Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Journée spéciale concours, 2 février

Journée d’étude du CERHiC consacrée au programme d’Histoire du CAPES d’Histoire-Géographie (2023 et 2024)

Jeudi 2 février 2023, de 9 h. à 18 h.

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, amphi Recherche

Organisation scientifique : Claire Angotti et Axelle Neyrinck (URCA, CERHiC).

Cette journée est destinée aux étudiants du Master MEEF second degré de l’INSPE de Reims et aux étudiants du Master Recherche en histoire de l’université de Reims. Elle peut être suivie à distance (lien en bas de l’annonce).

9 h. Ouverture de la journée d’étude.

Gouverner l’empire romain de Trajan à 410 ap. J.-C. (CAPES 2024)

9 h. 15. Maxime Émion (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI) : “La place des militaires dans le gouvernement de l’Empire : l’exemple des protectores Augusti

9 h. 50. Sylvain Destephen (Université Paris Nanterre, ARSCAN-THEMAM) : “Se déplacer pour gouverner l’Empire de Trajan à Arcadius

10 h. 30. Questions (pause à 10 h. 45)

La construction de l’État monarchique en France de 1380 à 1715 (CAPES 2023 et 2024)

11 h. Murielle Gaude-Ferragu (Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade) : “Le pouvoir en représentation : les cérémonies

11h35. Olivier Poncet (École Nationale des Chartes) : “Un apparent paradoxe : Mazarin et la construction de l’État monarchique”

12 h. 15. Questions.

12h45 : déjeuner

Religions et pouvoir dans le monde romain de 218 av. J.-C. à 250 ap. J.-C. (CAPES 2023)

14 h. 15. Laurent Guichard (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI), “L’empereur, les chrétiens et les dieux : fondements, exercice et exigences du pouvoir”

Le travail en Europe occidentale des années 1830 aux années 1930. Mains d’œuvre artisanales et industrielles, pratiques et questions sociales (CAPES 2023)

14 h. 50. Xavier Vigna (Université Paris Nanterre, IDHES), “Représentations du travail et représentations ouvrières”

15 h. 30 : Questions (pause à 15 h. 45).

L’empire colonial français en Afrique : métropoles et colonies, sociétés coloniales, de la conférence de Berlin (1884-1885) aux Accords d’Évian de 1962 (CAPES 2024)

16 h. Lancelot Arzel (Centre d’Histoire de Sciences Po), “L’Afrique Équatoriale française : occupations militaires, travail forcé et questions environnementales”
16 h. 40. Isabelle Surun (Université de Lille, IRHiS), “Éducation et formation de nouvelles élites dans les colonies françaises d’Afrique”

17 h. 15. Questions.

Lien Zoom : https://us05web.zoom.us/j/83260459144?pwd=RHFMT1NjT1lwV3hwY1Y3OHVza0hXdz09

ID de réunion : 832 6045 9144
Code secret : 5S0t6P

Crédits photographiques : Jeffeson sur Pexells.

AAC Journée d’étude des doctorantes et doctorants, 10 mai 2023

Entre rejet et acceptation : la norme à l’épreuve de la crise

Le Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC) organise une journée d’étude à destination des doctorantes et doctorants du laboratoire le mercredi 10 mai 2023. Pour cette première édition des journées de recherches doctorales, nous vous proposons
de nous interroger sur les modifications, contestations et transgressions des normes en périodes
de crise.

L’appel à communication est ouvert à l’ensemble des doctorantes et doctorants en histoire.

Date limite d’envoi des propositions : 18 janvier 2023.

Les propositions seront sélectionnées par le comité scientifique de la journée d’étude.

Image : Lockdown Signage at Uncle Dan’s. Photo Léonie Bourke sur Flickr, 22 avril 2020

Soutenance de thèse : Jean-Patrice Masclet, 9 décembre

M. Jean-Patrice Masclet, Doctorant au CERHiC, soutiendra le vendredi 9 décembre 2022 à 13 h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment Recherche, salle R. 418), sa thèse de doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot et du Maître de conférences Habilité à diriger des recherches Bertrand Goujon, intitulée :

Le code hypothécaire de la Convention.

