Archives de catégorie : Projets et axes de recherche

Les membres du projet ANR AsileuropeXIX porté par le CERHiC

 

Le projet ANR AsileuropeXIX (voir https://asileurope.hypotheses.org/), porté par le CERHiC et qui commencera au début du mois d’avril 2016, est constitué d’une équipe de onze chercheuses et chercheurs français et européens :

  • Fabrice Bensimon, professeur en civilisation britannique, Université Paris-Sorbonne. Spécialiste de la Grande-Bretagne et de son Empire, il s’intéressera spécifiquement au recours à l’expulsion dans l’Europe du XIXe siècle et aux liens entre exil et colonisation.
  • Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne, membre du CERHiC, est la coordinatrice scientifique du projet.
  • Antonin Durand, post-doctorant, ATER à l’ENS Ulm, spécialiste de l’histoire politique de l’Italie au XIXe siècle. Il s’intéressera à l’accueil d’exilés dans le Royaume de Piémont-Sardaigne entre 1848 et l’unification italienne.
  • Laurent Dornel, maître de conférences en histoire contemporaine, membre du laboratoire ITEM, est spécialiste de la France et de l’Espagne et s’intéressera aux dispositifs d’accueil des exilés ainsi qu’à la réception des exilés et réfugiés par la société civile.
  • Hadrien Dubucs, maître de conférences en géographie, membre du laboratoire eNeC à l’Université Paris-Sorbonne, est spécialiste de la géographie des migrations. Il s’intéressera tout particulièrement à la dimension géographique et cartographique du projet AsileuropeXIXe qui vise à créer des cartes sur les itinéraires migratoires des réfugiés au XIXe siècle.
  • Idesbald Goddeeris, professeur en histoire contemporaine à l’Université catholique de Leuven (Belgique), est spécialiste de la Belgique et de la Pologne et s’intéressera aux dispositifs d’accueil pour les réfugiés dans l’Europe du XIXe siècle.
  • Laure Godineau, maîtresse de conférences à l’Université Paris XIII, est membre du laboratoire Pléaide. Elle est spécialiste de l’exil des communards en France et se penchera sur le vocabulaire des exils et migrations au XIXe siècle, ainsi qu’au recours à l’expulsion à l’encontre des réfugiés.
  • Thomas C. Jones est lecturer en histoire contemporaine à l’Université de Buckingham (Grande-Bretagne). Il est spécialiste de la France et de la Grande-Bretagne et s’intéressera dans le cadre du projet au vocabulaire des migrations ainsi qu’à la réception des exilés étrangers dans les pays d’accueil examinés.
  • Jeanne Moisand est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris 1, membre du Centre d’histoire du XIXe siècle. Spécialiste de l’Espagne et des migrations espagnoles vers l’Algérie et l’Empire colonial espagnol (Cuba), elle s’intéressera dans le cadre de ce projet au vocabulaire des migrations, mais aussi eux liens entre exil et colonisation.
  • Romy Sanchez est doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris 1, actuellement ATER à Sciences Po Paris. Spécialiste de l’Espagne et de Cuba, elle analysera les dispositifs d’accueil élaborés pour les réfugiés, et étudiera parallèlement les liens entre exil et colonisation.
  • Juan Luis Simal est profesor ayudante doctor à l’Universidad Autonoma de Madrid (Espagne). Spécialiste de l’exil espagnol à travers l’Europe et le monde, il s’intéressera au vocabulaire des migrations politiques au XIXe siècle, à la création de dispositifs d’accueil pour les exilés et réfugiés, et à la réception de ceux-ci par la société civile.

Présentation – Programme ANR AsileuropeXIX

Dans le cadre du Programme « Flash-Asile », l’ANR « jeunes chercheuses jeunes chercheurs » AsileuropeXIX, Pour une histoire comparée et transnationale des dispositifs d’accueils destinés aux exilés et refugiés politiques dans l’Europe du XIXe siècle (1815-1870), porté par Delphine Diaz, maître de conférences en Histoire contemporaine et membre du CERHiC-EA 2616, a été retenu. D’un montant de 232 000 € sur 48 mois, ce projet débutera le 4 avril 2016.

Pour plus d’informations sur ce projet ANR, voir le carnet de recherches AsileuropeXIX : https://asileurope.hypotheses.org/

logo

Résumé du projet en français

L’Europe du XIXe siècle a vu l’institutionnalisation de l’exil comme forme de mobilisation et d’engagement politique, aussi bien parmi les membres de « l’internationale libérale » qui s’est constituée et s’est renforcée après le congrès de Vienne, que parmi ceux de « l’internationale blanche » contre-révolutionnaire. Afin de cerner au plus près cette mutation, ce projet de recherche se concentrera sur le premier versant du siècle, période décisive pour la définition progressive de l’exil et de l’asile politiques, mais aussi pour la mise au point des dispositifs d’accueil réservés aux victimes étrangères d’une répression.

