Archives de catégorie : Projets de recherche collectifs

Troisième séminaire PARABAINO, 15 octobre

Le troisième séminaire du programme ANR PARABAINO (Massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre. Antiquité grecque et romaine – ANR-19-FGEN-0002), a pour thème :

Les mots pour le dire : définitions et utilisation des termes “massacre, violence extrême et transgression” dans les mondes grec et romain.

Il se tiendra à la MSH Ange Guépin (Nantes)

vendredi 15 octobre 2021 de 9 h. à 17 h.

Organisation scientifique : Pr Isabelle Pimouguet-Pédarros, Pr Nathalie Barrandon

Accès en distanciel sur demande : crhia@univ-nantes.fr

Journée d’études “Images … Mémoires et amnésies de Reims”, 16 octobre

Première journée d’études

Images matérielles, images mentales, mémoires et amnésies de Reims

Organisation scientifique : Bruno Restif et Philippe Buton

Lieu : Bibliothèque Carnegie

Date : Samedi 16 octobre 2021, 10h00-17h30

Réservation préalable obligatoire auprès de mh.morell@univ-reims.fr

Programme

La matinée est placée sous la présidence de M. Georges Magnier, Directeur des Musées de Reims

10h15. Introduction par Bruno Restif (Maître de conférences en Histoire moderne, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHIC)

10h30. Patrick Demouy (Professeur émérite d’Histoire médiévale, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHIC) : La cathédrale

10h55. Thierry Sarmant (archiviste-paléographe, conservateur général du patrimoine et directeur des collections du Mobilier national) : Colbert

11h20 : Questions, puis pause.

11h50. Manonmani Restif (archiviste paléographe, conservatrice en chef du patrimoine et cheffe de projet au Service interministériel des Archives de France) : Les cartes et plans de Reims

12h15. Jean-François Boulanger (PRAG en Histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHiC) : Reims, ville bourgeoise, quartiers populaires

12h40. Questions.

L’après-midi est placée sous la présidence de Mme Aurore Sat, archiviste-paléographe, directrice adjointe des Archives départementales de la Marne.

14h30. Christophe Henrion (chargé d’enseignement à l’UFR STAPS de l’Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le sport

14h.55. Philippe Buton (Professeur d’Histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHIC) : La guerre

15h20. Fabienne Moreau (Responsable Patrimoine et action culturelle chez Hennessy) : Cirque et manège

15h45 : Questions, puis pause.

16h10. Anaïs Bertrand (Doctorante en Histoire Contemporaine, CERHIC) : Le champagne

16h35 : Questions.

16h50. Présentation de documents iconographiques conservés à la Bibliothèque Carnegie, en lien avec la thématique de la Journée, par Frédéric Mongin, responsable des fonds iconographiques de la Bibliothèque Carnegie.

Fin de la journée d’étude à 17 h. 30.

Image © Reims 2021, Musée des Beaux-Arts / Photo : Christian Devleeschauwer

Journée organisée avec le soutien du Centre de recherches en histoire culturelle (CERHiC, EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne.

Publication : transgression en temps de guerre

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer la publication de l’ouvrage collectif issu du programme ANR PARABAINO – Massacres, violences extrêmes et transgressions en temps de guerre [Antiquité grecque et romaine].

Nathalie Barrandon, Isabelle Pimouget-Pedarros (dir.), La transgression en temps de guerre de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Enquêtes et documents », 2021, 270 p. ISBN : 978-2-7535-8160-9.

La guerre est, de toutes les activités humaines, celle qui est le plus susceptible de conduire à des débordements, à la démesure, à la radicalité sans borne et donc à la violation de normes fondamentales. Que la guerre soit menée dans le cadre de règles bien définies, partagées, voire intériorisées par l’ensemble des belligérants, il n’en reste pas moins que l’histoire montre que ces règles ne sont pas systématiquement respectées, et peuvent même être totalement bafouées. La guerre constitue donc un champ d’étude privilégié pour aborder la question de la transgression.

Pourtant, peu de recherches y ont été jusque-là consacrées ; si, dans ses formes et manifestations, la violence ordinaire ou extrême sur le champ de bataille a pu faire l’objet d’une attention particulière, l’historiographie s’est en définitive peu intéressée aux mécanismes de déclenchement ainsi qu’à la construction de l’intolérable dans ou en marge des conflits armés. L’ouvrage a pour objectif de préciser les contours du sujet, d’en déterminer la portée et, ce faisant, d’ouvrir des pistes de recherche.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=5110

ANR DHAF. Dante d’hier à aujourd’hui en France

Le programme ANR DHAF (Dante d’hier à aujourd’hui en France), sélectionné par l’Agence nationale de la recherche en 2020, est coordonné par le Pr Philippe Guérin (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, laboratoire LECEMO, EA 3979). Il est consacré à l’étude des traductions françaises ainsi qu’à la réception de l’oeuvre de Dante en France, plus particulièrement à la période contemporaine.

