Archives de catégorie : Publications

V. Beaulande et B. Goujon – Le salut par les oeuvres ?

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un numéro spécial de la revue Histoire, Economie & Société (n°3 / 2016) dirigé par Véronique Beaulande-Barraud et Bertrand Goujon, tous deux maîtres de conférences au CERHiC.

9782200930370-001-g

Le salut par les oeuvres ? Pratiques religieuses et charitables des élites urbaines (France, XIIIe-XIXe siècle)

 

Pages : 4-11 Le salut par les oeuvres ? Pratiques religieuses et charitables des élites urbaines (France, XIIIe-XIXe siècle) Véronique Beaulande-Barraud
Bertrand Goujon
Lire le résumé
Pages : 12-38 Le salut par les oeuvres : Les bienfaiteurs laïcs de l’Aumône Notre-Dame de Chartres à la fin du Moyen Âge Séverine Niveau Lire le résumé
Pages : 39-53 La charité collective contre l’individuation du salut. Les bonnes oeuvres des jansénistes parisiens au XVIIIe siècle Nicolas Lyon-Caen Lire le résumé
Pages : 54-75 Salut par les oeuvres et cohabitation confessionnelle. De l’initiative charitable individuelle à l’organisation ségrégée du contrôle des âmes (Mulhouse, 1798-1870) David Tournier Lire le résumé
Pages : 76-96 Entre technique et politique : Les adductions d’eau dans les capitales provinciales en France du XVIe au XVIIIe siècle Patrick Fournier Lire le résumé
Pages : 97-113 En première ligne. Voltaire face aux théories parlementaires pendant la « révolution » Maupeou (1771-1772) Vincent Cossarutto Lire le résumé
Pages : 114-124 Renault en Algérie. Automobile, pétrole et politique dans les Vingt Glorieuses Jean-Louis Loubet Lire le résumé
Pages : 125-140 Le développement des réseaux de soins dans l’Amérique de Richard Nixon. Les enseignements du Managed Care américain depuis le HMO Act de 1973 Véronique Parel Lire le résumé
Pages : 141-142 Les auteurs Lire le résumé

http://www.revues.armand-colin.com/histoire/histoire-economie-societe/histoire-economie-societe-32016/salut-oeuvres-pratiques-religieuses-charitables-elites-urbaines-france-xiiie-xixe

Les cas réservés en Occident XIIe-XVe siècles

Le dernier numéro de la Revue de Droit canonique (2015, 65/2) comprend un dossier dirigé par Véronique Beaulande-Barraud, consacré aux cas réservés en Occident du XIIe au XVe siècle. Ce dossier, issu d’une journée d’études du CERHiC, qui s’est tenue à l’Université de Reims le 14 juin 2013, compte 4 contributions précédées d’une introduction de Véronique Beaulande-Barraud :

RDC-001

Arnaud Fossier, Le droit d’absoudre. Concurrences juridictionnelles et communication des fors (v. 1130-v. 1320).

Véronique Beaulande-Barraud, Les cas réservés dans les statuts synodaux de la province ecclésiastique de Reims, 13e-14e siècles. Essai d’analyse d’une catégorie canonique.

Elisabeth Lusset, Confession, absolution des péchés et levée des censures. Les cas réservés chez les Cisterciens et les Chartreux (12e-15e siècles).

Emilie Rosenblieh, Les cas réservés et le pouvoir de dispense du pape au temps de la crise conciliaire (1ère moitié du 15e siècle).

cas-réservés-au-pape

Sommaire complet et résumés : http://www.droitcanon.com/Resumes/Les-cas-reserves-varia.html

B. Restif – “Les gestes et postures de la prière”, Europa Moderna

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication en ligne d’un article de Bruno Restif, maître de conférences en histoire moderne à l’URCA et membre du CERHiC :

Bruno Restif, « Les gestes et postures de la prière individuelle dans la production iconographique française, du milieu du XVe au milieu du XVIIe siècle », Europa Moderna, n° 5, 2015, publication en ligne : http://europamoderna.com/index.php/123-bruno-restif-les-gestes-et-postures-de-la-priere-individuelle-dans-la-production-iconographique-francaise

Enfermements I, II et III.

