Archives de catégorie : Projets de recherche collectifs

ROTAROM17. AAC Contrat Post-doctoral

Le projet ERC ROTAROM17 (n° 101096639) propose un contrat post-doctoral de deux ans (2024-2027) pour une recherche sur la diffusion et la circulation des décisions imprimées de la Rote romaine en Europe (milieu XVIe-milieu XVIIIe siècle).

Contexte :

Ce contrat post-doctoral s’insère dans la mise en œuvre du projet ROTAROM17. Delivering justice on a transnational scale in Europe. The Roman Rota and the enforcement of a legal culture of negotiation (c. 1560-1700) / Rendre la justice en Europe à l’échelle transnationale/ La Rote romaine et la promotion d’une culture juridique de la négociation (ERC Grant n° 101096639), qui a commencé en septembre 2023 et va se poursuivre jusqu’en août 2028. Ce projet est accueilli par l’Université de Reims Champagne-Ardenne avec pour partenaire l’École française de Rome.

ROTAROM17 envisage la Rote romaine, grand tribunal civil de la papauté, comme l’un des outils essentiels de la gouvernance transnationale de l’Église catholique en Europe, du milieu du XVIe à la fin du XVIIe siècle. Il s’agit d’étudier cette institution encore mal connue pour cette période, et de voir comment la jurisprudence de la Rote a contribué à la constitution d’une culture juridique fondée sur la négociation. La Rote romaine, dont les douze juges ou auditeurs agissaient par délégation pontificale, jugeait en appel des causes civiles provenant des diocèses du monde catholique (en fait : d’États catholiques européens) ; elle jugeait aussi les causes civiles des tribunaux séculiers et ecclésiastiques de l’État pontifical. ROTAROM17 est centré sur la dimension transnationale de la Rote et sur sa période de plus fort rayonnement international, des lendemains du concile de Trente à la fin du XVIIe siècle. Conjuguant histoire et histoire du droit, avec une pluralité d’approches (histoire diplomatique, sociale, culturelle, histoire du livre), le projet explore la projection de la Rote sur des terrains précis, en procédant par études de cas. Il met l’accent sur la recherche fondamentale, en reliant les fonds d’archives de la Rote avec un grand nombre de fonds d’archives et de bibliothèques en Europe où la documentation se trouve dispersée.

Parmi les différentes problématiques envisagées (prosopographie des auditeurs, analyse d’affaires traitées par la Rote, impact des décisions prises par ce tribunal), la question de la circulation des décisions de la Rote constitue une porte d’entrée importante dans le questionnement d’ensemble du projet. Comment les décisions sont-elles rendues publiques, en dehors des acteurs d’une affaire instruite par la Rote ? Comment et pourquoi constituer des corpus stabilisés de décisions ? Comment sont-ils diffusés ? Quelle est leur réception ? Ces problématiques interrogent en même temps l’histoire du droit canon et de sa normalisation à l’époque moderne, et ses rapports avec le commerce du livre (imprimeurs, libraires, communautés ecclésiastiques ou civiles concernées par le droit et la jurisprudence canonique).

Dans le cadre de ce contrat, le/la post-doctorant(e) pourra contribuer significativement à l’exploration de la production imprimée des décisions de la Rote, et à la compréhension de ses enjeux et de ses acteurs.

Missions

Après une phase de mise en place d’une méthodologie et du périmètre de recherche envisagé durant ce contrat, la personne recrutée sera amenée à recueillir, analyser et normaliser des données archivistiques, à participer aux travaux de pilotage du projet, et enfin à valoriser ses recherches par les canaux propres au projet ou par d’autres moyens. Elle sera encadrée par Fabienne Henryot, Maîtresse de conférences HDR en histoire du livre et des bibliothèques (ENSSIB) en coordination avec Isabelle Poutrin, responsable scientifique du projet ROTAROM17.

