Archives de catégorie : Publications

Parution – Mélanges à Jean-François Boulanger

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution des Mélanges offerts à Jean-François Boulanger, placés sous la direction de Véronique Beaulande-Barraud avec la contribution de Benoît Roux.

Eglise, Mémoire(s), Education. Mélanges offerts à Jean-François Boulanger, Reims, Epure, 2014.

 

Couv_JFB

 

Sous ce triptyque, les amis et collègues de Jean-Francois Boulanger ont souhaitélui rendre hommage. Ce sont 17 contributions qui sont ici réunies : elles courent de l’Antiquité à l’époque actuelle, de Reims à la Turquie, de l’histoire à la géographie en passant par la littérature classique. Les thématiques retenues, chères aux membres du Centre de Recherches en Histoire Culturelle (CERHiC-EA2616), veulent rejoindre ce qu’est le destinataire du volume, intellectuellement et humainement : un chercheur et un enseignant passionnéet ouvert. Jeunes et moins jeunes contributeurs disent ainsi leur amitié et leur estime à Jean-François Boulanger au moment de le voir quitter l’université de Reims Champagne-Ardenne dont il fut une figure incontournable.

Pour télécharger la table des matières de l’ouvrage :

Melanges_JFB_TDM

A. GIRARD et B. SCHMITZ, “De l’Eglise aux Eglises”, MEFRIM

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication d’un numéro des Mélanges de l’Ecole française de Rome co-dirigé par Aurélien Girard, maître de conférences en histoire moderne et membre du CERHiC, et Benoît Schmitz, ATER à l’Ecole normale supérieure. La publication de ce numéro fait suite à une journée d’études co-organisée par le CERHiC et l’Ecole française de Rome. Le numéro est publié en ligne: http://mefrim.revues.org/1788.

 

De l’Église aux Églises : réflexions sur le schisme aux Temps modernes

 

 

Réflexions sur le schisme moderne : cadres doctrinaux, enjeux historiographiques et perspectives de recherche

J. Beurier, 14-18 insolite

Joëlle Beurier, membre du CERHiC, vient de publier un ouvrage intitulé 14-18 insolite: Albums-photos des soldats au repos chez Nouveau Monde Editions (2014).

Que sait-on précisément des moments de pause et de décompression durant la guerre de 14-18 ? Des soldats photographes amateurs ont immortalisé des clichés du repos, loin des combats. Constitués en albums, ils montrent la face cachée d’une guerre célèbre pour sa violence totale. Ils évoquent des moments collectifs dédiés à la lessive et la toilette, à la musique ou aux repas, qui disent une immense soif de paix et de normalité. Tous fonctionnent comme autant de rituels qui soudent les individus en les agrégeant les uns aux autres.

Pour qui cherche à comprendre le caractère exceptionnel de l’endurance à la violence extrême, omettre la banalité du repos parce qu’elle n’est pas sensationnelle conduirait à un contresens historique. La résistance, le courage et le sacrifice ne sont possibles que parce qu’ont existé, dans les interstices de la brutalité totale, des espaces de moindre relief et de relâchement, repas collectifs, divertissements puérils et parties de pêche entre hommes. Cette dimension, seuls les clichés d’amateurs en délivrent une image. Ils restituent alors la complétude des « bonshommes » de 14-18, dont les expériences intenses ne se limitèrent pas à l’insoutenable. Constitués comme des albums de famille aux codes visuels spécifiques, ces recueils témoignent combien le rire, le plaisir et le jeu fondèrent l’identité combattante autant que la mort.