Archives de catégorie : Projets et axes de recherche

Projet bi-national franco-allemand ANR-DFG

L’équipe du CERHiC est heureuse d’annoncer les début des travaux du projet bi-national franco-allemand :

Art et architecture à Paris et Versailles dans les récits de voyageurs allemands à l’époque baroque (ARCHITRAVE)

porté par Hendrik Ziegler

Descriptif du projet:

Durée : 2017-2019

Somme allouée : 498 037 euros

Le projet consiste à proposer une étude approfondie de six récits de voyage allemands datant de 1685 à 1723, les seuls connus de l’époque baroque contenant des jugements développés et argumentés sur l’architecture et l’art français. La majeure partie de ces sources manuscrites et imprimées provenant d’archives et de bibliothèques publiques allemandes n’a pas encore été publiée et analysée dans son ensemble. Le corpus se constitue des sources suivantes :

  • Christoph Pitzler (1657-1707) : Journal de voyage, 1685-1688 (Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg, Potsdam ; photographies historiques d’un manuscrit disparu)
  • Ferdinand Bonaventure comte d’Harrach (1637-1706) : Journal de voyage, 1698 (Österreichisches Hauptstaatsarchiv, Vienne ; manuscrit)
  • Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck (avant 1680 – après 1727) : Journal de son voyage en France, v. 1699 (Universitätsbibliothek, Rostock ; manuscrit)
  • Leonhard Christoph Sturm (1669-1719) : Architectonische Reise-Anmerkungen [1699], 1719 (Getty Research Institute, Los Angeles, Special collections ; livre imprimé)
  • Lambert Friedrich(1668-1733) et Christian Heinrich Corfey (1670-1652) : Reisetagebuch, 1698-1699 (édité par Helmut Lahrkamp, Münster, Aschendorf, 1977)
  • Johann Balthasar Neumann (1687-1753) : Lettres de son voyage en France, 1722/1723 (Wurtzbourg, Staatsarchiv; publications modernes et manuscrit)

Le projet mettra à disposition ce corpus richement commenté au sein d’un portail numérique proposant des fonctionnalités d’interrogation poussées et une interconnexion complexe d’information textuelles et de ressources iconographiques. Ainsi, les objectifs de l’équipe de recherche franco-allemande sont doubles : d’une part mutualiser les connaissances des spécialistes français sur Paris et Versailles au temps de Louis XIV et celles de leurs collègues allemands sur les sources retenues ; d’autre part montrer comment les outils numériques de traitement et d’analyse de sources peuvent offrir – à un public académique mais aussi non-académique – une approche innovante et fiable pour les explorer et les étudier.

Quatre institutions partenaires françaises et allemandes collaborent au projet :

  • l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA),
  • le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV),
  • la « Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek » de Göttingen (SUB)
  • et le « Deutsches Forum für Kunstgeschichte »/Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) à Paris.

L’objectif premier du projet est de contribuer à une meilleure compréhension des modes d’appréciation d’une culture étrangère à l’époque baroque. Même s’ils sont poussés par la curiosité et l’admiration, les voyageurs allemands ont manifesté, bien avant la période des Lumières, une distance critique envers l’art et la culture française. On n’a pas encore saisi à quel point le contact avec la culture française a contribué au développement d’une telle faculté de jugement indépendant, qui assoie (et même renforce) les schémas de perception spécifiquement allemands. En outre, l’attitude sceptique qui ressort souvent de ces documents semble avoir été, au tournant du siècle, un sol fertile pour le développement d’un nouveau paradigme esthétique. Certes, depuis la Renaissance prévalait une appréciation éclectique de l’art, d’après laquelle tout progrès dans les arts serait basé sur la capacité de l’artiste de choisir et d’associer au mieux des solutions préexistantes et universellement appréciées. Mais autour de 1700, les premiers signes d’un assouplissement de se paradigme apparaissent, donnant plus de place au génie individuel et aux solutions artistiques originales. Le rôle qu’ont joué les voyageurs allemands se rendant en France dans ce processus subversif et émancipatoire sera à investiguer.

De même, au regard de leurs qualités littéraires et spécificités linguistiques, les textes ici analysés appartiennent à une période transitoire. Jusqu’alors on était d’avis que seulement durant l’apogée des Lumières les voyageurs avaient développé cette capacité à émettre des appréciations individuelles d’œuvres d’art, impliquant des points de vue délibérément intimes et subjectifs. Mais même si à la fin du XVIIe siècle la tradition descriptive dominait encore, visant à une description soi-disant objective et intégrale de l’œuvre vue, on observe déjà une faculté grandissante des voyageurs à focaliser leur attention sur des aspects particuliers et à exprimer leurs émotions.

