Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Soutenance de thèse : Aurélien Nouvion, 23 juin

M. Aurélien Nouvion soutiendra publiquement sa thèse de doctorat en histoire médiévale intitulée :

« Temps et acteurs de la vigne et du vin au Moyen Âge : étude comparée Bourgogne – Champagne (Ve – XVIe siècles) ».

le mercredi 23 juin 2021 à 14 heures au Collège Joliot-Curie, 2 rue JoliotCurie à Reims.

Cette thèse a été préparée au sein de l’Ecole doctorale SHS de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Composition du jury :

Directeurs de thèse :

  • Pr Patrick Demouy, émérite, Université de Reims Champagne-Ardenne ;
  • Pr Jean-Pierre Garcia, Université de Bourgogne Franche-Comté,

Rapporteurs :

  • Dr Julie Claustre, maîtresse de conférences HDR, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;
  • Pr Jean-Pierre Devroey, émérite, Université Libre de Belgique.

Examinateurs :

  • Pr Jean-Robert Pitte, émérite, Sorbonne Université, Membre de l’Institut ;
  • Dr Sandrine Lavaud, maîtresse de conférences, Université Bordeaux Montaigne ;
  • Dr Guilhem Ferrand, Université Toulouse Jean Jaurès.

Image : British Library, Harley 4996  f. 24v  Parable of the Vineyard; grapes from Canaan

Publication : Rire sans foi ni loi

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication de l’ouvrage suivant, issu du colloque international « Rire et religion » tenu en février 2015.

Frédéric GUGELOT, Paul ZAWADZKI (dir.), Rire sans foi ni loi? Rire des dieux, rire avec les dieux, Paris, Hermann, coll. « Questions sensibles », 2021, 304 p. (ISBN : 979-1037006639).

Au moment où l’Association française de sciences sociales des religions avait décidé de susciter une réflexion collective sur le rire et le religieux en février 2015, personne ne se doutait que ses travaux porteraient l’ombre tragique des attentats du 7-9 janvier. C’est qu’une part non négligeable du questionnement sur le rire hantait déjà les conflits charriés par l’actualité, qu’il s’agisse des « caricatures de Mahomet » ou des spectacles dits humoristiques mais vecteurs de haine. Plus profondément, le rire convoque la pensée de longue date et la plupart des classiques ont tenté d’en élucider les ressorts.

Table des matières

1. Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem

  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen,  Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».
  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».    

2. Ironies, parodies, caricatures, blasphèmes

  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».
  • Frédéric Gugelot (Univ. Reims), « Prêtres à rire ».

3. Rires et rites

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS)  « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe-XVIIe siècles) ».
  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».

4. Le rire de libération, le rire de domination

  • Armand Abécassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme  libération du tragique ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».
  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paul Zawadzki, « Rire sans entraves ? Réflexions sur le rire cruel ».

Image : H. Ulrich, La Religion, le clergé, la vie décadente des moines. Gravure, 1609. (Interphoto/Alamy banque d’images).

14-15 avril : Mutations, transitions (journées APHG)

Cette année, les journées de l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie de Champagne-Ardenne ont pour thème « Mutations, transitions ».

Organisées par l’APHG Champagne-Ardenne (Véronique Beaulande-Barraud) et le département d’histoire de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Claire Angotti) en partenariat avec l’Académie de Reims, elles se tiendront à distance via zoom (liens dans le fichier du programme à télécharger, ci-dessous).

Mercredi 14 avril

9 h. : Dominic Moreau (Université de Lille – HALMA-UMR8164) : L’Antiquité tardive, une période à part entière ?

10 h. 30 : Antoine Destemberg (Université d’Artois – CREHS-UR4027) : Mutations et transitions à l’épreuve du temps long : le Moyen Âge et la périodisation historique.

14 h.  : Jérôme Buridant (Université de Picardie Jules Verne – EDYSAN-UMR7058) : La gestion des forêts françaises du XVIIe siècle à aujourd’hui.

