Archives de catégorie : Billets

Café histoire, mercredi 29 nov. 2017 : Pierre-François Souyri

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne

vous invitent au prochain

café histoire de Reims

mercredi 29 novembre 2017

Café de Reims, 85 place d’Erlon

18h.-20h.

Pierre-François Souyri, professeur honoraire à l’université de         Genève, présentera son dernier livre

Les guerriers dans la rizière. La grande épopée des samouraïs                (Flammarion, 2017)

Entrée libre. Il vous sera demandé de consommer.

Jean-René Larue

Doctorant de l’Université Reims Champagne-Ardenne (CERHiC) et Université Paris-IV La Sorbonne (IReMus).

Sujet de thèse : « Etude comparative entre le rock progressif français et italien. Influence contextuelle et création musicale. »

Mots-clés : Rock progressif – approche contextuelle – impacts sociétaux.

Communications :

Université Sorbonne Nouvelle, « La place du public dans la production rock progressive à travers l’exemple du Concerto pour groupe et orchestre de Jon Lord », 3-4 décembre 2015, colloque organisé par l’ACEMuP.

Université La Sorbonne – Paris IV, « Étude comparative entre le rock progressif français et italien : influences culturelles et créations musicales. », 17-19 mars 2016, colloque organisé par le Bureau des Jeunes Chercheurs de l’IReMus.

Université de Strasbourg, « L’étude d’un genre musical ou l’impossibilité d’une hégémonie de la partition. L’exemple du rock progressif en France et en Italie », 17 mars 2017, 5e journée des Jeunes Chercheurs du Groupe de Recherche en Analyse Musicale (GREAM).

Université La Sorbonne – Paris IV, « Étude comparative entre le rock progressif français et italien : influences culturelles et créations musicales. », 23-25 mars 2017, colloque international organisé par le Bureau des Jeunes Chercheurs de l’IReMus.

Publication :

LARUE, Jean-René, « Rock progressif italien et convictions politiques: L’exemple du groupe Stormy Six.», Volume !, à paraître.

Distinction :

Lauréat du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM – bfe (International Association for the Study of Popular Music – branche francophone Europe) en 2016, avec un article à paraître dans la revue Volume ! intitulé : « Rock progressif italien et convictions politiques: L’exemple du groupe Stormy Six.».

Les cafés histoire de Reims, saison 1

Le 11 mai dernier se tenait le dernier « café histoire » de Reims pour l’année universitaire 2016-2017.

Au moment de préparer la 2e saison, le CERHiC tient à remercier :

    • Le co-organisateur, l’APHG-Champagne-Ardenne
    • La ville de Reims, qui a apporté son soutien financier à ce cycle de conférences
    • Le GRAC (Groupe Rémois des Amis de Clio) pour le soutien logistique
    • La brasserie Saint-Maurice qui nous a accueillis pour 7 soirées dans un cadre convivial avec ses avantages et ses (quelques) inconvénients (nous ne dirons pas merci au groupe à qui nous demandions de parler un peu moins fort jeudi dernier et qui nous a répondu « on n’est pas à l’église ! »…)
    • Le public, étudiant.e.s et non-étudiant.e.s, pour son attention et ses questions pertinentes aux conférencier.e.s

Et surtout les intervenant.e.s, qui ont donné gracieusement de leur temps et de leur savoir.

Nous avons eu le plaisir d’entendre :

Dominique Borne, au Cellier, pour une conférence inaugurale engagée ;

Nadia Vargaftig, qui nous a fait découvrir le monde des expositions coloniales portugaises et italiennes ;

 

François-Xavier Fauvelle, qui nous a menés jusqu’au cœur de l’Afrique médiévale ;

Bertrand Porot, qui a fait revivre les musiciennes de l’époque moderne ;

Annie et Maurice Sartre, qui nous ont guidés dans Palmyre antique et dans ses ruines contemporaines ;

 

 

 

Hendrik Ziegler, dans une galerie de portraits de Champenois artistes de cour ;

Romain Bertrand, qui nous a conduits aux Philippines au XVIe siècle.