Archives

  • Archives d’imprimeurs-libraires en France et en Italie
  • Catalogues de bibliothèques ecclésiastiques ou privées (XVIe-milieu XVIIIe siècle) – France, Italie, Espagne, Allemagne ou Autriche
  • Bibliographie matérielle à partir d’un corpus de recueils de décisions de la Rote romaine
  • Propositions et analyses d’études de cas
  • Contribution à l’ouvrage de synthèse en chantier sur la Rote romaine

Animation de la recherche

  • Participation aux réunions du projet
  • Contributions au carnet https://rotarom.hypotheses.org
  • Co-organisation de séances du séminaire Rotarom et/ou d’un événement scientifique
  • Association à la direction d’un ou plusieurs mémoires de master 1 et 2 à l’Enssib (Lyon)

Profil recherché

Le candidat H/F est titulaire d’un doctorat en histoire ou en histoire du droit (pour d’autres spécialités, nous contacter avant candidature) – ou bien sa thèse dans l’une de ces disciplines sera soutenue avant le 15 septembre 2024. Il est familier des problématiques et des outils de l’histoire du livre et des bibliothèques (bibliographie matérielle, travail sur catalogues anciens, exploitation des ressources catalographiques internationales actuelles). Il maîtrise le latin et a un bon niveau d’anglais pour les besoins de la communication du projet. La pratique de l’italien sera un plus.

Conditions de travail :

  • Rémunération : selon la grille de rémunération de l’établissement et l’expérience du ou de la candidat.e.
  • Date de prise de poste : 1er octobre 2024
  • Durée du contrat : un an renouvelable une fois
  • Type de contrat : CDD en qualité de chercheur post-doctorant
  • Employeur : Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Rattachement au CERHiC (UR 2616). La présence à Reims n’est pas requise, sinon de façon ponctuelle.
  • Localisation : Lyon. L’encadrement se fera à Lyon avec mise à disposition d’un espace de travail si nécessaire.
  • Mobilité : déplacements (archives ou événements scientifiques) à prévoir en France, en Italie et en Espagne, éventuellement en Allemagne ou en Autriche.

Procédure de recrutement :

Calendrier

  • Réception des candidatures jusqu’au 15 mai à minuit.
  • Réponse aux candidats à l’issue de l’examen des dossiers : 20 juin
  • Entretien avec les candidats retenus à cette étape : entre le 24 juin et le 5 juillet
  • Notification aux candidats : au plus tard dans les deux jours suivant l’entretien.

Constitution du dossier de candidature 

  • CV (indiquant les compétences linguistiques)
  • Copie du diplôme de doctorat ou attestation de réussite
  • Extrait de la thèse et/ou publication significative (15-25 p.)

Si le candidat doit soutenir sa thèse entre mai et septembre, une lettre de recommandation de son directeur de thèse est indispensable.

Le dossier doit être envoyé sous format .pdf au Dr. Jair Santos à l’adresse rotarom@efrome.it et à Fabienne Henryot (fabienne.henryot@enssib.fr)

Image : Bibliotheca Duboisiana, ou catalogue de la bibliothèque de feu Son Eminence Monseigneur le Cardinal du Bois […]. La vente publique se fera le 27 Aout 1725 par Jean Swart et Pierre de Hondt, vol. 1 (Paris, 1725).

Début du projet européen RotaRom17 (2023-2028)

Isabelle Poutrin, Professeure d’histoire moderne et membre du CERHiC, est heureuse d’annoncer le démarrage du projet européen RotaRom17 « Delivering Justice in a transnational scale in Europe. The Roman Rota and the enforcement of a legal culture of negociation (c. 1560-1700) » (2023-2028, Horizon ERC AdG n° 101096639), hébergé à l’Université de Reims Champagne -Ardenne, en partenariat avec l’École française de Rome qui l’accueille dans son axe 5 – Croyances, pratiques et institutions religieuses.

L’équipe porteuse de RotaRom17 est composée de Simona Feci, Anne Bonzon, Benedetta Borello, Bertrand Marceau et Fabienne Henryot, entourés par un ensemble international d’historiens et historiens du droit, sous la responsabilité scientifique d’I. Poutrin. Le projet financera deux thèses de doctorat (histoire moderne, histoire du droit) et trois post-docs en France, en Italie et en Espagne.

RotaRom17 envisage la Rote romaine, grand tribunal civil de la papauté, comme l’un des outils essentiels de la gouvernance transnationale de l’Église catholique en Europe, du milieu du XVIe à la fin du XVIIe siècle. Le premier objectif du projet est d’ouvrir un chantier de recherche sur la Rote romaine et de faciliter l’accès à sa documentation massive en produisant des outils de recherche et des ouvrages de référence essentiels, afin de jeter des bases pour les développements futurs de la recherche. Il s’agit également d’étudier cette institution encore mal connue pour cette période, et de voir le droit en action par une série d’études de cas, ainsi que la manière dont la jurisprudence de la Rote a contribué à la constitution d’une culture juridique fondée sur la négociation. Le projet met l’accent sur la recherche fondamentale, en reliant les fonds d’archives de la Rote (Archives apostoliques du Vatican, Archivio di Stato de Rome et de Pérouse) avec un grand nombre de fonds d’archives et de bibliothèques en Europe où la documentation se trouve dispersée.