15 h. 30 : Camille Mortelette (Université d’Artois – Discontinuités-UR2468) : Changer l’image du Bassin minier. Acteurs, équipements culturels et patrimonialisation de l’héritage minier.

Jeudi 15 avril

9 h. : Côme Simien  (Université Paris I Panthéon-Sorbonne – IHMC-UMR 8066) : Titre à préciser (autour de la Révolution française).

10 h. 30 : Sophie Baby (Université de Bourgogne, LIR3S, IUF) : Sortir de la violence : les transitions à la démocratie dans une perspective transnationale. Autour du livre numérique Condamner le passé? Mémoires des passés autoritaires en Europe et en Amérique latine, 2019 . A télécharger gratuitement en ligne: http://passes-present.eu/fr/condamner-le-passe-memoires-des-passes-autoritaires-en-europe-et-en-amerique-latine-44061  

14 h. : Pierre Desvaux (Laboratoire Pacte – UMR5194) : Gestion des déchets et formes de gouvernements urbains dans les villes du Sud. L’exemple du Caire, Égypte.

15 h. 30 : Nashidil Rouiaï (Université de Bordeaux – Passages-UMR5319) : Les enjeux géographiques des représentations cinématographiques : l’exemple de Hong Kong.

Image : Forêt de Soignes (Belgique), photo James Sensor sur Flickr, 2017.

Soutenance de thèse : Cheikh Sakho, 14 décembre


Histoire et civilisation (sections CNU 21 et 22) 

Monsieur Cheikh SAKHO

soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Mémoires des Tirailleurs africains : célébrations et représentations. Des origines aux Indépendances africaines. 

dirigés par Monsieur Philippe BUTON 
le lundi 14 décembre 2020 à 14 h00

à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et par visio-conférence.
en présence d’un jury  composé de :

M. Philippe BUTON 

Université Reims Champagne-Ardenne 

Directeur de thèse 

M. François ROBICHON 

Université de Lille 

Rapporteur 

Mme Julie D’ANDURAIN 

Université de Lorraine 

Rapporteure 

M. Ibrahima THIOUB 

UCAD, Dakar 

Examinateur 

M. Eric T. JENNINGS 

Université de Toronto 

Examinateur 

Mme Isabelle HEULLANT-DONAT 

Université de Reims Champagne-Ardenne 

Examinatrice 

M. Marc MICHEL 

Université d’Aix en Provence 

Invité

Résumé : 

Le Monument aux Héros de l’Armée Noire de Reims, « témoignage de reconnaissance envers les Enfants d’adoption de la France », inauguré le 13 juillet 1924 est emblématique de la tension entre mémoire et histoire. Il a disparu sous l’occupation nazie, sans laisser de traces, mais échappé à la damnation mémorielle grâce à son double de Bamako. Il existe peu de travaux sur la question. À la suite de la reconstruction du monument de Reims, inauguré le 6 novembre 2018, par le président malien et le président Macron, il paraît opportun de faire le point plus généralement sur les statues, monuments et autres traces des Tirailleurs dans l’histoire coloniale. D’où la nécessité d’établir un inventaire non-exhaustif des monuments et lieux de mémoire, témoignages de la spectacularisation de cette reconnaissance. L’intégration de cette mémoire dans le récit national a connu des trous ou des résurgences suivant les périodes, et pour en rendre compte il faudra étudier les conditions de production de ces monuments, leur réception, leurs origines, commandes publiques de l’État, des collectivités ou initiatives individuelles. La représentation officielle de ces Tirailleurs, qui ont pris part à toutes les guerres menées par la France au XXe siècle jusqu’aux Indépendances, est souvent liée à la présentation raciste qu’en fait la propagande allemande. Sur le plan intérieur, la République universaliste peine à concilier les efforts d’intégration et les revendications d’émancipation des soldats noirs. Ces contradictions, propres à l’aventure coloniale française, peuvent se lire aussi dans les iconographies et textes des différents monuments commémoratifs et se reflètent dans les débats sur l’identité nationale. 