Assignats, cédules et physiocrates (France, 1790-1799)

Devant un jury ainsi composé : Carole Christen (PR histoire contemporaine, Université du Havre, rapportrice), Matthieu De Oliveira (MCF HDR Histoire contemporaine, Université de Lille, rapporteur), Aude Laquerrière-Lacroix (PR Histoire du droit, URCA), Aurélien Lignereux (PR Histoire du droit, Institut d’Études Politiques de Grenoble), ainsi que les deux co-directeurs de thèse.

Présentation synthétique de la thèse :

Sous l’Ancien Régime, la publication des actes de vente n’est pas assurée en France, et les titres de propriété n’y sont pas accessibles au public. À la veille et dans les premières années de la Révolution, des projets apparaissent pour remédier à cette situation propice à des imbroglios judiciaires et financiers. Actif sur le plan éditorial et présent au sein des Assemblées, un mouvement « céduliste » parvient à faire voter, le 9 messidor an III (27 juin 1795), le seul code de la Convention, à savoir le Code hypothécaire. Ce dernier organise la publicité foncière, chacun pouvant désormais savoir non seulement qui a vendu, à qui et pour quel montant, mais également quel immeuble est hypothéqué et par qui. Le Code prévoit aussi la circulation d’effets de commerce hypothécaires, les cédules, que tout propriétaire pourra émettre et qui seront escomptées par des caisses spéciales contre des billets. Alors qu’on envisage de s’en servir pour les ventes de biens nationaux au début du Directoire, l’opposition des grands négociants se révèle très forte à leur encontre.

Le Code hypothécaire n’en est pas moins appliqué à Paris et en province – avec un succès, dans des proportions et en impliquant des profils de requérants qui sont, il est vrai, très variables d’un département à un autre. Par ailleurs, si des conservations hypothécaires sont créées sur tout le territoire national et un ample personnel recruté (non sans difficultés, ni biais clientélistes) pour en assurer le fonctionnement, la Caisse hypothécaire nationale, assise sur des cédules hypothécaires, ne se met quant à elle pas en place. Fragilisée et critiquée, la cédule disparaît avec la loi du 11 brumaire an VII (1er novembre 1798) qui remplace le Code hypothécaire, mais la publicité des actes de vente subsiste. En 1800, la Banque de France, assise sur des effets de commerce escomptés, voit le jour. En 1804, le Code civil supprime la publicité des ventes, rendant très difficile le crédit hypothécaire à grande échelle, ainsi que toute possibilité de créer un institut d’émission concurrent. Ainsi disparaît la ressource consistant pour les grands propriétaires à mobiliser leurs terres en les hypothéquant afin d’investir dans les houillères ou les manufactures : ce sera une des causes du retard de la France en matière d’industrialisation dans la première moitié du XIXe siècle.

Soutenance de thèse : Elise Meyer, 7 décembre

Mme Elise Meyer, Doctorante au CERHiC, soutiendra le 7 décembre 2022 à 14 heures à l’Université de Reims Champagne-Ardenne sa thèse de doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction du Professeur Philippe Buton, intitulée :

L’écho de Valmy : mémoires d’une bataille de la Révolution française

devant un jury composé des Professeurs Sophie Wahnich (Ecole des hautes études en sciences sociales), Christian Amalvi (Université Paul Valéry-Montpellier 3), Rémi Dalisson (Université de Rouen), du Maître de conférences émérite Bernard Gainot (Université Paris 1 -Panthéon Sorbonne) et du Professeur émérite Michel Hastings (Sciences Po Lille).

2 décembre. D’un art à l’autre : adaptations, arrangements, réécritures.

D’un art à l’autre : adaptations, arrangements, réécritures.

Journée d’études – Musique et musicologie

Université de Reims Champagne-Ardenne. Amphi Recherche, (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13)

Vendredi 2 décembre 2022 de 9 h. 30 à 16 h. 30

Illustration : Charlie Chaplin, A Burlesque on Carmen, 1915.
Photo extraite du film, libre de droits.

9 h. 30. Accueil

9 h. 45. Introduction de la journée

10 h. Séance 1 (modérateur : Pierre Rigaudière)

Yann Calbérac (URCA, CRIMEL) : De l’espace du texte à l’espace de la scène. Espaece : quand Aurélien Bory adapte Espèces d’espaces de Georges Perec.

