Tous les articles par CERHiC

Publication : Du concert à l’écran

Le Cerhic est heureux d’annoncer la publication du livre dirigé par Stephan Etcharry et Jérôme Rossi, Du concert à l’écran. La musique classique au cinéma (Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “PUR Cinéma”, 2019, 464 p. ISBN : 978-2-7535-7739-8).

En s’associant à un film, toute musique prééxistante apporte non seulement son atmosphère sonore particulière, mais aussi un réseau de significations liées à son histoire. En se concentrant sur la musique classique, cet ouvrage s’empare de morceaux riches d’une tradition interprétative et d’une réception qui ont parfois plusieurs siècles. Outre une charge sémantique nouvelle, le passage d’un média à un autre induit une perte d’autonomie, de profonds changements dans les contextes d’exécution et et les conditions d’écoute, le passage d’une temporalité de la moyenne ou de la longue durée – permettant le développement de la forme musicale – à des formats souvent très réduits qui trahissent d’inévitables coupures.

Stéphan Etcharry (CERHiC) et Jérôme Rossi CAPHI) sont maîtres de conférences en musicologie. Cet ouvrage a été publié avec le soutien du Centre atlantique de philosophie (CAPHI, EA 7463) de l’université de Nantes, et du Centre de recherche en histoire culturelle (CERHiC, EA 2616) de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Stephan Etcharry et Jérôme Rossi, Du concert à l’écran. La musique classique au cinéma (Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “PUR Cinéma”, 2019, 464 p. ISBN : 978-2-7535-7739-8

Du Concert a lecran Table_matieres

L’enseignement de l’Italien en France : parution en Italie

Le CERHIC est heureux d’annoncer la publication de la traduction en italien du livre de Jérémie Dubois sur l’histoire des études italiennes en France des années 1880 à 1940, aux presses de l’université de Bologne, dans la collection « Passato futuro » dirigé par l’historienne Patrizia Dogliani (CLUEB).

https://clueb.it/libreria/passato-futuro/italianistica-e-italofilia.

Le livre a été traduit par Maria Pia Casalena, enseignante et chercheuse en histoire contemporaine à l’université de Bologne, dans le cadre du projet « Nation-Building, Construction de l’Etat et réseaux transnationaux de l’Italie unitaire ».

La version italienne du livre s’intitule Italianistica e italofilia. L’insegnamento dell’italiano in Francia : una disciplina al cuore delle relazioni franco-italiane. ISBN : 978-88-491-5609-6

Cet ouvrage envisage l’histoire sociale, culturelle et politique de l’italianisme et des études italiennes en France sous la Troisième République. L’ouvrage est préfacé par Gilles Pécout.

Références de l’édition originale : Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, Grenoble, ELLUG, coll. « Italie plurielle », 2015, 441 p., préface de Gilles Pécout, ISBN : 978-28-431-0299-8.

Quelles musiques pour la piste ? Appel à Communications

La chaire ICiMa (chaire d’innovation Cirque et Marionnette), la CARP (Circus Arts Research Platform), le CNAC (Centre national des arts du cirque) et le CERHiC lancent un appel à communications  pour la journée d’étude “Quelles musiques pour la piste ? Musique au cirque du XVIIIe siècle à nos jours” qui se tiendra le 19 février 2020 à Châlons-en-Champagne. 

Les quatre axes retenus sont : 

  • l’histoire de la musique au cirque : musique originale, accompagnement, improvisation, 
  • l’étude musicologique de la musique pour la piste, qui pourra inclure la question du chapiteau, ses contraintes et son acoustique, 
  • la place du musicien dans l’équipe circassienne
  • la relation entre le musique, le corps et le mouvement. 

Les propositions de communication pourront être transversales et s’inscrire dans plusieurs axes. Elles sont à soumettre avant le 25 novembre 2019. 