Jérémie Dubois, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC, participe à ce projet comme co-responsable des recherches sur la réception littéraire et savante de Dante en France.

Enfermements IV. Travail et milieux clos, 28 janvier

En 2020, le programme de recherches “Enfermements. Une histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux, Ve-XIXe siècle” centre ses recherches sur le thème du travail en milieu clos.

Date : Mardi 28 janvier 2020, de 9 h. 30 à 18 h.

Lieu : Campus Cordorcet – Centre de colloque – Place du Front populaire – 93322 Aubervilliers – salle 3.05, 3e étage (Métro : Front Populaire, ligne 12).

À travers une approche comparée des relations entre enfermements et travail invitant au dialogue entre historiens, archéologues, sociologues et juristes et prenant en compte la longue durée (du Moyen Âge à l’époque contemporaine), les ateliers de 2020 exploreront les manières dont les milieux clos (monastères, hôpitaux et prisons, en particulier) ont conçu et organisé le travail en leur sein, que l’oisiveté soit tenue pour un vice à combattre par l’enfermement, que le travail contribue à l’économie des milieux clos, qu’il soit un outil de « disciplinarisation » ou que la clôture apparaisse comme une contrainte efficace sur les employés récalcitrant, notamment. Quelles sont les spécificités du travail en situation d’enfermement ? Quels effets la clôture produit-elle sur l’organisation du travail ? À l’inverse, quels sont les effets du travail sur les structures d’enfermement et en quoi le travail les modifie-t-il ? Comment la structure close se projette-t-elle ou se dilate-t-elle, par le travail, au-delà des murs ?

L’ atelier est organisé par le CERHiC (EA 2616-Université de Reims), le LAMOP (UMR 8589, CNRS-Paris 1-Panthéon-Sorbonne), le Centre Georg Simmel (UMR 8131, CNRS-EHESS) avec le soutien du LabEx Hastec et de l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux.

Contact: elisabeth.lusset[a]univ-paris1.fr

Continuer la lecture de Enfermements IV. Travail et milieux clos, 28 janvier

ANR PARABAINO : violences de masse en temps de guerre

Le Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC, EA 2616) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne a obtenu un financement de l’appel à projet de l’Agence Nationale de Recherche intitulé « Génocides et violences de masse » pour le programme de recherche « PARABAINO, massacres, violences extrêmes et transgression en temps de guerre (Antiquité grecque et romaine) ».

Le programme PARABAINO, en centrant l’étude sur l’Antiquité, se propose d’être un socle et un point de départ à la réflexion d’ensemble qui a commencé à être menée sur les génocides et les violences de masse.

Ce programme est coordonné par Isabelle Pimouget-Pedarros, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Nantes (CRHIA), en collaboration avec Nathalie Barrandon, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Reims-Champagne Ardenne (CERHiC). Deux autres institutions sont partenaires : l’Université du Mans (CReAAH- Annie Allely) et l’Université de Caen (HisTéMé/Anhima- Jean-Baptiste Bonnard). Le programme commencera en janvier 2020.

Le programme PARABAINO propose d’appréhender les massacres et les violences extrêmes à travers les expériences grecque et romaine dans une perspective comparée et pluridisciplinaire (Anthropologie, Archéologie, Histoire, Histoire de l’Art, Lettres Classiques, Philosophie). Il s’agit d’étudier la genèse de ces pratiques afin d’inscrire l’Antiquité dans la compréhension globale des génocides et des violences de masse ; les résultats obtenus ont vocation à enrichir la connaissance des sociétés anciennes et à produire un savoir susceptible de contribuer à la réflexion d’ensemble sur le sujet.

Grâce à l’expertise de ses membres, l’équipe du programme PARABAINO proposera une réflexion guidée par trois thèmes transversaux : le corps, le sacré, l’identité.

Un corpus et une étude lexicale seront mis en œuvre afin de nourrir une analyse scientifique scandée par l’étude des pratiques, des discours et des représentations des violences de masse. Les résultats seront mis en ligne sous une forme simplifiée pour le bénéfice des chercheurs, des enseignants du secondaire et du grand public. Le site internet proposera donc en accès libre des fiches analytiques des principales sources textuelles et iconographiques et des fiches thématiques par axe de recherche, mais aussi une bibliographie, un lexique, des résumés des articles et des captations des communications. En effet, des rencontres scientifiques répondant aux questions posées par le programme, puis leur publication complèteront la dissémination et valorisation des résultats auprès des étudiants et des chercheurs, spécialistes de l’Antiquité et/ou des génocides et violences de masse.

