Archives de catégorie : Billets

Séminaire du CERHiC, 20 fév. 2018 : Bertrand Porot

Séminaire d’équipe 2017-2018
Normes et pouvoirs

Mardi 20 février 2018

Salle polyvalente, Bâtiment Recherche (UFR des Lettres et Sciences Humaines), de 12 h 30 à 14 h 00.

Bertrand POROT

Professeur de Musicologie à l’URCA, membre du CERHiC

L’opéra-comique des foires parisiennes

Au XVIIIe siècle, en marge des institutions royales, les théâtres de la Foire à Paris attirent un public varié et aux classes sociales mêlées. Leurs spectacles ont lieu pendant les grands rassemblements commerciaux que sont la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été. Dans ces deux grandes foires apparaît, à la toute fin du XVIIe siècle, le genre de l’opéra-comique. Son succès est tel qu’il se heurte rapidement aux privilèges des scènes officielles : la Comédie-Française et l’Opéra. Dès lors, l’opéra-comique élabore une dramaturgie pleine de fantaisie et d’invention, qui vise à détourner les interdictions dont il est l’objet.

Jusqu’à présent, l’opéra-comique du début du XVIIIe siècle a été peu étudié, en raison de ses origines foraines, jugées peu prestigieuses, et de ses sources éparpillées et fragmentaires. La recherche actuelle, grâce à de nouveaux programmes, lui redonne désormais tout son rôle et son importance, autant pour l’aspect théâtral que pour l’aspect musical, qui nous occupera plus particulièrement dans cette conférence.

Séminaire du CERHiC, 23 janv. 2018 : Julien Théry

Julien Théry, Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lumière de Lyon et membre du CIHAM (UMR 5648)  :

L’hérésie et l’essor des pouvoirs d’Etat au Moyen Âge (théocratie pontificale, royautés française et anglaise, Empire, v. 1130-v. 1330).  Renouvellements et débats historiographiques.

Lieu et heure : Bât. Recherche, R 112, 12h30 – 14h.

L’histoire des mouvements hérétiques apparus au Moyen Âge central dans l’Occident latin est bouleversée, depuis une vingtaine d’années, par la remise en cause radicale des méthodes et des présupposés qui ont présidé à son écriture depuis le XIXe siècle. Avec les analyses d’historiens français réunis autour de Monique Zerner à partir du milieu des années 1990, puis celles de Mark G. Pegg et Robert I. Moore, s’est affirmée une lecture « constructionniste », qui tire de la critique des sources l’idée générale selon laquelle les hérésies n’ont pas préexisté aux initiatives des élites qui les ont définies et réprimées. Les persécutions apparaissent désormais structurellement liées, d’une part, aux concurrences au sein des groupes dirigeants et, d’autre part, à la prise de contrôle des communautés par de nouveaux pouvoirs : elles s’avèrent indissociables du grand essor des institutions politiques centralisées aux XIIe et XIIIe siècles.

Des premiers bûchers, allumés sur ordre du roi Robert le Pieux en 1022 à Orléans, à la persécution des templiers lancée par Philippe le Bel en 1307, en passant par la première mise à mort d’un large groupe d’hérétiques, décidée par Henri II Plantagenêt à Oxford en 1166, les pouvoirs séculiers sont tout aussi impliqués que l’Eglise. Sans éluder les vives controverses qui ont accompagné le changement de perspective, on présentera ses enjeux non seulement historiographiques et épistémologiques, mais aussi politiques.

Julien Théry a publié  :

  • Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits traduits et présentés par J. Théry, 2e éd. revue et augmentée, CNRS éditions, janvier 2018.
  • avec Patrick Gilli) : Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (fin XIIe-mi-XIVe siècle), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2010.

Il a récemment traduit le livre de R. I. Moore, Hérétiques. Résistances et répression dans l’Occident médiéval, Paris, Belin, 2017.

 

 

Café histoire, mercredi 29 nov. 2017 : Pierre-François Souyri

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne

vous invitent au prochain

café histoire de Reims

mercredi 29 novembre 2017

Café de Reims, 85 place d’Erlon

18h.-20h.

Pierre-François Souyri, professeur honoraire à l’université de         Genève, présentera son dernier livre

Les guerriers dans la rizière. La grande épopée des samouraïs                (Flammarion, 2017)

Entrée libre. Il vous sera demandé de consommer.

