Tous les articles par CERHiC

Journée spéciale concours, 2 février

Journée d’étude du CERHiC consacrée au programme d’Histoire du CAPES d’Histoire-Géographie (2023 et 2024)

Jeudi 2 février 2023, de 9 h. à 18 h.

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, amphi Recherche

Organisation scientifique : Claire Angotti et Axelle Neyrinck (URCA, CERHiC).

Cette journée est destinée aux étudiants du Master MEEF second degré de l’INSPE de Reims et aux étudiants du Master Recherche en histoire de l’université de Reims. Elle peut être suivie à distance (lien en bas de l’annonce).

9 h. Ouverture de la journée d’étude.

Gouverner l’empire romain de Trajan à 410 ap. J.-C. (CAPES 2024)

9 h. 15. Maxime Émion (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI) : “La place des militaires dans le gouvernement de l’Empire : l’exemple des protectores Augusti

9 h. 50. Sylvain Destephen (Université Paris Nanterre, ARSCAN-THEMAM) : “Se déplacer pour gouverner l’Empire de Trajan à Arcadius

10 h. 30. Questions (pause à 10 h. 45)

La construction de l’État monarchique en France de 1380 à 1715 (CAPES 2023 et 2024)

11 h. Murielle Gaude-Ferragu (Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade) : “Le pouvoir en représentation : les cérémonies

11h35. Olivier Poncet (École Nationale des Chartes) : “Un apparent paradoxe : Mazarin et la construction de l’État monarchique”

12 h. 15. Questions.

12h45 : déjeuner

Religions et pouvoir dans le monde romain de 218 av. J.-C. à 250 ap. J.-C. (CAPES 2023)

14 h. 15. Laurent Guichard (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI), “L’empereur, les chrétiens et les dieux : fondements, exercice et exigences du pouvoir”

Le travail en Europe occidentale des années 1830 aux années 1930. Mains d’œuvre artisanales et industrielles, pratiques et questions sociales (CAPES 2023)

14 h. 50. Xavier Vigna (Université Paris Nanterre, IDHES), “Représentations du travail et représentations ouvrières”

15 h. 30 : Questions (pause à 15 h. 45).

L’empire colonial français en Afrique : métropoles et colonies, sociétés coloniales, de la conférence de Berlin (1884-1885) aux Accords d’Évian de 1962 (CAPES 2024)

16 h. Lancelot Arzel (Centre d’Histoire de Sciences Po), “L’Afrique Équatoriale française : occupations militaires, travail forcé et questions environnementales”
16 h. 40. Isabelle Surun (Université de Lille, IRHiS), “Éducation et formation de nouvelles élites dans les colonies françaises d’Afrique”

17 h. 15. Questions.

Lien Zoom : https://us05web.zoom.us/j/83260459144?pwd=RHFMT1NjT1lwV3hwY1Y3OHVza0hXdz09

ID de réunion : 832 6045 9144
Code secret : 5S0t6P

Crédits photographiques : Jeffeson sur Pexells.

Séminaire du CERHIC, 26 janvier : Anne Bonzon, La paix au village

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 26 janvier 2023, de 12 h. 30 à 14 h.,

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle E 13.

Le CERHiC aura le plaisir d’accueillir Anne Bonzon, Professeure d’histoire moderne à l’Université de Paris 8 et co-directrice du Centre d’histoire des sociétés médiévales et modernes (MéMo). Elle présentera son dernier livre, La paix au village. Clergé paroissial et règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime (Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. “Epoques”, 2022).

Au croisement de l’histoire religieuse et de l’histoire de la justice dans la France moderne, Anne Bonzon a notamment publié Justices croisées. Histoire et enjeux de l’appel comme d’abus (XIVe-XVIIIe siècle (co-dirigé avec Caroline Galland, 2021), ou encore Marc Venard, historien (co-dirigé avec Isabelle Poutrin, Catherine Vincent et Alain Tallon, 2019).