Raphaèle Fleury (IIM, Charleville-Mézières)Un texte pour des corps-instruments ? Adapter un texte littéraire pour l’opéra ou pour le théâtre de marionnettistes.

11 h. Pause

11 h. 30. Séance 2 (modérateur : Marc Rigaudière)

Thierry Grandemange (URCA, CERHiC) : « La tige est la Vierge, la fleur est son Fils » : la réécriture comme mode de pensée au Moyen-Âge.

Florence Doé de Maindreville (URCA, CERHiC) : Opéras en concert : pratiques d’arrangement dans les provinces françaises au temps de Louis XV.

12 h. 30. Déjeuner

14 h. 30. Séance 3 (modératrice : Catherine Collin)

Nathalie Coutelet (Université Paris 8, EA 1573 « Scènes du monde, création, savoirs critiques ») : L’adaptation théâtrale au féminin, une stratégie de contournement ?

Amaury Du Closel (Vienne / Paris) : Des Lieder eines fahrenden Gesellen à une petite Flûte enchantée pour enfants.

Pierre Rigaudière (URCA, CERHiC) : Arrangement, paraphrase et reconstruction : visages de la mise en abyme chez Luciano Berio.

16 h. 30. Conclusion de la journée

Colloque : Les noblesses transnationales en Europe

Les noblesses « transnationales » en Europe (XIIIe -XXe  siècle).

Xe Conférence d’Arenberg pour l’Histoire

Lieu : Université de Tours, site Tanneurs (3 rue des Tanneurs, 37 041 Tours), salle de conférence, Bibliothèque universitaire (5 e  étage).

Manifestation accessible en visioconférence sur inscription (contacts en bas de cette page).

Jeudi 30 juin

9 h. 30 : Accueil

Isabelle Venden Hove : Présentation de la Fondation d’Arenberg et de ses activités.

Albane Cogné (Université de Tours François-Rabelais), Bertrand Goujon (Université de Reims Champagne-Ardenne), Eric Hassler (Université de Strasbourg) : Introduction

Hiérarchies nobiliaires et transnationalité

10 h. 30 : Aux marges de la « société des princes » : branches cadettes et bâtardes des Maisons régnantes.

Discutant : Jean Sénié (Université de Tours).

Giovanni Ricci (Università di Ferrara) : Transnationaux à tout prix : les membres de la maison d’Este aux XVe et XVIe siècles.

Alessandra Favalli (École des Chartes-Università di Teramo) : La trajectoire de la Maison de Savoie-Tende entre le royaume de France et le duché de Savoie au XVe siècle.

Fanny Giraudier (chercheuse associée au LARHRA) : Les Orange-Nassau, une famille protestante « transnationale » au cœur d’une Europe en guerre (XVe-XVIIe siècle).

Dries Raeymaekers (Radboud University, Nimègue) : Slowly drifting apart. The English Nassaus and their Dutch cousins (1650-1750).

Discussion

13 h. déjeuner

14 h. 30 : Les Grands : un cumul des atouts pour la transnationalité ?

Discutant : Jean Boutier (EHESS)

Clément de Vasselot (Université d’Angers) : La famille de Lusignan au XIIIe siècle : diffusion, intégration et solidarité d’un lignage transrégional (Aquitaine, Bretagne, Normandie, Angleterre, Irlande, Orient latin).

Anne Motta (Université de Lorraine) : Charles-Henri de Vaudémont (1649-1723), sujet lorrain et « citoyen de l’univers ».

Martin Wrede (Université de Grenoble) : D’un empire à l’autre : la Maison d’Arenberg autour de 1700.

16 h. : Pause

Lina Scalisi (Università degli studi di Catania) : Di Spagna e di Francia : i Moncada, la fedeltà, il Settecento.

Ferenc Toth (Centre de recherches en sciences humaines, Budapest) : Héros nationaux ou aristocrates transnationaux ? Les Rákóczi et les Esterházy.

