Archives de catégorie : Publications

Publication : “Eloigner et expulser les étrangers au XIXe siècle”.

L’équipe du programme AsileuropeXIX a le plaisir de vous annoncer la parution, dans le numéro 33 de la revue Diasporas, du dossier “Eloigner et expulser les étrangers au XIXe siècle” dirigé par Delphine Diaz (MCF à l’Université de Reims Champagne Ardenne) et Hugo Vermeren (Ecole française de Rome).

Ce dossier invite à penser ensemble les différentes mesures d’éloignement et d’expulsion prises à l’encontre des étrangers au XIXe siècle sur le continent européen, dans certains espaces coloniaux, mais également en Amérique latine. Les neuf contributions d abordent ainsi les politiques et les pratiques de l’éloignement des étrangers dans toute leur pluralité et leur complexité, montrant combien l’histoire de l’accueil et de l’intégration des étrangers est aussi une histoire de rejets profondément enracinés dans les processus de construction des États-nations et des territoires coloniaux au XIXe siècle. Une attention particulière est également portée aux étrangers visés par les procédures d’éloignement à travers les formes de mobilisations individuelles et collectives pour dénoncer et contester ces décisions prises à leur encontre.

Image de couverture : Chagot, « Les peuples sont pour nous des frères », Le Journal du Rire, 10 octobre 1851.

SOMMAIRE

L’expulsion comme mesure administrative et outil du contrôle migratoire

Delphine Diaz, Hugo Vermeren, Introduction.

Delphine Diaz, « Les expulsions de réfugiés étrangers. Pratiques administratives et mobilisations de l’opinion publique, France, 1832-1852 ».

Torsten Feys, « International railroads and human mobility controls at the Franco-Belgian border (1840s-1860s) ».

Élie-Benjamin Loyer, «Expulser les indésirables. Un aspect de la gestion des populations immigrées sous la Troisième République (1880-1939) ».

Expulsions individuelles, expulsions collectives en Europe et Amériques

Fabrice Bensimon, « À bas les Anglais ! ». Mobilisations collectives contre des Britanniques, de la monarchie de Juillet à la révolution de 1848 ».

Edward Blumenthal, «Droit d’asile, droit d’expulsion et représentations de l’exilé en Amérique duSud au XIXe siècle ».

Romy Sánchez, « Expulser les étrangers d’outre-mer. Le cas de Cuba, 1840-1880 ».

Négocier, contester l’expulsion

Antonin Durand, « Éloigner les Barabbas ». Sur une campagne d’expulsion d’étrangers enPiémont en 1853 ».

Thomas C. Jones, « A “coup d’État” in Jersey? Rethinking the Jersey expulsions of 1855 ».

Jeanne Moisand, « Que faire d’exilés indésirables ? Les cantonalistes espagnols en Algériefrançaise (1874) ».

Conclusion: Laurent Dornel, « Pour une histoire comparée et diachronique de l’expulsion ».

Publication : Marc Venard historien

Marc Venard, historien. Sous la direction de Anne Bonzon, Isabelle Poutrin, Alain Tallon et Catherine Vincent. Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection “Histoire”, 2019, 291 p. ISBN : 978-2-7535-7750-3.

Par sa personnalité et son oeuvre, Marc Venard (1929-2014) s’est imposé dans sa génération comme un historien de tout premier plan, qui a contribué au renouvellement des études sur le christianisme au temps des Réformes. Sa méthode, sa réflexion, les voies qu’il a ouvertes par ses travaux sur les confessions, la controverse entre Catholiques et Protestants, les cadres et les pratiques religieuses au XVIe siècle ont marqué et marquent encore profondément la recherche. Les contributions d’amis et d’anciens élèves réunies dans ce volume présentent et prolongent les diverses facettes d’un historien engagé au coeur de son temps et l’activité foisonnante d’un chercheur averti, à la plume incisive, fédérateur d’entreprises collectives qui continuent de se montrer fécondes.

