Archives de catégorie : CIRESFI

Colloque “Les spectacles forains”, 19-20 mars

Colloque international

Les spectacles forains en Europe, identités et circulation des pratiques : musique, théâtre, danse, acrobaties et marionnettes, 1660-1830.

Date et lieux : mardi 20 mars 2019 à l’Université de Reims, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13 ; mercredi 20 mars à Charleville-Mézières, théâtre de l’Ecole nationale supérieure des Arts de la marionnette.

Ce colloque international, organisé dans le cadre du programme CIRESFI (ANR 14-CE31-0017), envisage les spectacles forains d’Ancien Régime dans leur globalité et dans un contexte historique et géographique élargi. Il a pour objectif de s’interroger sur plusieurs aspects : peut-on dresser une typologie de ces spectacles ? Peut-on y discerner des spécificités, des particularités ou des invariants ? Dans le même esprit, le colloque étudie aussi bien les spectacles parisiens que ceux de province, en incluant les pérégrinations des forains eux-mêmes, et en débordant du strict cadre institutionnel des foires. Il s’attache également aux manifestations spectaculaires au sens large en ne se limitant pas au théâtre d’acteurs : marionnettistes, acrobates, sauteurs et danseurs de corde, dont il cerne les particularités.

Les spectacles forains présentent, en général, un mélange de numéros variés, allant des tours de passe-passe aux comédies de l’opéra-comique, des montreurs d’animaux aux théâtre de marionnettes, des « curiosités » et lanternes magiques aux spectaculaires acrobaties et danses de cordes, sans oublier les démonstrations des charlatans ou « opérateurs ». Ces numéros n’hésitent pas à mêler divers types d’intervenants, proposant des spectacles mixtes où se côtoient marionnettistes, acrobates, comédiens et danseurs.

La vie foraine s’organise en saisons, ce qui entraîne la circulation des artistes et des troupes dans le pays, un sujet qu’il s’agit de mieux éclairer. En effet, de nombreux documents d’archives, des témoignages, voire des comédies rapportent leurs pérégrinations ainsi que leurs démarches pour s’installer dans les villes et les foires, Des contacts s’établissent aussi avec d’autres pays européens : ces apports étrangers enrichissent les spectacles, comme le montre l’influence des comédiens italiens ou celle des pantomimes anglais attirés par les foires françaises.

Enfin, une attention toute particulière est portée à l’analyse contextualisée des lexiques employés pour désigner les spectacles et curiosités, les différents acteurs ou matériels mobilisés, en relation avec le programme « Terminologie multi- lingue des arts du cirque et des arts de la marionnette » de la chaire ICiMa.

Le colloque se propose donc de faire avancer la recherche sur le sujet par l’analyse et/ou la découverte de documents neufs issus des archives, de l’iconographie, des textes littéraires, historiques ou encore musicaux. De tels témoignages sont sûre- ment capables de renseigner à la fois sur le succès des jeux forains mais aussi sur leur nature, leur dramaturgie et leur richesse artistique.

Organisé par le projet ANR CIRESFI et la chaire ICiMa, co-portée par le Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne et l’Institut International de la Marionnette de Charleville- Mézières.

Ce colloque est organisé avec le soutien de l’ANR, du CERHIC (Université de Reims), du CETHEFI (Université de Nantes) et de l’IReMus (CNRS, Paris).

Télécharger le programme et l’affiche du colloque :

Organisation scientifique : Bertrand Porot Professeur de musicologie à l’université de Reims Champagne-Ardenne, membre du CERHiC.

Coordination, renseignements et contact :Marie-Hélène Morell : mh.morell@univ-reims.fr

Accès Reims : de Paris : TGV gare de l’Est, gare de Paris-Reims centre ou gare de Paris-Champagne Ardenne. Tram, lignes A et B, arrêt Croix-Rouge. En voiture : suivre direction « Campus Croix Rouge ».

Accès Charleville, depuis Paris : TGV Paris-gare de l’Est, gare de Charleville-Mézières.

Crédits photographiques : Foire parisienne, miniature de Louis-Nicolas et Henri-Joseph van Blarenberghe, v. 1778-1779, New York, Metropolitan Museum.

 

ANR CIRESFI – Bertrand Porot

Bertrand Porot, professeur des universités en musicologie à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC, est directeur de la partie Musicologie du projet “Contrainte et Intégration : pour une réévaluation des spectacles forains et italiens sous l’Ancien Régime” (CIRESFI ANR 14-CE31-0017), coordonné par Françoise Rubellin (Université de Nantes).

Le CERHiC est l’un des partenaires scientifiques de ce projet de recherche pluriannuel (2014-2018) financé par l’Agence nationale de la recherche.

Présentation du projet

Alors que Louis XIV a mis en place une politique culturelle fondée sur la centralisation et le monopole (seule l’Académie royale de musique pouvait donner des opéras et spectacles de musique et danse, seule la Comédie-Française peut donner des tragédies et comédies en français), deux autres théâtres réussirent pendant plus d’un siècle à exister et à se maintenir en dehors de ce système de privilège : la Comédie-Italienne et les théâtres de la Foire, qui se produisaient deux mois pendant les grands rassemblements commerciaux qu’étaient la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été.

Jalousés par les deux scènes privilégiées, ils connurent des crises majeures, des procès incessants, des expulsions, des destructions. Or l’histoire de la littérature a longtemps fait peu de place à ces deux théâtres, célébrant les classiques de la Comédie-Française, comme Voltaire et Beaumarchais, et minimisant tout ce que Marivaux doit à la Comédie-Italienne ; quant aux spectacles forains, ils n’ont jamais eu droit jusqu’à aujourd’hui à un chapitre dans un manuel scolaire. Pourtant ils sont partie intégrante du patrimoine dramatique français, et témoignent d’une extraordinaire inventivité face à la contrainte, générant de nouvelles formes dramatiques (pièces par écriteaux, monologues à plusieurs, pantomimes, opéra-comique, etc.) qui perdureront aux siècles suivants (depuis l’opérette jusqu’au karaoké). Si ces théâtres de la Foire, ainsi que tout un pan de la Comédie-Italienne, ont été largement sous-étudiés, c’est pour des raisons politiques, idéologiques mais aussi matérielles (sources d’archives manuscrites, souvent dispersées, musique perdue, des centaines de pièces inédites etc.).

Le projet repose en premier lieu sur une masse de ressources jusque-là inexploitées et inédites (près de 30000 pages de registres, actes notariés, procès-verbaux, comédies et opéras-comiques inédits).

En traitant ensemble pour la première fois la Comédie-Italienne et les théâtres forains, ces deux exclus du système des privilèges, il s’agira d’interroger d’une part les processus d’acculturation des Italiens et d’institutionnalisation (en 1762 la troupe de l’Opéra-Comique de la Foire fusionne avec la Comédie-Italienne ; l’Académie royale de musique cède en 1779 pour 30 ans le privilège de l’Opéra-Comique au Théâtre-Italien) et d’autre part les innovations artistiques inventées sous la contrainte par ces théâtres pour se maintenir.

Devant l’ampleur de ces archives, CIRESFI relève un défi technologique en faisant collaborer les spécialistes du théâtre avec des chercheurs réputés en STIC pour travailler à la création d’un outil de reconnaissance de l’écriture manuscrite, afin de faciliter la saisie de milliers de pages pour la construction d’une vaste base de données interactive. Il s’agit à terme de pouvoir mettre en relation tous les éléments et événements qui concernent un spectacle des théâtres de la Foire ou de la Comédie-Italienne, depuis le coût de la production (registres), les accessoires utilisés, les acteurs employés, la composition sociale du public, les airs (retrouver les partitions et les instruments utilisés par l’orchestre), les danses (retrouver les types de danse), le texte de la pièce (déchiffrer et étudier les manuscrits, analyser les marques des censeurs).

Ce programme ambitieux jette un regard résolument neuf sur des formes émergentes de création et sur les mutations de l’économie du spectacle ; il comporte des enjeux aussi bien esthétiques que sociaux. C’est un défi matériel et herméneutique pour montrer un autre visage culturel du patrimoine dramatique des Lumières que celui qui lui est académiquement consacré.

Pour en savoir plus, consultez le site dédié au projet CIRESFI