Jean-René Larue

Doctorant de l’Université Reims Champagne-Ardenne (CERHiC) et Université Paris-IV La Sorbonne (IReMus).

Sujet de thèse : « Etude comparative entre le rock progressif français et italien. Influence contextuelle et création musicale. »

Mots-clés : Rock progressif – approche contextuelle – impacts sociétaux.

Communications :

Université Sorbonne Nouvelle, « La place du public dans la production rock progressive à travers l’exemple du Concerto pour groupe et orchestre de Jon Lord », 3-4 décembre 2015, colloque organisé par l’ACEMuP.

Université La Sorbonne – Paris IV, « Étude comparative entre le rock progressif français et italien : influences culturelles et créations musicales. », 17-19 mars 2016, colloque organisé par le Bureau des Jeunes Chercheurs de l’IReMus.

Université de Strasbourg, « L’étude d’un genre musical ou l’impossibilité d’une hégémonie de la partition. L’exemple du rock progressif en France et en Italie », 17 mars 2017, 5e journée des Jeunes Chercheurs du Groupe de Recherche en Analyse Musicale (GREAM).

Université La Sorbonne – Paris IV, « Étude comparative entre le rock progressif français et italien : influences culturelles et créations musicales. », 23-25 mars 2017, colloque international organisé par le Bureau des Jeunes Chercheurs de l’IReMus.

Publication :

LARUE, Jean-René, « Rock progressif italien et convictions politiques: L’exemple du groupe Stormy Six.», Volume !, à paraître.

Distinction :

Lauréat du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM – bfe (International Association for the Study of Popular Music – branche francophone Europe) en 2016, avec un article à paraître dans la revue Volume ! intitulé : « Rock progressif italien et convictions politiques: L’exemple du groupe Stormy Six.».

Les cafés histoire de Reims, saison 1

Le 11 mai dernier se tenait le dernier « café histoire » de Reims pour l’année universitaire 2016-2017.

Au moment de préparer la 2e saison, le CERHiC tient à remercier :

    • Le co-organisateur, l’APHG-Champagne-Ardenne
    • La ville de Reims, qui a apporté son soutien financier à ce cycle de conférences
    • Le GRAC (Groupe Rémois des Amis de Clio) pour le soutien logistique
    • La brasserie Saint-Maurice qui nous a accueillis pour 7 soirées dans un cadre convivial avec ses avantages et ses (quelques) inconvénients (nous ne dirons pas merci au groupe à qui nous demandions de parler un peu moins fort jeudi dernier et qui nous a répondu « on n’est pas à l’église ! »…)
    • Le public, étudiant.e.s et non-étudiant.e.s, pour son attention et ses questions pertinentes aux conférencier.e.s

Et surtout les intervenant.e.s, qui ont donné gracieusement de leur temps et de leur savoir.

Nous avons eu le plaisir d’entendre :

Dominique Borne, au Cellier, pour une conférence inaugurale engagée ;

Nadia Vargaftig, qui nous a fait découvrir le monde des expositions coloniales portugaises et italiennes ;

 

François-Xavier Fauvelle, qui nous a menés jusqu’au cœur de l’Afrique médiévale ;

Bertrand Porot, qui a fait revivre les musiciennes de l’époque moderne ;

Annie et Maurice Sartre, qui nous ont guidés dans Palmyre antique et dans ses ruines contemporaines ;

 

 

 

Hendrik Ziegler, dans une galerie de portraits de Champenois artistes de cour ;

Romain Bertrand, qui nous a conduits aux Philippines au XVIe siècle.

Nous avons donc parlé d’histoire de France, d’histoire mondiale, d’histoire connectée, d’histoire culturelle, d’histoire de la musique, d’histoire de l’art…

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne sont fiers de cette première saison et espèrent vous retrouver nombreux pour la deuxième, dont le programme sera connu dans le courant de l’été.

Prochain séminaire d’équipe, vendredi 5 mai, 12h

Pour sa prochaine séance de séminaire, l’équipe du CERHiC est heureuse d’accueillir  Florence Gherchanoc (Université Paris Diderot- Paris 7, ANIMA UMR 8210), pour une présentation de ses travaux:

Parures de luxe, entre norme et inconvenance : de la mise en beauté à l’outrance en Grèce ancienne

En salle R112 (bâtiment recherche), le vendredi 5 mai de 12h à 14h.