La publication de l’ouvrage a été préparée par :

Anne Bonzon, maître de conférences HDR en histoire moderne (Université de Paris 8 – Vincennes Saint-Denis), secrétaire de la Société d’histoire religieuse de la France,

Isabelle Poutrin, professeur d’histoire moderne (CERHiC, Université de Reims Champagne Ardenne) / IUF,

Alain Tallon, professeur d’histoire moderne, doyen de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université,

Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge (Université Paris Nanterre), IUF senior honoraire, présidente de la Société d’histoire religieuse de la France.

Ont contribué à ce volume (par ordre de publication) : Anne Bonzon, Alain Tallon, Nicole Lemaitre, Bernard Barboche, Thierry Amalou, André Vauchez, Dominique Julia, Joseph Bergin, Isabelle Poutrin, Françoise Thelamon, Régis Bertrand, Luc Daireaux, Christian Grosse, Marc Mudrak, Virginia Reinburg, Julien Ferrant, Catherine Vincent, Stefano Simiz, Nicolas Guyard, Philippe Martin, Philippe Boutry.

 

 

Publication : Reinterpreting Indology and Indian History

Le CERHIC a le plaisir de vous annoncer la parution de Reinterpreting Indology and Indian History. Institutions, Intentions, Sources and Issues, ouvrage collectif publié sous la direction du Professeur Radha Madhav Bharadwaj (University of Delhi), en association avec Bruno Restif (Maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC) et le Yuthika Mishra, Professeure associée à l’université of Delhi.

Ce volume compte dix-neuf contributions qui dans leur majorité sont dues à des historiens indiens. Une première partie est consacrée à des institutions qui ont permis le développement de l’indianisme, une deuxième traite de quelques problématiques majeures qui ont caractérisé les études indiennes, une troisième partie enfin souligne le grand nombre de sources qui peuvent être mises à contribution pour une meilleure connaissance de l’histoire de l’Inde et de ses relations avec l’Occident.

Reinterpreting Indology and Indian History. Institutions, Intentions, Sources and Issues, dir. Radha Madhav Bharadwaj (editor, University of Delhi), Bruno Restif (associate editor, Université de Reims Champagne-Ardenne) et Yuthika Mishra (associate editor, University of Delhi), New Dehli, Pratibha Prakashan, 2019. ISBN : 8177024442 / 9788177024449.

La contribution de Bruno Restif, intitulée intitulé « The body in prayer in pictures and in front of images. Western practices and Indian reflections (15th-17th centuries) », propose d’exploiter de façon croisée les sources iconographiques européennes et indiennes au travers d’une méthode d’anthropologie historique.

Cet ouvrage a bénéficié du soutien financier du CERHIC-EA 2616 et de l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Cette collaboration a été soulignée et appréciée lors de la présentation officielle de l’ouvrage à la University of Delhi fin 2018.

Référence complète : Reinterpreting Indology and Indian History. Institutions, Intentions, Sources and Issues, Radha Madhav Bharadwaj (editor, University of Delhi), Bruno Restif (associate editor, Université de Reims Champagne-Ardenne) et Yuthika Mishra (associate editor, University of Delhi), New Delhi, Pratibha Prakashan, 2019. http://pratibhabooks.com/ ISBN : 8177024442 / 9788177024449).

Publication : A l’Assemblée comme au théâtre

Le CERHiC a le plaisir de vous annoncer la publication du livre de Noémie Villacèque (membre du CERHiC, maîtresse de conférences en histoire ancienne) :

A l’assemblée comme au théâtre. Pratiques délibératives des Anciens, perception et résonances modernes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “Hors série”, 2018.