Crédits photographiques : Mémorial de l’Armée noire, Fréjus-Plage, place des Tirailleurs-Africains-et-Malgaches. Sculpteur : Yvon Guidez, fonderie de Gliwice, Pologne, 1994. Photo : Jacqueline Poggi sur Flickr, 2013.  

 

 

 

Cafés histoire de Reims

Les Cafés-histoire reprennent à distance à partir de janvier 2021.

Mercredi 27 janvier 2021 , 17 h. – 19 h.

Antoine Lilti, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, présentera son livre L’Héritage des Lumières. Ambivalences de la modernité publié en 2019 aux éditions du Seuil (visio-conférence, sur inscription).

Mercredi 10 février 2021 , 17 h. – 19 h.

Clovis Maillet, Docteur en histoire, présentera son livre Les Genres fluides. De Jeanne d’Arc aux saints trans, publié en 2020 aux éditions Arkhé (visio-conférence, sur inscription).

Mercredi 10 mars 2021 , 17 h. – 19 h.

Vincent Azoulay, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, et Paulin Ismard, professeur d’histoire ancienne à l’Université d’Aix-Marseille, présenteront leur livre Athènes 403. Une histoire chorale publié en 2020 aux éditions Flammarion (visio-conférence, sur inscription).

L’organisation est assurée par Véronique Beaulande-Barraud (Université de Grenoble – Alpes, APHG de Reims) avec la collaboration d’Isabelle Poutrin (CERHiC) et le soutien de l’APHG et du CERHIC.

Photo : Café au camping. Erik F. Brandsborg sur Flickr, 2016.

Journée spéciale Concours, 29 janvier

Cette année, la journée d’étude Spéciale Concours, organisée par Claire Angotti et Delphine Diaz, aura lieu en visioconférence. Destinée aux étudiants du Master MEEF second degré de l’INSPE de Reims et aux étudiants du Master Recherche en histoire de l’université de Reims, elle est ouverte à tout public intéressé, sur inscription.

Programme

8 h. 45 : Introduction, par les organisatrices

L’histoire ancienne ouvrira la journée:

9 h. Yann Berthelet, Consecratio, Constitutio : quelle différence ? » et « Pomerium et auspices : quelle relation ? »

L’histoire médiévale occupera la fin de la matinée :

Une discussion suivra jusqu’à 10 h. 15.

10 h. 30. Sophie Delmas, « Comment préparer un sermon ? Dans l’atelier du prédicateur (XIIe-XIVe siècles) ».

11 h. Harmony Dewez, « Ecrit et pouvoir seigneurial en Angleterre au Moyen Âge ».

11 h. 30 : Yann Potin, « Trésors d’écrits et écriture du trésor : peut-on parler d’archives et de bibliothèques pour la fin du Moyen Âge ? »

Suivra une demi-heure de discussion (12 h. – 12 h. 30) puis une pause.

Reprise à 14 h. avec l’histoire contemporaine :

14 h. François Jarrige, « Le travail des animaux dans l’Europe des années 1830 (artisanat et industrie) ».

14 h. 30. Ophélie Siméon, « Le monde ouvrier à l’épreuve du paternalisme. L’exemple de New Lanark (Ecosse, 1785-1825) »

15 h. Manuela Martini, « Prix du travail, cycle de vie et revenu ouvrier (XIXe – début du XXe siècle).

Après une discussion, la journée sera close à 16 h.

Les auditeurs extérieurs aux CERHiC peuvent obtenir le lien de connexion (Zoom) en s’adressant à mh.morell@univ-reims.fr

Les intervenants :

Yann Berthelet est agrégé d’histoire et docteur en histoire (thèse publiée en 2015 : Gouverner avec les dieux. Autorité, auspices et pouvoir sous la République romaine et sous Auguste), titulaire de la chaire d’histoire de l’Antiquité gréco-romaine à l’Université de Liège.