Pour en savoir plus, télécharger le pdf de l’AAC :  

Appel à contribution JE cirque et musique

 

Colloque “Exil, genre et famille au xixe siècle”, 5-7 septembre

L’équipe du programme ANR AsileuropeXIX a le plaisir d’annoncer la tenue d’un colloque international organisé par le CERHiC de l’Université de Reims Champagne-Ardenne à la Médiathèque Jean Falala de Reims (2, rue des Fuseliers) les 5, 6 et 7 septembre prochains. 

Comité d’organisation :

  • Delphine Diaz, Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Alexandre Dupont, Université de Strasbourg
  • Antonin Durand, Institut Convergences Migrations
  • Hugo Vermeren, Ecole française de Rome

JEUDI 5 SEPTEMBRE 2019

14 h – 15 h : Introduction

Mot de bienvenue par Frédéric Piantoni, maître de conférences en géographie, doyen de l’UFR Lettres et Sciences humaines (Université de Reims Champagne-Ardenne), par Camille Froidevaux-Metterie, professeure de science politique, chargée de mission « égalité et diversité » (Université de Reims Champagne-Ardenne) et par Isabelle Poutrin, professeure d’histoire moderne, directrice adjointe du CERHiC (Université de Reims Champagne-Ardenne).

Introduction scientifique par Delphine Diaz (Université de Reims Champagne-Ardenne, Alexandre Dupont (Université de Strasbourg), Antonin Durand (Institut des migrations) et Hugo Vermeren (École française de Rome).

15 h – 17 h : Session 1 : Agrégation et désagrégation du couple et de la famille en exil

Présidence : Isabelle Poutrin (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Janet Polasky (University of New Hampshire) : « The Cosmopolitan Neighborhoods of Altona and Hamburg »

Sylvie Aprile (Université de Paris-Nanterre) : « Désordres et trahisons : la famille en exil »

Emmanuelle Berthiaud (Université de Picardie Jules Verne) : « Passer de la lumière à l’ombre : Marie-Thérèse et Émile Ollivier, un exil en famille (Italie, 1870-1873) »

Pause café

17 h 30 – 18 h 30 : table ronde du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe »

Julie Le Gac (Université de Paris-Nanterre), Fabrice Virgili (CNRS) et Delphine Diaz (Université de Reims Champagne-Ardenne) : présentation de l’ouvrage L’Europe des femmes et table ronde sur l’Encyclopédie « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » et son axe « genre et migrations », discutante : Constance Bantman (University of Surrey)

VENDREDI 6 SEPTEMBRE 2019

9 h 15 – 11 h 00 : Session 2 : Générations et transmissions en situation d’exil

Présidence : Manuela Martini (Université de Lyon 2)

Olga Solodyankina (Cherepovets State University) : « Exile in the life strategies of four female generations of the same family »

Faith Hillis (University of Chicago) : « Gender and Russian Revolutionary Thought in European Exile, 1865-1917 »

Thomas C. Jones (University of Buckingham) : « The Rocker-Witkop family and the end of asylum in First World War Britain »

Pause café

11 h 15 – 13 h : Session 3 : Pères, fils et frères en exil

Présidence : Heléna Tóth (Universität Bamberg)

Clémentine Colmont (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’exil de la famille royale des Bourbon d’Espagne : les expériences de l’exil de Ferdinand VII et des Infants Don Antonio et Don Carlos à Valençay entre 1808 et 1814 »

Juan Luis Simal (Universidad Autónoma de Madrid) : « Honour, Custody and Masculinity: the Parole d’honneur of Prisoners of War and Political Refugees in France from the Napoleonic Empire to the Orleanist Monarchy »

Jonathan Barbier (Institut d’études politiques de Toulouse) : « La famille Raspail en exil »

Pause déjeuner

14 h – 16 h : Session 4 : Les femmes actrices de leur exil

Présidence : Carlotta Sorba (Università degli Studi di Padova)