ISBN 979-10-267-1070-7. Prix public : 25 €

La paix au village examine sous un angle inédit les origines des transactions situées en amont ou en marge de la justice institutionnelle : arbitrage, conciliation, médiation, arrangements à l’amiable. Dans un contexte où les politiques publiques cherchent à désengorger les tribunaux, et où de multiples réticences s’expriment face à des instances judiciaires à la fois très critiquées et très sollicitées, ces formes alternatives de règlement des conflits suscitent aujourd’hui un intérêt renouvelé.

A. Bonzon éclaire ainsi un aspect de l’action des curés qui n’a jamais été étudié pour lui-même : l’apaisement des différends. Les conflits et leur résolution nous plongent au cœur de la vie quotidienne des villageois sous l’Ancien Régime à une époque où la Réforme catholique modifie profondément les rapports entre les curés et leurs paroissiens.  Cette enquête menée à partir de sources multiples a permis d’observer à différentes échelles le déroulement de ces arrangements dans la France du XVIIe siècle, et d’analyser le contexte qui les a favorisés, qu’il s’agisse des missions intérieures auxquelles les curés sont associés, des grandes ordonnances de réforme de la justice, de la lutte contre les duels ou de l’action des réseaux dévots. Ainsi, l’étude de ces modestes « artisans de paix » que sont les curés de village éclaire d’un jour nouveau l’histoire de la médiation et de ces formes alternatives de règlement que l’on redécouvre aujourd’hui.

Image : Laurent de La Hyre, Paysage avec la Paix embrassant la Justice, 1654 (Musée d’art de Toledo, Ohio, Etats-Unis d’Amérique).

AAC Journée d’étude des doctorantes et doctorants, 10 mai 2023

Entre rejet et acceptation : la norme à l’épreuve de la crise

Le Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC) organise une journée d’étude à destination des doctorantes et doctorants du laboratoire le mercredi 10 mai 2023. Pour cette première édition des journées de recherches doctorales, nous vous proposons
de nous interroger sur les modifications, contestations et transgressions des normes en périodes
de crise.

L’appel à communication est ouvert à l’ensemble des doctorantes et doctorants en histoire.

Date limite d’envoi des propositions : 18 janvier 2023.

Les propositions seront sélectionnées par le comité scientifique de la journée d’étude.

Image : Lockdown Signage at Uncle Dan’s. Photo Léonie Bourke sur Flickr, 22 avril 2020

Séminaire du CERHiC, 8 décembre : Etudier en situation coloniale

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 8 décembre de 12 h. 30 à 14 h.,

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle E 13.

Le CERHiC aura le plaisir de recevoir Nilanjana Paul (University of Texas Rio Grande Valley, professeure invitée à l’URCA) et Sara Legrandjacques (Université Paris I) pour une séance thématique intitulée “Etudier en situation coloniale”.

La Pr Nilanjana Paul est spécialiste de l’histoire de l’enseignement au sein du département d’histoire de l’Université du Texas Rio Grande Valley. Son terrain de recherches est le Bengale durant la période coloniale ; elle s’intéresse en particulier aux musulmans du Bengale. Outre de nombreux articles, elle a publié Bengal Muslims and Colonal Education, 1854-1947: A Study of Curriculum, Educational Institutions and Communal Politics (Routledge, 2022). Elle est actuellement professeure invitée à l’URCA.

La Dr Sara Legrandjacques a soutenu en 2021 une thèse en histoire contemporaine intitulée “Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie -Inde Britannique – Indochine française, années 1850-1940) à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a dirigé avec Karim Mammasse le dossier “Interconnexions (post-) coloniales, XXe-XXIe siècle” des Cahiers Sirice, 2018/1, n° 20.

Soutenance de thèse : Jean-Patrice Masclet, 9 décembre

M. Jean-Patrice Masclet, Doctorant au CERHiC, soutiendra le vendredi 9 décembre 2022 à 13 h. 30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment Recherche, salle R. 418), sa thèse de doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot et du Maître de conférences Habilité à diriger des recherches Bertrand Goujon, intitulée :

Le code hypothécaire de la Convention.

