h15 – 13h
Table ronde finale

Avec Sylvie Aprile, Université de Paris-Nanterre, et Isabelle Poutrin, Université de Reims

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)