Sydney Watts (University of Richmond) : « Family Composition and Household Strategies among a Fractured Community: French Women, Children and Domestic Servants the Channel Migration, 1789-1804 »

Sara Sánchez Calvo (Universidad Complutense, Madrid) : « Jeanne Deroin : exil, vie quotidienne et militantisme politique à Hammersmith »

Guilhem Chauvet (Université de Clermont-Auvergne) : « L’exil comme culture politique et familiale. Entre ressources et contraintes, un espace d’expression pour María de las Nieves de Braganza y de Borbón ? (1852-1909) »

Pause café

16 h 30 – 18 h : Session 5 : Les femmes qui restent

Présidence : Romy Sánchez (CNRS)

Catherine Brice (Université de Paris-Est-Créteil) : « Ceux qui partent et celles qui restent : entre gestion économique et intercession politique. Exemples piémontais, romains, napolitains, lombardo-vénitiens (1821-1860) »

Marcin Lukasz Filipowicz (Uniwersytetu Warszawskiego) : « The refusal to go into exile as an important factor of creating a female self »

SAMEDI 7 SEPTEMBRE 2019

9 h 30 – 10 h 45 : Session 6 : État, genre et exil (1)

Présidence : Laurent Dornel (Université de Pau-Pays de l’Adour)

Paolo Conte (Università di San Marino) : « Un exil fort difficile, un retour autant espéré : les réfugiés napolitains (et les réfugiées napolitaines) en France demandant les secours pour rentrer dans leur patrie »

Christophe Chevalier (UC Louvain) : « Invisible donc négligeable ? L’exil au féminin en Belgique (1830-1870) »

Pause café

11 h 15 – 12 h 30 : Session 6 : État, genre et exil (2)

Présidence : Laurent Dornel (Université de Pau-Pays de l’Adour)

Benoît Vaillot (Institut universitaire de Florence) : « L’exil des Alsacien.ne.s-lorrain.e.s. Option, genre et famille dans les années 1870 »

Frédéric Garan (Université de la Réunion) : « L’exil de Ranavalona III ou la construction de l’image d’une reine d’opérette »

12 h 30 – 13 h : Conclusions Sylvie Aprile (Université Paris-Nanterre) et Hilde Greefs (Universiteit Antwerpen)

Contact : asileurope@gmail.com

Programme_EGF

Publication : “Eloigner et expulser les étrangers au XIXe siècle”.

L’équipe du programme AsileuropeXIX a le plaisir de vous annoncer la parution, dans le numéro 33 de la revue Diasporas, du dossier “Eloigner et expulser les étrangers au XIXe siècle” dirigé par Delphine Diaz (MCF à l’Université de Reims Champagne Ardenne) et Hugo Vermeren (Ecole française de Rome).

 

Ce dossier invite à penser ensemble les différentes mesures d’éloignement et d’expulsion prises à l’encontre des étrangers au XIXe siècle sur le continent européen, dans certains espaces coloniaux, mais également en Amérique latine. Les neuf contributions d abordent ainsi les politiques et les pratiques de l’éloignement des étrangers dans toute leur pluralité et leur complexité, montrant combien l’histoire de l’accueil et de l’intégration des étrangers est aussi une histoire de rejets profondément enracinés dans les processus de construction des États-nations et des territoires coloniaux au XIXe siècle. Une attention particulière est également portée aux étrangers visés par les procédures d’éloignement à travers les formes de mobilisations individuelles et collectives pour dénoncer et contester ces décisions prises à leur encontre.

Image de couverture : Chagot, « Les peuples sont pour nous des frères », Le Journal du Rire, 10 octobre 1851.

SOMMAIRE

L’expulsion comme mesure administrative et outil du contrôle migratoire

Delphine Diaz, Hugo Vermeren, Introduction.

Delphine Diaz, « Les expulsions de réfugiés étrangers. Pratiques administratives et mobilisations de l’opinion publique, France, 1832-1852 ».

