Archives de catégorie : Billets

Le genre du luxe. Journée d’études, 3 décembre

Journée d’études en histoire de l’Antiquité

Organisation scientifique : Florence Gherchanoc (Université de Paris) et Noémie Villacèque (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Vendredi 3 décembre 2021 de 10 h. à 18 h., Amphi Turing, Université de Paris, Bâtiment Sophie Germain, place Aurélie Nemours, Paris 13e

10 h. – 10 h. 15. Florence Gherchanoc (Université de Paris) et Noémie Villacèque (Université de Reims Champagne-Ardenne), Introduction

10 h. 15 – 10 h. 45. Lydie Bodiou (Université de Poitiers) et Véronique Mehl (Université de Bretagne Sud), Sensuel et éphémère : le parfum comme marqueur social masculin

10 h. 55 – 11 h. 20. Léa Marquès (Université de Paris & Université de Reims Champagne-Ardenne), Genrer le luxe vestimentaire masculin dans l’Athènes démocratique : un moyen de (se) distinguer ?

Pause

11 h. 40 – 12 h. 05. Inès Medjkoune (Université de Paris), Archè et truphê : construction et usage des portraits des reines barbares

12 h. 15 – 12 h. 40. Cecilia D’Ercole (Ecole des hautes études en sciences sociales), Le luxe des autres. Les ornements en cristal de roche en Apulie aux IVe-IIIe siècles av. J.-C.

Pause déjeuner

14 h. 15 – 14 h. 40. Elodie Bauer (Université de Fribourg & Université de Paris), Occurrences iconographiques de vêtements féminins “de luxe” dans les processions et rites religieux en Grèce classique : le cas des canéphores

14 h. 50 – 15 h. 15. Manfred Lesgourgues (Collège de France), Entre εὐκοσμία et πολυτέλεια : quelle place pour le luxe chez les prêtres grecs ?

Pause

15 h. 35 – 16 h. Sara Karatas (U. de Bristol), Greek Male and female ostentatious clothing and criticism of luxury

16 h. 10 : Discussion finale et conclusion

Publication : En Exil

Le CERHiC a la joie d’annoncer la parution du livre de Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine / IUF, et membre du CERHiC :

En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours,

Paris, Gallimard, coll. Folio histoire (n° 312), 2021, 528 p.

À l’heure où la « crise migratoire », parfois qualifiée de « crise de l’asile », n’en finit pas de diviser les États et les sociétés en Europe, cet ouvrage entend redonner une profondeur historique à une question d’actualité.

Il interroge les multiples dénominations et représentations relatives aux « migrants » partis sous la contrainte, en allant de l’« exilé », du « proscrit », au « demandeur d’asile » et au « réfugié ». On y entend résonner les discours prononcés par des proscrits qui ont marqué leur temps, les échos des œuvres littéraires que les exilés nous ont laissées en héritage, depuis Les Châtiments de Victor Hugo jusqu’à Persépolis de Marjane Satrapi, mais on distingue aussi le murmure anonyme des « sans-État », souvent dénigrés et rejetés.

Le livre donne enfin la part belle aux oubliés de la migration – femmes, enfants et vieillards –, pourtant largement impliqués dans cette histoire en mouvement. Grâce à un parcours chronologique qui commence avec les insurrections et révolutions de la fin du XVIIIe siècle et s’achève avec le temps présent de la migration contrainte, ce récit transnational de l’histoire des réfugiés donne vie et corps aux exilés d’hier et d’aujourd’hui : il restitue leur expérience collective mais aussi la singularité de leurs parcours européens.