Sophie Delmas est professeure certifiée d’histoire et géographie, docteure en histoire (thèse publiée en 2010 : Un franciscain à Paris. Le maître de théologien Eustache d’Arras, ofm), chercheuse associée au CIHAM (Université Lyon 2).

Harmony Dewez est maîtresse de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers. Docteure en histoire (thèse soutenue en 2014 : « Connaître par les nombres. Cultures et écritures comptables au prieuré cathédral de Norwich, 1256-1344 »), elle a dirigé avec L. Troen l’ouvrage collectif Administrer par l’écrit, XIIe-XIVe siècle (2019).

François Jarrige est maître de conférence en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne. Docteur en histoire (thèse publiée en 2009 : Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), il a récemment publié avec A. Vrignon Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel (2020.)

Manuela Martini est professeure d’histoire contemporaine à l’université Lyon 2 et autrice de nombreuses publications sur l’histoire du travail et des migrations de travail. Elle coordonne le programme de recherche « Rémunération de femmes et des hommes et budgets dans le textile en France de la fin du XVIIe au début du XXe siècle » (ANR, 2016-2021).

Yann Potin travaille aux Archives nationales (département Education, Culture et Affaires sociales). Maître de conférences en histoire médiévale associé à l’université Paris-Nord, il a publié Trésor, écrits, pouvoirs. Archives et bibliothèques d’Etat en France à la fin du Moyen Âge (2020).

Ophélie Siméon, maîtresse de conférences en civilisation britannique à l’Université Sorbonne-Nouvelle est docteure en études anglophones (thèse publiée en 2017 : Robert Owen’s Experiment at New Lanark. From Paternalism to Socialism).

HDR, 27 novembre : Bertrand Goujon

Le CERHIC est heureux d’annoncer la prochaine soutenance d’Habilitation à diriger des recherches de Bertrand Goujon, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHIC, le 27 novembre prochain au Centre Panthéon de l’université Paris-Sorbonne (Paris 1), 12 place du Panthéon, salle 1, à partir de 14 heures.

Le dossier de recherche constitué en vue de la soutenance, intitulé « Elites et noblesses dans l’Europe du XIXe et du début du XXe siècle : dynamiques sociales, pratiques, pouvoirs, conflictualités et territorialités », sera présenté sous l’égide de Monsieur le Professeur Philippe Boutry (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), garant.

Il comprend un mémoire de synthèse (« A rebours du siècle ? Contribution à l’histoire des « élites anciennes » à l’époque contemporaine »), un ouvrage inédit (« Je maintiendrai ». Nobles françaises dans la Grande Guerre) ainsi qu’un recueil
de travaux et publications.

Le jury est composé de Monsieur le Professeur Philippe Boutry, Madame la Professeure Claude-Isabelle Brelot (Université Lumière Lyon 2, émérite), Monsieur le Professeur Frédéric Gugelot (Université de Reims Champagne-Ardenne), Monsieur le Professeur Eric Mension-Rigau (Sorbonne Université), Madame la Professeure Natalie Petiteau (Université d’Avignon Pays de Vaucluse) et Madame la Professeure Rebecca Rogers (Université de Paris).

La soutenance est publique ; toutefois, en raison de la situation sanitaire, le public ne pourra être présent dans la salle. Le lien de connexion sera communiqué sur inscription auprès de Madame Marie-Hélène Morell (mh.morell@univ-reims.fr)/

Image : Le château d’Arenberg, photo de David Berg sur Flick, janvier 2009.

Soeurs pauvres, 1220-2020. Colloque, 9-10 octobre

Vers 1220 est fondé à Reims le premier monastère de clarisses dans le royaume de France. Le huitième centenaire de cet événement est l’occasion de faire le point sur l’histoire du monastère, sur le temps long du XIIIe au XXIe siècle. De l’arrivée de Marie de Braye, venue d’Assise à Reims, à la création d’un nouveau monastère en 2000 à Cormontreuil, en passant par les abbesses Colbert et la fermeture révolutionnaire, le colloque « Soeurs pauvres, 1220-2020. Huit siècles de vie clarisse à Reims », s’attachera à comprendre comment les clarisses de Reims se situent dans l’histoire rémoise et dans l’histoire clarisse. Son organisation scientifique est assurée par Véronique Beaulande-Barraud, professeure en histoire du Moyen Âge à l’Université de Grenoble-Alpes, et Pierre Moracchini de l’École franciscaine de Paris, historien de la famille franciscaine. Son organisation logistique est assurée par le CERHiC-EA2616 (Université de Reims Champagne-Ardenne), avec la communauté des Clarisses de Cormontreuil.

