Archives de catégorie : Projets de recherche collectifs

Enfermements I, II et III.

Le programme de recherche « Enfermements. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux » vise à rapprocher analytiquement et à comparer ces institutions rassemblées sous la notion de « milieux clos », depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine.  Les résultats de ces travaux ont été présentés dans une série de publications : 

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset (dir.), Enfermements. Le cloître et la prison, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.72874

Dès le Moyen Age le claustrum et le carter, le cloître et la prison, ont été associés. Exaltant l’ascèse monastique, Bernard de Clairvaux, pour ne citer que lui, comparait déjà le monastère à une prison ouverte, où seule la crainte de Dieu retenait les moines. Aujourd’hui, les liens entre cloître et prison sont encore perceptibles dans le site exceptionnel de Clairvaux, ancienne abbaye cistercienne fondée au XIIe siècle et transformée en centre pénitentiaire au XIXe siècle. Dans les années 1960-1970, penseurs des institutions répressives et historiens du monachisme ont âprement polémiqué sur l’analogie entre cloître et prison. Afin de dépasser les apories de ces controverses et de renouer les fils du dialogue interrompu entre historiens du cloître et historiens de la prison, cet ouvrage propose une histoire commune des deux enfermements. Il explore les conceptions et les valeurs associées à l’enfermement, les particularités de la vie en milieu clos, la sociologie des groupes exposés à l’enfermement, dans l’ensemble de l’Europe, de l’Espagne à la Saxe et de l’Angleterre à l’Italie, entre le VIe et le XVIIIe siècle. Faisant appel aux meilleurs spécialistes internationaux de ces questions, il privilégie les vues synthétiques plutôt que les études de cas. Il dessine enfin les renouvellements historiographiques intervenus depuis quatre décennies dans les domaines de l’histoire du droit, de l’histoire sociale et de l’histoire religieuse.

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (IVe-XIXe siècle), Paris, Publications  de la Sorbonne, 2015.

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.56453.

D’évidence, il n’y a pas d’enfermement sans règle. L’un des traits communs aux mondes clos est que ceux qui y vivent doivent obéir à des normes fortes, qu’il s’agisse de la règle monastique, de la règle hospitalière ou du règlement de prison. Reprenant l’étude comparée des enfermements religieux et carcéraux esquissée par les sciences sociales dans les années 1960 et 1970, le présent ouvrage, qui fait suite au volume Enfermements. Le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle) publié en 2011, explore la place que prennent les règlements et les normes dans les cloîtres comme dans les prisons. Par une méthode comparée systématique, il montre toutes les nuances de cette histoire sur la longue durée, entre IVe et XIXe siècles, et dans toute l’Europe, des Iles Britanniques à la péninsule ibérique. A cet effet, il interroge la nature de la règle et historicise sa mise en texte, avant de comparer les modes de production de l’obéissance et les dérèglements qui surgissent dans les milieux clos. L’un des enjeux de cette étude comparée des règles et dérèglements en milieux clos est de comprendre et de réévaluer le rôle que la discipline régulière religieuse a pu jouer dans la mise en place des systèmes carcéraux occidentaux.

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieu clos, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017. 

DOI : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.71847.

Pourquoi conçoit-on des lieux fermés pour les hommes et d’autres pour les femmes ? En quoi les discours autour du genre ont-ils influencé l’émergence et la perpétuation de dispositifs de clôture pour affirmer les différences sociales entre hommes et femmes ? Quelles formes prennent les rapports entre les sexes dans les milieux clos ? Associant des approches historiques et sociologiques, cet ouvrage explore les interactions entre les différentes formes d’enfermements et le genre, ce qui induit une réflexion sur le féminin, sur le masculin et sur leurs interrelations dans les conditions créées par une séparation plus ou moins rigoureuse du monde. Les études de cas rassemblées dans ce volume entendent comprendre tant les effets que la clôture a produits et produit sur les conceptions du genre que, à l’inverse, les effets que le genre a produits et produit sur la clôture. Les rapports qu’entretiennent genre et enfermement sont envisagés sur la longue durée de l’histoire européenne, depuis les monastères médiévaux et les hôpitaux d’Ancien Régime jusqu’aux institutions pénitentiaires, bagnes et camps contemporains. L’ouvrage montre également leur résonance dans des territoires coloniaux d’Amérique et dans le monde chrétien de la Méditerranée orientale. Il révèle ainsi que les lieux clos sont des lieux matriciels où se sont élaborés et s’élaborent des pratiques, des techniques et des savoirs autour du féminin et du masculin.