Assignats, cédules et physiocrates (France, 1790-1799)

Devant un jury ainsi composé : Carole Christen (PR histoire contemporaine, Université du Havre, rapportrice), Matthieu De Oliveira (MCF HDR Histoire contemporaine, Université de Lille, rapporteur), Aude Laquerrière-Lacroix (PR Histoire du droit, URCA), Aurélien Lignereux (PR Histoire du droit, Institut d’Études Politiques de Grenoble), ainsi que les deux co-directeurs de thèse.

Présentation synthétique de la thèse :

Sous l’Ancien Régime, la publication des actes de vente n’est pas assurée en France, et les titres de propriété n’y sont pas accessibles au public. À la veille et dans les premières années de la Révolution, des projets apparaissent pour remédier à cette situation propice à des imbroglios judiciaires et financiers. Actif sur le plan éditorial et présent au sein des Assemblées, un mouvement « céduliste » parvient à faire voter, le 9 messidor an III (27 juin 1795), le seul code de la Convention, à savoir le Code hypothécaire. Ce dernier organise la publicité foncière, chacun pouvant désormais savoir non seulement qui a vendu, à qui et pour quel montant, mais également quel immeuble est hypothéqué et par qui. Le Code prévoit aussi la circulation d’effets de commerce hypothécaires, les cédules, que tout propriétaire pourra émettre et qui seront escomptées par des caisses spéciales contre des billets. Alors qu’on envisage de s’en servir pour les ventes de biens nationaux au début du Directoire, l’opposition des grands négociants se révèle très forte à leur encontre.

Le Code hypothécaire n’en est pas moins appliqué à Paris et en province – avec un succès, dans des proportions et en impliquant des profils de requérants qui sont, il est vrai, très variables d’un département à un autre. Par ailleurs, si des conservations hypothécaires sont créées sur tout le territoire national et un ample personnel recruté (non sans difficultés, ni biais clientélistes) pour en assurer le fonctionnement, la Caisse hypothécaire nationale, assise sur des cédules hypothécaires, ne se met quant à elle pas en place. Fragilisée et critiquée, la cédule disparaît avec la loi du 11 brumaire an VII (1er novembre 1798) qui remplace le Code hypothécaire, mais la publicité des actes de vente subsiste. En 1800, la Banque de France, assise sur des effets de commerce escomptés, voit le jour. En 1804, le Code civil supprime la publicité des ventes, rendant très difficile le crédit hypothécaire à grande échelle, ainsi que toute possibilité de créer un institut d’émission concurrent. Ainsi disparaît la ressource consistant pour les grands propriétaires à mobiliser leurs terres en les hypothéquant afin d’investir dans les houillères ou les manufactures : ce sera une des causes du retard de la France en matière d’industrialisation dans la première moitié du XIXe siècle.

Soutenance de thèse : Elise Meyer, 7 décembre

Mme Elise Meyer, Doctorante au CERHiC, soutiendra le 7 décembre 2022 à 14 heures à l’Université de Reims Champagne-Ardenne sa thèse de doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction du Professeur Philippe Buton, intitulée :

L’écho de Valmy : mémoires d’une bataille de la Révolution française

devant un jury composé des Professeurs Sophie Wahnich (Ecole des hautes études en sciences sociales), Christian Amalvi (Université Paul Valéry-Montpellier 3), Rémi Dalisson (Université de Rouen), du Maître de conférences émérite Bernard Gainot (Université Paris 1 -Panthéon Sorbonne) et du Professeur émérite Michel Hastings (Sciences Po Lille).

2 décembre. D’un art à l’autre : adaptations, arrangements, réécritures.

D’un art à l’autre : adaptations, arrangements, réécritures.

