Tous les articles par CERHiC

Rencontrer l’Autre. Forum APHG, 10-11 mai

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix rouge, bâtiment recherche, salle polyvalente, Reims

Le CERHiC (EA 2616) et HABITER (EA 2076) ont le plaisir d’accueillir le Forum de l’Association des Professeurs d’histoire et de géographie (APHG) de la Régionale Champagne-Ardenne, pour une journée d’étude sur le thème “Rencontrer l’autre”. Cette rencontre est organisée par Claire Angotti (CERHiC), Véronique Beaulande (APHG) et Clotilde Bonfiglioli (HABITER).

Mardi 10 mai

10 h. Stéphanie Leroux (Université catholique de Lille) : Rencontrer l’autre par le tourisme ?

11 h. 30. Audrey Louyer (URCA) : Représenter la frontière dans le cinéma latino-américain contemporain : analyses de séquences.

14h30. Laurent Guichard (Université Savoie Mont-Blanc) : Identités civiques et altérités religieuses dans les cités du monde romain tardif.

16h. Benoît Roux (Université de Rouen Normandie) : De la Découverte à la rencontre : les défis de l’ethnohistoire caribéenne.

Mercredi 11 mai

10h30. Alix Teffo Sanchez (Université d’Artois) : Milieu scolaire, milieu rural : éduquer aux questions de genre et de sexualités.

14h. Thomas Tanase : L’Occident face à autrui de la Venise de Marco Polo à l’Amérique de Christophe Colomb.

15h30. Xavier Desbrosse,  Accueillir les étrangers pendant les Trente Glorieuses. L’exemple marnais.

Ces journées s’adressent aux enseignants d’Histoire Géographie en poste dans le secondaire et s’inscrivent dans le cadre de la formation continue ; elles mêlent interventions d’Historiens et de Géographes.

Les étudiants et les collègues de l’URCA sont les bienvenus. Les interventions sont des interventions de niveau universitaire comportant une forte dimension d’actualité de la recherche.

Crédits photographiques : Along EuroVélo6 (Roumanie), European Cyclists’Federation sur Flickr, 1er mars 2013.

A VOIR sur ARTE : Claire Angotti et Les Bésicles

L’émission “Faire l’histoire – Par le prisme des objets” s’intéresse cette semaine aux bésicles, ancêtres des lunettes de vue.

Spécialiste de la culture savante et des bibliothèques médiévales, Claire Angotti nous accompagnera dans l’univers des lecteurs et de leurs indispensables auxiliaires, les bésicles.

Filles des premières loupes ou “pierres de lecture” du Moyen Âge monastique, les bésicles accompagnent l’invention du papier et la banalisation du recours à l’écrit. Elles sont alors associées à l’érudition et au savoir. Mais comme elles proposaient une vision déformée, elles sont peu à peu devenues le symbole du charlatanisme. Dans la peinture de la fin du Moyen Âge, elles sont surtout associées aux voleurs et aux escrocs. Faire l’histoire des lunettes, c’est donc s’intéresser à l’histoire des représentations, à l’histoire de la lecture, et saisir de façon originale les transformations qui affectent l’Occident à la fin de l’époque médiévale.

Faire l’histoire. Les bésicles, quand le savoir devient pouvoir”, réalisé par Tamara Erde, 2020. Sur la chaîne ARTE le 7 mai 2022 à 18 h 15 et en replay à la rubrique “Documentaires et reportages” : https://www.arte.tv/fr/videos/098870-002-A/faire-l-histoire/

Les sorties en politique. Journée d’étude, 29 avril

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment 13, UFR des Lettres et Sciences humaines, amphithéâtre Recherche

Organisation scientifique : Philippe Buton

Vendredi 29 avril 2022

9 h. Accueil des participants par Isabelle Heullant-Donat, directrice du CERHiC

9 h. 10. Gilles Richard : Présentation de la Société Française d’Histoire politique (SFHPo)

9 h. 20. François Audigier : Introduction

Matinée : communications de synthèse. La présidence sera assurée par Christine Manigand.

9 h. 30. Les parlementaires

Bernard Lachaise : Quelle fin de carrière pour les députés gaullistes élus sous la Ve République au temps du général De Gaulle ?

Jérôme Pozzi : Fin de carrière ou accident de parcours ? L’itinéraire des députés du RPR battus lors de la “vague rose” de juin 1981.

11 h. Institutions et militants

Philippe Buton : Sorties de politique chez les militants gauchistes

François Audigier : Le Conseil Economique et Social, un lieu de retraite politique ?

Pierre-Emmanuel Guigo : Sortir de Matignon. Reconversions et fin de carrière pour les anciens Premiers ministres (1958-2021)

Après-midi. Regards pluridisciplinaires et communications à caractère biographique. La présidence sera assurée par Jean El Gammal.

13 h. 30. Deux analyses en sciences politiques et sociologie

Louise Dalibert : Analyse quantitative des sorties en politique de plus de 1300 députés, de 1997 à 2017.

Pierre Camus : Le droit individuel à la formation des élus (DIFé), un outil au service de la sortie des mandats

14 h. 30. Anne-Catherine Schmidt-Trimborn : L’échec de l’aventure électorale de Léon Daudet et de l’Action française, “délivrance” ou humiliation ?

Etienne Paquin: La fin de carrière politique de Pierre-Etienne Flandin

David Bellamy : Un président après l’Elysée. Le cas de René Coty (janvier 1959-novembre 1962).

16 h. Thibault Tellier : La fin de carrière politique de Paul Reynaud.

Arnaud Dupin : La sortie politique de Guy Mollet

Régis Boulat : La fin de carrière politique de Jean-Pierre Chevènement.

