Archives de catégorie : Billets

Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle

Parution du dossier « Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle », Hommes & Migrations, n° 1321, avril-mai 2018.

Ce dossier, fruit des travaux du programme AsileuropeXIX, met en lumière l’histoire de l’exil politique et de l’asile en Europe au XIXe siècle à travers les terminologies et les représentations utilisées pour désigner des migrations sous contraintes. Fondés notamment sur l’étude critique des corpus législatifs et administratifs, les articles montrent que les débats parlementaires et les mesures gouvernementales conditionnent l’accueil et le soutien financier des réfugiés à des catégories relevant de l’internement ou de l’assignation à résidence.

Consulter le numéro en ligne : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/8011-les-mots-de-l-exil-dans-l-europe-du-xixe-siecle

Imprimer le bon de commande : Bon de commande Hommes&Migrations

Sommaire du numéro :

Delphine Diaz, Alexandre Dupont : Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle

Delphine Diaz : Les réfugiés en France au prisme des circulaires du ministère de l’Intérieur (1830-1870)

Katarzyna Papiez : Adampol/Polonezköy, refuge et colonie agricole : un laboratoire de la polonité en exil dans l’Empire ottoman au XIXe siècle.

Alexandre Dupont : L’exil carliste espagnol dans le sud de la France des années 1970

Thomas C. Jones : Définir l’asile politique en Grande-Bretagne (1815-1870)

Edward Blumenthal : Les mots de l’exil dans le droit international au XIXe siècle, entre Amérique latine et Europe

Sylvie Aprile : Expériences et représentations de la frontière

Jeanne Moisand : De l’exilé honorable au criminel potentiel ?

Sänchez Romy et Jean-Louis Simal : Lexiques et pratiques du destierro : l’exil politique en péninsule et à l’Outre-mer, de 1814 aux années 1880

Maïté van Vyve : Les perceptions de l’étranger, du réfugié et de l’expulsé dans les débats parlementaires en Belgique (1835-1875)

Laure Godineau : Figures de l’exil dans les chansons et poésies communardes

 

Séminaire du CERHiC, 17 mai 2018 : Vincent Azoulay

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Jeudi 17 mai 2018, 14h-16h., salle R112

Vincent Azoulay

Professeur d’histoire ancienne à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, membre de l’équipe ACP (EA 3350)

 « La guerre civile athénienne de 403 et la question de la neutralité politique ».

Vincent Azoulay est l’auteur de Périclès. La démocratie à l’épreuve du grand homme (Paris, Armand Colin, 2010, 2e éd. augmentée 2016), et de Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme (Paris, Publications de la Sorbonne, 2004), ainsi que du dossier « Athènes, citoyenneté et démocratie au Ve siècle avant J.-C. »,  Documentation photographique, coll. « Histoire », n° 8111, 2016.

Mises en images, mises en rituel : l’altérité. Journée d’étude, 1er juin 2018

Mises en images, mises en rituel : l’altérité.

Journée d’étude 

Vendredi 1er juin 2018, 9h. – 16h.30

CERHIC-EA 2616, Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle E.12.

Entrée libre. 

Programme

9h. : Accueil des participants

9h30 : Introduction, par Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Présidence : Pierre-Antoine Fabre (CéSor-EHESS, Paris)

9h.45 : Sophie Duhem (Université Toulouse II-Jean Jaurès) : L’altérité à travers les représentations de l’homme sauvage.

10h.10 : Hendrik Ziegler (Philipps-Universität Marburg) : Exposer les armes de l’autre : quelques réflexions sur la présentation d’objets turcs dans les collections européennes à l’époque moderne.

10h.35 : Discussion et pause

11h.00 : Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne) : L’image dans la prière et la prière dans l’image : la confrontation des Occidentaux à l’altérité religieuse dans l’Inde des 16e et 17e siècles. Réflexions à partir de quelques études de cas.

11h.25 : Isabelle Poutrin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Mettre la conversion en images ? Du rituel à l’intériorité.

11h50 : Discussion

Reprise des travaux à 13h.45

Présidence : Georges Magnier (Directeur des Musées de Reims).

13h.45 : Nadia Vargaftig (Université de Reims Champagne-Ardenne) : La fabrique visuelle d’un territoire colonial : le fonds photographique de la Compagnie du Mozambique (1892-1942).