Les récits de voyage constituent aussi des documents factuels précieux, livrant des descriptions plus précises de nombreux édifices et de leurs décorations intérieures, disparus ou modifiés au fil du temps, et donnant des indications sur leurs usages et fonctions. Ces sources donneront des informations sur les conditions d’accès à certaines fortifications, palais, jardins, etc. De plus, l’analyse croisée des sources donnera des indications utiles sur les réseaux que les touristes durent mobiliser pour organiser leurs visites.

Conjointement à cette investigation scientifique, une édition critique bilingue des six sources sera élaborée et proposée au sein d’un portail numérique interopérable et consultable en libre accès. Ce portail de recherche sera accompagné d’un espace web dédié au large public mis à disposition sur le site du Château de Versailles.

Porjektbeschreibung :

Deutsch-französisches Forschungsprojekt DFG-ANR:

Kunst und Architektur in Paris und Versailles im Spiegel deutscher Reiseberichte des Barock (ARCHITRAVE)

Leiter des Projekts: Hendrik Ziegler (URCA/CERHIC)

Laufzeit des Projekts: 2017-2019

Bewilligte Drittmittel: 498.037 Euro

Sechs Berichte reisender deutscher Architekten und Diplomaten nach Frankreich, die zwischen 1685 bis 1723 verfasst wurden, bilden den Gegenstand der Untersuchung. Es handelt sich um die bis heute für die Epoche des Barock einzigen bekannten Dokumente ihrer Art, die tiefgründige und durchdachte Urteile und Ansichten zur französischen Kunst und Architektur enthalten. Diese Texte aus öffentlichen deutschen Sammlungen sind zum Teil noch nie publiziert worden; sie wurden bis heute nicht als Gesamtkorpus untersucht. Es handelt sich um folgende Quellen:

  • Christoph Pitzler (1657-1707): Reiseaufzeichnungen, 1685-1688 (Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg, Potsdam; Fotographien nach dem verschollenen Original)
  • Ferdinand Bonaventure Graf Harrach (1637-1706): Reisejournal, 1698 (Österreichisches Hauptstaatsarchiv, Wien; Manuskript)
  • Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck (vor 1680 – nach 1727): Journal einer Reise nach Frankreich, um 1699 (Universitätsbibliothek, Rostock; Manuskript)
  • Leonhard Christoph Sturm (1669-1719): Architectonische Reise-Anmerkungen [1699], 1719 (Getty Research Institute, Los Angeles, Special collections; gedrucktes Buch)
  • Lambert Friedrich(1668-1733) und Christian Heinrich Corfey (1670-1652): Reisetagebuch, 1698-1699 (hg. v. Helmut Lahrkamp, Münster, Aschendorf, 1977)
  • Johann Balthasar Neumann (1687-1753): Briefe seiner Reise nach Frankreich, 1722/1723 (Würzburg, Staatsarchiv; moderne Buchausgaben und Originalmanuskripte)

Im Rahmen des Projekts werden diese Quellen über ein reich kommentiertes digitales Portals öffentlich zugänglich gemacht. Darin werden die Dokumente mehrschichtig mit textuellen und ikonographischen Materialien verlinkt. Die französisch-deutsche Forschergruppe setzt sich somit zwei Ziele: zum einen sollen die Fachkenntnisse französischer Wissenschaftler zur Pariser und Versailler Kunst unter Ludwig XIV. mit den Detailkenntnissen ihrer deutscher Kollegen über die Quellentexte zusammengeführt werden, zum anderen soll das Potential einer computergestützten Untersuchung der Reisebereichte aufgezeigt werden, um sowohl dem akademischen als auch dem breiteren Publikum innovative, nachhaltige Möglichkeiten ihrer Erforschung zu eröffnen.

Vier Institutionen in Frankreich und Deutschland arbeiten bei dem Projekt zusammen:

  • die Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA),
  • das Centre de recherche du château de Versailles (CRCV),
  • die Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen (SUB)
  • und das Deutsche Forum für Kunstgeschichte / Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) in Paris.