Après le Congrès de Vienne, l’augmentation du nombre d’opposants chassés de leur pays pour des motifs politiques a induit de profondes transformations des politiques migratoires adoptées en Grande-Bretagne, en France, en Belgique, en Suisse, et dans une moindre mesure, dans le Royaume du Piémont-Sardaigne et en Espagne, qui représentaient les principaux pays concernés par l’accueil d’exilés politiques entre 1815 et les années 1870. Le projet de recherche consiste en une étude comparative et transnationale des dispositifs de sélection et de réception mis en œuvre dans ces six États pour recevoir les exilés politiques. L’exil a été alimenté par la répression d’insurrections libérales et radicales (insurrections italiennes du début des années 1820 et du début des années 1830, insurrections polonaises de 1830-1831, de 1846 et de 1863, Communes du début des années 1870, mais aussi par les guerres d’indépendance et  les guerres civiles (guerre d’indépendance grecque dans les années 1820, ou encore guerres carlistes espagnoles entre 1833-1839 et 1872-1876). Quels ont été les pays précurseurs du point de vue de l’accueil des exilés politiques en Europe ? Est-ce que les décalages dans le temps sont à mettre au compte d’une inégale construction de l’appareil étatique et administratif, ou encore de facteurs idéologiques, culturels et même religieux ? Comment les exilés eux-mêmes ont-ils pu influencer le cours de ces politiques, en particulier par le biais du pétitionnement, et plus largement par leurs modes de mobilisation en exil ? Enfin, quelles ont été les réactions et initiatives observées au sein de la société civile pour recevoir les exilés et réfugiés politiques, ou au contraire pour dénoncer leur présence ? Telles sont les questions auxquelles ce projet s’emploiera à répondre.

Le projet s’attachera d’abord à reconstituer le lexique utilisé pour qualifier les exilés et réfugiés, en prêtant attention aux nouvelles catégories élaborées en Europe afin de désigner les acteurs des migrations politiques au XIXe siècle. À travers cette approche lexicale il s’agira également d’étudier les termes utilisés pour désigner les pratiques juridiques et administratives appliquées aux exilés et réfugiés. Un second pan des recherches entreprises portera sur les contrôles des exilés aux frontières, étudiés à partir de sources administratives et policières d’une part et d’archives personnelles d’autre part (mémoires d’exil, autobiographies, correspondances). Quant à l’analyse des dispositifs d’accueil mis en œuvre à l’égard des réfugiés, elle se fera à travers l’histoire des politiques publiques – dispositifs de sélection, d’assistance, d’assignation à résidence des réfugiés – mais aussi par l’étude des réactions des sociétés civiles européennes face à cette présence étrangère d’un genre particulier. Enfin, le projet s’intéressera au contrôle a posteriori des migrations politiques dans l’Europe du xixe siècle : différent du contrôle a priori exercé aux frontières grâce à l’usage coercitif du passeport, le contrôle a posteriori reposait sur le recours à des mesures d’expulsion et sur des incitations au départ vers les colonies européennes.

 

Résumé du projet en anglais

In nineteenth-century Europe, political exile began to emerge as a form of mass migration and political commitment among both the “liberal international” and the counter-revolutionary “white international” that developed after the Congress of Vienna. In order to tackle that major shift, the research project will focus on the first half of the century, which was a crucial time for the gradual definition of political exile and asylum, but also for the implementation of policies towards foreign victims of ideological repression.

After the Congress of Vienna, the increasing number of dissidents expelled from their home countries for political reasons led to major shifts in the migration policies of Great Britain, France, Belgium, Switzerland, and to a lesser extent of Piedmont-Sardinia and Spain, the main countries providing asylum to such refugees between 1815 and the 1870s. Adopting a comparative and transnational approach, the research project aims at studying the tools elaborated to select and welcome this specific population of foreigners compelled to migration for political reasons. The migrations were triggered by the repression of liberal and radical insurrections (for instance, Italian insurrections of the early 1820s and early 1830s, Polish insurrections in 1830-31, 1846 and 1863, “Communes” of the early 1870s), but also by the independence wars and civil conflicts that burst out in Europe during that time period (the Greek war of Independence in the 1820s, “carlist” wars in Spain between 1833-39 and 1872-76). What were the pioneer states that first welcomed political exiles in nineteenth-century Europe? Can the time lags observed between European host countries be attributed to the uneven construction of their administrative structures, or to ideological, cultural or even religious factors? How did the exiles themselves influence these migration policies, especially thanks to the use of petitions, and more broadly by their multiple forms of political commitment in exile? Finally, what were the reactions and initiatives observed among the civil society in order to welcome foreign exiles and refugees, or on the contrary in order to protest against their presence? These are the main issues that the research project will address.

This project will first reconstruct the vocabularies used to describe and thus categorize these exiles and refugees, showing how new categories were elaborated to designate the political migrations’ actors during the nineteenth century. That lexical approach will also be used in order to analyze the legal tools and administrative practices that were thought for exiles and refugees. Another dimension of the research conducted by AsileuropeXIX will highlight the migration controls that affected political exiles at the borders, when these foreigners arrived in the country where they sought asylum: controls at the borders will be studied through administration and police records on the one hand, and through personal archives on the other hand (memoirs, correspondences, autobiographies). The project will also tackle the welcoming policies that were implemented towards foreign refugees, thanks to a history of public policies – ways of selecting, helping them and restricting their movements through space – but also by highlighting the civil societies’ reactions towards that specific foreign immigration. Finally, the last lead that the research group will follow relies on the a posteriori migration controls in nineteenth-century Europe: whereas migration controls at the borders were based on passport controls until the 1860s, the a posteriori migration controls relied on deportation measures but also on incentives given to refugees encouraging them to immigrate to European colonies.

