Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Nocturnes de l’Histoire 2024 à Reims : 27 mars

Depuis 2020, les Nocturnes de l’Histoire contribuent à la diffusion du savoir historique auprès du grand public en valorisant des manifestations de qualité et en rendant accessibles les résultats de la recherche au public le plus large.

A Reims, l’édition 2024 aura pour thème « Défendre la ville, combattre en ville, de l’Antiquité au XXe siècle ». Rendez-vous le 27 mars, de 16 h. 30 à 22 h. 30.

16 h. 30 – 18 h. Présentation de documents à la Bibliothèque Municipale Carnegie : « Combattre en ville, combattre pour la ville : quelques trésors de la bibliothèque Carnegie », présentés par Claire Angotti, maîtresse de conférences en Histoire du Moyen Âge (CERHiC, URCA) et Jean-Jacques Valette, membre du collectif Reims Histoire Archéologie.

16 h. 30 – 18 h. Conférence interactive (à partir de 12 ans) à la Médiathèque Jean Falala : « Aux armes les enfants ! Quand la littérature de jeunesse s’en va-t-en guerre  », animée par Laurence Hélix, maîtresse de conférences en Littérature française médiévale (CRIMEL, URCA).

18 h. – 19 h. 30. Déambulation historique dans les rues de Reims à partir de la Bibliothèque Municipale Carnegie :

  • Emmanuel Melin, docteur en Histoire médiévale, professeur agrégé d’Histoire : « Se battre en ville contre l’impôt : la révolte de la Mutemaque, 1461 ».
  • Thomas Lefevre, étudiant en 2e année de Master d’Histoire (URCA) : « Combattre le fléau de l’alcoolisme en ville : Ferdinand Réal, un chantre de la tempérance à la tête de l’Indépendant rémois au tournant des XIXe et XXe siècles ».
  • Véronique Beaulande-Barraud, Professeure d’Histoire du Moyen Âge (LUHCIE, Université de Grenoble-Alpes) : « Défendre spirituellement la ville : autour des formules d’anathème dans les pontificaux ».
  • Alain Devos, Professeur de Géographie physique, (GEGENA, URCA) : « Défendre la ville de Reims durant la Grande Guerre ».

20h45-22h30. Conférences à la Médiathèque Jean Falala :

  • Nathalie Barrandon, Professeure d’Histoire ancienne (CERHiC, URCA) : « Les non-combattants dans la ville et les violences de guerre dans le monde romain antique ».
  • Pierre-Yves Ancelin, doctorant en Géographie (GEGENA, URCA) : « Réflexions d’un géographe sur la ceinture fortifiée “Séré de Rivières” de Reims ».
  • Kevin Bouillot, docteur en Histoire ancienne, professeur agrégé d’Histoire : « Défendre la cité en Grèce ancienne et en Terre du Milieu : le récit hérodotéen de la seconde guerre médique et sa réception chez J. R. R. Tolkien ».

Organisation :

  • Bertrand Goujon, Professeur d’Histoire contemporaine (CERHiC, URCA),
  • Noémie Villacèque, maîtresse de conférences en Histoire grecque (CERHiC, URCA),
  • Alain Devos, Professeur de Géographie physique, (GEGENA, URCA)
  • Véronique Beaulande-Barraud, Professeure d’Histoire du Moyen âge (LUHCIE, Université de Grenoble Alpes)

avec le soutien de la MSHS de l’URCA, du CERHiC, du GEGENA, de la Régionale champardennaise de l’APHG et des Bibliothèques et Médiathèques de la Ville de Reims.

Contact et inscriptions : nocturnes.reims@gmail.com

Image : BM Reims, Ms. 1335, Quinte-Curce, “Vie d’Alexandre”, trad. par Vasque de Lucène (ca. 1468), détail du fol. 92.

Journée spéciale concours, 1er février

Journée d’étude du CERHiC consacrée au programme d’Histoire du CAPES d’Histoire-Géographie 2024 et 2025.

Jeudi 1er février 2024, de 9 h. à 18 h.

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, amphi Recherche

Organisation scientifique : Claire Angotti et Bertrand Marceau (URCA, CERHiC)

Cette journée est destinée aux étudiants du Master MEEF second degré de l’INSPE de Reims et aux étudiants du Master Recherche en histoire de l’université de Reims.