Dates: 9 et 10 octobre 2020

Lieu : ESAT l’Eveil, Cormontreuil.

L’inscription est obligatoire (date limite le 5 octobre), pour permettre le respect des mesures sanitaires. Par courriel auprès de Marie-Hélène Morell : mh.morell@univ-reims.fr ou du monastère : clarissescormontreuil@orange.fr

Il est possible aussi d’assister au colloque par visioconférence, en s’inscrivant auprès de Marie-Hélène Morell pour l’envoi des liens de connexion (Zoom).

Le 8e centenaire des clarisses donne aussi lieu à une exposition aux Archives départementales de la Marne, site de Reims, 44 avenue de l’Yser, 51100 Reims, du 5 au 30 octobre.

Emplacement du monastère de Sainte-Claire à Reims

Programme

VENDREDI 9 OCTOBRE. Autour de la chronique du monastère de Reims (XVIIe siècle)

Horaire

 

intervenant

sujet

Président de séance

9 h 15

Sœur Alice-Anne, organisateurs

Accueil

 

 

 

Patrick Demouy, Université de Reims

9h30

Patrick Demouy (URCA)

Introduction

9h45

Pierre Moracchini (École franciscaine de Paris)

La chronique de Reims : un objet historique

10h05

Sœurs Pierre-Marie et Marie-Bénédicte

À la recherche des sources

10h15

Véronique Beaulande-Barraud (Université de Grenoble)

Traces archivistiques de la communauté médiévale 

10h45

Discussion

11 h 00

Pause

11 h 30

Sean Field (University of Vermont, en visioconférence)

De Reims à Paris : le rôle des sœurs de Reims dans la fondation et les premières années de Longchamp 

12h

Discussion

Repas

14h

 

Pierre Moracchini (École franciscaine de Paris)

Le monastère de Reims au temps des réformes

 

 

 

 

Véronique Beaulande-Barraud (Université de Grenoble)

14h30

Discussion

14 h 45

Caroline Galland (Université de Paris-Nanterre)

 

L’écriture de la chronique des clarisses de Reims en 1652 : comment faire du passé un présent utile ?

15h15

Discussion

15h30

Pause

16 h

Bertrand Marceau (Université de Reims)

Une direction politique ? Les Colbert chez les Clarisses de Reims sous Louis XIV

16 h  30

Discussion

16h45

Pause

17h15

Jacques Dalarun (CNRS, Institut de France, en visioconférence)

Conclusions de la journée

         

 


SAMEDI 10 OCTOBRE. Disparition, refondation, mutations

Horaire

intervenant

sujet

Président de séance

9 h 00

Sœur Marie-Noëlle (monastère de Nantes) et sœur Marie-Bénédicte

1933 : la refondation

 

 

 

Frère Eric BIDOT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9 h 30

Frédéric Gugelot (Université de Reims)

Une histoire dans l’Histoire, Tinqueux, un couvent clarisse de la Grande
Guerre au concile

10 h 00

Discussion

10 h 20

Pause

10 h 40

Maxime Hermant (Université de Paris Nanterre)

Entre soumission, contrainte et accommodement. Les clarisses de Reims durant la Révolution.

 

11 h 10

Jean-François Boulanger (Université de Reims)

1792-1933: esprit de sainte Claire es-tu là ? 

 

11h40

Discussion

12 h 00

Sœur Élisabeth

En guise de conclusion : Déménager (2000) : quelle place pour un monastère aujourd’hui ?

12h15

Repas