Nous avons donc parlé d’histoire de France, d’histoire mondiale, d’histoire connectée, d’histoire culturelle, d’histoire de la musique, d’histoire de l’art…

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne sont fiers de cette première saison et espèrent vous retrouver nombreux pour la deuxième, dont le programme sera connu dans le courant de l’été.

Prochain séminaire d’équipe, vendredi 5 mai, 12h

Pour sa prochaine séance de séminaire, l’équipe du CERHiC est heureuse d’accueillir  Florence Gherchanoc (Université Paris Diderot- Paris 7, ANIMA UMR 8210), pour une présentation de ses travaux:

Parures de luxe, entre norme et inconvenance : de la mise en beauté à l’outrance en Grèce ancienne

En salle R112 (bâtiment recherche), le vendredi 5 mai de 12h à 14h.

Illustration: Hydrie attique, IVe s. (390 BC) Berlin, Antikensammlung der Staatlichen Museen, V.I.3768

 

Lundi 13 mars: journée d’études « Dieu avec nous? », bibliothèque R. de Sorbon

Lundi 13 mars 2017 se tiendra la journée d’études

Dieu avec nous ?
Pratiques religieuses élitaires en contexte de crise politique et/ou militaire (France, XVIIe-XXe siècles)

organisée par Véronique Beaulande-Barraud, Bertrand Goujon et Frédéric Gugelot

Campus Croix-Rouge, bibliothèque Robert de Sorbon, salle 140

Après avoir abordé en 2013 la pertinence du concept d’« élites » appliqué au monde des clercs, puis en 2015 les pratiques charitables des élites urbaines, cette 3e journée d’études du sous-axe « Pratiques religieuses des élites » se propose de réinterroger le topos d’un soutien naturel des élites à la religion, d’un intérêt commun d’un groupe social dominant à défendre la nécessité des religions (ou de l’Église) comme ordre, comme force de conservation sociale et de légitimation des hiérarchies et des autorités, à des moments de crises et lors de conflits qui bouleversent l’ordre établi et interrogent sur le destin d’un pays et de ses élites. Or l’« alliance du trône et de l’autel », « du sabre et du goupillon » ne va pas toujours de soi : à maints égards, le religieux est partie prenante des ruptures politiques et militaires qui mettent les élites au défi d’adapter leurs pratiques et leur spiritualité  à une nouvelle donne susceptible de compromettre les pouvoirs en place et d’en engager la redéfinition.

Programme:

9h15 : Accueil
9h30 : Véronique Beaulande et Bertrand Goujon, « Introduction »

10h : Julien Léonard (Université de Lorraine)
« Les pratiques religieuses des élites réfugiées françaises à Berlin, source de crise au début des années 1690 »

10h30 : Céline Borello (Université du Mans)
« La prédication protestante urbaine durant la période révolutionnaire (1789-1802) »

11h : Yves Verneuil (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Une élite intellectuelle entre Dieu et la science : les professeurs de lycée de l’Affaire Dreyfus au combisme »

11h30 : Débats

12h : Repas

13h30 : Caroline Muller (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Réparer 1870. Un temps de politisation de la spiritualité des élites »

14h : Jérôme Bocquet (Université d’Orléans)
« La guerre, Dieu et l’Église, l’armée devant les « événements » d’Algérie »

14h30 : Un atelier d’étudiants de Master :
Anne-Claire Lefetz
«Pratiques charitables et religieuses d’un « grand ». Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld-Doudeauville et l’occupation de 1815 »
Antony Dussart
« Ernest Bugg et la défaite de 1870 »

15h15 : Frédéric Gugelot, « Conclusion »

Prochain Café Histoire, 9 mars: Palmyre, vérités et légende

Le prochain Café Histoire se tiendra jeudi 9 mars au Saint Maurice (35 rue Saint Maurice), de 18 à 20h.