Journée d’études – Musique et musicologie

Université de Reims Champagne-Ardenne. Amphi Recherche, (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13)

Vendredi 2 décembre 2022 de 9 h. 30 à 16 h. 30

Illustration : Charlie Chaplin, A Burlesque on Carmen, 1915.
Photo extraite du film, libre de droits.

9 h. 30. Accueil

9 h. 45. Introduction de la journée

10 h. Séance 1 (modérateur : Pierre Rigaudière)

Yann Calbérac (URCA, CRIMEL) : De l’espace du texte à l’espace de la scène. Espaece : quand Aurélien Bory adapte Espèces d’espaces de Georges Perec.

Raphaèle Fleury (IIM, Charleville-Mézières)Un texte pour des corps-instruments ? Adapter un texte littéraire pour l’opéra ou pour le théâtre de marionnettistes.

11 h. Pause

11 h. 30. Séance 2 (modérateur : Marc Rigaudière)

Thierry Grandemange (URCA, CERHiC) : « La tige est la Vierge, la fleur est son Fils » : la réécriture comme mode de pensée au Moyen-Âge.

Florence Doé de Maindreville (URCA, CERHiC) : Opéras en concert : pratiques d’arrangement dans les provinces françaises au temps de Louis XV.

12 h. 30. Déjeuner

14 h. 30. Séance 3 (modératrice : Catherine Collin)

Nathalie Coutelet (Université Paris 8, EA 1573 « Scènes du monde, création, savoirs critiques ») : L’adaptation théâtrale au féminin, une stratégie de contournement ?

Amaury Du Closel (Vienne / Paris) : Des Lieder eines fahrenden Gesellen à une petite Flûte enchantée pour enfants.

Pierre Rigaudière (URCA, CERHiC) : Arrangement, paraphrase et reconstruction : visages de la mise en abyme chez Luciano Berio.

16 h. 30. Conclusion de la journée

Publication : Je maintiendrai. Femmes, nobles et Françaises, 1914-1919.

Le CERHIC est heureux d’annoncer la publication du dernier ouvrage de Bertrand Goujon, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine : Je maintiendrai. Femmes, nobles et Françaises. 1914-1919, paru aux éditions Vendémiaire (Paris) le 6 octobre 2022, publié avec le soutien du CERHiC et du Centre National du Livre.

Présentation de l’éditeur :

ISBN : 978-2-36358-386-4
Prix de vente public : 30 €
912 pages.

Été 1914. L’attentat de Sarajevo met un coup d’arrêt brutal aux flamboyantes mondanités de la Belle Époque. Déchirées par les séparations qu’occasionne la mobilisation, ouvrant pour certaines leurs châteaux aux blessés militaires et aux réfugiés, poussées parfois sur les routes par l’avancée allemande, baronnes, marquises, duchesses, princesses, comtesses et vicomtesses ne sont pas toutes épargnées par les pillages et les bombardements. En l’absence des hommes, il leur faut aussi assumer la gestion des patrimoines et entretenir les réseaux d’influence.

Si d’aucunes trouvent espérance et consolation dans leur foi et leur patriotisme, nombre d’entre elles tiennent le « front intérieur » et, en sus de soutenir leurs proches enrégimentés, s’engagent auprès des soldats et des victimes civiles, au sein de la Croix-Rouge ou au travers d’œuvres de guerre, tandis que d’autres résistent à l’occupant en zone envahie.

Pour la plupart, l’essentiel reste néanmoins de maintenir leur rang, fragilisé par une hécatombe qui a décimé leurs fils et époux, mené certaines au bord de la ruine et conduit d’autres à la mésalliance.

Fort d’une immense masse d’archives (correspondances, journaux intimes, chroniques mondaines…), Bertrand Goujon retrace des trajectoires individuelles et collectives au sein d’un groupe social jusqu’à présent négligé, apportant une contribution essentielle à l’histoire des femmes dans la Grande Guerre.

Pour commander le livre sur le site de l’éditeur, cliquez ici