Entre autres sujets de recherche, on enquêtera sur le rôle diplomatique et culturel des auditeurs « transalpins » choisis par leurs souverains respectifs (France, Espagne, Saint-Empire), tels que les Français Séraphin Olivier-Razzali, Denis de Marquemont, Guillaume du Nozet, Aimé du Nozet, Louis de Bourlemont et Mathieu-Isoré d’Hervault. Un travail similaire sera engagé pour les auditeurs aragonais, castillans et impériaux. Par ailleurs, si la France (de même que d’autres Etats catholiques) n’envoyait pas de causes en appel à la Rote, on s’intéressera à la façon dont les décisions de ce tribunal, diffusées sous forme de copies manuscrites et de gros volumes imprimés, pouvait être mobilisée par les juristes dans les Etats européens et leurs possessions outre-mer.

Les causes jugées devant la Rote concernent au premier chef le fonctionnement interne de l’Église (bénéfices ecclésiastiques, dîmes, préséances entre clercs, demandes de nullité de vœux de religion) pour les Etats catholiques où la Rote était compétente en appel des tribunaux ecclésiastiques. Mais elles couvrent également une grande variété de thèmes (histoire de la famille, histoire économique, histoire urbaine), en particulier pour Rome et l’État pontifical où la Rote jugeait en appel des tribunaux civils. Cette annonce a donc aussi pour objet de susciter des collaborations avec les historiennes et historiens modernistes qui seraient intéressés par ce projet, ou qui rencontreraient la Rote (auditeurs, procès) au cours de leurs recherches. Les activités du projet (ateliers de recherche, séminaires) seront bientôt annoncés sur un site dédié.

Isabelle Poutrin isabelle.poutrin@univ-reims.fr

Image : Nicolas Poussin, La danse de la vie humaine, Wallace Collection

Colloque international Parabainô, 1er-6 juin, Médiathèque Jean Falala, Reims

Massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre (dialogue entre mondes anciens et contemporains)

Auditorium de la Médiathèque Jean Falala, 2 rue des Fuseliers, Reims. Entrée libre.

L’équipe du programme Parabainô organise un colloque international pour clore la recherche collective entreprise il y a maintenant plus de trois ans sur Massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre. Ce colloque permet de concrétiser l’étude engagée sur les trois thématiques transversales du programme : identité, sacré et genre. Une journée leur est respectivement consacrée.

Les intervenants viendront de France, d’Italie, de Belgique ou des Etats-Unis. Ils et elles sont historiens, historiens de l’art, philologues, artistes, juristes, civilisationnistes, philosophes ou encore anthropologues. Pour chaque séance, un antiquisant et un contemporanéiste dialogueront afin de mettre en perspective leurs propres travaux. Une table ronde se tiendra en fin de chaque journée.

Jeudi, 9 h. – 18 h. Thème : Identité

Vendredi, 9 h. 18 h. Thème : Sacré

Samedi, 9 h. 16 h. 30. Thème : Genre

Pour obtenir le lien de connexion et assister au colloque en visioconférence, veuillez écrire, à partir du 25 mai, à marie-helene.morell@univ-reims.fr

  • Télécharger le programme sur le site de PARABAINÔ : cliquer ici

Image : Pablo Picasso, “Massacre en Corée”, 1951, Musée national Pablo Picasso, Paris. Tous droits réservés (©Succession Picasso 2023).

PARABAINÔ est un programme de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR 19-FGEN-0002), et porté par Isabelle Pimouguet-Pédarros (Centre de recherches en histoire internationale et atlantique – CRHIA, Université de Nantes) et Nathalie Barrandon (Centre d’études et de recherche en histoire culturelle – CERHiC, Université de Reims Champagne-Ardenne).

Séminaire du CERHIC, 6 octobre : Nina Valbousquet et Niek Thate

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 6 octobre de 12 h. 30 à 14 h.,

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle E 13.

Le séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs” ouvre l’année universitaire avec une séance thématique “Catholicisme et antisémitisme“.