ISBN : 978-2-7535-7311-6

Au livre III des Lois, Platon fustige le comportement du public au
théâtre, en regrettant que le « domaine des Muses » ne constitue plus le pré carré de l’élite aristocratique. Or, pour le philosophe, cette intolérable « théâtrocratie » n’est pas la conséquence du régime démocratique que connaissait alors Athènes, bien au contraire : elle en est la cause. La démocratie trouverait ainsi ses origines au théâtre, où une populace inculte s’arroge le droit de porter, à grand bruit, des jugements esthétiques. Platon théorise là un lieu commun qui s’est développé dans les dernières décennies du Ve siècle et qui a la vie dure. Le préjugé selon lequel la théâtralité est le signe d’une dégradation de la vie publique, réduite ainsi à de la « politique-spectacle », a encore de nos jours la force de l’évidence. Or le spectacle n’est-il pas une nécessité de la pratique du pouvoir? Plus précisément, le théâtre ne permet-il pas de répondre aux exigences de ritualisation, de communauté et de publicité qui sont celles de la délibération démocratique ? C’est dans une perspective diachronique et pluridisciplinaire que ce volume interroge le statut et les enjeux de la théâtralité dans les pratiques délibératives en démocratie, de l’Athènes du VIIe siècle avant notre ère à l’Inde du XXIe siècle.

Crédits : Santuaire de Zeus, Donone (Mollossia, Grèce). Photo de Dan Diffendale sur Flickr, 2012.

Publication : La Maison d’Arenberg en France

Le CERHiC a le plaisir de vous annoncer la parution de La Maison d’Arenberg en France, ouvrage collectif publié sous la direction scientifique de Claude-Isabelle Brelot (Professeure émérite à l’Université Lumière Lyon 2) et de Bertrand Goujon (maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHiC-EA 2616).

Cet ouvrage, qui a été présenté à la Fondation Del Duca (Institut de France, Paris) sous les auspices de la Fondation d’Arenberg (Enghien, Belgique) en novembre 2018, donnera lieu à plusieurs conférences en région au cours de l’année à venir.

L’une d’elles se tiendra le samedi 6 avril 2019 dans la salle du Manège à Givet (Ardennes), à partir de 15 h 30, sur l’invitation de l’association « Ardenne wallonne ».

Isabelle Brelot, Bertrand Goujon (dir.), La Maison d’Arenberg en France, 2018, 2 vol., 704 p.
ISBN : 9789071868009
Pour commander le livre :
https://www.arenbergfoundation.eu/fr/livres/la-maison-darenberg-en-france

Présentation du livre :

Publication : Les livres des maîtres de Sorbonne

Le CERHiC annonce la publication du livre co-dirigé par Claire Angotti (membre du CERHiC, maître de conférences en histoire médiévale), Gilbert Fournier (IRHT) et Donatella Nebbiai  (IRHT) :

Les livres des maîtres de Sorbonne.  Histoire et rayonnement du collège et de ses bibliothèques du XIIIe siècle à la Renaissance,

Paris, Publications de la Sorbonne, 2018 (préface de Philippe Genet).

Ce livre a obtenu la 2e médaille du concours des Antiquités de la France, attribuée par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, et remise aux auteurs le 30 novembre 2018 à l’occasion de la rentrée solennelle de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.  

Le collège de Sorbonne a été créé en 1257 à Paris sous les auspices des pouvoirs royaux et pontificaux. Parmi les collèges séculiers, il innove en se dotant de bâtiments et de revenus réguliers et en accentuant sa vocation intellectuelle, dont la bibliothèque est le dispositif principal. Elle renferme plus de 1 000 volumes à la fin du XIIIe siècle et est organisée en deux dépôts, l’un destiné à la consultation sur place, l’autre au prêt, pour répondre aux besoins des sociétaires, des étudiants et des maîtres.

Cet ouvrage s’attache à étudier les livres du collège, de leur acquisition par les maîtres jusqu’à leur entrée dans l’établissement. Il analyse leur circulation au sein des divers dépôts et leurs usages par les sorbonistes ou par des lecteurs étrangers. Il éclaire les relations du collège avec son environnement institutionnel et social, et l’influence culturelle exercée par la bibliothèque du Moyen Âge à la Renaissance.

