Archives de catégorie : Publications

Publication : Rire sans foi ni loi

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication de l’ouvrage suivant, issu du colloque international « Rire et religion » tenu en février 2015.

Frédéric GUGELOT, Paul ZAWADZKI (dir.), Rire sans foi ni loi? Rire des dieux, rire avec les dieux, Paris, Hermann, coll. « Questions sensibles », 2021, 304 p. (ISBN : 979-1037006639).

Au moment où l’Association française de sciences sociales des religions avait décidé de susciter une réflexion collective sur le rire et le religieux en février 2015, personne ne se doutait que ses travaux porteraient l’ombre tragique des attentats du 7-9 janvier. C’est qu’une part non négligeable du questionnement sur le rire hantait déjà les conflits charriés par l’actualité, qu’il s’agisse des « caricatures de Mahomet » ou des spectacles dits humoristiques mais vecteurs de haine. Plus profondément, le rire convoque la pensée de longue date et la plupart des classiques ont tenté d’en élucider les ressorts.

Table des matières

1. Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem

  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen,  Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».
  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».    

2. Ironies, parodies, caricatures, blasphèmes

  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».
  • Frédéric Gugelot (Univ. Reims), « Prêtres à rire ».

3. Rires et rites

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS)  « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe-XVIIe siècles) ».
  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».

4. Le rire de libération, le rire de domination

  • Armand Abécassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme  libération du tragique ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».
  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paul Zawadzki, « Rire sans entraves ? Réflexions sur le rire cruel ».

Image : H. Ulrich, La Religion, le clergé, la vie décadente des moines. Gravure, 1609. (Interphoto/Alamy banque d’images).

Publication : transgression en temps de guerre

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer la publication de l’ouvrage collectif issu du programme ANR PARABAINO – Massacres, violences extrêmes et transgressions en temps de guerre [Antiquité grecque et romaine].

Nathalie Barrandon, Isabelle Pimouget-Pedarros (dir.), La transgression en temps de guerre de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Enquêtes et documents », 2021, 270 p. ISBN : 978-2-7535-8160-9.

La guerre est, de toutes les activités humaines, celle qui est le plus susceptible de conduire à des débordements, à la démesure, à la radicalité sans borne et donc à la violation de normes fondamentales. Que la guerre soit menée dans le cadre de règles bien définies, partagées, voire intériorisées par l’ensemble des belligérants, il n’en reste pas moins que l’histoire montre que ces règles ne sont pas systématiquement respectées, et peuvent même être totalement bafouées. La guerre constitue donc un champ d’étude privilégié pour aborder la question de la transgression.

Pourtant, peu de recherches y ont été jusque-là consacrées ; si, dans ses formes et manifestations, la violence ordinaire ou extrême sur le champ de bataille a pu faire l’objet d’une attention particulière, l’historiographie s’est en définitive peu intéressée aux mécanismes de déclenchement ainsi qu’à la construction de l’intolérable dans ou en marge des conflits armés. L’ouvrage a pour objectif de préciser les contours du sujet, d’en déterminer la portée et, ce faisant, d’ouvrir des pistes de recherche.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=5110

Podcast : Peter Morel et les condottieres

Dans l’épisode n° 47 du podcast Passion Médiévistes, Peter Morel fait découvrir aux auditrices et auditeurs l’Italie des Renaissances et le phénomène des condottières, capitaines mercenaires et princes. Entre « Renaissances » en contexte et condottières en situation, entre histoire militaire, politique et culturelle, nous vous invitons à écouter cet épisode et à lire l’article qui leur sont consacrés en vous connectant au lien suivant : https://passionmedievistes.fr/ep-47-peter-condottieres/

Peter MOREL est étudiant de deuxième année au sein du Master Histoire « Normes, Cultures, Pouvoirs » hébergé par le CERHiC. Il prépare actuellement un mémoire consacré à Bartolomeo Colleoni (v. 1395-1475) : Vie et mort d’un condottière dans l’Italie des Renaissances (XIVe-XVe siècles) sous la direction d’Isabelle Heullant-Donat, Professeure des Universités en Histoire Médiévale à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Légende de l’image :

Simone Martini, Guidoriccio da Fogliano, fresque, (340×968 cm), Sienne, Palazzo Pubblico, Sala del Mappamondo, v. 1330.

Sabrina Vincent et les voyages d’Antoine Galland

Pour le podcast Passion Modernistes, Sabrina Vincent emmène les auditeurs sur les traces d’Antoine Galland (1646-1715), surtout connu comme le traducteur des Mille et Une Nuits, mais aussi l’un des grands érudits voyageurs en Orient à la fin du XVIIe siècle.

Sabrina Vincent a consacré aux voyages d’Antoine Galland son mémoire de Master recherche, préparé à l’université de Reims Champagne-Ardenne sous la direction d’Aurélien Girard et de Mathieu Grenet, et soutenu en 2018.