Kernanliegen des Vorhabens ist es, zu einem besseren Verständnis der Zugangswege zu einer fremden Kultur in der Epoche des Barock beizutragen. Deutsche Reisende haben, selbst wenn sie von neugieriger Bewunderung getragen waren, doch schon weit vor der Hochphase der Aufklärung kritische Distanz zu französischer Kunst und Kultur genommen. Bis heute ist nicht ausreichend untersucht worden, in welchem Ausmaß der Kontakt mit der französischen Kultur zur Entwicklung eines solchen unabhängigen Urteilsvermögens beigetragen hat. Diese kritische Haltung hat zudem das Festhalten an einheimischen, innerdeutschen Bewertungsmaßstäben gefördert und zu einer Schwächung des bis dahin vorherrschenden Eklektizismus beigetragen.

Auch hinsichtlich ihrer literarischen Qualitäten und ihrer linguistischen Besonderheiten zählen die hier zu untersuchenden Texte zu einer Phase des Übergangs. Bisher ging die Forschung davon aus, dass die Reisenden erst mit der Aufklärung die Fähigkeit ausbildeten, in ihren Berichten individuelle Beurteilungen über die von ihnen gesehenen künstlerischen Werken abzugeben. Doch lässt sich bereits seit dem späten 17. Jahrhundert eine steigende Fähigkeit der reisenden Autoren beobachten, einzelne künstlerische Aspekte und Details je nach individuellen Interessen in den Blick zu nehmen.

Die teilweise illustrierten Reiseberichte stellen zudem wertvolle historische Quellen dar. Ihre Analyse wird zu einem besseren Verständnis der Erscheinung und zeitgenössischen Nutzung zahlreicher Gebäude und ihrer Innenausstattungen beitragen. Eine zusammenführende Analyse der Quellen ist zudem geeignet, wertvolle Hinweise zu den persönlichen Netzwerken zu liefern, die die Touristen zur Organisation ihrer Besuche mobilisieren mussten.

Project’s description:

Bi-national French-German project ANR-DFG

Art and Architecture in German Travel Accounts to Paris and Versailles in the Baroque Era (ARCHITRAVE)

Project’s director: Hendrik Ziegler (URCA/CERHIC)

Duration: 2017-2019

Budget: 498.037 Euros

The project aims at scrutinizing the content of six substantial German travel accounts dating from 1685 to 1723, the earliest hitherto known, in which profound and reasoned judgements and opinions on French art and architecture have been rendered. These manuscripts and printed documents out of German public collections are partly unpublished and have never been investigated as a whole. The following sources will be treated:

  • Christoph Pitzler (1657-1707): Travel journal, 1685-1688 (Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg, Potsdam; photos from a lost original)
  • Ferdinand Bonaventure Graf Harrach (1637-1706): Travel journal, 1698 (Österreichisches Hauptstaatsarchiv, Vienna; manuscript)
  • Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck (before 1680 – after 1727): Journal relating a travel to France, around 1699 (Universitätsbibliothek, Rostock; manuscript)
  • Leonhard Christoph Sturm (1669-1719): Architectonische Reise-Anmerkungen [1699], 1719 (Getty Research Institute, Los Angeles, Special collections; printed book)
  • Lambert Friedrich(1668-1733) and Christian Heinrich Corfey (1670-1652): Reisetagebuch, 1698-1699 (ed. by Helmut Lahrkamp, Münster, Aschendorf, 1977)
  • Johann Balthasar Neumann (1687-1753): Letters from his travel to France, 1722/1723 (Würzburg, Staatsarchiv; modern book editions and original manuscript)

The project will make these documents available in a richly commented, comfortably researchable digital portal, aiming at a multi-layered linkage of text and image, and targeting both an academic and non-academic public in France and the German-speaking countries. Hence, the ambitions of the joint German-French research group are twofold: to merge the knowledge of French specialists on Paris and Versailles under Louis XIV with the acquaintance of their German colleagues with the chosen sources, and to demonstrate the capacities of a computer-based treatment of the texts to generate innovative and reliable ways of exploring and researching them.

Four institutions in France and Germany will work together on the project:

  • the Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA),
  • the Centre de recherche du château de Versailles (CRCV),
  • the Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen (SUB)
  • and the Deutsches Forum für Kunstgeschichte / Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) in Paris.