PUBLICATION : Nous qui ne cultivons pas le préjugé de race

Le CERHiC est heureux d’annoncer la prochaine publication de l’ouvrage de Dominique Chathuant, membre associé du CERHiC :

Nous qui ne cultivons pas le préjugé de Race. Histoire(s) d’un siècle de doute sur le racisme en France,

aux éditions du Félin, coll. Histoire et sociétés, parution annoncée le 14 octobre 2021 (504 p., 25 €).  ISBN 978-2-86645-961-1

Nous qui ne cultivons pas le préjugé de race

En 1919, bien avant Black Lives Matter, un policier militaire américain abat froidement à Nantes un promeneur guadeloupéen. On lit alors dans la presse indignée que les Français ne cultivent pas le préjugé des races, lequel est solennellement condamné par les députés de la seconde puissance coloniale du monde.
Bars ségrégationnistes des années 1920 ou 1960, piscine fermée aux Algériens (1964) ou diarrhée antisémite d’un sénateur SFIO (1959), d’autres affaires offrent à l’opinion l’occasion de s’indigner et d’énoncer la norme idéale d’une France immunisée contre le racisme : Raymond Poincaré s’oppose à Paris à une discrimination, forcément américaine et René Pleven juge longtemps inutile une loi antiraciste finalement votée en 1972 et qu’on persiste à tort à lui attribuer.
Loin de l’anachronisme dogmatique ou de l’idéalisation naïve, l’historien Dominique Chathuant explore le mythe immunitaire à l’échelle du XXe siècle, au coeur puis en aval du contexte colonial. Il nuance au passage l’apparente nouveauté du présent en montrant qu’on dénonce déjà en 1917 l’importation d’idées américaines, qu’on teste les discriminations dès 1939 ou qu’on emploie très tôt les termes « raciste » (1924) et « racisé » (1965).

Séminaire du CERHIC, 10 juin : Marc Rigaudière

Séminaire d’équipe « Normes, cultures et pouvoirs »

Jeudi 10 juin 2021, de 12 h. 30 à 14 h. 

Université de Reims Champagne-Ardenne à distance

 

Pour la dernière séance de l’année universitaire, le séminaire du CERHiC aura le plaisir d’accueillir Marc Rigaudière, Professeur de musicologie à l’Université de Reims-Champagne Ardenne, qui a rejoint le laboratoire en début d’année.

Spécialiste de l’histoire des théories musicales, de la méthodologie et de l’histoire de l’analyse musicale, travaillant sur le terrain de la musique germanique aux XVIIIe et XIXe siècles, M. Rigaudière interviendra sur “Les théories de la musique comme objet d’étude historique“.

La discussion sera menée par Stéphan Etcharry, Maître de conférences en musicologie et lui aussi membre du CERHiC.

Le lien zoom peut être envoyé sur demande à bruno.restif@univ-reims.fr qui assure l’organisation de cette séance.

Charles VULLIEZ (1938-2021). In memoriam.

Parti à la retraite depuis 2003, le Professeur Charles Vulliez, spécialiste d’Histoire médiévale, est décédé à Paris, jeudi 13 mai 2021, à l’âge de 83 ans. Issu d’un milieu modeste, il passa sa jeunesse en Algérie, avant de mener des études d’histoire qui le conduisirent, nonobstant une dilection prononcée pour l’histoire grecque, à préparer une thèse d’État intitulée Des écoles de l’Orléanais à l’université d’Orléans (Xe-début XIVe siècle), sous la direction de Pierre Riché, Professeur à l’Université de Paris X – Nanterre. C’est dans cette même université que Charles Vulliez enseigna comme assistant, puis comme maître-assistant durant de longues années. Il y soutint son doctorat d’État en 1993 et devint, en 1994, Professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Reims, où il enseigna jusqu’en 2003.

Compter les Champenois. Etudes réunies par Patrick Demouy et Charles Vulliez, Reims, Centre d’études champenoises, Presses universitaires de Reims, 1997.
Vivre au village en Champagne à travers les siècles. Etudes réunies par Patrick Demouy et Charles Vulliez, Reims, Centre d’études champenoises, Presses universitaires de Reims, 2000.