Le programme de recherche « Enfermements. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux » vise à rapprocher analytiquement et à comparer ces institutions rassemblées sous la notion de « milieux clos », depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine.  Les résultats de ces travaux ont été présentés dans une série de publications : 

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset (dir.), Enfermements. Le cloître et la prison, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.72874

Dès le Moyen Age le claustrum et le carter, le cloître et la prison, ont été associés. Exaltant l’ascèse monastique, Bernard de Clairvaux, pour ne citer que lui, comparait déjà le monastère à une prison ouverte, où seule la crainte de Dieu retenait les moines. Aujourd’hui, les liens entre cloître et prison sont encore perceptibles dans le site exceptionnel de Clairvaux, ancienne abbaye cistercienne fondée au XIIe siècle et transformée en centre pénitentiaire au XIXe siècle. Dans les années 1960-1970, penseurs des institutions répressives et historiens du monachisme ont âprement polémiqué sur l’analogie entre cloître et prison. Afin de dépasser les apories de ces controverses et de renouer les fils du dialogue interrompu entre historiens du cloître et historiens de la prison, cet ouvrage propose une histoire commune des deux enfermements. Il explore les conceptions et les valeurs associées à l’enfermement, les particularités de la vie en milieu clos, la sociologie des groupes exposés à l’enfermement, dans l’ensemble de l’Europe, de l’Espagne à la Saxe et de l’Angleterre à l’Italie, entre le VIe et le XVIIIe siècle. Faisant appel aux meilleurs spécialistes internationaux de ces questions, il privilégie les vues synthétiques plutôt que les études de cas. Il dessine enfin les renouvellements historiographiques intervenus depuis quatre décennies dans les domaines de l’histoire du droit, de l’histoire sociale et de l’histoire religieuse.

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (IVe-XIXe siècle), Paris, Publications  de la Sorbonne, 2015.

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.56453.

D’évidence, il n’y a pas d’enfermement sans règle. L’un des traits communs aux mondes clos est que ceux qui y vivent doivent obéir à des normes fortes, qu’il s’agisse de la règle monastique, de la règle hospitalière ou du règlement de prison. Reprenant l’étude comparée des enfermements religieux et carcéraux esquissée par les sciences sociales dans les années 1960 et 1970, le présent ouvrage, qui fait suite au volume Enfermements. Le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle) publié en 2011, explore la place que prennent les règlements et les normes dans les cloîtres comme dans les prisons. Par une méthode comparée systématique, il montre toutes les nuances de cette histoire sur la longue durée, entre IVe et XIXe siècles, et dans toute l’Europe, des Iles Britanniques à la péninsule ibérique. A cet effet, il interroge la nature de la règle et historicise sa mise en texte, avant de comparer les modes de production de l’obéissance et les dérèglements qui surgissent dans les milieux clos. L’un des enjeux de cette étude comparée des règles et dérèglements en milieux clos est de comprendre et de réévaluer le rôle que la discipline régulière religieuse a pu jouer dans la mise en place des systèmes carcéraux occidentaux.

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieu clos, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017. 

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.71847.

Pourquoi conçoit-on des lieux fermés pour les hommes et d’autres pour les femmes ? En quoi les discours autour du genre ont-ils influencé l’émergence et la perpétuation de dispositifs de clôture pour affirmer les différences sociales entre hommes et femmes ? Quelles formes prennent les rapports entre les sexes dans les milieux clos ? Associant des approches historiques et sociologiques, cet ouvrage explore les interactions entre les différentes formes d’enfermements et le genre, ce qui induit une réflexion sur le féminin, sur le masculin et sur leurs interrelations dans les conditions créées par une séparation plus ou moins rigoureuse du monde. Les études de cas rassemblées dans ce volume entendent comprendre tant les effets que la clôture a produits et produit sur les conceptions du genre que, à l’inverse, les effets que le genre a produits et produit sur la clôture. Les rapports qu’entretiennent genre et enfermement sont envisagés sur la longue durée de l’histoire européenne, depuis les monastères médiévaux et les hôpitaux d’Ancien Régime jusqu’aux institutions pénitentiaires, bagnes et camps contemporains. L’ouvrage montre également leur résonance dans des territoires coloniaux d’Amérique et dans le monde chrétien de la Méditerranée orientale. Il révèle ainsi que les lieux clos sont des lieux matriciels où se sont élaborés et s’élaborent des pratiques, des techniques et des savoirs autour du féminin et du masculin.