The core objective of the project is to contribute to a better understanding of the modes of appreciation of an alien culture in the baroque era. Even if drawn by an inquisitive admiration, German travellers have shown long before the height of the Enlightenment a critical distance towards French art and culture. It has not yet been investigated enough to what extent the contact with French culture contributed to the development of such a faculty of independent judgement, stabilizing (and even reinforcing) inner German schemes of apprehension. Moreover, the sceptical attitude commonly discernible in these documents compared here for the first time seems to have been a fertile soil for the development of a new aesthetic paradigm at the turn of the century. Indeed, artistic eclecticism, which had emerged in the Renaissance, still prevailed. It based judgements on art on the ability of the artist to imitate and, at the best, to emulate universally appraised historical samples. But around 1700, first signs of a loosening of this paradigm became discernible, giving more space to an appreciation of individual achievements and creative genius. The part German travellers to France played in this subversive and emancipatory process will have to be investigated.

Also in regard to their literary qualities and linguistic specificities, the texts to be analysed here seem to belong to a transitory period. Research has hitherto held the view that only since the height of the Enlightenment the abilities of the travellers to formulate individual appraisals of art works, implicating a deliberately private and partial point of view, emerged. But even if in the late 17th century the traditional descriptive mode still prevailed, aiming at an allegedly objective and integral account of the art works seen, one already observes a growing ability of the travellers to focus on single aspects following their individual interests, and to express their emotions sensed.

It is obvious that the travel accounts constitute precious factual sources too. They will not only help to better understand the appearance of numerous buildings and their interior decorations modified or destroyed by time, as well as their contemporary uses and functions. They will also provide information about the accessibility of certain fortifications, palaces, gardens, etc. and the permission to study them. The cross-case analysis of the sources can give precious indications about the personal networks tourists had to mobilise to organise their visits.

In conjunction with the scientific investigation, an enriched and interactively searchable bilingual digital critical edition of the six sources will be produced via Open Access. This research portal will be accompanied by a web space for the wider public that will be created on the Palace of Versailles website.

Image : Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck, La façade orientale du palais du Louvre, dans: id., Journal d’un voyage en France, v. 1699, manuscrit, Rostock, Universitätsbibliothek, détail de la p. 21.

Lancement du programme ANR AsileuropeXIX

Pour suivre le programme ANR AsileuropeXIX, accueilli par l’Université de Reims (2016-2020)

https://asileurope.hypotheses.org/

 

Nous avons le plaisir d’annoncer la journée d’ouverture officielle des travaux du programme AsileuropeXIX financé par l’Agence nationale de la recherche et porté par le CERHiC au sein de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Cette journée permettra aux membres du programme de se réunir et de faire connaître leurs travaux sur les exilés et réfugiés politiques dans l’Europe du XIXe siècle.

Jeudi 9 juin 2016

 

Ouverture des travaux du programme ANR

AsileuropeXIX

 

Salle : Campus Croix Rouge, Bâtiment 17, salle du Conseil

 

Accueil des participants

11 h – 11 h 30

Mot de la présidence de l’Université de Reims Champagne-Ardenne

Présentation du CERHiC par Isabelle Heullant-Donat et Diane Roussel, co-directrices du laboratoire

11 h 30 – 12 h 30

Présentation du projet AsileuropeXIX par Delphine Diaz, coordinatrice : programme de recherches, calendrier des activités (2016-2020)

12 h 30 – 14 h 00

Repas

14 h – 15 h 30

Formation au logiciel Lexico3 par André Salem

professeur émérite à l’Université Paris 3

15 h 30 – 16 h 30

Organisation des missions de recherche et préparation de la journée d’étude sur le lexique de l’exil dans l’Europe du xixsiècle (janvier 2017, Musée national de l’histoire de l’immigration), en présence de Marianne Amar, directrice de la recherche du Musée.

Conclusions

Photographie des participants à la journée de lancement du programme ANR :

IMG_7788(3)

Offre de bourse post-doctorale, AsileuropeXIX, 2016-2017

Dans le cadre du projet « jeunes chercheurs » financé par l’Agence nationale de la recherche AsileuropeXIX (2016-2020), le laboratoire du CERHiC (Centre d’études et de recherches en histoire culturelle) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne propose une allocation de recherche post-doctorale pour l’année 2016-2017 sur le thème suivant :

« Les dispositifs d’accueil à destination des exilés et réfugiés politiques en Europe occidentale, 1815-années 1870 »

Missions principales du/de la post-doctorant-e recruté-e :

Le/la post-doctorant-e recrutée assurera le suivi du projet AsileuropeXIX tout au long des 12 mois de son contrat, venant en appui de la coordinatrice du projet (Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne).