14h.10 : Cheikh Sakho (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les hommages aux tirailleurs africains, mémoires des guerres et égalité, commémorations et monuments.

14h.35 : Discussion et pause

15h.00 : Joëlle Beurier (Institut Universitaire de Technologie de Troyes) : L’ennemi en miroir dans les magazines illustrés de la Grande Guerre : entre respect et haine de l’autre.

15h.25 : Philippe Buton (Université de Reims Champagne-Ardenne) : L’Autre dans la propagande iconographique gauchiste des années 1968.

15h50 : Discussion

16h.05 : Conclusions, par Hendrik Ziegler (Philipps-Universität Marburg)

Organisation : Bruno Restif.

Contact : mh.morell@univ-reims.fr ; 03.26.91.36.75

« Quand les coups étaient permis ». Journée d’étude, 31 mai 2018

Quand les coups étaient permis.

Approches historiographiques du « droit de correction », de l’Antiquité à nos jours

Premier atelier du groupe de travail Ius correctionis

Jeudi 31 mai 2018, 9h. – 15h.30.

Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, Paris 6e, 1er étage, salle B1-18.

Entrée libre. Inscription obligatoire auprès des organisatrices.

Journée organisée avec le soutien de l’Institut universitaire de France, du CERHiC, du LAMOP et de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.

Programme

9h. : Accueil des participants.

9h.10 – 9h.40 Caroline Muller (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le droit de correction dans l’historiographie française de la famille et du mariage au XIXe siècle.

9h.40 – 10h.10. Emmanuelle Chapron (Telemme, Université d’Aix-Marseille) : Droit de correction et histoire de l’éducation à l’époque moderne.

10h.10 – 10h.40. Isabelle Poutrin (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne – IUF) : Le droit de correction dans l’historiographie italienne récente (histoire moderne).

10h.40. Pause (20 mn.).

11h.00 – 11h.30. Jean-Baptiste Bonnard (Anhima, Université de Caen) : Le droit de correction au sein de la cellule familiale (oikos) dans le monde grec (Antiquité).

11h.30 – 12h.00. Sylvie Joye (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le droit de correction du paterfamilias romain et ses réinterprétations au haut Moyen Âge.

12h.15. Fin de la matinée.

Reprise des travaux à 13h30.

13h.30 – 14h.10. Isabelle Heullant-Donat (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne), et Élisabeth Lusset (Lamop, CNRS) : Le droit de correction dans les monastères et les couvents mendiants au Moyen Âge.

14h.10 – 14h.40. Véronique Beaulande-Barraud (Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne) : Droit et devoir de correction dans l’Église séculière au Moyen Âge.

14h.40 – 15h.20. Julie Doyon (Fns, Université de Fribourg) et Diane Roussel (Acp, Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : Le droit de correction, angle mort de l’histoire de la justice criminelle (XVIe-XVIIIe siècles) ?

15h30. Fin de la séance publique.

15h.30 – 17h.45. Discussion (synthèse de la journée, prospective) interne au groupe de travail.

Organisation : Elisabeth Lusset, Isabelle Poutrin.

Contact : ius_correctionis_2018@framalistes.org

Télécharger le programme : Atelier ius correctionis_31_05_18

Seminaire du CERHiC, 20 mars 2018 : Claire Zalc

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 20 mars 2018, 16h-18h., salle R112

Claire Zalc

Directrice de recherches au CNRS

Lancée dès les premiers jours de son existence par le régime de Vichy, encadrée par la loi du 22 juillet 1940. la  politique de dénaturalisation apparaît comme l’un des moyens de définir les contours du « bon » citoyen et d’exclure les opposants. Cette conférence revient sur les critères mobilisés, dès septembre 1940, pour désigner les victimes de cette politique, décrit les acteurs qui s’emploient à la mettre en oeuvre pour interroger les liens entre dénaturalisation et Solution finale.

Claire Zalc, Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Le Seuil, 2016.

Cafe Histoire, mercredi 14 mars : Bertrand Goujon

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne vous invitent

au Café Histoire de Reims,

le mercredi 14 mars 

au Café de Reims, 85 place Drouet d’Erlon (Reims), de 18h à 20h. 