Chrétiens Orientaux, Archives de sciences sociales des religions

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication d’un dossier thématique:

Aurélien Girard et Bernard Heyberger (éd.), Chrétiens au Proche-Orient, dossier thématique des Archives de sciences sociales des religions, n° 171, juillet-septembre 2015.

Muqattam

Les « chrétiens d’Orient » sont aujourd’hui au premier plan, dramatique, de l’actualité internationale. Leur histoire donne aussi lieu, depuis quelques années, à des recherches nouvelles, attentives à l’inscription de ces « communautés chrétiennes » dans leurs contextes. La sortie de l’ère postcoloniale et les crises des États-nations au Proche-Orient ont donné une légitimité inédite à une approche des sociétés sous l’angle de leurs minorités, partant d’une nouvelle compréhension des notions de « frontières », confessionnelles ou ethniques, et des interactions entre « majorité » et « minorités ».
Les articles présentés ici portent sur l’Egypte, la Syrie, la Jordanie et la Turquie. Ils envisagent les chrétiens non pas comme des minoritaires victimes des aléas politiques, mais comme des acteurs participant à la vie politique, intellectuelle et culturelle de leurs sociétés. Surtout ils éclairent les fonctionnements internes des communautés chrétiennes et de leurs institutions qui, loin de s’être fossilisées dans des traditions immuables, aménagent constamment leur rapport à l’histoire et aux langues constitutives de leur identité, et profitent d’un dynamisme spirituel marqué, suivant les lieux et les milieux sociaux, par des influences occidentales et une individualisation du croire. Ils font également apparaître le rôle des diasporas dans les recompositions du fait chrétien au Proche-Orient.

– Aurélien Girard et Bernard Heyberger, Chrétiens au Proche-Orient : les nouvelles conditions d’une présence

-Paolo Maggiolini, Christian Churches and Arab Christians in the Hashemite Kingdom of Jordan. Citizenship, Ecclesiastical Identity and Roles in the Jordanian Political Field

-Su Erol, The Syriacs of Turkey: A religious community on the path of recognition

-Méropi Anastassiadou, Des serviteurs de Dieu et du pouvoir laïque. Le clergé paroissial dans la communauté grecque orthodoxe d’Istanbul au tournant du XXe siècle

-Dominique Avon, Youssef Karam, Charles Malik, Youakim Moubarac. Une élite arabe chrétienne, trois vocations (années 1930 – années 1970)

-Laura Ruiz de Elvira, Les associations chrétiennes de Damas (2000-2010) et leurs rapports variables au religieux

-Anna Poujeau, De l’art poétique pour politique. Le rituel funéraire des chrétiens du sud de la Syrie

-Gaétan du Roy, Abūnā Sam‘ān un prêtre bâtisseur en Égypte

-Séverine Gabry-Thienpont, Musiques et charismes chez les chrétiens en Égypte au début du XXIe siècle. L’exemple catholique

Cardinal de Lorraine

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication d’un ouvrage:

Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif (dir.), Un prélat français de la Renaissance. Le cardinal de Lorraine, entre Reims et l’Europe, Genève, Droz, collection « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

Couverture Cardinal de Lorraine

            Prélat d’État, ayant joué un rôle central dans la vie politique, diplomatique, religieuse et culturelle du XVIe siècle en France et en Europe, Charles de Guise, cardinal de Lorraine, a été pendant longtemps l’un des personnages les plus maltraités par l’historiographie. Hors de toute intention apologétique, une révision s’imposait, permise par quelques travaux fondateurs, principalement d’origine anglo-saxonne, afin de comprendre la complexité d’un personnage à bien des égards énigmatique, ainsi que son évolution voire ses revirements.