La personne recrutée, qui devra être familière avec l’histoire des mobilités et des migrations, se verra confier différentes missions qui seront au cœur du projet  et devra pouvoir attester sa capacité à les conduire :

  • Alimentation du carnet de recherches AsileuropeXIX sur la plateforme Hypothèses (https://asileurope.hypotheses.org/);
  • Rédaction de l’appel d’offres pour sélectionner une entreprise de cartographie ;
  • Rédaction du cahier des charges destiné à l’entreprise de cartographie sélectionnée ;
  • Contribution à l’organisation logistique de la première journée d’études qui aura lieu en janvier 2017 au Musée national de l’histoire de l’immigration ;
  • Préparation du projet scientifique de la deuxième journée d’études du projet qui aura lieu en janvier 2018 à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne ;
  • Participation aux missions de dépouillement dans les archives (missions à Londres, National Archives, Kew ; à Berne, Staatsarchiv) : la personne recrutée devra de ce fait impérativement maîtriser le français de manière courante (oral et écrit), l’anglais (oral et écrit) et si possible l’allemand (oral).
  • Aide scientifique et technique apportée à la coordinatrice du projet dans la création d’une base de données sur les réfugiés frappés d’expulsion en France au xixe siècle grâce au logiciel 4D.

 

Rémunération :

Environ 2.000 euros net mensuel.

 

Conditions d’admission :

Le concours est ouvert à tous les chercheurs-euses, sans distinction de nationalité, ayant soutenu leur thèse de doctorat en histoire dans une université française ou étrangère après le 01/01/2012, à l’exception de ceux et celles ayant déjà bénéficié d’un rattachement au laboratoire d’accueil (doctorat — y compris les cotutelles — et post-doctorat).

Calendrier de recrutement :

  • Date de clôture de l’appel à candidature : le mercredi 8 juin 2016 à 12 h.
  • Résultats d’admissibilité : le vendredi 10 juin 2016.
  • Phase d’admission (auditions à Paris ; par Skype pour les personnes ne pouvant se déplacer) : le lundi 13 juin 2016.

Dossier de candidature :

Le dossier de candidature complet doit être envoyé par mail au plus tard le mercredi 8 juin 2016 avant 12 h. Il sera constitué d’un fichier PDF qui comprendra :

  • un curriculum vitae ;
  • une liste des publications ;
  • une copie du diplôme de doctorat ;
  • le rapport de soutenance (pour les doctorats étrangers, la traduction certifiée conforme à l’original, en français ou en anglais, de toute pièce du même ordre) ; une lettre de motivation en français.

Devront être ajoutées à ce fichier deux publications significatives au format PDF.

Adresses mail auxquelles le dossier doit être envoyé :

asileurope@gmail.com

delphine.diaz@univ-reims.fr

Contact :

Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine

Université de Reims Champagne-Ardenne

delphine.diaz@univ-reims.fr

https://asileurope.hypotheses.org/

Les membres du projet ANR AsileuropeXIX porté par le CERHiC

 

Le projet ANR AsileuropeXIX (voir https://asileurope.hypotheses.org/), porté par le CERHiC et qui commencera au début du mois d’avril 2016, est constitué d’une équipe de onze chercheuses et chercheurs français et européens :