Discussion

Vendredi 1er juillet

Enjeux étatiques et formes politiques de la transnationalité nobiliaire

9 h.  : Le service au souverain comme origine de la transnationalité

Discutant : Bertrand Goujon (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Damien Fontivielle (Chercheur associé Sorbonne, Centre Roland Mousnier) : Épouser la France. L’identité composite des Schomberg, entre France et Empire (XVIe-XVIIe siècles).

Roxane Chila (Université Bordeaux-Montaigne) : La fidélité des d’Ávalos : exil et mue italienne au service des Trastamare (Castille, couronne d’Aragon, royaume de Naples).

Claudio Petrillo (Università di Roma Tor Vergata) : « Per amore alla cattedra di Pietro » : mobilisations transnationales de l’aristocratie noire contre l’ennemi italien

10 h. 45 : Pause

11 h. : La fabrique souveraine de la transnationalité nobiliaire

Discutant : Claude Isabelle Brelot (Université Lumière Lyon 2)

Éric Hassler (Université de Strasbourg) : Produire une noblesse globale/impériale : la mise en œuvre d’une équivalence dans le recrutement des chapitres nobles de la monarchie des Habsbourg, 2e moitié du XVIIIe siècle.

Emmanuel Lemée (Sorbonne Université) : À la croisée des royaumes : la fabrication d’une noblesse transnationale au service de l’État dans l’Angleterre de la fin du XVIIe siècle.

Cédric Mottier (Université Savoie Mont Blanc) : « Se faire Bourguignon ». Stratégies d’acquisition de fiefs et d’offices comtois par quatre éminents membres du conseil privé et des finances de Marguerite d’Autriche. Finalités, moyens mis en œuvre et résultats obtenus (années 1510-1520).

Discussion

12 h. 45 : déjeuner

14 h. : Les « monarchies composites », des territoires propices à la transnationalité

Discutant : Isabelle Ortega (Université de Nîmes)

Thierry Pécout (Université Jean Monnet, Saint-Étienne) : La Provence entre Catalogne et royaume de Sicile : une noblesse transnationale ?

Élodie Giard (Université Bordeaux Montaigne) : Servir le Prince en Aquitaine (1362-1372) : un exemple de noblesses transnationales.

Jorge Rojas (Universidad Pablo de Olavide, Séville) : The Borjas between Naples and Peru (1611-1658). Expansion and limits of aristocratic networks in the Hispanic global monarchy.

Discussion

16 h. :  pause

16 h. 15 : La frontière : lieu de production d’une transnationalité spécifique ?

Discutant : Bartolomé Yun Casalilla (Universidad Pablo de Olavide, Séville)

Violet Soen (KU Leuven) : Transregional aristocracies in Early Modern Europe, or why borderland perspectives matter.

Paolo Maria Amighetti (Università cattolica del Sacro Cuore, Milan) : Multiple loyalties in the Venetian Mainland. Brescia’s nobility between Venice and the European courts (16th-17th centuries).

Francesco Cerea (Università della Svizzera Italiana) : Le famiglie aristocratiche del Cantone di Zugo nell’Europa di età moderna.

Discussion

Samedi 2 juillet

9 h. : Les femmes et les alliances matrimoniales dans la transnationalité nobiliaire

Discutant : Nicolas Bourguinat (Université de Strasbourg)

Isabelle Ortega (Université de Nîmes) : Les lignages nobiliaires moréotes (XIIIe-XVe siècle) : la genèse du gotha d’Oultremer.

Silvia D’Agata (Università degli studi di Catania) : Una coppia transnazionale : Dorotea Barresi e Juan de Zúñiga y Requeséns tra Spagna e Italia (1572-1591)

Giuseppina D’Antuono (Università di Roma Tor Vergata) : La politique identitaire des alliances matrimoniales transnationales des familles de la noblesse romaine (1869-1929).

Maria Malatesta (Università degli studi di Bologna) : The transnational marriages of Italian nobility (1861-1943).

Discussion

11 h. 15 : pause

11 h. 30 : La transnationalité, un choix par défaut ?

Discutant : Éric Mension-Rigau (Sorbonne Université)

Paul Janssens (Ghent University) : La noblesse transnationale : pour un jour ou pour toujours ? Le parcours familial de quelques négociants nobles venus s’établir à Bruges et à Anvers (16e-19e siècles).