Torsten Feys, « International railroads and human mobility controls at the Franco-Belgian border (1840s-1860s) ».

Élie-Benjamin Loyer, «Expulser les indésirables. Un aspect de la gestion des populations immigrées sous la Troisième République (1880-1939) ».

Expulsions individuelles, expulsions collectives en Europe et Amériques

Fabrice Bensimon, « À bas les Anglais ! ». Mobilisations collectives contre des Britanniques, de la monarchie de Juillet à la révolution de 1848 ».

Edward Blumenthal, «Droit d’asile, droit d’expulsion et représentations de l’exilé en Amérique du Sud au XIXe siècle ».

Romy Sánchez, « Expulser les étrangers d’outre-mer. Le cas de Cuba, 1840-1880 ».

Négocier, contester l’expulsion

Antonin Durand, « Éloigner les Barabbas ». Sur une campagne d’expulsion d’étrangers en Piémont en 1853 ».

Thomas C. Jones, « A “coup d’État” in Jersey? Rethinking the Jersey expulsions of 1855 ».

Jeanne Moisand, « Que faire d’exilés indésirables ? Les cantonalistes espagnols en Algérie française (1874) ».

Conclusion: Laurent Dornel, « Pour une histoire comparée et diachronique de l’expulsion ».

Consommation et histoire, 25 juin

JOURNÉE D’ÉTUDE “CONSOMMATION ET HISTOIRE”

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, MSH bâtiment 13, amphi, le 25 juin 2019 de 9 h. à 18 h.

Organisation scientifique :

Dominique Roux, Professeure de Marketing (laboratoire REGARDS, EA 6292) et Isabelle Poutrin (CERHiC, EA 2616)

9 h. 30 – 10 h. 30 : Introduction par Isabelle Poutrin

10 h. 30 – 12 h. 30 : Session plénière : L’avènement de la consommation de masse.

Intervenant : Jean-Claude Daumas, Professeur d’histoire économique, émérite (Université de Franche-Comté) / IUF, auteur de La Révolution matérielle. Une histoire de la consommation (France, XIXe-XXe siècles).

14 h. – 17 h. 30 : Sessions parallèles Histoire de la consommation, consommation dans l’histoire

Les sessions seront animées par Florence Brach Campsaur (CRH, ESESS), Hélène Gorge (Mercur Research center, Université de Lille), et Dominique Roux (laboratoire REGARDS, Université de Reims Champagne-Ardenne).

« L’histoire de la consommation n’est pas anecdotique » affirme Jean-Claude Daumas en introduction de son dernier ouvrage, La révolution matérielle. Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècle (Paris, Flammarion, 2018). C’est même le prisme par lequel la plupart des activités humaines fondamentales – se loger, se nourrir, s’occuper, se distraire – révèlent la nature et l’état de développement d’une société. Et tandis que les approches gestionnaires font du présent et de l’avenir, notamment économique, leur principal souci, l’histoire de la consommation se présente tout à la fois comme un analyseur de la culture matérielle qui nous environne et un révélateur des représentations qui la façonnent et la transforment. Faire l’histoire de la consommation, c’est donc reconstituer la généalogie des formes de production, de distribution et d’usage d’une infinité d’objets et de dispositifs marchands, articuler les processus qui les lient à des pratiques, des significations et des acteurs multiples et démêler l’enchevêtrement complexe d’évènements et d’espaces par et sur lesquels ils se sont déployés. Si les sciences de gestion et le marketing, deux disciplines nouées aux fils de la production matérielle et symbolique qu’elles participent à construire, ambitionnent de conjecturer sur le futur des marchés, nous pensons que c’est par les approches historiques de la consommation qu’elles peuvent gagner en compréhension rétrospective des faits auxquels elles participent et des ressorts de leur propre action sur le monde.