Pour écouter l’émission, suivez ce lien :

https://passionmedievistes.fr/episode-17-sabrina-antoine-galland/

Image : Dictionnaire français-turc d’Antoine Galland, sur Gallica.bnf

A Ecouter : La guerre, la peur

Jean-Noël Jeanneney a reçu Nathalie Barrandon (CERHiC) dans l’émission « Concordance des temps » sur France Culture le 18 janvier, pour un dialogue d’une heure sur les horreurs de la guerre dans la Rome antique à partir de son livre Les massacres de la République romaine (2018).

Pour écouter l’émission à partir du site de France Culture, suivre ce lien

Pour le podcast « Paroles d’histoire » du 29 janvier, André Loez a évoqué l’oeuvre de l’historien Jean Delumeau avec Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil) et Isabelle Poutrin (CERHiC).

Spécialiste des mentalités religieuses aux XVe-XVIIIe siècles, Professeur au Collège de France, Jean Delumeau 1923 – 13 janvier 2020) laisse une oeuvre monumentale marquée par La peur en Occident (1978), Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité en Occident (1989), ainsi que des livres de réflexion sur le catholicisme et l’Eglise.

Pour écouter l’émission à partir du site de Paroles d’histoire, suivre ce lien

Table Ronde « Ecrits, pouvoirs et sociétés », 16 janvier à la BIS

Claire Angotti, MCF en histoire médiévale

participera à la table ronde organisée dans le cadre de la préparation de la question d’histoire médiévale « Ecrits, pouvoirs et société en Occident du XIIe au XIVe siècle » (CAPES d’histoire – géographie et Agrégation d’histoire, 2020)

avec Paul Bertrand, Geneviève Bührer-Thierry, Pierre Chastang, Didier Lett et Olivier Mattéoni,

le jeudi 16 janvier 2020 de 18 à 20 heures.

Lieu : BIS, Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e. Inscription obligatoire.

Le podcast de la table ronde est en ligne en suivant ce lien

Publication : Faire Musée d’une histoire commune

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution aux éditions du Seuil de l’ouvrage Faire musée d’une histoire commune, dirigé par Patrick Boucheron et Romain Bertrand, coordonné par Emmanuel Blanchard, Delphine Diaz (membre du CERHiC),  Anouche Kunth et Camille Schmoll.

Ce livre est issu des travaux menés parle comité scientifique chargé de la refonte des galeries permanentes du Musée national de l’histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée).

 

Ce livre a été présenté le 22 novembre 2019 par Patrick Boucheron et Delphine Diaz dans le cadre de l’émission « Le Cours de l’histoire » (Xavier Mauduit), sur France Culture.

Pour réécouter l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/actualites-faire-musee-dune-histoire-commune-et-il-etait-une-fois-les-revolutions

 Présentation du livre par Patrick Boucheron :

« Pourquoi tant de spécialistes reconnus ont-ils décidé de nous suivre et de nous faire confiance dès la première réunion de notre comité ? Sans doute parce que chacun a senti que ce musée, qui ne saurait être le musée des autres, mais doit au contraire être le musée d’un “nous” moins étriqué et plus respirable, n’est pas non plus un musée comme les autres. Au moment où les débats politiques en France et en Europe sont faussés par des crispations idéologiques qui éloignent sans cesse les discours publics d’une mesure seine et juste de la réalité, c’est sans conteste le musée d’histoire dont nous avons besoin. Et puisqu’on en a besoin, d’influentes forces politiques tenteront encore de faire en sorte qu’il soit bridé dans ses ambitions.
Nous avons choisi de disposer dans l’espace des récits, pour dire ici, maintenant, depuis longtemps, “ça a eu lieu”, “ça a lieu là” – il y a lieu de considérer cette histoire. Nous proposons donc ici quelque chose comme une volte-face : par une ruse de l’histoire récente, le Musée national de l’histoire de l’immigration est installé dans le pavillon amiral de l’Exposition coloniale de 1931. Ce piège à regards, chambre noire de l’histoire coloniale, doit désormais se transformer en machine à ouvrir les yeux. Le musée doit investir son lieu car il lui faut affronter son histoire. Il ne s’agit pas, bien entendu, d’imposer à l’histoire des immigrations une surdétermination coloniale : cette histoire ne peut être que mondiale par vocation et comparatiste par méthode. Il s’agit de prendre la mesure du buissonnement, de la bigarrure dont nous sommes issus. On doit pouvoir s’y retrouver mais pas pour cultiver le petit lopin tranquille des identités. »

http://www.seuil.com/ouvrage/faire-musee-d-une-histoire-commune-collectif/9782021441239

 

 

 

 

« L’exploration du monde » dans les Medias

A la suite de la publication de « L’exploration du monde. Une autre histoire des grandes découvertes », annoncée dans ce carnet, le CERHiC signale deux émissions de radio :