Inès Arnaud (Université Bordeaux Montaigne) : Les Rohan en Bohême, un redéploiement transnational en vue de la reconstruction identitaire.

Claude-Isabelle Brelot (Université Lumière Lyon 2) : La transnationalité au prisme d’une noblesse provinciale (1800-1914).

13h 00 : Conclusion

Bartolomé Yun Casalilla (Universidad Pablo de Olavide, Séville) : Studying Cross-border Aristocracies in Europe. What for? 

13 h. 30 : déjeuner

14 h. 30 – 16 h. 30 : Discussion

Contacts : albane.cogne@univ-tours.fr, bertrand.goujon@univ-reims.fr, eric.hassler@unistra.fr

Séminaire du CERHiC, 9 juin Actualité de la recherche

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 9 juin 2022, de 14 h. à 16 h. 30, Université de Reims, Campus Croix rouge, bâtiment recherche s.E. 13

La dernière session de l’année universitaire est consacrée à l’actualité de la recherche des membres du CERHiC, avec une sélection de travaux en cours représentatifs des activités de l’équipe :

Jérémie Dubois présentera le programme “Dante d’hier à aujourd’hui” (ANR DHAF).

Claire Angotti présentera le programme “Augustin dans les bibliothèques de l’Université de Paris (XIIIe-XVe siècles)” (ANR AUBUPAR).

Pierrick de Saint-Vaast présentera ses recherches doctorales en histoire contemporaine : “Ecrire l’histoire du château dans la Grande Guerre : retour d’expérience”.

Liliane Siani présentera ses recherches doctorales en musicologie : « Les spectacles lyriques au théâtre des arènes de Béziers (1898-1911) : un autre modèle face au Festival de Bayreuth wagnérien. »

Journée d’études “Images… memoires et amnésies de Reims”, 10 juin

Deuxième journée d’études

Images matérielles, images mentales, mémoires et amnésies de Reims

Organisation scientifique : Bruno Restif et Philippe Buton

Lieu : Archives départementales de la Marne. Centre de Reims, 44 rue de l’Yser.

Date : vendredi 10 juin 2022, de 9 h.30 à 17 h.30

Matinée (9 h. 30-12h) placée sous la présidence de la Pr Isabelle Heullant-Donat.

9 h. 30. Accueil des participants et introduction de la journée, par Bruno Restif et Philippe Buton.

9 h. 45. Robert Neiss : Durocortorum.

10 h. 10. Bruno Dumézil : Clovis.

11 h. Patrick Demouy : Reims et les Guises. Images, mémoires et amnésies.

Après-midi (13 h.45 – 17 h. ) placé sous la présidence de Madame Coline Gosciniak.

13 h. 45. Georges Magnier : Saint-Remi.

14 h. 10 : Marc Bédarida : L’art déco.

15 h. Isabelle Homer et Clotilde Deschamps : Le textile.

15 h. 25. Isabelle Homer et Aurore Sat : Présentation de documents conservés aux Archives départementales de la Marne.

16 h. Thomas Nicklas : Images et imaginaires de Reims dans le monde germanique.

17 h. Philippe Buton : Conclusions.

Les participants :

Marc Bédarida, Maître de conférences en architecture à l’Ecole nationale d’architecture de Paris-La Villette – Philippe Buton, Professeur des Universités en histoire contemporaine à l’URCA – Patrick Demouy, Professeur des Universités en histoire du Moyen Âge à l’URCA, émérite – Clotilde Deschamps, Directrice des Archives municipales et communautaires de Reims – Coline Gosciniak, Responsable de la Bibliothèque Carnegie et des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque municipale de Reims – Isabelle Homer, archiviste-paléographe, Directrice des Archives départementales de la Marne – Isabelle Heullant-Donat, Professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Directrice du CERHIC – Georges Magnier, Directeur des Musées de Reims – Robert Neiss, Conservateur en chef du Patrimoine – Thomas Nicklas, Professeur des Universités en civilisation des pays de langue allemande à l’URCA, directeur du CIRLEP – Bruno Restif, Maître de conférences en histoire moderne à l’URCA – Aurore Sat, archiviste-paléographe, Directrice adjointe des Archives départementales de la Marne.