ANR CIRESFI – Bertrand Porot

Bertrand Porot, professeur des universités en musicologie à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC, est directeur de la partie Musicologie du projet “Contrainte et Intégration : pour une réévaluation des spectacles forains et italiens sous l’Ancien Régime” (CIRESFI ANR 14-CE31-0017), coordonné par Françoise Rubellin (Université de Nantes).

Le CERHiC est l’un des partenaires scientifiques de ce projet de recherche pluriannuel (2014-2018) financé par l’Agence nationale de la recherche.

Présentation du projet

Alors que Louis XIV a mis en place une politique culturelle fondée sur la centralisation et le monopole (seule l’Académie royale de musique pouvait donner des opéras et spectacles de musique et danse, seule la Comédie-Française peut donner des tragédies et comédies en français), deux autres théâtres réussirent pendant plus d’un siècle à exister et à se maintenir en dehors de ce système de privilège : la Comédie-Italienne et les théâtres de la Foire, qui se produisaient deux mois pendant les grands rassemblements commerciaux qu’étaient la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été.

Jalousés par les deux scènes privilégiées, ils connurent des crises majeures, des procès incessants, des expulsions, des destructions. Or l’histoire de la littérature a longtemps fait peu de place à ces deux théâtres, célébrant les classiques de la Comédie-Française, comme Voltaire et Beaumarchais, et minimisant tout ce que Marivaux doit à la Comédie-Italienne ; quant aux spectacles forains, ils n’ont jamais eu droit jusqu’à aujourd’hui à un chapitre dans un manuel scolaire. Pourtant ils sont partie intégrante du patrimoine dramatique français, et témoignent d’une extraordinaire inventivité face à la contrainte, générant de nouvelles formes dramatiques (pièces par écriteaux, monologues à plusieurs, pantomimes, opéra-comique, etc.) qui perdureront aux siècles suivants (depuis l’opérette jusqu’au karaoké). Si ces théâtres de la Foire, ainsi que tout un pan de la Comédie-Italienne, ont été largement sous-étudiés, c’est pour des raisons politiques, idéologiques mais aussi matérielles (sources d’archives manuscrites, souvent dispersées, musique perdue, des centaines de pièces inédites etc.).

Le projet repose en premier lieu sur une masse de ressources jusque-là inexploitées et inédites (près de 30000 pages de registres, actes notariés, procès-verbaux, comédies et opéras-comiques inédits).

En traitant ensemble pour la première fois la Comédie-Italienne et les théâtres forains, ces deux exclus du système des privilèges, il s’agira d’interroger d’une part les processus d’acculturation des Italiens et d’institutionnalisation (en 1762 la troupe de l’Opéra-Comique de la Foire fusionne avec la Comédie-Italienne ; l’Académie royale de musique cède en 1779 pour 30 ans le privilège de l’Opéra-Comique au Théâtre-Italien) et d’autre part les innovations artistiques inventées sous la contrainte par ces théâtres pour se maintenir.

Devant l’ampleur de ces archives, CIRESFI relève un défi technologique en faisant collaborer les spécialistes du théâtre avec des chercheurs réputés en STIC pour travailler à la création d’un outil de reconnaissance de l’écriture manuscrite, afin de faciliter la saisie de milliers de pages pour la construction d’une vaste base de données interactive. Il s’agit à terme de pouvoir mettre en relation tous les éléments et événements qui concernent un spectacle des théâtres de la Foire ou de la Comédie-Italienne, depuis le coût de la production (registres), les accessoires utilisés, les acteurs employés, la composition sociale du public, les airs (retrouver les partitions et les instruments utilisés par l’orchestre), les danses (retrouver les types de danse), le texte de la pièce (déchiffrer et étudier les manuscrits, analyser les marques des censeurs).

Ce programme ambitieux jette un regard résolument neuf sur des formes émergentes de création et sur les mutations de l’économie du spectacle ; il comporte des enjeux aussi bien esthétiques que sociaux. C’est un défi matériel et herméneutique pour montrer un autre visage culturel du patrimoine dramatique des Lumières que celui qui lui est académiquement consacré.

Pour en savoir plus, consultez le site dédié au projet CIRESFI