Nous aurons le plaisir de recevoir :

Nina Valbousquet, est Docteur en histoire contemporaine (“Les réseaux transnationaux de l’antisémitisme catholique : France-Italie, 1914-1934. Umberto Benigni et les catholiques intransigeants”, Sciences Po Paris, 2016), et ancien membre de l’Ecole française de Rome (2019-2022) où elle a développé ses recherches sur les relations diplomatiques entre le Vatican et les organisations juives dans la première moitié du XXe siècle. Actuellement chargée de recherche CNRS auprès de l’EFR, elle est co-organisatrice du programme “Pie XII : un pontificat en archives“.

Niek Tate est Docteur en histoire du Moyen Âge (“Colligere et compilare, voces paginarum. Organiser la parole de Dieu et la critique historique de la répétition écrite. Recherche et histoire des textes à l’origine de la tradition anti-juive en Occident (1000-1322)”, EHESS, 2015). Ses recherches portent sur la formation de l’antijudaïsme chrétien à travers la prédication et l’écrit aux XIe-XIIIe siècles. Il est actuellement chercheur au CERHIC dans le cadre du programme ANR AUBUPAR (Augustin dans les bibliothèques de l’Université de Paris) porté par la Dr Claire Angotti.

Image d’en-tête : BL, ms. 18815, f. 90r. Les juifs menacent Jésus dans le Temple, in Bréviaire dominicain dit Bréviaire d’Isabelle la Catholique, v. 1497.

Séminaire du CERHiC, 9 juin Actualité de la recherche

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 9 juin 2022, de 14 h. à 16 h. 30, Université de Reims, Campus Croix rouge, bâtiment recherche s.E. 13

La dernière session de l’année universitaire est consacrée à l’actualité de la recherche des membres du CERHiC, avec une sélection de travaux en cours représentatifs des activités de l’équipe :

Jérémie Dubois présentera le programme “Dante d’hier à aujourd’hui” (ANR DHAF).

Claire Angotti présentera le programme “Augustin dans les bibliothèques de l’Université de Paris (XIIIe-XVe siècles)” (ANR AUBUPAR).

Pierrick de Saint-Vaast présentera ses recherches doctorales en histoire contemporaine : “Ecrire l’histoire du château dans la Grande Guerre : retour d’expérience”.

Liliane Siani présentera ses recherches doctorales en musicologie : « Les spectacles lyriques au théâtre des arènes de Béziers (1898-1911) : un autre modèle face au Festival de Bayreuth wagnérien. »

Publication : Dictionnaire du fouet et de la fessee

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication du livre dirigé par Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset, Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, Paris, Puf, 2022.

La violence exercée sur autrui dans le but de dresser, d’éduquer, de corriger ou de punir englobe des pratiques très anciennes (coups, fouet, privations, enfermement) et d’autres plus caractéristiques d’une époque, comme le bonnet d’âne dans l’école de la Troisième République. Certaines, comme la gifle et la fessée, semblent si banales qu’on ne les perçoit pas d’emblée comme des objets d’histoire. Jusqu’à ces dernières décennies, cette violence infligée dans le cadre de la maisonnée, distincte et complémentaire de la violence de l’État, n’était contestée que lorsqu’elle était manifestement excessive. Le « droit de correction » était considéré comme un pilier de l’ordre social, exprimant l’autorité des parents sur leur enfant, du mari sur sa femme, du maître sur son élève, son apprenti ou son esclave.

À travers 248 exemples tirés de l’histoire, de l’art, du droit, de la littérature ou du cinéma, ce dictionnaire propose une plongée dans l’histoire du droit de correction de l’Antiquité à nos jours. Il analyse des thèmes aussi divers que la parentalité, le couple, l’éducation, le corps, l’érotisme, le monde du travail ou la condition animale, éclairant ainsi les récents débats sur la prévention des violences conjugales ou sur la loi « anti-fessée » de 2019.

L’Introduction rédigée par Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset (p. XI-XXVI) est suivie des 248 entrées, de “Abus et excès (XVIe-XVIIIe siècle)” à “Violences éducatives ordinaires”.

Isabelle Poutrin est professeure d’histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur la conversion religieuse aux XVIe-XVIIe siècles en Espagne et en Italie. Elle est l’autrice aux Puf de Convertir les musulmans. Espagne 1491-1609 (2012).

Élisabeth Lusset est chargée de recherche en histoire du Moyen Âge au CNRS. Ses travaux portent sur le gouvernement de l’Église, les ordres religieux et la justice au Moyen Âge. Elle est notamment l’autrice de Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) (Brepols,2017).

