Archives de catégorie : ANR PARABAINO

Publication : transgression en temps de guerre

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer la publication de l’ouvrage collectif issu du programme ANR PARABAINO – Massacres, violences extrêmes et transgressions en temps de guerre [Antiquité grecque et romaine].

Nathalie Barrandon, Isabelle Pimouget-Pedarros (dir.), La transgression en temps de guerre de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Enquêtes et documents », 2021, 270 p. ISBN : 978-2-7535-8160-9.

La guerre est, de toutes les activités humaines, celle qui est le plus susceptible de conduire à des débordements, à la démesure, à la radicalité sans borne et donc à la violation de normes fondamentales. Que la guerre soit menée dans le cadre de règles bien définies, partagées, voire intériorisées par l’ensemble des belligérants, il n’en reste pas moins que l’histoire montre que ces règles ne sont pas systématiquement respectées, et peuvent même être totalement bafouées. La guerre constitue donc un champ d’étude privilégié pour aborder la question de la transgression.

Pourtant, peu de recherches y ont été jusque-là consacrées ; si, dans ses formes et manifestations, la violence ordinaire ou extrême sur le champ de bataille a pu faire l’objet d’une attention particulière, l’historiographie s’est en définitive peu intéressée aux mécanismes de déclenchement ainsi qu’à la construction de l’intolérable dans ou en marge des conflits armés. L’ouvrage a pour objectif de préciser les contours du sujet, d’en déterminer la portée et, ce faisant, d’ouvrir des pistes de recherche.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=5110

ANR PARABAINO : violences de masse en temps de guerre

Le Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC, EA 2616) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne a obtenu un financement de l’appel à projet de l’Agence Nationale de Recherche intitulé « Génocides et violences de masse » pour le programme de recherche « PARABAINO, massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre (Antiquité grecque et romaine) ».

Le programme PARABAINO, en centrant l’étude sur l’Antiquité, se propose d’être un socle et un point de départ à la réflexion d’ensemble qui a commencé à être menée sur les génocides et les violences de masse.

Ce programme est coordonné par Isabelle Pimouget-Pedarros, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Nantes (CRHIA), en collaboration avec Nathalie Barrandon, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Reims-Champagne Ardenne (CERHiC). Deux autres institutions sont partenaires : l’Université du Mans (CReAAH- Annie Allely) et l’Université de Caen (HisTéMé/Anhima- Jean-Baptiste Bonnard). Le programme commencera en janvier 2020.

Le programme PARABAINO propose d’appréhender les massacres et les violences extrêmes à travers les expériences grecque et romaine dans une perspective comparée et pluridisciplinaire (Anthropologie, Archéologie, Histoire, Histoire de l’Art, Lettres Classiques, Philosophie). Il s’agit d’étudier la genèse de ces pratiques afin d’inscrire l’Antiquité dans la compréhension globale des génocides et des violences de masse ; les résultats obtenus ont vocation à enrichir la connaissance des sociétés anciennes et à produire un savoir susceptible de contribuer à la réflexion d’ensemble sur le sujet.

Grâce à l’expertise de ses membres, l’équipe du programme PARABAINO proposera une réflexion guidée par trois thèmes transversaux : le corps, le sacré, l’identité.

Un corpus et une étude lexicale seront mis en œuvre afin de nourrir une analyse scientifique scandée par l’étude des pratiques, des discours et des représentations des violences de masse. Les résultats seront mis en ligne sous une forme simplifiée pour le bénéfice des chercheurs, des enseignants du secondaire et du grand public. Le site internet proposera donc en accès libre des fiches analytiques des principales sources textuelles et iconographiques et des fiches thématiques par axe de recherche, mais aussi une bibliographie, un lexique, des résumés des articles et des captations des communications. En effet, des rencontres scientifiques répondant aux questions posées par le programme, puis leur publication complèteront la dissémination et valorisation des résultats auprès des étudiants et des chercheurs, spécialistes de l’Antiquité et/ou des génocides et violences de masse.

Le programme Parabaino recrute un(e) postdoctorant(e) pour une durée de 18 mois (janvier 2020-juin 2021).