Nous aurons le plaisir d’écouter Annie et Maurice Sartre sur

Palmyre, vérités et légende

Palmyre, la « perle du désert », subit depuis des années des destructions irréparables. Beaucoup d’articles et d’ouvrages écrits à la va-vite ont contribué à répandre des erreurs innombrables sur une ville objet de tous les fantasmes. Cité de l’Empire romain, Palmyre n’a été ni une «principauté » ni un État tampon entre Rome et les Perses, pas plus que Zénobie n’en a été la reine. Ville de caravaniers, ouverte aux influences de l’Est et de l’Ouest, elle n’en est pas moins caractéristique de la Syrie gréco-romaine, avec ses rues àcolonnades, son théâtre, ses thermes, ses maisons à péristyle. D’où tirait-elle sa richesse ? D’où venaient ses habitants ? Quels étaient ses dieux ? Qui furent réellement Odainath et Zénobie? Pourquoi ce site prestigieux a-t-il suscité autant d’intérêt et de haine ? Quelle a été son importance aux yeux des Syriens, hier et aujourd’hui, et quel est son avenir?

Voir l’affiche

Prix Hubert Claisse de l’Académie nationale de Reims

Anaïs Bertrand, étudiante de master au CERHiC, recevra le

Prix Hubert Claisse de l’Académie nationale de Reims

qui lui sera remis le 10 décembre à 15h, à l’Hôtel de ville de Reims, pour son mémoire, réalisé sous la direction de Philippe Buton :

Les maisons de champagne rémoises durant la Grande Guerre : produire et vendre des vins de luxe dans la « ville-martyre » (août 1914 – mars 1918)

Ce prix récompense les travaux universitaires portant sur l’histoire de la ville ou de ses environs et touchant les domaines politique, économique, social, religieux, judiciaire, littéraire, scientifique ou artistique.

Projet bi-national franco-allemand ANR-DFG

L’équipe du CERHiC est heureuse d’annoncer les début des travaux du projet bi-national franco-allemand :

Art et architecture à Paris et Versailles dans les récits de voyageurs allemands à l’époque baroque (ARCHITRAVE)

porté par Hendrik Ziegler

Descriptif du projet:

Durée : 2017-2019

Somme allouée : 498 037 euros

Le projet consiste à proposer une étude approfondie de six récits de voyage allemands datant de 1685 à 1723, les seuls connus de l’époque baroque contenant des jugements développés et argumentés sur l’architecture et l’art français. La majeure partie de ces sources manuscrites et imprimées provenant d’archives et de bibliothèques publiques allemandes n’a pas encore été publiée et analysée dans son ensemble. Le corpus se constitue des sources suivantes :

  • Christoph Pitzler (1657-1707) : Journal de voyage, 1685-1688 (Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg, Potsdam ; photographies historiques d’un manuscrit disparu)
  • Ferdinand Bonaventure comte d’Harrach (1637-1706) : Journal de voyage, 1698 (Österreichisches Hauptstaatsarchiv, Vienne ; manuscrit)
  • Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck (avant 1680 – après 1727) : Journal de son voyage en France, v. 1699 (Universitätsbibliothek, Rostock ; manuscrit)
  • Leonhard Christoph Sturm (1669-1719) : Architectonische Reise-Anmerkungen [1699], 1719 (Getty Research Institute, Los Angeles, Special collections ; livre imprimé)
  • Lambert Friedrich(1668-1733) et Christian Heinrich Corfey (1670-1652) : Reisetagebuch, 1698-1699 (édité par Helmut Lahrkamp, Münster, Aschendorf, 1977)
  • Johann Balthasar Neumann (1687-1753) : Lettres de son voyage en France, 1722/1723 (Wurtzbourg, Staatsarchiv; publications modernes et manuscrit)

Le projet mettra à disposition ce corpus richement commenté au sein d’un portail numérique proposant des fonctionnalités d’interrogation poussées et une interconnexion complexe d’information textuelles et de ressources iconographiques. Ainsi, les objectifs de l’équipe de recherche franco-allemande sont doubles : d’une part mutualiser les connaissances des spécialistes français sur Paris et Versailles au temps de Louis XIV et celles de leurs collègues allemands sur les sources retenues ; d’autre part montrer comment les outils numériques de traitement et d’analyse de sources peuvent offrir – à un public académique mais aussi non-académique – une approche innovante et fiable pour les explorer et les étudier.

Quatre institutions partenaires françaises et allemandes collaborent au projet :

  • l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA),
  • le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV),
  • la « Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek » de Göttingen (SUB)
  • et le « Deutsches Forum für Kunstgeschichte »/Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) à Paris.

