Archives de catégorie : Publications

Publication : Je maintiendrai. Femmes, nobles et Françaises, 1914-1919.

Le CERHIC est heureux d’annoncer la publication du dernier ouvrage de Bertrand Goujon, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine : Je maintiendrai. Femmes, nobles et Françaises. 1914-1919, paru aux éditions Vendémiaire (Paris) le 6 octobre 2022, publié avec le soutien du CERHiC et du Centre National du Livre.

Présentation de l’éditeur :

ISBN : 978-2-36358-386-4
Prix de vente public : 30 €
912 pages.

Été 1914. L’attentat de Sarajevo met un coup d’arrêt brutal aux flamboyantes mondanités de la Belle Époque. Déchirées par les séparations qu’occasionne la mobilisation, ouvrant pour certaines leurs châteaux aux blessés militaires et aux réfugiés, poussées parfois sur les routes par l’avancée allemande, baronnes, marquises, duchesses, princesses, comtesses et vicomtesses ne sont pas toutes épargnées par les pillages et les bombardements. En l’absence des hommes, il leur faut aussi assumer la gestion des patrimoines et entretenir les réseaux d’influence.

Si d’aucunes trouvent espérance et consolation dans leur foi et leur patriotisme, nombre d’entre elles tiennent le « front intérieur » et, en sus de soutenir leurs proches enrégimentés, s’engagent auprès des soldats et des victimes civiles, au sein de la Croix-Rouge ou au travers d’œuvres de guerre, tandis que d’autres résistent à l’occupant en zone envahie.

Pour la plupart, l’essentiel reste néanmoins de maintenir leur rang, fragilisé par une hécatombe qui a décimé leurs fils et époux, mené certaines au bord de la ruine et conduit d’autres à la mésalliance.

Fort d’une immense masse d’archives (correspondances, journaux intimes, chroniques mondaines…), Bertrand Goujon retrace des trajectoires individuelles et collectives au sein d’un groupe social jusqu’à présent négligé, apportant une contribution essentielle à l’histoire des femmes dans la Grande Guerre.

Pour commander le livre sur le site de l’éditeur, cliquez ici

Publication : Pierre de Jean Olivi, Sur les lois de l’Ancien Testament

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer l’édition, réalisée par Elsa Marmursztejn, d’un ensemble de textes du franciscain Pierre de Jean Olivi (XIIIe siècle).

Pierre de Jean Olivi, Sur les lois de l’Ancien Testament. Quatre questions disputées. Traité sur les préceptes cérémoniels. Neuf points sur les préceptes judiciels. Mystère du parcours de la Loi et de la Synagogue. Présentation, édition et traduction du latin par Elsa Marmursztejn, Paris, Les Belles Lettres, 2022.

Elsa Marmursztejn est Maîtresse de conférences HDR en histoire du Moyen Âge et membre du CERHiC.

Pierre de Jean Olivi (Petrus Joannis Olivi, 1248-1298) est un religieux franciscain et un théologien français du Moyen Âge qui a exercé une influence considérable sur les Franciscains du Languedoc et sur les Béguins qui les entouraient. C’est l’une des figures les plus marquantes, tant de l’histoire intellectuelle occidentale que de l’histoire religieuse du Languedoc dans la deuxième moitié du XIIIe siècle.

Ces textes de Pierre de Jean Olivi, rédigés dans les dernières années de sa carrière, offrent une version scolastique de la doctrine chrétienne sur la nature et le statut de la Bible hébraïque. Quatre questions disputées portent sur la pertinence des différents types de préceptes. Suit un dossier composite, sans doute constitué par le théologien en vue de la rédaction des questions ou d’un traité perdu ou jamais écrit. Sous des angles variés, ces textes visent à rendre raison des lois de l’Ancien Testament, imparfaites quoique données par Dieu et dont le christianisme se présentait comme l’accomplissement.

La contribution d’Olivi à la réflexion sur la « Loi ancienne » est marquée par sa dépendance envers Thomas d’Aquin et par l’usage du Guide des égarés de Maïmonide, enrôlé dans l’effort scolastique de rationalisation de la Loi et de construction du sens chrétien. Dans le contexte languedocien de la fin du XIIIe siècle, l’usage et la discussion des interprétations maïmonidiennes suggèrent la possibilité de contacts avec des juifs réels. Outre les différents niveaux de contexte (biographique, scolastique, local), la présentation traite des singularités matérielles des textes et des vicissitudes de leur transmission, et envisage les représentations des juifs produites par le discours sur la Loi.