  • Fabrice Bensimon, professeur en civilisation britannique, Université Paris-Sorbonne. Spécialiste de la Grande-Bretagne et de son Empire, il s’intéressera spécifiquement au recours à l’expulsion dans l’Europe du XIXe siècle et aux liens entre exil et colonisation.
  • Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne, membre du CERHiC, est la coordinatrice scientifique du projet.
  • Antonin Durand, post-doctorant, ATER à l’ENS Ulm, spécialiste de l’histoire politique de l’Italie au XIXe siècle. Il s’intéressera à l’accueil d’exilés dans le Royaume de Piémont-Sardaigne entre 1848 et l’unification italienne.
  • Laurent Dornel, maître de conférences en histoire contemporaine, membre du laboratoire ITEM, est spécialiste de la France et de l’Espagne et s’intéressera aux dispositifs d’accueil des exilés ainsi qu’à la réception des exilés et réfugiés par la société civile.
  • Hadrien Dubucs, maître de conférences en géographie, membre du laboratoire eNeC à l’Université Paris-Sorbonne, est spécialiste de la géographie des migrations. Il s’intéressera tout particulièrement à la dimension géographique et cartographique du projet AsileuropeXIXe qui vise à créer des cartes sur les itinéraires migratoires des réfugiés au XIXe siècle.
  • Idesbald Goddeeris, professeur en histoire contemporaine à l’Université catholique de Leuven (Belgique), est spécialiste de la Belgique et de la Pologne et s’intéressera aux dispositifs d’accueil pour les réfugiés dans l’Europe du XIXe siècle.
  • Laure Godineau, maîtresse de conférences à l’Université Paris XIII, est membre du laboratoire Pléaide. Elle est spécialiste de l’exil des communards en France et se penchera sur le vocabulaire des exils et migrations au XIXe siècle, ainsi qu’au recours à l’expulsion à l’encontre des réfugiés.
  • Thomas C. Jones est lecturer en histoire contemporaine à l’Université de Buckingham (Grande-Bretagne). Il est spécialiste de la France et de la Grande-Bretagne et s’intéressera dans le cadre du projet au vocabulaire des migrations ainsi qu’à la réception des exilés étrangers dans les pays d’accueil examinés.
  • Jeanne Moisand est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris 1, membre du Centre d’histoire du XIXe siècle. Spécialiste de l’Espagne et des migrations espagnoles vers l’Algérie et l’Empire colonial espagnol (Cuba), elle s’intéressera dans le cadre de ce projet au vocabulaire des migrations, mais aussi eux liens entre exil et colonisation.
  • Romy Sanchez est doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris 1, actuellement ATER à Sciences Po Paris. Spécialiste de l’Espagne et de Cuba, elle analysera les dispositifs d’accueil élaborés pour les réfugiés, et étudiera parallèlement les liens entre exil et colonisation.
  • Juan Luis Simal est profesor ayudante doctor à l’Universidad Autonoma de Madrid (Espagne). Spécialiste de l’exil espagnol à travers l’Europe et le monde, il s’intéressera au vocabulaire des migrations politiques au XIXe siècle, à la création de dispositifs d’accueil pour les exilés et réfugiés, et à la réception de ceux-ci par la société civile.

Présentation – Programme ANR AsileuropeXIX

Dans le cadre du Programme « Flash-Asile », l’ANR « jeunes chercheuses jeunes chercheurs » AsileuropeXIX, Pour une histoire comparée et transnationale des dispositifs d’accueils destinés aux exilés et refugiés politiques dans l’Europe du XIXe siècle (1815-1870), porté par Delphine Diaz, maître de conférences en Histoire contemporaine et membre du CERHiC-EA 2616, a été retenu. D’un montant de 232 000 € sur 48 mois, ce projet débutera le 4 avril 2016.

Pour plus d’informations sur ce projet ANR, voir le carnet de recherches AsileuropeXIX : https://asileurope.hypotheses.org/

logo

Résumé du projet en français

L’Europe du XIXe siècle a vu l’institutionnalisation de l’exil comme forme de mobilisation et d’engagement politique, aussi bien parmi les membres de « l’internationale libérale » qui s’est constituée et s’est renforcée après le congrès de Vienne, que parmi ceux de « l’internationale blanche » contre-révolutionnaire. Afin de cerner au plus près cette mutation, ce projet de recherche se concentrera sur le premier versant du siècle, période décisive pour la définition progressive de l’exil et de l’asile politiques, mais aussi pour la mise au point des dispositifs d’accueil réservés aux victimes étrangères d’une répression.

Après le Congrès de Vienne, l’augmentation du nombre d’opposants chassés de leur pays pour des motifs politiques a induit de profondes transformations des politiques migratoires adoptées en Grande-Bretagne, en France, en Belgique, en Suisse, et dans une moindre mesure, dans le Royaume du Piémont-Sardaigne et en Espagne, qui représentaient les principaux pays concernés par l’accueil d’exilés politiques entre 1815 et les années 1870. Le projet de recherche consiste en une étude comparative et transnationale des dispositifs de sélection et de réception mis en œuvre dans ces six États pour recevoir les exilés politiques. L’exil a été alimenté par la répression d’insurrections libérales et radicales (insurrections italiennes du début des années 1820 et du début des années 1830, insurrections polonaises de 1830-1831, de 1846 et de 1863, Communes du début des années 1870, mais aussi par les guerres d’indépendance et  les guerres civiles (guerre d’indépendance grecque dans les années 1820, ou encore guerres carlistes espagnoles entre 1833-1839 et 1872-1876). Quels ont été les pays précurseurs du point de vue de l’accueil des exilés politiques en Europe ? Est-ce que les décalages dans le temps sont à mettre au compte d’une inégale construction de l’appareil étatique et administratif, ou encore de facteurs idéologiques, culturels et même religieux ? Comment les exilés eux-mêmes ont-ils pu influencer le cours de ces politiques, en particulier par le biais du pétitionnement, et plus largement par leurs modes de mobilisation en exil ? Enfin, quelles ont été les réactions et initiatives observées au sein de la société civile pour recevoir les exilés et réfugiés politiques, ou au contraire pour dénoncer leur présence ? Telles sont les questions auxquelles ce projet s’emploiera à répondre.