Deux instruments complètent cette publication : un guide codicologique sur les manuscrits du collège et une bibliographie exhaustive des travaux portant sur sa bibliothèque. Mobilisant plusieurs disciplines (histoire, littérature, sociologie et philosophie), ce livre offre les premiers jalons d’une histoire renouvelée des bibliothèques universitaires.

Pour en savoir plus, cliquer ici 

Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle

Parution du dossier « Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle », Hommes & Migrations, n° 1321, avril-mai 2018.

Ce dossier, fruit des travaux du programme AsileuropeXIX, met en lumière l’histoire de l’exil politique et de l’asile en Europe au XIXe siècle à travers les terminologies et les représentations utilisées pour désigner des migrations sous contraintes. Fondés notamment sur l’étude critique des corpus législatifs et administratifs, les articles montrent que les débats parlementaires et les mesures gouvernementales conditionnent l’accueil et le soutien financier des réfugiés à des catégories relevant de l’internement ou de l’assignation à résidence.

Consulter le numéro en ligne : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/8011-les-mots-de-l-exil-dans-l-europe-du-xixe-siecle

Imprimer le bon de commande : Bon de commande Hommes&Migrations

Sommaire du numéro :

Delphine Diaz, Alexandre Dupont : Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle

Delphine Diaz : Les réfugiés en France au prisme des circulaires du ministère de l’Intérieur (1830-1870)

Katarzyna Papiez : Adampol/Polonezköy, refuge et colonie agricole : un laboratoire de la polonité en exil dans l’Empire ottoman au XIXe siècle.

Alexandre Dupont : L’exil carliste espagnol dans le sud de la France des années 1970

Thomas C. Jones : Définir l’asile politique en Grande-Bretagne (1815-1870)

Edward Blumenthal : Les mots de l’exil dans le droit international au XIXe siècle, entre Amérique latine et Europe

Sylvie Aprile : Expériences et représentations de la frontière

Jeanne Moisand : De l’exilé honorable au criminel potentiel ?

Sänchez Romy et Jean-Louis Simal : Lexiques et pratiques du destierro : l’exil politique en péninsule et à l’Outre-mer, de 1814 aux années 1880

Maïté van Vyve : Les perceptions de l’étranger, du réfugié et de l’expulsé dans les débats parlementaires en Belgique (1835-1875)

Laure Godineau : Figures de l’exil dans les chansons et poésies communardes

 

Débats. Terres d’exil, terres d’asile (Europe méridionale, XIXe-XXIe siècle).

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du  dossier Débats. Terres d’exil, terres d’asile (Europe méridionale, XIXe-XXIe siècle)” dans les Mélanges de la Casa de Velázquez, n° 48-1, 2018, sous la direction de  Delphine Diaz, Jeanne Moisand  et Romy Sánchez.

Si la récente « crise migratoire » ou « crise de l’asile » connue par le monde méditerranéen et l’Europe a contribué à jeter un éclairage médiatique sur les millions de migrants et demandeurs d’asile qui rejoignent les côtes de l’Europe méridionale au péril de leur vie, cette couverture médiatique a tendu en revanche à occulter l’inscription de ces mobilités dans le temps long. Ce dossier des Mélanges de la Casa de Velazquez se propose d’étudier de manière conjointe les migrations et exils qui ont mis en mouvement les populations d’Europe méridionale, du XIXe siècle à nos jours, en montrant que cette partie du continent a été tour à tour terre d’exil et terre d’asile, tout en mettant en lumière des espaces traditionnellement considérés comme périphériques dans l’histoire de l’exil politique européen.

En s’intéressant de près aux espaces de la migration et aux itinéraires collectifs et individuels d’exilés qu’il s’attachera à reconstituer, les travaux présentés ici explorent des perspectives de recherche qui permettent de renouveler l’histoire des populations en mouvement, à travers une approche par classe d’âge ou par genre, ou par l’articulation d’une perspective historique avec une approche anthropologique des espaces et des sociétés d’accueil.

 Le dossier est consultable en ligne sur le site des Mélanges de la Casa de Velazquezhttps://journals.openedition.org/mcv/8013

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)