Livrant la pensée sur le judaïsme d’un théologien majeur de la fin du XIIIe siècle, ces textes intéressent tout à la fois l’histoire du travail scolastique, celle des approches chrétiennes de la Bible hébraïque et celle des relations entre juifs et chrétiens au Moyen Âge.

Lien vers le site de l’éditeur : https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251452555/sur-les-lois-de-l-ancien-testament

A VOIR sur ARTE : Claire Angotti et Les Bésicles

L’émission “Faire l’histoire – Par le prisme des objets” s’intéresse cette semaine aux bésicles, ancêtres des lunettes de vue.

Spécialiste de la culture savante et des bibliothèques médiévales, Claire Angotti nous accompagnera dans l’univers des lecteurs et de leurs indispensables auxiliaires, les bésicles.

Filles des premières loupes ou “pierres de lecture” du Moyen Âge monastique, les bésicles accompagnent l’invention du papier et la banalisation du recours à l’écrit. Elles sont alors associées à l’érudition et au savoir. Mais comme elles proposaient une vision déformée, elles sont peu à peu devenues le symbole du charlatanisme. Dans la peinture de la fin du Moyen Âge, elles sont surtout associées aux voleurs et aux escrocs. Faire l’histoire des lunettes, c’est donc s’intéresser à l’histoire des représentations, à l’histoire de la lecture, et saisir de façon originale les transformations qui affectent l’Occident à la fin de l’époque médiévale.

Faire l’histoire. Les bésicles, quand le savoir devient pouvoir”, réalisé par Tamara Erde, 2020. Sur la chaîne ARTE le 7 mai 2022 à 18 h 15 et en replay à la rubrique “Documentaires et reportages” : https://www.arte.tv/fr/videos/098870-002-A/faire-l-histoire/

Les Nocturnes de l’histoire à Reims, 30 mars

A l’occasion des Nocturnes de l’Histoire, les historiennes et historiens de Reims invitent le public afin de partager leurs recherches aux Archives départementales de Reims et pendant une promenade en centre- ville. La participation est gratuite, sur inscription préalable.

L’objectif des Nocturnes de l’Histoire est de promouvoir une diffusion large du savoir historique en valorisant des manifestations de qualité et en rendant accessibles les résultats de la recherche au public le plus large. Les quatre sociétés d’historiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (SoPHAUSHMESPAHMUFAHCESR) souhaitent ainsi favoriser les initiatives locales émanant de laboratoires de recherche, de sociétés savantes, d’institutions culturelles, de réseaux d’étudiants, d’équipes pédagogiques et de particuliers passionnés d’histoire.

15h30-17h : présentation de documents historiques remarquables (Archives départementales de la Marne, site de Reims, 44 avenue de l’Yser) *.

  • Véronique Beaulande-Barraud (professeure en Histoire médiévale, Université Grenoble-Alpes / LUHCIE) : « Des sources locales pour l’histoire religieuse médiévale et moderne, du terrier de l’archevêché au registre de profession des clarisses de Reims ».
  • Pierrick de Saint-Vaast (doctorant en Histoire contemporaine, URCA / CERHiC) : « Les dossiers de dommages de guerre au titre des destructions de la Première Guerre mondiale ».

17h30-19h : déambulation urbaine dans le centre historique de Reims, avec présentations de travaux de recherche récents ou en cours sur des lieux majeurs, insolites ou oubliés de l’histoire rémoise.

  • Julien Herbiet (ancien étudiant du Master « Normes, cultures, pouvoirs », URCA) : « La gare, un terrain d’action our les forces de l’ordre rémoises sous la Troisième République » (gare SNCF Reims centre, parvis Reims centre ville).
  • Jean-Luc Bastien (maître de conférences en Histoire ancienne, URCA / CERHiC) : « Durocortorum : la ville de Reims durant le Haut-Empire romain » (porte de Mars).
  • Bertrand Goujon (maître de conférences HDR en Histoire contemporaine, URCA / CERHiC) : « Les élites du négoce en vins de Champagne dans la société et l’espace rémois au XIXe siècle » (angle de la rue Coquebert et du boulevard Lundy).
  • Laurent Chenaux (ancien étudiant du Master « Normes, cultures, pouvoirs », URCA) : « Le commerce vestimentaire bourgeois à Reims au tournant des XIXe et XXe siècles » (angle de la rue de l’Arbalète et de la rue du Docteur Jacquin).
  • Julien Bortolussi (doctorant en Histoire moderne, Université Paris-Nanterre / MEMO) : « Les historiographes rémois au XVIIe siècle » (place des Loges Coquault).
  • Véronique Beaulande-Barraud (professeure en Histoire médiévale, Université Grenoble-Alpes / LUHCIE) : « Ermine de Reims, une visionnaire à la fin du Moyen Âge » (angle de la rue Gambetta et de la rue de Venise).