L’objectif premier du projet est de contribuer à une meilleure compréhension des modes d’appréciation d’une culture étrangère à l’époque baroque. Même s’ils sont poussés par la curiosité et l’admiration, les voyageurs allemands ont manifesté, bien avant la période des Lumières, une distance critique envers l’art et la culture française. On n’a pas encore saisi à quel point le contact avec la culture française a contribué au développement d’une telle faculté de jugement indépendant, qui assoie (et même renforce) les schémas de perception spécifiquement allemands. En outre, l’attitude sceptique qui ressort souvent de ces documents semble avoir été, au tournant du siècle, un sol fertile pour le développement d’un nouveau paradigme esthétique. Certes, depuis la Renaissance prévalait une appréciation éclectique de l’art, d’après laquelle tout progrès dans les arts serait basé sur la capacité de l’artiste de choisir et d’associer au mieux des solutions préexistantes et universellement appréciées. Mais autour de 1700, les premiers signes d’un assouplissement de se paradigme apparaissent, donnant plus de place au génie individuel et aux solutions artistiques originales. Le rôle qu’ont joué les voyageurs allemands se rendant en France dans ce processus subversif et émancipatoire sera à investiguer.

De même, au regard de leurs qualités littéraires et spécificités linguistiques, les textes ici analysés appartiennent à une période transitoire. Jusqu’alors on était d’avis que seulement durant l’apogée des Lumières les voyageurs avaient développé cette capacité à émettre des appréciations individuelles d’œuvres d’art, impliquant des points de vue délibérément intimes et subjectifs. Mais même si à la fin du XVIIe siècle la tradition descriptive dominait encore, visant à une description soi-disant objective et intégrale de l’œuvre vue, on observe déjà une faculté grandissante des voyageurs à focaliser leur attention sur des aspects particuliers et à exprimer leurs émotions.

Les récits de voyage constituent aussi des documents factuels précieux, livrant des descriptions plus précises de nombreux édifices et de leurs décorations intérieures, disparus ou modifiés au fil du temps, et donnant des indications sur leurs usages et fonctions. Ces sources donneront des informations sur les conditions d’accès à certaines fortifications, palais, jardins, etc. De plus, l’analyse croisée des sources donnera des indications utiles sur les réseaux que les touristes durent mobiliser pour organiser leurs visites.

Conjointement à cette investigation scientifique, une édition critique bilingue des six sources sera élaborée et proposée au sein d’un portail numérique interopérable et consultable en libre accès. Ce portail de recherche sera accompagné d’un espace web dédié au large public mis à disposition sur le site du Château de Versailles.

Porjektbeschreibung :

Deutsch-französisches Forschungsprojekt DFG-ANR:

Kunst und Architektur in Paris und Versailles im Spiegel deutscher Reiseberichte des Barock (ARCHITRAVE)

Leiter des Projekts: Hendrik Ziegler (URCA/CERHIC)

Laufzeit des Projekts: 2017-2019

Bewilligte Drittmittel: 498.037 Euro

Sechs Berichte reisender deutscher Architekten und Diplomaten nach Frankreich, die zwischen 1685 bis 1723 verfasst wurden, bilden den Gegenstand der Untersuchung. Es handelt sich um die bis heute für die Epoche des Barock einzigen bekannten Dokumente ihrer Art, die tiefgründige und durchdachte Urteile und Ansichten zur französischen Kunst und Architektur enthalten. Diese Texte aus öffentlichen deutschen Sammlungen sind zum Teil noch nie publiziert worden; sie wurden bis heute nicht als Gesamtkorpus untersucht. Es handelt sich um folgende Quellen:

  • Christoph Pitzler (1657-1707): Reiseaufzeichnungen, 1685-1688 (Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg, Potsdam; Fotographien nach dem verschollenen Original)
  • Ferdinand Bonaventure Graf Harrach (1637-1706): Reisejournal, 1698 (Österreichisches Hauptstaatsarchiv, Wien; Manuskript)
  • Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck (vor 1680 – nach 1727): Journal einer Reise nach Frankreich, um 1699 (Universitätsbibliothek, Rostock; Manuskript)
  • Leonhard Christoph Sturm (1669-1719): Architectonische Reise-Anmerkungen [1699], 1719 (Getty Research Institute, Los Angeles, Special collections; gedrucktes Buch)
  • Lambert Friedrich(1668-1733) und Christian Heinrich Corfey (1670-1652): Reisetagebuch, 1698-1699 (hg. v. Helmut Lahrkamp, Münster, Aschendorf, 1977)
  • Johann Balthasar Neumann (1687-1753): Briefe seiner Reise nach Frankreich, 1722/1723 (Würzburg, Staatsarchiv; moderne Buchausgaben und Originalmanuskripte)

Im Rahmen des Projekts werden diese Quellen über ein reich kommentiertes digitales Portals öffentlich zugänglich gemacht. Darin werden die Dokumente mehrschichtig mit textuellen und ikonographischen Materialien verlinkt. Die französisch-deutsche Forschergruppe setzt sich somit zwei Ziele: zum einen sollen die Fachkenntnisse französischer Wissenschaftler zur Pariser und Versailler Kunst unter Ludwig XIV. mit den Detailkenntnissen ihrer deutscher Kollegen über die Quellentexte zusammengeführt werden, zum anderen soll das Potential einer computergestützten Untersuchung der Reisebereichte aufgezeigt werden, um sowohl dem akademischen als auch dem breiteren Publikum innovative, nachhaltige Möglichkeiten ihrer Erforschung zu eröffnen.

Vier Institutionen in Frankreich und Deutschland arbeiten bei dem Projekt zusammen:

  • die Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA),
  • das Centre de recherche du château de Versailles (CRCV),
  • die Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen (SUB)
  • und das Deutsche Forum für Kunstgeschichte / Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) in Paris.

Kernanliegen des Vorhabens ist es, zu einem besseren Verständnis der Zugangswege zu einer fremden Kultur in der Epoche des Barock beizutragen. Deutsche Reisende haben, selbst wenn sie von neugieriger Bewunderung getragen waren, doch schon weit vor der Hochphase der Aufklärung kritische Distanz zu französischer Kunst und Kultur genommen. Bis heute ist nicht ausreichend untersucht worden, in welchem Ausmaß der Kontakt mit der französischen Kultur zur Entwicklung eines solchen unabhängigen Urteilsvermögens beigetragen hat. Diese kritische Haltung hat zudem das Festhalten an einheimischen, innerdeutschen Bewertungsmaßstäben gefördert und zu einer Schwächung des bis dahin vorherrschenden Eklektizismus beigetragen.

Auch hinsichtlich ihrer literarischen Qualitäten und ihrer linguistischen Besonderheiten zählen die hier zu untersuchenden Texte zu einer Phase des Übergangs. Bisher ging die Forschung davon aus, dass die Reisenden erst mit der Aufklärung die Fähigkeit ausbildeten, in ihren Berichten individuelle Beurteilungen über die von ihnen gesehenen künstlerischen Werken abzugeben. Doch lässt sich bereits seit dem späten 17. Jahrhundert eine steigende Fähigkeit der reisenden Autoren beobachten, einzelne künstlerische Aspekte und Details je nach individuellen Interessen in den Blick zu nehmen.

Die teilweise illustrierten Reiseberichte stellen zudem wertvolle historische Quellen dar. Ihre Analyse wird zu einem besseren Verständnis der Erscheinung und zeitgenössischen Nutzung zahlreicher Gebäude und ihrer Innenausstattungen beitragen. Eine zusammenführende Analyse der Quellen ist zudem geeignet, wertvolle Hinweise zu den persönlichen Netzwerken zu liefern, die die Touristen zur Organisation ihrer Besuche mobilisieren mussten.