Le projet s’attachera d’abord à reconstituer le lexique utilisé pour qualifier les exilés et réfugiés, en prêtant attention aux nouvelles catégories élaborées en Europe afin de désigner les acteurs des migrations politiques au XIXe siècle. À travers cette approche lexicale il s’agira également d’étudier les termes utilisés pour désigner les pratiques juridiques et administratives appliquées aux exilés et réfugiés. Un second pan des recherches entreprises portera sur les contrôles des exilés aux frontières, étudiés à partir de sources administratives et policières d’une part et d’archives personnelles d’autre part (mémoires d’exil, autobiographies, correspondances). Quant à l’analyse des dispositifs d’accueil mis en œuvre à l’égard des réfugiés, elle se fera à travers l’histoire des politiques publiques – dispositifs de sélection, d’assistance, d’assignation à résidence des réfugiés – mais aussi par l’étude des réactions des sociétés civiles européennes face à cette présence étrangère d’un genre particulier. Enfin, le projet s’intéressera au contrôle a posteriori des migrations politiques dans l’Europe du xixe siècle : différent du contrôle a priori exercé aux frontières grâce à l’usage coercitif du passeport, le contrôle a posteriori reposait sur le recours à des mesures d’expulsion et sur des incitations au départ vers les colonies européennes.

 

Résumé du projet en anglais

In nineteenth-century Europe, political exile began to emerge as a form of mass migration and political commitment among both the “liberal international” and the counter-revolutionary “white international” that developed after the Congress of Vienna. In order to tackle that major shift, the research project will focus on the first half of the century, which was a crucial time for the gradual definition of political exile and asylum, but also for the implementation of policies towards foreign victims of ideological repression.

After the Congress of Vienna, the increasing number of dissidents expelled from their home countries for political reasons led to major shifts in the migration policies of Great Britain, France, Belgium, Switzerland, and to a lesser extent of Piedmont-Sardinia and Spain, the main countries providing asylum to such refugees between 1815 and the 1870s. Adopting a comparative and transnational approach, the research project aims at studying the tools elaborated to select and welcome this specific population of foreigners compelled to migration for political reasons. The migrations were triggered by the repression of liberal and radical insurrections (for instance, Italian insurrections of the early 1820s and early 1830s, Polish insurrections in 1830-31, 1846 and 1863, “Communes” of the early 1870s), but also by the independence wars and civil conflicts that burst out in Europe during that time period (the Greek war of Independence in the 1820s, “carlist” wars in Spain between 1833-39 and 1872-76). What were the pioneer states that first welcomed political exiles in nineteenth-century Europe? Can the time lags observed between European host countries be attributed to the uneven construction of their administrative structures, or to ideological, cultural or even religious factors? How did the exiles themselves influence these migration policies, especially thanks to the use of petitions, and more broadly by their multiple forms of political commitment in exile? Finally, what were the reactions and initiatives observed among the civil society in order to welcome foreign exiles and refugees, or on the contrary in order to protest against their presence? These are the main issues that the research project will address.

This project will first reconstruct the vocabularies used to describe and thus categorize these exiles and refugees, showing how new categories were elaborated to designate the political migrations’ actors during the nineteenth century. That lexical approach will also be used in order to analyze the legal tools and administrative practices that were thought for exiles and refugees. Another dimension of the research conducted by AsileuropeXIX will highlight the migration controls that affected political exiles at the borders, when these foreigners arrived in the country where they sought asylum: controls at the borders will be studied through administration and police records on the one hand, and through personal archives on the other hand (memoirs, correspondences, autobiographies). The project will also tackle the welcoming policies that were implemented towards foreign refugees, thanks to a history of public policies – ways of selecting, helping them and restricting their movements through space – but also by highlighting the civil societies’ reactions towards that specific foreign immigration. Finally, the last lead that the research group will follow relies on the a posteriori migration controls in nineteenth-century Europe: whereas migration controls at the borders were based on passport controls until the 1860s, the a posteriori migration controls relied on deportation measures but also on incentives given to refugees encouraging them to immigrate to European colonies.