19h30-21h : conférence de Jean-François Boulanger (Directeur honoraire de l’UFR Lettres et Sciences Humaines de l’URCA) : « Reims, ville ouvrière, aux XIXe et XXe siècles » (Maison de la Vie Associative, 122bis rue du Barbâtre) *.

Inscription et contact : nocturnes.reims@gmail.com

* pass vaccinal obligatoire

Avec le soutien financier du Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC, EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne, du LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Culture Italie Europe, EA 7421), et de l’APHG (Association des professeurs d’histoire et de géographie).

Photo mise en avant : Porte de Mars, Reims, 2012.
Porte Mars © Carmen Moya 2012

Publication : Dictionnaire du fouet et de la fessee

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication du livre dirigé par Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset, Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, Paris, Puf, 2022.

La violence exercée sur autrui dans le but de dresser, d’éduquer, de corriger ou de punir englobe des pratiques très anciennes (coups, fouet, privations, enfermement) et d’autres plus caractéristiques d’une époque, comme le bonnet d’âne dans l’école de la Troisième République. Certaines, comme la gifle et la fessée, semblent si banales qu’on ne les perçoit pas d’emblée comme des objets d’histoire. Jusqu’à ces dernières décennies, cette violence infligée dans le cadre de la maisonnée, distincte et complémentaire de la violence de l’État, n’était contestée que lorsqu’elle était manifestement excessive. Le « droit de correction » était considéré comme un pilier de l’ordre social, exprimant l’autorité des parents sur leur enfant, du mari sur sa femme, du maître sur son élève, son apprenti ou son esclave.

À travers 248 exemples tirés de l’histoire, de l’art, du droit, de la littérature ou du cinéma, ce dictionnaire propose une plongée dans l’histoire du droit de correction de l’Antiquité à nos jours. Il analyse des thèmes aussi divers que la parentalité, le couple, l’éducation, le corps, l’érotisme, le monde du travail ou la condition animale, éclairant ainsi les récents débats sur la prévention des violences conjugales ou sur la loi « anti-fessée » de 2019.

L’Introduction rédigée par Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset (p. XI-XXVI) est suivie des 248 entrées, de “Abus et excès (XVIe-XVIIIe siècle)” à “Violences éducatives ordinaires”.

Isabelle Poutrin est professeure d’histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur la conversion religieuse aux XVIe-XVIIe siècles en Espagne et en Italie. Elle est l’autrice aux Puf de Convertir les musulmans. Espagne 1491-1609 (2012).

Élisabeth Lusset est chargée de recherche en histoire du Moyen Âge au CNRS. Ses travaux portent sur le gouvernement de l’Église, les ordres religieux et la justice au Moyen Âge. Elle est notamment l’autrice de Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) (Brepols,2017).

Le Dictionnaire a été préparé depuis 2018 par un comité scientifique formé de Véronique Beaulande-Barraud (Université de Grenoble-Alpes), Jean-Baptiste Bonnard (Université de Caen Normandie), Emmanuelle Chapron (Aix-Marseille Université), Julie Doyon (Université de Sorbonne Paris Nord/Université de Fribourg), Julien Dubouloz (Aix Marseille Université), Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne), David Niget (Université d’Angers), Diane Roussel (Université Gustave Eiffel), outre les deux directrices d’ouvrage.

Parmi les 164 spécialistes qui ont contribué à ce Dictionnaire, on compte six enseignants-chercheurs titulaires ou associés de laboratoires de l’Université de Reims-Champagne-Ardenne (CEREP, CIRLEP, CRIMEL, CERHiC) : Alexie Geers (“Pernoud, Laurence”), Isabelle Heullant-Donat (“Ascèse”, “Flagellants”), Agnès Millot (“Public Schools”), Yann Philippe (“Slapstick”), Isabelle Poutrin (“Age de raison”, “Ancône”, “Châtiment des quatre piquets dans les colonies”, “Esclaves (Moyen Âge)”, “Femmes tondues”, “Fessée”, “Fouet”, “Pédagogie noire”, “Peur révérencielle”, “Privation”), et Karin Ueltschi (“Père Fouettard”, “Fabliaux”) – ainsi que d’anciens membres du département d’histoire de Reims : Véronique Beaulande-Barraud, Sylvie Joye, Diane Roussel, Caroline Muller, Jan Synowiecki, Elisabeth Lusset.

Philippe Buton présente l’Histoire du gauchisme

Philippe Buton, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHIC, sera à la librairie Guerlin (70, place Drouet d’Erlon) à Reims le mercredi 8 décembre à partir de 17 heures, pour une conférence-débat autour de son dernier ouvrage Histoire du gauchisme. L’héritage de Mai 68 (Paris, Perrin, 2021) suivie d’une séance de signature.