La Journée « Consommation et Histoire », organisée sous l’égide du réseau Alcor-GIT afm (Alternative Consumption Research) vise à rendre plus lisibles notre compréhension de la consommation et ses trajectoires de changement.

Publication : Marc Venard historien

Marc Venard, historien. Sous la direction de Anne Bonzon, Isabelle Poutrin, Alain Tallon et Catherine Vincent. Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection “Histoire”, 2019, 291 p. ISBN : 978-2-7535-7750-3.

Par sa personnalité et son oeuvre, Marc Venard (1929-2014) s’est imposé dans sa génération comme un historien de tout premier plan, qui a contribué au renouvellement des études sur le christianisme au temps des Réformes. Sa méthode, sa réflexion, les voies qu’il a ouvertes par ses travaux sur les confessions, la controverse entre Catholiques et Protestants, les cadres et les pratiques religieuses au XVIe siècle ont marqué et marquent encore profondément la recherche. Les contributions d’amis et d’anciens élèves réunies dans ce volume présentent et prolongent les diverses facettes d’un historien engagé au coeur de son temps et l’activité foisonnante d’un chercheur averti, à la plume incisive, fédérateur d’entreprises collectives qui continuent de se montrer fécondes.

La publication de l’ouvrage a été préparée par :

Anne Bonzon, maître de conférences HDR en histoire moderne (Université de Paris 8 – Vincennes Saint-Denis), secrétaire de la Société d’histoire religieuse de la France,

Isabelle Poutrin, professeur d’histoire moderne (CERHiC, Université de Reims Champagne Ardenne) / IUF,

Alain Tallon, professeur d’histoire moderne, doyen de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université,

Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge (Université Paris Nanterre), IUF senior honoraire, présidente de la Société d’histoire religieuse de la France.

Ont contribué à ce volume (par ordre de publication) : Anne Bonzon, Alain Tallon, Nicole Lemaitre, Bernard Barboche, Thierry Amalou, André Vauchez, Dominique Julia, Joseph Bergin, Isabelle Poutrin, Françoise Thelamon, Régis Bertrand, Luc Daireaux, Christian Grosse, Marc Mudrak, Virginia Reinburg, Julien Ferrant, Catherine Vincent, Stefano Simiz, Nicolas Guyard, Philippe Martin, Philippe Boutry.

 

 

La transgression en temps de guerre, 3-4 juillet

La transgression en temps de guerre, de l’Antiquité à nos jours

Université de Nantes, Campus Tertre, bâtiment Censive, salle de Conférences, les 3 et 4 juillet 2019.

Organisation scientifique : Nathalie Barrandon, Professeure d’histoire ancienne (CERHiC, Université de Reims Champagne Ardenne) et Isabelle Pimouget-Pedarros, Professeure d’histoire ancienne (CRHIA, Université de Nantes).

Cette troisième table ronde du programme de recherche “La transgression en temps de guerre” explorera de nouveaux aspects du sujet, comme la cruauté et le paroxysme.

L’objectif du programme est de mener une réflexion sur le temps long, en convoquant plusieurs disciplines : outre l’histoire et l’histoire de l’art, le droit, les sciences politiques, l’anthropologie sociale ou encore la philosophie. Chacun des participants, à partir d’un exemple particulier ou d’une problématique générale, posera un jalon à partir duquel nous tenterons de donner un cadre à notre objet d’étude : comment définir la transgression en temps de guerre ? Quels sont les aspects du phénomène qui nous semblent les plus pertinents ? Comment croiser nos analyses et résultats, qui portent sur des espaces et des temps différents, et qui concernent plusieurs champs disciplinaires ? C’est là tout l’enjeu et l’intérêt de ce programme de recherche. La première table ronde (2017) a précisé les contours du sujet. La deuxième (2018) a approfondi certains thèmes : le corps, le sacré, la représentation et la mise en scène de la transgression. Cette troisième et dernière rencontre clôturera le programme, qui fera l’objet d’une publication prévue pour 2020.