ANR CIRESFI – B. Porot

Bertrand Porot, professeur des universités en musicologie à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC, est associé au projet d’ANR porté par Françoise Rubellin (Université de Nantes), « Contrainte et Intégration : pour une réévaluation des spectacles forains et italiens sous l’Ancien Régime » (projet CIRESFI). Le CERHiC est ainsi un laboratoire partenaire dans l’élaboration de ce projet de recherche pluriannuel (48 mois).

Présentation du projet ANR CIRESFI

Alors que Louis XIV a mis en place une politique culturelle fondée sur la centralisation et le monopole (seule l’Académie royale de musique peut donner des opéras et spectacles de musique et danse, seule la Comédie-Française peut donner des tragédies et comédies en français), deux autres théâtres réussissent pendant plus d’un siècle à exister et à se maintenir en dehors de ce système de privilège. Il s’agit de la Comédie-Italienne et des théâtres de la Foire (qui se produisent deux mois pendant les grands rassemblements commerciaux que sont la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été).

Jalousés par les deux scènes privilégiées, ils vont connaître des crises majeures, des procès incessants, des expulsions, des destructions. Or l’histoire de la littérature a longtemps fait peu de place à ces deux théâtres, célébrant les classiques de la Comédie-Française, comme Voltaire et Beaumarchais, et minimisant tout ce que Marivaux doit à la Comédie-Italienne (oubliant aussi que Molière jouait en alternance avec les Italiens à l’Hôtel de Bourgogne et s’inspirait de ceux-ci) ; quant aux spectacles forains, ils n’ont jamais eu droit jusqu’à aujourd’hui à un chapitre dans un manuel scolaire. Pourtant ils sont partie intégrante du patrimoine dramatique français, et témoignent d’une extraordinaire inventivité face à la contrainte, générant de nouvelles formes dramatiques (pièces par écriteaux, monologues à plusieurs, pantomimes, opéra-comique, etc.) qui perdureront aux siècles suivants (depuis l’opérette jusqu’au karaoké). Si ces théâtres de la Foire, ainsi que tout un pan de la Comédie-Italienne, ont été largement sous-étudiés, c’est pour des raisons politiques, idéologiques (ils sont souvent accusés de subversion) mais aussi matérielles (sources d’archives manuscrites, souvent dispersées, musique perdue, des centaines de pièces inédites etc.). Notre projet reposera en premier lieu sur une masse de ressources jusque-là inexploitées et inédites (près de 30000 pages de registres, actes notariés, procès-verbaux, comédies et opéras-comiques inédits).

En traitant ensemble pour la première fois la Comédie-Italienne et les théâtres forains, ces deux exclus du système des privilèges, il s’agira d’interroger d’une part les processus d’acculturation des Italiens et d’institutionnalisation (en 1762 la troupe de l’Opéra-Comique de la Foire fusionne avec la Comédie-Italienne ; l’Académie royale de musique cède en 1779 pour 30 ans le privilège de l’Opéra-Comique au Théâtre-Italien) et d’autre part les innovations artistiques inventées sous la contrainte par ces théâtres pour se maintenir.

Devant l’ampleur de ces archives, CIRESFI propose de relever un défi technologique en faisant collaborer les spécialistes du théâtre avec des chercheurs réputés en STIC pour travailler à la création d’un outil de reconnaissance de l’écriture manuscrite, afin de faciliter la saisie de milliers de pages pour la construction d’une vaste base de données interactive. Il s’agira à terme de pouvoir mettre en relation tous les éléments et événements qui concernent un spectacle des théâtres de la Foire ou de la Comédie-Italienne, depuis le coût de la production (registres), les accessoires utilisés, les acteurs employés, la composition sociale du public, les airs (retrouver les partitions et les instruments utilisés par l’orchestre), les danses (retrouver les types de danse), le texte de la pièce (déchiffrer et étudier les manuscrits, analyser les marques des censeurs).

Ce programme ambitieux jettera un regard résolument neuf sur des formes émergentes de création et sur les mutations de l’économie du spectacle ; il comporte des enjeux aussi bien esthétiques que sociaux. C’est un défi matériel et herméneutique pour montrer un autre visage culturel du patrimoine dramatique des Lumières que celui qui lui est académiquement consacré.

Sans titre1

Marionnette de Polichinelle, présentée dans le spectacle restitué dans le cadre du colloque « La Parodie d’opéra », colloque international de 2012, Université de Nantes.

Oeuvre de Denis Carolet, Polichinelle censeur des Théâtres, Foire St Germain, 1737, opéra-comique pour marionnettes