Présentation du livre :

En à peine quelques semaines, ce courant politique devient le porte-parole de la jeunesse et partant de toute une génération. Sous cette bannière se rassemblent les mouvances anarchiste, maoïste et trotskyste, divisées en de multiples groupes qui émergent à la fin des années 1960 (Gauche prolétarienne, Ligue communiste, ORA, OCI, PCMLF…). Derrière ce gauchisme politique se déploie aussi tout un gauchisme culturel, avide de secouer le vieux monde et de changer la vie. Que reste-t-il aujourd’hui dans notre société de cette force politique et de ces aspirations libertaires ?
Dans cette synthèse historique totalement inédite, Philippe Buton répond à cette question et à bien d’autres avec une grande clarté. Retraçant l’aventure du gauchisme, il montre que ce mouvement a certes été uni, notamment autour d’une croyance en une révolution proche et radicale, mais aussi profondément divisé par une multitude de querelles. Il expose également qu’après le « printemps rouge et noir », ce courant est brusquement devenu une réalité tangible que des acteurs traditionnels – la police, l’armée et la gauche parlementaire particulièrement – ont eu bien du mal à prendre en compte. Enfin, il établit que les gauchistes ont été à la pointe de nombreux combats sociaux qui nous animent encore aujourd’hui, notamment la défense des droits des femmes et l’émergence de la conscience écologique. En revenant sur les évolutions politiques du mouvement gauchiste mais aussi sur ses conséquences culturelles et sociales, Philippe Buton dépeint avec brio la France d’une jeunesse bouillante et militante qui, pendant près de dix ans, a cru en l’avènement d’un monde nouveau.

Delphine Diaz, “En Exil” dans les medias

Retrouvez Delphine Diaz et son dernier ouvrage En Exil (Folio Gallimard, 2021) dans les médias :

Sur France 5, dans l’émission C ce soir du 17 novembre, sur le thème “Migrants : la grande instrumentalisation” ?

https://mobile.france.tv/france-5/c-ce-soir-le-debat/…

Sur France Culture, dans l’émission Le Temps du Débat animée par Emmanuel Laurentin, en compagnie du philosophe Raffaele Simone le 15 novembre, dans la série Les termes du débat, 11/44 : “Migrants”

https://franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/les-termes-du-debat-11-44-migrants…

Au micro d’André Loez pour le podcast “Paroles d’histoire” (1er novembre), épisode 219 “Exilés et réfugiés d’Europe” :

http://parolesdhistoire.fr/index.php/2021/11/01/219-exiles-et-refugies-en-europe-avec-delphine-diaz/

Sur RFI le 6 novembre, dans l’émission “Une semaine d’actualité” animée par Amélie Beaucour :

https://www.rfi.fr/fr/podcasts/une-semaine-d-actualit%C3%A9/20211105-delphine-diaz-historienne-en-exil-les-r%C3%A9fugi%C3%A9s-en-europe-de-la-fin-du-xviiie-si%C3%A8cle-%C3%A0-nos-jours

Publication : En Exil

Le CERHiC a la joie d’annoncer la parution du livre de Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine / IUF, et membre du CERHiC :

En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours,

Paris, Gallimard, coll. Folio histoire (n° 312), 2021, 528 p.

À l’heure où la « crise migratoire », parfois qualifiée de « crise de l’asile », n’en finit pas de diviser les États et les sociétés en Europe, cet ouvrage entend redonner une profondeur historique à une question d’actualité.

Il interroge les multiples dénominations et représentations relatives aux « migrants » partis sous la contrainte, en allant de l’« exilé », du « proscrit », au « demandeur d’asile » et au « réfugié ». On y entend résonner les discours prononcés par des proscrits qui ont marqué leur temps, les échos des œuvres littéraires que les exilés nous ont laissées en héritage, depuis Les Châtiments de Victor Hugo jusqu’à Persépolis de Marjane Satrapi, mais on distingue aussi le murmure anonyme des « sans-État », souvent dénigrés et rejetés.

Le livre donne enfin la part belle aux oubliés de la migration – femmes, enfants et vieillards –, pourtant largement impliqués dans cette histoire en mouvement. Grâce à un parcours chronologique qui commence avec les insurrections et révolutions de la fin du XVIIIe siècle et s’achève avec le temps présent de la migration contrainte, ce récit transnational de l’histoire des réfugiés donne vie et corps aux exilés d’hier et d’aujourd’hui : il restitue leur expérience collective mais aussi la singularité de leurs parcours européens.