Auteur de nombreuses publications savantes, Charles Vulliez était un connaisseur hors pair des programmes et des méthodes d’enseignement médiévaux, des œuvres leur servant de support, des institutions scolaires et universitaires, des docteurs et des étudiants dont il savait reconstituer les carrières avec une précision rare ; il s’intéressait aussi au dictamen, à l’épistolographie et aux institutions ecclésiastiques.

Une très grande bienveillance et une immense modestie se conjuguaient en lui à une forte conscience professionnelle et à une érudition admirable. La mort l’a surpris alors qu’il se consacrait, notamment, malgré sa quasi-cécité et aidé de jeunes collaborateurs, à la publication de sa monumentale thèse d’État restée jusqu’ici inédite.

Isabelle Heullant-Donat, directrice du CERHiC.

Photographie : Epernay (2014), photo de Simon Floch sur Flickr.

Podcast : Peter Morel et les condottieres

Dans l’épisode n° 47 du podcast Passion Médiévistes, Peter Morel fait découvrir aux auditrices et auditeurs l’Italie des Renaissances et le phénomène des condottières, capitaines mercenaires et princes. Entre « Renaissances » en contexte et condottières en situation, entre histoire militaire, politique et culturelle, nous vous invitons à écouter cet épisode et à lire l’article qui leur sont consacrés en vous connectant au lien suivant : https://passionmedievistes.fr/ep-47-peter-condottieres/

Peter MOREL est étudiant de deuxième année au sein du Master Histoire « Normes, Cultures, Pouvoirs » hébergé par le CERHiC. Il prépare actuellement un mémoire consacré à Bartolomeo Colleoni (v. 1395-1475) : Vie et mort d’un condottière dans l’Italie des Renaissances (XIVe-XVe siècles) sous la direction d’Isabelle Heullant-Donat, Professeure des Universités en Histoire Médiévale à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Légende de l’image :

Simone Martini, Guidoriccio da Fogliano, fresque, (340×968 cm), Sienne, Palazzo Pubblico, Sala del Mappamondo, v. 1330.

Séminaire du CERHIC, 18 février

 

Séminaire d’équipe « Normes et pouvoirs »

Jeudi 18 février 2020, de 12 h. 30 à 14 h.

Université de Reims Champagne-Ardenne à distance

Nous aurons le plaisir d’entendre deux de nos collègues :

Maxime Gelly-Perbellini, ATER en Histoire médiévale à l’URCA, présentera son sujet de thèse, intitulé “Construire l’image de la sorcière : études des représentations, de la circulation des savoirs et des imaginaires autour d’une figure ambigüe (XIIIe-XVe siècle)“, préparée sous la direction d’A. Dierkens et M. A. Polo de Beaulieu .

Isabelle Heullant-Donat, Professeur d’Histoire médiévale à l’URCA et directrice du CERHIC, présentera le tout dernier ouvrage auquel elle a collaboré : L’exploration du monde. Une autre histoire des grandes découvertes, paru au Seuil en octobre 2019.

Pour obtenir le lien de connexion Zoom : mh.morell@univ-reims.fr

Image : Lucas Cranach le Vieux, Allégorie de la mélancolie, 1532 (détail).

Bonne Année 2021

La direction du CERHiC souhaite une heureuse année 2021 à toutes et tous les membres du laboratoire, aux doctorantes et doctorants, étudiantes et étudiants en Master histoire, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui, à l’université de Reims Champagne-Ardenne ou ailleurs, suivent les activités de l’équipe. Malgré les conditions difficiles de la recherche en histoire actuellement, nous vous souhaitons de mener vos travaux avec persévérance et d’y faire de belles découvertes, en espérant pouvoir vous retrouver très vite sur le campus de Reims. En attendant, nous vous donnons rendez-vous pour les rencontres organisées par écran interposé, qui sont annoncées sur ces pages. A bientôt !

Image : Course Paris-Reims-Paris, 6 juillet 1919. Gallica Bnf.