Le programme Parabaino recrute un(e) postdoctorant(e) pour une durée de 18 mois (janvier 2020-juin 2021).

Colloque “Exil, genre et famille au xixe siècle”, 5-7 septembre

L’équipe du programme ANR AsileuropeXIX a le plaisir d’annoncer la tenue d’un colloque international organisé par le CERHiC de l’Université de Reims Champagne-Ardenne à la Médiathèque Jean Falala de Reims (2, rue des Fuseliers) les 5, 6 et 7 septembre prochains. 

Comité d’organisation :

  • Delphine Diaz, Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Alexandre Dupont, Université de Strasbourg
  • Antonin Durand, Institut Convergences Migrations
  • Hugo Vermeren, Ecole française de Rome

JEUDI 5 SEPTEMBRE 2019

14 h – 15 h : Introduction

Mot de bienvenue par Frédéric Piantoni, maître de conférences en géographie, doyen de l’UFR Lettres et Sciences humaines (Université de Reims Champagne-Ardenne), par Camille Froidevaux-Metterie, professeure de science politique, chargée de mission « égalité et diversité » (Université de Reims Champagne-Ardenne) et par Isabelle Poutrin, professeure d’histoire moderne, directrice adjointe du CERHiC (Université de Reims Champagne-Ardenne).

Introduction scientifique par Delphine Diaz (Université de Reims Champagne-Ardenne, Alexandre Dupont (Université de Strasbourg), Antonin Durand (Institut des migrations) et Hugo Vermeren (École française de Rome).

15 h – 17 h : Session 1 : Agrégation et désagrégation du couple et de la famille en exil

Présidence : Isabelle Poutrin (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Janet Polasky (University of New Hampshire) : « The Cosmopolitan Neighborhoods of Altona and Hamburg »

Sylvie Aprile (Université de Paris-Nanterre) : « Désordres et trahisons : la famille en exil »

Emmanuelle Berthiaud (Université de Picardie Jules Verne) : « Passer de la lumière à l’ombre : Marie-Thérèse et Émile Ollivier, un exil en famille (Italie, 1870-1873) »

Pause café

17 h 30 – 18 h 30 : table ronde du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe »

Julie Le Gac (Université de Paris-Nanterre), Fabrice Virgili (CNRS) et Delphine Diaz (Université de Reims Champagne-Ardenne) : présentation de l’ouvrage L’Europe des femmes et table ronde sur l’Encyclopédie « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » et son axe « genre et migrations », discutante : Constance Bantman (University of Surrey)

VENDREDI 6 SEPTEMBRE 2019

9 h 15 – 11 h 00 : Session 2 : Générations et transmissions en situation d’exil

Présidence : Manuela Martini (Université de Lyon 2)

Olga Solodyankina (Cherepovets State University) : « Exile in the life strategies of four female generations of the same family »

Faith Hillis (University of Chicago) : « Gender and Russian Revolutionary Thought in European Exile, 1865-1917 »

Thomas C. Jones (University of Buckingham) : « The Rocker-Witkop family and the end of asylum in First World War Britain »

Pause café

11 h 15 – 13 h : Session 3 : Pères, fils et frères en exil

Présidence : Heléna Tóth (Universität Bamberg)

Clémentine Colmont (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’exil de la famille royale des Bourbon d’Espagne : les expériences de l’exil de Ferdinand VII et des Infants Don Antonio et Don Carlos à Valençay entre 1808 et 1814 »

Juan Luis Simal (Universidad Autónoma de Madrid) : « Honour, Custody and Masculinity: the Parole d’honneur of Prisoners of War and Political Refugees in France from the Napoleonic Empire to the Orleanist Monarchy »

Jonathan Barbier (Institut d’études politiques de Toulouse) : « La famille Raspail en exil »

Pause déjeuner

14 h – 16 h : Session 4 : Les femmes actrices de leur exil

Présidence : Carlotta Sorba (Università degli Studi di Padova)

Sydney Watts (University of Richmond) : « Family Composition and Household Strategies among a Fractured Community: French Women, Children and Domestic Servants the Channel Migration, 1789-1804 »

Sara Sánchez Calvo (Universidad Complutense, Madrid) : « Jeanne Deroin : exil, vie quotidienne et militantisme politique à Hammersmith »

Guilhem Chauvet (Université de Clermont-Auvergne) : « L’exil comme culture politique et familiale. Entre ressources et contraintes, un espace d’expression pour María de las Nieves de Braganza y de Borbón ? (1852-1909) »