Project’s description:

Bi-national French-German project ANR-DFG

Art and Architecture in German Travel Accounts to Paris and Versailles in the Baroque Era (ARCHITRAVE)

Project’s director: Hendrik Ziegler (URCA/CERHIC)

Duration: 2017-2019

Budget: 498.037 Euros

The project aims at scrutinizing the content of six substantial German travel accounts dating from 1685 to 1723, the earliest hitherto known, in which profound and reasoned judgements and opinions on French art and architecture have been rendered. These manuscripts and printed documents out of German public collections are partly unpublished and have never been investigated as a whole. The following sources will be treated:

  • Christoph Pitzler (1657-1707): Travel journal, 1685-1688 (Stiftung Preußische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg, Potsdam; photos from a lost original)
  • Ferdinand Bonaventure Graf Harrach (1637-1706): Travel journal, 1698 (Österreichisches Hauptstaatsarchiv, Vienna; manuscript)
  • Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck (before 1680 – after 1727): Journal relating a travel to France, around 1699 (Universitätsbibliothek, Rostock; manuscript)
  • Leonhard Christoph Sturm (1669-1719): Architectonische Reise-Anmerkungen [1699], 1719 (Getty Research Institute, Los Angeles, Special collections; printed book)
  • Lambert Friedrich(1668-1733) and Christian Heinrich Corfey (1670-1652): Reisetagebuch, 1698-1699 (ed. by Helmut Lahrkamp, Münster, Aschendorf, 1977)
  • Johann Balthasar Neumann (1687-1753): Letters from his travel to France, 1722/1723 (Würzburg, Staatsarchiv; modern book editions and original manuscript)

The project will make these documents available in a richly commented, comfortably researchable digital portal, aiming at a multi-layered linkage of text and image, and targeting both an academic and non-academic public in France and the German-speaking countries. Hence, the ambitions of the joint German-French research group are twofold: to merge the knowledge of French specialists on Paris and Versailles under Louis XIV with the acquaintance of their German colleagues with the chosen sources, and to demonstrate the capacities of a computer-based treatment of the texts to generate innovative and reliable ways of exploring and researching them.

Four institutions in France and Germany will work together on the project:

  • the Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA),
  • the Centre de recherche du château de Versailles (CRCV),
  • the Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen (SUB)
  • and the Deutsches Forum für Kunstgeschichte / Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) in Paris.

The core objective of the project is to contribute to a better understanding of the modes of appreciation of an alien culture in the baroque era. Even if drawn by an inquisitive admiration, German travellers have shown long before the height of the Enlightenment a critical distance towards French art and culture. It has not yet been investigated enough to what extent the contact with French culture contributed to the development of such a faculty of independent judgement, stabilizing (and even reinforcing) inner German schemes of apprehension. Moreover, the sceptical attitude commonly discernible in these documents compared here for the first time seems to have been a fertile soil for the development of a new aesthetic paradigm at the turn of the century. Indeed, artistic eclecticism, which had emerged in the Renaissance, still prevailed. It based judgements on art on the ability of the artist to imitate and, at the best, to emulate universally appraised historical samples. But around 1700, first signs of a loosening of this paradigm became discernible, giving more space to an appreciation of individual achievements and creative genius. The part German travellers to France played in this subversive and emancipatory process will have to be investigated.

Also in regard to their literary qualities and linguistic specificities, the texts to be analysed here seem to belong to a transitory period. Research has hitherto held the view that only since the height of the Enlightenment the abilities of the travellers to formulate individual appraisals of art works, implicating a deliberately private and partial point of view, emerged. But even if in the late 17th century the traditional descriptive mode still prevailed, aiming at an allegedly objective and integral account of the art works seen, one already observes a growing ability of the travellers to focus on single aspects following their individual interests, and to express their emotions sensed.

It is obvious that the travel accounts constitute precious factual sources too. They will not only help to better understand the appearance of numerous buildings and their interior decorations modified or destroyed by time, as well as their contemporary uses and functions. They will also provide information about the accessibility of certain fortifications, palaces, gardens, etc. and the permission to study them. The cross-case analysis of the sources can give precious indications about the personal networks tourists had to mobilise to organise their visits.

In conjunction with the scientific investigation, an enriched and interactively searchable bilingual digital critical edition of the six sources will be produced via Open Access. This research portal will be accompanied by a web space for the wider public that will be created on the Palace of Versailles website.

Image : Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck, La façade orientale du palais du Louvre, dans: id., Journal d’un voyage en France, v. 1699, manuscrit, Rostock, Universitätsbibliothek, détail de la p. 21.