ANR CIRESFI – B. Porot

Bertrand Porot, professeur des universités en musicologie à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC, est associé au projet d’ANR porté par Françoise Rubellin (Université de Nantes), « Contrainte et Intégration : pour une réévaluation des spectacles forains et italiens sous l’Ancien Régime » (projet CIRESFI). Le CERHiC est ainsi un laboratoire partenaire dans l’élaboration de ce projet de recherche pluriannuel (48 mois).

Présentation du projet ANR CIRESFI

Alors que Louis XIV a mis en place une politique culturelle fondée sur la centralisation et le monopole (seule l’Académie royale de musique peut donner des opéras et spectacles de musique et danse, seule la Comédie-Française peut donner des tragédies et comédies en français), deux autres théâtres réussissent pendant plus d’un siècle à exister et à se maintenir en dehors de ce système de privilège. Il s’agit de la Comédie-Italienne et des théâtres de la Foire (qui se produisent deux mois pendant les grands rassemblements commerciaux que sont la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été).

Jalousés par les deux scènes privilégiées, ils vont connaître des crises majeures, des procès incessants, des expulsions, des destructions. Or l’histoire de la littérature a longtemps fait peu de place à ces deux théâtres, célébrant les classiques de la Comédie-Française, comme Voltaire et Beaumarchais, et minimisant tout ce que Marivaux doit à la Comédie-Italienne (oubliant aussi que Molière jouait en alternance avec les Italiens à l’Hôtel de Bourgogne et s’inspirait de ceux-ci) ; quant aux spectacles forains, ils n’ont jamais eu droit jusqu’à aujourd’hui à un chapitre dans un manuel scolaire. Pourtant ils sont partie intégrante du patrimoine dramatique français, et témoignent d’une extraordinaire inventivité face à la contrainte, générant de nouvelles formes dramatiques (pièces par écriteaux, monologues à plusieurs, pantomimes, opéra-comique, etc.) qui perdureront aux siècles suivants (depuis l’opérette jusqu’au karaoké). Si ces théâtres de la Foire, ainsi que tout un pan de la Comédie-Italienne, ont été largement sous-étudiés, c’est pour des raisons politiques, idéologiques (ils sont souvent accusés de subversion) mais aussi matérielles (sources d’archives manuscrites, souvent dispersées, musique perdue, des centaines de pièces inédites etc.). Notre projet reposera en premier lieu sur une masse de ressources jusque-là inexploitées et inédites (près de 30000 pages de registres, actes notariés, procès-verbaux, comédies et opéras-comiques inédits).

En traitant ensemble pour la première fois la Comédie-Italienne et les théâtres forains, ces deux exclus du système des privilèges, il s’agira d’interroger d’une part les processus d’acculturation des Italiens et d’institutionnalisation (en 1762 la troupe de l’Opéra-Comique de la Foire fusionne avec la Comédie-Italienne ; l’Académie royale de musique cède en 1779 pour 30 ans le privilège de l’Opéra-Comique au Théâtre-Italien) et d’autre part les innovations artistiques inventées sous la contrainte par ces théâtres pour se maintenir.

Devant l’ampleur de ces archives, CIRESFI propose de relever un défi technologique en faisant collaborer les spécialistes du théâtre avec des chercheurs réputés en STIC pour travailler à la création d’un outil de reconnaissance de l’écriture manuscrite, afin de faciliter la saisie de milliers de pages pour la construction d’une vaste base de données interactive. Il s’agira à terme de pouvoir mettre en relation tous les éléments et événements qui concernent un spectacle des théâtres de la Foire ou de la Comédie-Italienne, depuis le coût de la production (registres), les accessoires utilisés, les acteurs employés, la composition sociale du public, les airs (retrouver les partitions et les instruments utilisés par l’orchestre), les danses (retrouver les types de danse), le texte de la pièce (déchiffrer et étudier les manuscrits, analyser les marques des censeurs).

Ce programme ambitieux jettera un regard résolument neuf sur des formes émergentes de création et sur les mutations de l’économie du spectacle ; il comporte des enjeux aussi bien esthétiques que sociaux. C’est un défi matériel et herméneutique pour montrer un autre visage culturel du patrimoine dramatique des Lumières que celui qui lui est académiquement consacré.

Sans titre1

Marionnette de Polichinelle, présentée dans le spectacle restitué dans le cadre du colloque « La Parodie d’opéra », colloque international de 2012, Université de Nantes.

Oeuvre de Denis Carolet, Polichinelle censeur des Théâtres, Foire St Germain, 1737, opéra-comique pour marionnettes