Illustration: Hydrie attique, IVe s. (390 BC) Berlin, Antikensammlung der Staatlichen Museen, V.I.3768

 

Lundi 13 mars: journée d’études « Dieu avec nous? », bibliothèque R. de Sorbon

Lundi 13 mars 2017 se tiendra la journée d’études

Dieu avec nous ?
Pratiques religieuses élitaires en contexte de crise politique et/ou militaire (France, XVIIe-XXe siècles)

organisée par Véronique Beaulande-Barraud, Bertrand Goujon et Frédéric Gugelot

Campus Croix-Rouge, bibliothèque Robert de Sorbon, salle 140

Après avoir abordé en 2013 la pertinence du concept d’« élites » appliqué au monde des clercs, puis en 2015 les pratiques charitables des élites urbaines, cette 3e journée d’études du sous-axe « Pratiques religieuses des élites » se propose de réinterroger le topos d’un soutien naturel des élites à la religion, d’un intérêt commun d’un groupe social dominant à défendre la nécessité des religions (ou de l’Église) comme ordre, comme force de conservation sociale et de légitimation des hiérarchies et des autorités, à des moments de crises et lors de conflits qui bouleversent l’ordre établi et interrogent sur le destin d’un pays et de ses élites. Or l’« alliance du trône et de l’autel », « du sabre et du goupillon » ne va pas toujours de soi : à maints égards, le religieux est partie prenante des ruptures politiques et militaires qui mettent les élites au défi d’adapter leurs pratiques et leur spiritualité  à une nouvelle donne susceptible de compromettre les pouvoirs en place et d’en engager la redéfinition.

Programme:

9h15 : Accueil
9h30 : Véronique Beaulande et Bertrand Goujon, « Introduction »

10h : Julien Léonard (Université de Lorraine)
« Les pratiques religieuses des élites réfugiées françaises à Berlin, source de crise au début des années 1690 »

10h30 : Céline Borello (Université du Mans)
« La prédication protestante urbaine durant la période révolutionnaire (1789-1802) »

11h : Yves Verneuil (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Une élite intellectuelle entre Dieu et la science : les professeurs de lycée de l’Affaire Dreyfus au combisme »

11h30 : Débats

12h : Repas

13h30 : Caroline Muller (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Réparer 1870. Un temps de politisation de la spiritualité des élites »

14h : Jérôme Bocquet (Université d’Orléans)
« La guerre, Dieu et l’Église, l’armée devant les « événements » d’Algérie »

14h30 : Un atelier d’étudiants de Master :
Anne-Claire Lefetz
«Pratiques charitables et religieuses d’un « grand ». Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld-Doudeauville et l’occupation de 1815 »
Antony Dussart
« Ernest Bugg et la défaite de 1870 »

15h15 : Frédéric Gugelot, « Conclusion »

Prochain Café Histoire, 9 mars: Palmyre, vérités et légende

Le prochain Café Histoire se tiendra jeudi 9 mars au Saint Maurice (35 rue Saint Maurice), de 18 à 20h.

Nous aurons le plaisir d’écouter Annie et Maurice Sartre sur

Palmyre, vérités et légende

Palmyre, la « perle du désert », subit depuis des années des destructions irréparables. Beaucoup d’articles et d’ouvrages écrits à la va-vite ont contribué à répandre des erreurs innombrables sur une ville objet de tous les fantasmes. Cité de l’Empire romain, Palmyre n’a été ni une «principauté » ni un État tampon entre Rome et les Perses, pas plus que Zénobie n’en a été la reine. Ville de caravaniers, ouverte aux influences de l’Est et de l’Ouest, elle n’en est pas moins caractéristique de la Syrie gréco-romaine, avec ses rues àcolonnades, son théâtre, ses thermes, ses maisons à péristyle. D’où tirait-elle sa richesse ? D’où venaient ses habitants ? Quels étaient ses dieux ? Qui furent réellement Odainath et Zénobie? Pourquoi ce site prestigieux a-t-il suscité autant d’intérêt et de haine ? Quelle a été son importance aux yeux des Syriens, hier et aujourd’hui, et quel est son avenir?

Voir l’affiche