Le présent volume réunit vingt-cinq contributions de chercheurs français et étrangers, attentifs à éclairer la personnalité et l’action du cardinal de Lorraine par de nouveaux documents et une plus juste périodisation. Leur objectif a été de mieux estimer le rôle du cardinal de Lorraine dans les débats religieux et la réforme de l’Église et de mettre en évidence les permanences et les évolutions de ses conceptions, ainsi que de comprendre son action politique et diplomatique sur le théâtre européen comme à la cour de France, dans le cadre d’une monarchie en pleine évolution et d’un État en faillite, et enfin de révéler les formes et la richesse d’une commande artistique et littéraire originale et novatrice. L’ouvrage est attentif à la diversité des terrains d’action : ville et archevêché de Reims, Champagne et Lorraine, pays européens, liens privilégiés avec l’Italie.

 

Table des matières :

. Introduction, par Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif

Chapitre premier : L’archevêque de Reims

. Reims et les autres : autour de l’empire ecclésiastique des Guises, par Joseph Bergin

. Reims, un pôle de la Réforme catholique, pré-tridentine et tridentine, au temps du cardinal de Lorraine, par Bruno Restif

. La liturgie rémoise au temps du cardinal de Lorraine, permanences et évolutions, par Patrick Demouy

. Rome, Trente, Milan : la marque de l’Italie contemporaine dans les commandes du cardinal-archevêque (1560-1574), par Isabelle Balsamo

Chapitre deux : Réforme catholique, humanisme, Contre-Réforme

. Claude d’Espence et Charles de Guise, par Peter Walter

. Le cardinal de Lorraine et la réforme de l’Église, de la fin des années 1540 à la dernière période du concile de Trente, par Alain Tallon

. Charles de Guise et Jean du Bellay : une histoire possible, une relation manquée, par Loris Petris

. Le cardinal de Lorraine et Théodore de Bèze à Poissy en 1561 : un impossible accord, par Max Engammare

. Le cardinal de Lorraine vu par les protestants en Europe : genèse et diffusion d’un portrait maléfique, par Hugues Daussy

Chapitre trois : Réseaux et pouvoir en Champagne, Lorraine, France

. Les Guises et les villes de Champagne, par Mark Konnert

. Le cardinal de Lorraine et la Lorraine, par Stefano Simiz

. Le cardinal de Lorraine, protecteur des ordres mendiants, par Madeleine Molin

. L’intendance des affaires de Charles de Lorraine, par Mark Greengrass

. Le cardinal de Lorraine et son frère Louis de Guise sur la scène européenne, par Alain Cullière

Chapitre quatre : Politique et diplomatie européennes

. Le cardinal de Lorraine, les princes du Saint-Empire et la cour impériale. Les choix politiques de l’ ‘Entre-Deux’, par Thomas Nicklas

. Échanges d’hommes et de ‘biens’. Réseaux diplomatiques entre les Guises et les cours italiennes à l’époque du cardinal Charles de Lorraine, par Matteo Provasi et Federica Veratelli

. Le cardinal de Lorraine au miroir de l’Écosse, par Éric Durot

. Le cardinal de Lorraine, les Guises et les Pays-Bas, par Julie Versele

. Le cardinal de Lorraine et le cardinal de Granvelle : deux parcours croisés, par François Pernot

. La correspondance du cardinal de Lorraine conservée en Russie, par Vladimir Chichkine

Chapitre cinq : Le prince des lettres et des arts

. Les reliures du cardinal de Lorraine : quelques précisions supplémentaires, par Isabelle de Conihout

. Le cardinal et le faussaire, par Antoine Pietrobelli

. ‘Celui qui rayonna le concile de Trente / De zèle, de vertu, d’industrie sçavante […]. L’Apollon des François’ : le cardinal de Lorraine et les poètes, par Jean Balsamo

. Les portraits du cardinal de Lorraine. Indices esthétiques et corporels d’un séducteur en politique et religion, par Bruno Restif

Perspectives historiographiques

. La postérité historiographique du cardinal de Lorraine. Le retournement des années 1840, par Claude Langlois

. Conclusion : Charles de Guise-Lorraine ou les limites de trop d’atouts, par Jean-Marie Le Gall