Pause café

16 h 30 – 18 h : Session 5 : Les femmes qui restent

Présidence : Romy Sánchez (CNRS)

Catherine Brice (Université de Paris-Est-Créteil) : « Ceux qui partent et celles qui restent : entre gestion économique et intercession politique. Exemples piémontais, romains, napolitains, lombardo-vénitiens (1821-1860) »

Marcin Lukasz Filipowicz (Uniwersytetu Warszawskiego) : « The refusal to go into exile as an important factor of creating a female self »

SAMEDI 7 SEPTEMBRE 2019

9 h 30 – 10 h 45 : Session 6 : État, genre et exil (1)

Présidence : Laurent Dornel (Université de Pau-Pays de l’Adour)

Paolo Conte (Università di San Marino) : « Un exil fort difficile, un retour autant espéré : les réfugiés napolitains (et les réfugiées napolitaines) en France demandant les secours pour rentrer dans leur patrie »

Christophe Chevalier (UC Louvain) : « Invisible donc négligeable ? L’exil au féminin en Belgique (1830-1870) »

Pause café

11 h 15 – 12 h 30 : Session 6 : État, genre et exil (2)

Présidence : Laurent Dornel (Université de Pau-Pays de l’Adour)

Benoît Vaillot (Institut universitaire de Florence) : « L’exil des Alsacien.ne.s-lorrain.e.s. Option, genre et famille dans les années 1870 »

Frédéric Garan (Université de la Réunion) : « L’exil de Ranavalona III ou la construction de l’image d’une reine d’opérette »

12 h 30 – 13 h : Conclusions Sylvie Aprile (Université Paris-Nanterre) et Hilde Greefs (Universiteit Antwerpen)

Contact : asileurope@gmail.com

Programme_EGF

Publication : “Eloigner et expulser les étrangers au XIXe siècle”.

L’équipe du programme AsileuropeXIX a le plaisir de vous annoncer la parution, dans le numéro 33 de la revue Diasporas, du dossier “Eloigner et expulser les étrangers au XIXe siècle” dirigé par Delphine Diaz (MCF à l’Université de Reims Champagne Ardenne) et Hugo Vermeren (Ecole française de Rome).

 

Ce dossier invite à penser ensemble les différentes mesures d’éloignement et d’expulsion prises à l’encontre des étrangers au XIXe siècle sur le continent européen, dans certains espaces coloniaux, mais également en Amérique latine. Les neuf contributions d abordent ainsi les politiques et les pratiques de l’éloignement des étrangers dans toute leur pluralité et leur complexité, montrant combien l’histoire de l’accueil et de l’intégration des étrangers est aussi une histoire de rejets profondément enracinés dans les processus de construction des États-nations et des territoires coloniaux au XIXe siècle. Une attention particulière est également portée aux étrangers visés par les procédures d’éloignement à travers les formes de mobilisations individuelles et collectives pour dénoncer et contester ces décisions prises à leur encontre.

Image de couverture : Chagot, « Les peuples sont pour nous des frères », Le Journal du Rire, 10 octobre 1851.

SOMMAIRE

L’expulsion comme mesure administrative et outil du contrôle migratoire

Delphine Diaz, Hugo Vermeren, Introduction.

Delphine Diaz, « Les expulsions de réfugiés étrangers. Pratiques administratives et mobilisations de l’opinion publique, France, 1832-1852 ».

Torsten Feys, « International railroads and human mobility controls at the Franco-Belgian border (1840s-1860s) ».

Élie-Benjamin Loyer, «Expulser les indésirables. Un aspect de la gestion des populations immigrées sous la Troisième République (1880-1939) ».

Expulsions individuelles, expulsions collectives en Europe et Amériques

Fabrice Bensimon, « À bas les Anglais ! ». Mobilisations collectives contre des Britanniques, de la monarchie de Juillet à la révolution de 1848 ».

Edward Blumenthal, «Droit d’asile, droit d’expulsion et représentations de l’exilé en Amérique du Sud au XIXe siècle ».

Romy Sánchez, « Expulser les étrangers d’outre-mer. Le cas de Cuba, 1840-1880 ».

Négocier, contester l’expulsion

Antonin Durand, « Éloigner les Barabbas ». Sur une campagne d’expulsion d’étrangers en Piémont en 1853 ».

Thomas C. Jones, « A “coup d’État” in Jersey? Rethinking the Jersey expulsions of 1855 ».

Jeanne Moisand, « Que faire d’exilés indésirables ? Les cantonalistes espagnols en Algérie française (1874) ».

Conclusion: Laurent Dornel, « Pour une histoire comparée et diachronique de l’expulsion ».