Le Dictionnaire a été préparé depuis 2018 par un comité scientifique formé de Véronique Beaulande-Barraud (Université de Grenoble-Alpes), Jean-Baptiste Bonnard (Université de Caen Normandie), Emmanuelle Chapron (Aix-Marseille Université), Julie Doyon (Université de Sorbonne Paris Nord/Université de Fribourg), Julien Dubouloz (Aix Marseille Université), Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne), David Niget (Université d’Angers), Diane Roussel (Université Gustave Eiffel), outre les deux directrices d’ouvrage.

Parmi les 164 spécialistes qui ont contribué à ce Dictionnaire, on compte six enseignants-chercheurs titulaires ou associés de laboratoires de l’Université de Reims-Champagne-Ardenne (CEREP, CIRLEP, CRIMEL, CERHiC) : Alexie Geers (“Pernoud, Laurence”), Isabelle Heullant-Donat (“Ascèse”, “Flagellants”), Agnès Millot (“Public Schools”), Yann Philippe (“Slapstick”), Isabelle Poutrin (“Age de raison”, “Ancône”, “Châtiment des quatre piquets dans les colonies”, “Esclaves (Moyen Âge)”, “Femmes tondues”, “Fessée”, “Fouet”, “Pédagogie noire”, “Peur révérencielle”, “Privation”), et Karin Ueltschi (“Père Fouettard”, “Fabliaux”) – ainsi que d’anciens membres du département d’histoire de Reims : Véronique Beaulande-Barraud, Sylvie Joye, Diane Roussel, Caroline Muller, Jan Synowiecki, Elisabeth Lusset.

Troisième séminaire PARABAINO, 15 octobre

Le troisième séminaire du programme ANR PARABAINO (Massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre. Antiquité grecque et romaine – ANR-19-FGEN-0002), a pour thème :

Les mots pour le dire : définitions et utilisation des termes “massacre, violence extrême et transgression” dans les mondes grec et romain.

Il se tiendra à la MSH Ange Guépin (Nantes)

vendredi 15 octobre 2021 de 9 h. à 17 h.

Organisation scientifique : Pr Isabelle Pimouguet-Pédarros, Pr Nathalie Barrandon

Accès en distanciel sur demande : crhia@univ-nantes.fr

Journée d’études “Images … Mémoires et amnésies de Reims”, 16 octobre

Première journée d’études

Images matérielles, images mentales, mémoires et amnésies de Reims

Organisation scientifique : Bruno Restif et Philippe Buton

Lieu : Bibliothèque Carnegie

Date : Samedi 16 octobre 2021, 10h00-17h30

Réservation préalable obligatoire auprès de mh.morell@univ-reims.fr

Programme

La matinée est placée sous la présidence de M. Georges Magnier, Directeur des Musées de Reims

10h15. Introduction par Bruno Restif (Maître de conférences en Histoire moderne, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHIC)

10h30. Patrick Demouy (Professeur émérite d’Histoire médiévale, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHIC) : La cathédrale

10h55. Thierry Sarmant (archiviste-paléographe, conservateur général du patrimoine et directeur des collections du Mobilier national) : Colbert

11h20 : Questions, puis pause.

11h50. Manonmani Restif (archiviste paléographe, conservatrice en chef du patrimoine et cheffe de projet au Service interministériel des Archives de France) : Les cartes et plans de Reims

12h15. Jean-François Boulanger (PRAG en Histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHiC) : Reims, ville bourgeoise, quartiers populaires

12h40. Questions.

L’après-midi est placée sous la présidence de Mme Aurore Sat, archiviste-paléographe, directrice adjointe des Archives départementales de la Marne.

14h30. Christophe Henrion (chargé d’enseignement à l’UFR STAPS de l’Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le sport

14h.55. Philippe Buton (Professeur d’Histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHIC) : La guerre

15h20. Fabienne Moreau (Responsable Patrimoine et action culturelle chez Hennessy) : Cirque et manège

15h45 : Questions, puis pause.

16h10. Anaïs Bertrand (Doctorante en Histoire Contemporaine, CERHIC) : Le champagne

16h35 : Questions.

16h50. Présentation de documents iconographiques conservés à la Bibliothèque Carnegie, en lien avec la thématique de la Journée, par Frédéric Mongin, responsable des fonds iconographiques de la Bibliothèque Carnegie.

Fin de la journée d’étude à 17 h. 30.

Image © Reims 2021, Musée des Beaux-Arts / Photo : Christian Devleeschauwer

Journée organisée avec le soutien du Centre de recherches en histoire culturelle (CERHiC, EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne.