Archives de catégorie : Axe 3 : Modèles, cultures et transmissions

Axe 3 du contrat de laboratoire pour 2018-2022

 

Axe 3 : Modèles, cultures et transmissions

 

            Cet axe vise à poursuivre les recherches menées depuis plusieurs années au CERHiC sur l’histoire des savoirs et de l’école, d’une part, les normes artistiques, d’autre part, les pratiques religieuses enfin. L’objectif est désormais de développer des problématiques transversales à ces champs traités jusqu’ici de façon indépendante, à travers deux sous-axes. Si le premier s’inscrit dans la continuité du précédent quinquennal avec de nouvelles inflexions, le second a pour ambition de développer une approche interdisciplinaire absente du précédent programme. Tous deux s’attachent aux systèmes de pensée, aux processus de production, de transmission et d’appropriation des savoirs et des images. Ceux-ci prennent sens à travers des pratiques, des enjeux sociaux, politiques et religieux, des dispositifs visant à susciter l’adhésion. Ces recherches sont mises en œuvre dans le cadre d’une collaboration entre historiens de l’art, musicologues et historiens, avec ouverture à d’autres disciplines.

 

  1. Savoir, former, transmettre

 

           Il s’agit de combiner deux approches d’une histoire intellectuelle au sens large. L’une, « internaliste », s’intéresse à l’élaboration des savoirs, à leurs contenus et aux méthodes de travail. L’autre, « externaliste », réside dans une histoire sociale des milieux savants et scolaires, souvent polarisés par des institutions : l’école et l’université, mais aussi les bibliothèques et les musées. Les musicologues travaillent sur des institutions d’enseignement musical, en particulier la Schola cantorum parisienne au tournant des XIXe et XXe siècles, dont ils s’attachent à suivre les traces de l’enseignement théorique au sein des productions artistiques des compositeurs ayant fréquenté cette école. La comparaison avec d’autres établissements permet de faire émerger une normativité esthétique propre à chaque école.

Pour transmettre les savoirs, les lieux d’enseignement contribuèrent à les organiser en disciplines, traçant des frontières entre celles-ci générant parfois des conflits de territoires. Aux époques médiévales et modernes, les investigations portent d’une part sur la constitution de la théologie en discipline et sur les articulations entre sciences juridiques et théologiques. Le projet « AUGUSTINissimUS » proposé à l’ANR (résultat juillet 2017) explore comment les œuvres d’Augustin circulèrent dans les bibliothèques universitaires et alimentèrent la pensée médiévale. Pour les époques moderne (participation au programme « Babel – Rome. La nature du monde et ses langues dans la Rome du XVIe siècle », soutenu par l’Ecole française de Rome) et contemporaine, l’enseignement des langues sera envisagé dans ses pratiques et ses structures.

Productrices de normes pédagogiques, voire idéologiques, les institutions de formation des enseignants feront l’objet d’une attention particulière. À l’époque contemporaine, les transformations des écoles normales d’instituteurs et d’institutrices autour de Mai 1968 feront l’objet de travaux. Dans la perspective du cinquantenaire de Mai 68, leur étude sera prolongée par l’analyse, sur une échelle régionale (rompant ainsi avec le tropisme parisien), des agitations lycéennes et universitaires.

Mise en évidence par Michel Foucault, la fonction normalisatrice de l’école est aussi inhérente à l’institution. Elle sera étudiée en tenant compte des enjeux propres aux disciplines scolaires, aux stratégies des personnels ainsi qu’aux demandes des usagers, elles-mêmes en lien avec les mutations sociales et les transformations des mentalités. Les internats seront abordés dans cette optique. Par ailleurs, la question de la laïcité fera l’objet de travaux, en lien avec les mutations récentes et les débats sur sa définition même, des controverses qui témoignent de la concurrence des normes au sein même d’une notion réputée rassembleuse.

Enfin, signalons que ces problématiques trouveront un terrain particulièrement propice grâce au fait que le CERHiC a obtenu en 2016 la gestion scientifique du Centre de Recherche – Musée aubois d’histoire de l’éducation, dont les archives sont particulièrement riches (45 000 documents).

 

  1. Mises en images, mises en rituel

 

            L’objectif de ce sous-axe est de réunir des chercheurs du laboratoire spécialistes d’histoire ou d’histoire de l’art et de développer des collaborations avec d’autres chercheurs en SHS membres des autres laboratoires rémois ou d’autres institutions (particulièrement en anthropologie, sociologie, sémiotique, littérature, esthétique, droit), sans oublier le pôle ‘Arts’ de l’Université de Reims (ce qui permet d’intégrer aussi les arts du spectacle) qui devrait voir le jour. Il s’agit de développer une approche interdisciplinaire sur le socle des visual culture studies afin de faciliter et d’interroger la circulation de concepts entre disciplines, de croiser les approches sur des objets historiographiques riches mais complexes, d’expérimenter la possibilité de déplacements épistémologiques. La référence aux travaux sur la Visual Culture est donc explicite, s’inspirant tout particulièrement des recherches de Michael Baxandall, David Freedberg ou Hans Belting. L’intérêt est plus particulièrement porté ici au statut ontologique de l’image (dans la lignée de Georges Didi-Huberman), aux interactions entre esthétique et histoire sociale, à l’approche anthropologique qui lie l’image, le corps et le lieu. Comme l’indique le titre du sous-axe, l’accent est mis sur les processus de production, d’appropriation et d’activation qui font de l’image une réalité vivante et agissante à travers des pratiques sociales, religieuses et politiques. Ces mises en rituel de l’image, qui peuvent être doublées par des mises en image du rituel, sont aussi l’objet de conflits ou bien cristallisent des tensions déjà existantes. Les iconoclasmes contribuent à mettre en évidence les enjeux considérables de ces liens entre images et rituels, révélant crises et exclusions que la normalisation des images cherche à occulter ou donne à lire d’une manière qui est déterminée par l’idéologie, l’épistémè, les processus de domination, la nécessité de faire croire, mais aussi par l’histoire du regard. Les investigations portent sur la longue durée, questionnent la diversité des images, s’inscrivent dans des champs géographiques variés, visant aussi bien à mettre en valeur le patrimoine champenois qu’à étudier les rencontres et confrontations culturelles entre Européens et non-Européens sur cette question. Séminaire et journées d’étude permettent de mettre en œuvre ces recherches, également développées en lien avec le Centre de recherche du château de Versailles et le projet en humanités numériques « Versailles-Paris 1700 : visions allemandes ».