Monsieur Bertrand Goujon

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne-Ardenne

présentera son livre

Les Arenberg.

Le Gotha à l’heure des nations, 1820-1919

(Paris, Puf, 2017)

 

– Entrée libre avec consommation –

La conférence de Madame Noémie Villacèque, prévue initialement, sera programmée à une date ultérieure.

Séminaire du CERHiC, 20 fév. 2018 : Bertrand Porot

Séminaire d’équipe 2017-2018
Normes et pouvoirs

Mardi 20 février 2018

Salle polyvalente, Bâtiment Recherche (UFR des Lettres et Sciences Humaines), de 12 h 30 à 14 h 00.

Bertrand POROT

Professeur de Musicologie à l’URCA, membre du CERHiC

L’opéra-comique des foires parisiennes

Au XVIIIe siècle, en marge des institutions royales, les théâtres de la Foire à Paris attirent un public varié et aux classes sociales mêlées. Leurs spectacles ont lieu pendant les grands rassemblements commerciaux que sont la Foire Saint-Germain en hiver et la Foire Saint-Laurent en été. Dans ces deux grandes foires apparaît, à la toute fin du XVIIe siècle, le genre de l’opéra-comique. Son succès est tel qu’il se heurte rapidement aux privilèges des scènes officielles : la Comédie-Française et l’Opéra. Dès lors, l’opéra-comique élabore une dramaturgie pleine de fantaisie et d’invention, qui vise à détourner les interdictions dont il est l’objet.

Jusqu’à présent, l’opéra-comique du début du XVIIIe siècle a été peu étudié, en raison de ses origines foraines, jugées peu prestigieuses, et de ses sources éparpillées et fragmentaires. La recherche actuelle, grâce à de nouveaux programmes, lui redonne désormais tout son rôle et son importance, autant pour l’aspect théâtral que pour l’aspect musical, qui nous occupera plus particulièrement dans cette conférence.

Séminaire du CERHiC, 23 janv. 2018 : Julien Théry

Julien Théry, Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lumière de Lyon et membre du CIHAM (UMR 5648)  :

L’hérésie et l’essor des pouvoirs d’Etat au Moyen Âge (théocratie pontificale, royautés française et anglaise, Empire, v. 1130-v. 1330).  Renouvellements et débats historiographiques.

Lieu et heure : Bât. Recherche, R 112, 12h30 – 14h.

L’histoire des mouvements hérétiques apparus au Moyen Âge central dans l’Occident latin est bouleversée, depuis une vingtaine d’années, par la remise en cause radicale des méthodes et des présupposés qui ont présidé à son écriture depuis le XIXe siècle. Avec les analyses d’historiens français réunis autour de Monique Zerner à partir du milieu des années 1990, puis celles de Mark G. Pegg et Robert I. Moore, s’est affirmée une lecture « constructionniste », qui tire de la critique des sources l’idée générale selon laquelle les hérésies n’ont pas préexisté aux initiatives des élites qui les ont définies et réprimées. Les persécutions apparaissent désormais structurellement liées, d’une part, aux concurrences au sein des groupes dirigeants et, d’autre part, à la prise de contrôle des communautés par de nouveaux pouvoirs : elles s’avèrent indissociables du grand essor des institutions politiques centralisées aux XIIe et XIIIe siècles.

Des premiers bûchers, allumés sur ordre du roi Robert le Pieux en 1022 à Orléans, à la persécution des templiers lancée par Philippe le Bel en 1307, en passant par la première mise à mort d’un large groupe d’hérétiques, décidée par Henri II Plantagenêt à Oxford en 1166, les pouvoirs séculiers sont tout aussi impliqués que l’Eglise. Sans éluder les vives controverses qui ont accompagné le changement de perspective, on présentera ses enjeux non seulement historiographiques et épistémologiques, mais aussi politiques.

Julien Théry a publié  :

  • Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits traduits et présentés par J. Théry, 2e éd. revue et augmentée, CNRS éditions, janvier 2018.
  • avec Patrick Gilli) : Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (fin XIIe-mi-XIVe siècle), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2010.

Il a récemment traduit le livre de R. I. Moore, Hérétiques. Résistances et répression dans l’Occident médiéval, Paris, Belin, 2017.