Lien Zoom ID de réunion 996 5780 4167 – code 417055 E n cas de difficulté de connexion écrire à marie-helene.morell@univ-reims.fr

Programme

9 h. 15. Ouverture de la journée d’étude

L’empire colonial français en Afrique : métropoles et colonies, sociétés coloniales, de la conférence de Berlin (1884-1885) aux Accords d’Évian de 1962 (CAPES 2024 et 2025)

9 h. 30. Anthony Guyon (Sciences-Po/CRISES), L’empire colonial français au prisme des tirailleurs sénégalais

10 h. 05. Karine Ramondy (Université Paris I Panthéon-Sorbonne/UMR SIRICE), La décolonisation du Cameroun (1945 -1960) à travers trois archives

10 h. 40. Pascale Barthélémy (ENS de Lyon/LARHA), L’empire colonial français en Afrique (1885-1962) : une question de genre

11 h. 30. Pause

La construction de l’État monarchique en France de 1380 à 1715 (CAPES 2024)

11 h. 45. Adrien Carbonnet (Sorbonne Université/CRM), Villes en révolte et construction de l’État monarchique sous le règne de Louis XI (1461-1483)

12 h. 30. Pause déjeuner

Gouverner l’Empire romain de Trajan à 410 ap. J.-C. (CAPES 2024 et 2025)

14 h. Hervé Inglebert (Université Paris Nanterre/ArScAn-THEMAM), Administration, spatialité et pouvoir impérial de 284 à 410

14 h. 35. Laurent Guichard (Université de Savoie Mont-Blanc/LLSETI), Les empereurs et les chrétiens des poursuites tétrarchiques à l’Empire de Théodose

15 h. 05. Gabriel De Bruyn (Université de Caen Normandie/Histemé), Honorer les empereurs dans les cités d’Afrique du Nord de Trajan à 410

15 h. 55. Pause

Eglise, société et pouvoir dans la chrétienté latine, 910-1274 (CAPES 2025)

16 h. 10. Alessia Trivellone (Université Paul-Valéry Montpellier 3/CEMM), Les moines de Cîteaux et la réforme « grégorienne » à travers les miniatures réalisées sous l’abbatiat d’Étienne Harding (1108-1133 /34)

16 h. 45. Florian Mazel (Université Paris I Panthéon-Sorbonne/LAMOP), La seigneurie partagée entre clercs et laïques et sa remise en cause, Xe-XIIe siècle

17 h. 30. Clôture de la journée d’études

Image : Henri Brosselard-Faidherbe, Cotre dans la Casamance, 1890. Source : Gallica. Notice https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb456667762

Gouverner. Journées de l’Université APHG 18-19 janvier 2024.

Le CERHIC a le plaisir de recevoir les adhérents de l’Association des professeurs d’histoire et géographie pour deux journées consacrées au thème “Gouverner”.

Programme des Journées de l’Université-APHG 2024

Gouverner

(URCA – Campus Croix-Rouge)

Organisation scientifique : Claire Angotti (Univ. Reims Champagne Ardennes/EA 2616 – CERHIC) & Véronique Beaulande (Univ. Grenoble Alpes/EA 7421 – LUHCIE et présidente de l’APHG-Champagne-Ardennes).

Jeudi 18/01/2024 (matinée, amphi 10)

9 h. 00. Accueil et introduction

  1. 9 h. 30 – 10 h. 30. Annick Peters-Custot (Univ. de Nantes/EA 1163 – CRHIA), Gouverner l’Eglise: le “césaropapisme” des empereurs carolingiens et byzantin.
  2. 10 h. 30 – 11 h. 30. Isabelle Poutrin (Univ. de Reims-Champagne-Ardenne/EA 2616 – CERHIC), Rome et Livourne. Deux modèles de gouvernement de la minorité juive dans l’Italie des XVIe-XVIIe siècles.

11 h. 30 – 13 h. Pause

Jeudi 18/01/2024 (après midi, amphi 10)

  • 13 h. – 14 h. Olivier Huck (Univ. de Strasbourg/UMR 7044 – Archimède), Techniques législatives et diffusion de la loi dans l’empire romain tardif : l’apport des Constitutions Sirmondiennes.
  • 14 h. – 15 h. Aurélien Lignereux (Sciences-Po Grenoble/ EA 7443 – CERDAP2), Gouverner à la française le continent européen : l’expérience napoléonienne.

15 h. – 15 h. 15. Pause

  • 15 h. 15 – 16 h. 15. Philippe Subra (Institut français de Géopolitique), De Sivens aux mega-bassines : les conflits autour de l’eau en France.

Vendredi 19/01/2024 (matinée, amphi Recherche bâtiment 13)

  • 9 h. – 10 h. Dominic Moreau (Univ. de Lille/UMR 8164 – HALMA) , Gouv2erner l’État romain tardif : un empire en plusieurs partes.
  • 10 h. – 11 h. Thierry Dutour (Sorbonne Univ./Centre Roland Mousnier), Gouverner les Français, XIIe-XVe siècles.

11 h. – 11 h. 15. Pause

  • 11 h. 15 – 12 h. 15. Damien Ballereau (Sciences-Po Grenoble), Entre science et politique : la gestion des risques d’incendie de forêt en Europe.

12 h. 15 – 13 h. 30. Pause

Vendredi 19/01/2024 (après-midi, amphi Recherche bâtiment 13)

  • 13 h. 30 – 14 h. 30. Sophie Hou (Univ. Paris I/UMR 8586 – PRODIG) , Etat, environnement et énergie, les politiques énergétiques de deux producteurs d’hydrocarbures, la Russie et la Norvège.
  • 14h30-15h30 Guy Baudelle (Univ. Rennes 2/UMR 6590 – ESO Rennes), Gouverner l’Union européenne: illustration par la politique de cohésion.

RENSEIGNEMENTS (lieu, horaires, éventuels liens Zoom si basculement en distanciel) : marie-helene.morell@univ-reims.fr & Les Cahiers du CERHIC :https://cerhic.hypotheses.org/

Soutenance de thèse : Jean-René Larue, 11 décembre

Jean-René Larue, doctorant au CERHiC, soutient sa thèse intitulée :

Étude comparative entre le rock progressif français et le rock progressif italien : influences contextuelles et créations musicales.

Date et heure : lundi 11 décembre, 14 h. 30.
Lieu : Université Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, salle R418, 3e étage aile gauche, bâtiment 13 Recherche – 57 rue Pierre Taittinger – 51100 REIMS.

devant un jury ainsi composé :

  • M. Bertrand POROT (PR émérite, CERHiC, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Mme Catherine RUDENT (PR, IReMUS, Université Sorbonne Nouvelle)
  • Mme Cécile PREVOST-THOMAS (MCF HDR, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle)
  • M. Christophe PIRENNE (PR, Université de Liège)
  • M. Philippe GONIN (MCF, LIR3S, Université de Dijon)
  • M. Frédéric GUGELOT (PR, CERHiC, Université de Reims Champagne-Ardenne).

Présentation : 
Apparu en Angleterre et aux États-Unis durant les années 1960, le rock progressif s’est rapidement développé dans l’ensemble des pays occidentaux. Toutefois, les contextes nationaux n’étant pas identiques dans ces différents pays, des spécificités nationales ont pu apparaître au sein du rock progressif. Cette thèse étudie l’influence des contextes nationaux sur ce genre musical.

Pour cela,  nous avons choisi de mener une étude comparative entre les productions des musiciens du rock progressif en France et en Italie. Grâce à une approche interdisciplinaire, notre travail a abordé le rock progressif sous ses aspects sociologiques, historiques, géographiques, esthétiques, politiques, culturels, et intellectuels permettant de mettre en évidence l’influence des contextes nationaux mais également de mieux cerner ce genre musical dans son ensemble.

Image : Pochette de l’album de Ange, Au-delà du délire (Philips, 1974).

Soutenance de thèse : Liliane Siani, 5 décembre

Liliane Siani, doctorante au CERHIC (allocataire 2018-2022), soutiendra le mardi 5 décembre 2023 à partir de 14h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R. 418) sa thèse de doctorat intitulée : 

Le festival de Béziers au tournant du XXᵉ siècle : un « Bayreuth français » 

devant un jury ainsi composé : Bertrand Porot (PU émérite, CERHIC, directeur de la thèse), Violaine Anger (MCF, Université d’Évry Val d’Essonne), Jean-Christophe Branger (PU, Université Lumière Lyon 2), Denis Herlin (Directeur de recherche, CNRS , IReMus).

Cette étude sur les spectacles lyriques créés au théâtre des arènes de Béziers entre 1898 et 1911 se propose d’identifier les pratiques d’organisation et de composition, et les évolutions esthétiques de ce que nous considérons comme un festival d’art lyrique. Il s’agit d’abord de comprendre la place qu’il occupe dans la ville, ainsi que son fonctionnement interne. Le travail met ainsi en lumière un exemple de décentralisation artistique qui, sous l’égide du directeur-mécène Castelbon de Beauxhostes, se présente comme une opportunité pour ses différents acteurs et collaborateurs, en même temps qu’il révèle une organisation assez semblable à celles de scènes parisiennes, jugées prestigieuses.

Dans un second temps, la thèse caractérise d’un point de vue esthétique le répertoire proposé par le festival de Béziers, à travers l’analyse de chaque composante dramaturgique : dialogues, mises en scène, et musiques de scène. Ce faisant, l’étude révèle la dimension éclectique des œuvres. Bien qu’ils partagent des caractéristiques communes, les poèmes et les musiques font cohabiter des éléments issus de diverses époques. Inscrites dans la lignée de celles du grand opéra français, les mises en scène illustrent aussi les nombreuses adaptations que nécessite le vaste cadre des arènes.

S’appuyant sur un ensemble de fonds publics encore peu exploités, des cartes photographiques et de nombreux articles de la presse nationale et locale, cette enquête s’inscrit dans le mouvement musicologique contemporain qui propose une perspective globale conceptualisée, et vient étoffer la connaissance des initiatives citoyennes de scènes en plein air sous la Troisième République.

Image : Carte photographique de la pièce de théâtre avec musiques de scène Le Premier Glaive créée aux arènes de Béziers en 1908. 

Collection personnelle d’Alex Bèges, issue du Fonds papier Castelbon de Beauxhostes, Musée du Biterrois (en cours de numérisation sur le site des Archives municipales de Béziers)

Marie Favereau et l’empire mongol : séminaire, 30 novembre

Séminaire “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 30 novembre 2023, de 12 h. 30 à 14 h.

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, amphi recherche.

Le CERHiC aura le plaisir d’accueillir Marie Favereau maîtresse de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Paris-Nanterre. Elle nous présentera son ouvrage La Horde. Comment les Mongols ont changé le monde (Paris, Perrin, 2023, trad. de l’édition anglaise publiée en 2021), qui a remporté cette année le Grand Prix des Rendez-vous de l’Histoire à Blois.

Après sa thèse de doctorat “La Horde d’Or de 1377 à 1502 : aux sources d’un siècle “sans histoire” “soutenue en 2004 à l’Université Paris 4 Sorbonne, Marie Favereau a été membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO, Le Caire), puis associée au projet ERC “Nomadic Empires” à l’université d’Oxford. Elle mène ses recherches sur l’histoire de l’empire mongol et l’islamisation des steppes asiatiques au sein du laboratoire “Orient & Méditerranée” (UMR 8167).

Marie Favereau est également commissaire de l’exposition Gengis Khan actuellement au Château des Ducs de Bretagne & Musée d’histoire de Nantes (14 octobre 2023-5 mai 2024).

Soutenance de thèse : Justine Cudorge, 20 novembre

Justine Cudorge, doctorante en cotutelle au CERHiC (allocataire 2018-2022) et au PraME de Namur, soutiendra le lundi 20 novembre à 13 heures à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R418) sa thèse de doctorat intitulée :

“Structure et enjeux des systèmes polygynes dans la société franque : la place des femmes dans le palais mérovingien du Ve au VIIIe siècle”

devant un jury composé de : Sylvie Joye (PU, Université de Lorraine, co-directrice de la thèse), Étienne Renard (PU, Université de Namur, co-directeur de la thèse), Isabelle Heullant-Donat (PU, CERHiC, co-directrice de la thèse), Emmanuelle Santinelli (PU, Université Polytechnique Hauts-de-France), Jan Rüdiger (PU, Université de Bâle) et Patrick Demouy (PU émérite, CERHiC).

Cette étude portant sur les deux dynasties franques, mérovingiennes et carolingiennes, explore les subtilités des unions multiples parmi les élites du haut Moyen Âge entre le Ve et le VIIIe siècle. La pratique d’une polygynie, que l’on entend comme la capacité d’un individu masculin à multiplier des relations conjugales avec différentes partenaires féminines de manière simultanée et non successive, se conçoit en effet comme un mode de conjugalité spécifique mais loin d’être circonscrit à un espace culturel précis, et qu’il nous appartient de reconsidérer dans son ensemble. Ainsi, à rebours d’une perception historiographique la considérant bien trop souvent comme un acte de débauche, il apparaît nécessaire de considérer la polygynie franque dans un contexte, et surtout dans une finalité : celle de servir  à une affirmation de la puissance des élites, et par-delà, de servir à leur reproduction sociale.

Inscrit dans une démarche d’étude du genre et de l’histoire des femmes en général, ce travail se présente comme une forme de recherche alliant le fait anthropologique à l’aspect prosopographique. Il permet notamment de questionner les différents aspects d’un phénomène social tout en déterminant les conséquences qu’il engendre invariablement sur une société donnée quant à la façon de concevoir le couple, notamment dans le cadre de situations conjugales simultanées, mais également dans celui d’une succession basée sur le partage entre les fils d’un même individu, et ce peu importe leur ascendance maternelle. Ce faisant, il permet également de s’intéresser à la manière dont les femmes disposent d’une autorité et expriment celle-ci dans le contexte palatial, particulièrement dans un environnement fait d’échanges et de confrontations entre des réseaux d’individus parfois très différents les uns des autres.

Image : Clovis et Clotilde, Antoine-Jean Gros, esquisse pour la coupole du Panthéon (église Sainte-Geneviève), Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, 1811.

Soutenance de thèse : Pierrick de Saint-Vaast, 1er décembre

 Pierrick de Saint-Vaast, doctorant au CERHiC (allocataire 2019-2022), soutiendra le vendredi 1er décembre 2023 à partir de 8 h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R. 418) sa thèse de doctorat intitulée :

Domaines et propriétaires châtelains privés au défi de la Première Guerre mondiale sur le front occidental (France de l’Est et du Nord, Belgique).

devant un jury ainsi composé : Frédéric Gugelot et Bertrand Goujon (PU, CERHIC, co-directeurs de la thèse), Xavier Boniface (PU, Université Picardie Jules-Verne), Claude-Isabelle Brelot (PU émérite, Université Lumière Lyon 2), Emmanuel Debruyne (PU, Université de Louvain), Claire Maingon (MCF, Université de Rouen), Elizabeth C. Macknight (ancienne Lecturer, Université d’Aberdeen) et Eric Mension-Rigau (PU, Sorbonne Université).

Cette recherche doctorale propose l’étude comparée et transfrontalière des domaines et propriétaires châtelains dans les régions du front occidental de la Première Guerre mondiale (incluant les actuelles régions Grand Est et Hauts-de-France, ainsi que la Belgique), des premiers combats de l’été 1914 au milieu des années 1920. Le but est d’établir une histoire totale du fait castral à l’épreuve du premier conflit mondial. Il s’agit non seulement de saisir la multiplicité et l’ampleur des spécificités liées à l’ancrage du fait guerrier sur ces espaces singuliers dans le monde rural, mais aussi d’appréhender l’ensemble des stratégies déployées par les multiples acteurs pour tenter de se prémunir des atteintes ou d’en limiter les conséquences, qu’ils soient membres des familles châtelaines ou à leur service. Ainsi, le sujet met en lumière la propriété châtelaine des sociétés rurales au début du XXe siècle et questionne la redéfinition des rapports de pouvoir et de coopération entre élites châtelaines et société englobante.

Les enjeux de l’indemnisation au titre des dommages de guerre ainsi que ceux du réinvestissement domanial, de la remise en état des cultures et de la reconstruction des édifices et des équipements castraux méritent également d’être abordés dans leur singularité, leurs fortes valeurs historique, architecturale et artistique étant prépondérantes. Fondé sur l’exploitation croisée de riches archives privées, de fonds publics, d’articles de presse, de la littérature mémorialiste et de cartes postales, le sujet est inédit dans ses objets comme dans son ampleur territoriale. Il s’inscrit dans une historiographie de la Grande Guerre renouvelée depuis deux décennies, ainsi que sur la singularité des expériences élitaires dans ce contexte. En prenant en compte toutes les échelles d’analyse, les recherches menées aspirent à de hautes ambitions scientifiques en posant les jalons méthodologiques et théoriques du fait castral au cœur de la Grande Guerre, et en venant enrichir la valorisation patrimoniale régionale des territoires concernés au travers de différents projets à dominante culturelle.

Image : Ruines du château de Gerbéviller (Meurthe-et-Moselle) incendié par les Allemands en août 1914.

(https://www.image-est.fr/fiche-documentaire-chateau-en-ruines-gerbeviller-1284-23003-2-0.html).