17 h. 20 : Louis Dalibert et Renaud Meltz : Conclusions

Crédits photographiques : Jacques Delors, Valéry Giscard d’Estaing, Arnaud Leparmentier. Institut Jacques Delors sur Flickr, 14 novembre 2012

Séminaire du CERHiC, 28 avril : Charlotte Pichot

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 28 avril 2022 de 12 h. 30 à 13 h. 45, Campus Croix Rouge (Reims), bâtiment 13 salle E 13 (et en distanciel, lien sur demande à : mh.morell@univ-reims.fr).


Le CERHiC a le plaisir de recevoir Charlotte Pichot qui présentera sa thèse de doctorat : « Forfaicte de son corps » : le corps féminin et le crime à la fin du Moyen Âge. Centre-Ouest, Sud-Ouest du royaume de France (XIVe-XVe siècles).

Docteur en histoire médiévale (Centre d’études supérieurs de civilisation médiévale, UMR 7302, Université de Poitiers), Charlotte Pichet a soutenu en 2020 sa thèse préparée sous la direction des Pr Martin Aurell et Isabelle Mathieu.

Image : “Jalousie battant sa femme”. Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose, British Library, ms. 12042, f. 65v.

Deux Masters sur l’histoire de Reims à la Belle Epoque

Master “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 7 avril de 17 h.  à 18 h. 45

Campus Croix Rouge (Reims), bâtiment 13, salle R418 (et en distanciel).

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer une séance de présentation de deux mémoires de Master recherche ayant trait à l’histoire régionale de la Champagne et, plus spécifiquement, du territoire marnais, en collaboration avec la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne (SACSAM) établie à Châlons-en-Champagne et avec le soutien technique de la Maison des Sciences humaines et sociales de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Julien Herbiet (M2 Recherche en Histoire 2021) : Intégrer et quitter les forces de police rémoises, 1884-1914.

Margot Lefebvre (M2 Recherche en Histoire 2021) : “Je vais faire ton affaire, c’est fini”. Divorces et violences intra-familiales et conjugales à Reims, Bazancourt, Verzenay, Witry-Lès-Reims, 1884-1902.

Cette séance est organisée par Bertrand Goujon, correspondant du CERHiC auprès de la SACSAM. Les principaux apports de ces deux mémoires de Master seront publiés courant 2023 dans la revue savante Etudes marnaises, qui publie tous les ans la liste des mémoires de Master de l’URCA soutenus dans l’année et ayant un lien avec l’histoire régionale.

Exposition : Anne Morgan à la BU Robert de Sorbon, 4 avril

Le CERHiC est heureux d’annoncer la venue à la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon de l’exposition itinérante “Anne Morgan et le Comité Américain pour les Régions Dévastées (CARD), 1917-1924”, prêtée par le Musée franco-américain de Blérancourt

du 4 avril au 13 mai.

Cette exposition éclaire la figure d’Anne Morgan (1873-1952), philanthrope qui a joué un rôle crucial dans l’organisation des bénévoles américaines venues aider à la reconstruction des régions dévastées par la Grande Guerre. La venue de l’exposition à Reims a été préparée avec l’aide d’étudiants de Licence 3 du département d’histoire (parcours « Études internationales ») et d’étudiants de Master du département d’anglais. Elle est soutenue par le Ministère de la Culture, la Maison des Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, et l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique.

L’ouverture de l’exposition sera saluée par une conférence inaugurale le mardi 5 avril à 16 heures.

16 h. Delphine Diaz (CERHiC) : Introduction.

16 h. 10. Valérie Lagier (Musée franco-américain de Blérancourt) : Le CARD : Aide d’urgence et reconstruction au lendemain de la Première Guerre mondiale.

16 h. 40. Yann Philippe (CIRLEP) : Femme du monde et “femme active” : l’itinéraire en images d’Anne Morgan entre New York et la Picardie.

17 h. 10. Bertrand Goujon (CERHiC) : Des femmes de la noblesse française au secours des populations civiles éprouvées et sinistrées par le premier conflit mondial.

17 h. 40. Débat avec le public.

18 h. Vernissage de l’exposition.

Séminaire du CERHiC, 7 avril : Fanny Gribenski

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 7 avril 2022 de 12 h. 30 à 13 h. 45, Campus Croix Rouge (Reims), bâtiment 13 salle E 13 (et en distanciel).

Le CERHiC est heureux de recevoir la Dr Fanny Gribenski, historienne de la musique. Elle présentera le livre qu’elle a tiré de sa thèse de doctorat soutenue à l’EHESS et qu’elle a publié sous le titre L’Église comme lieu de concert : pratiques musicales et usages de l’espace (Paris, 1830-1905) (Arles / Venise, Actes Sud / Palazzetto Bru Zane, 2019).

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de musique, diplômée du Conservatoire de Paris et de l’EHESS, la Dr Fanny Gribenski est chargée de recherche au CNRS, actuellement en détachement à l’Université de New York où elle est Assistant Professor au département de musique. Avant de rejoindre le CNRS puis NYU, elle a été boursière de la Fondation Thiers, de la Commission Fulbright et de la Huntington Library puis chargée de recherche au Max Planck Institute for the History of Science de Berlin. Ses travaux portent sur l’histoire des pratiques sonores et musicales en Europe et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles, qu’elle envisage comme des points de départ privilégiés pour aborder l’histoire culturelle et politique de cette période.

Alors que de nombreux travaux ont mis en lumière le rôle central de Paris dans la vie musicale européenne du XIXe  siècle, l’histoire de certains de ses hauts lieux de musique est demeurée dans l’ombre. L’historiographie a eu tendance à passer systématiquement sous silence l’importance des églises dans cette activité artistique. Tout au long du siècle, les « fêtes musicales » organisées dans les paroisses de la capitale ont pourtant compté au nombre des événements marquants de chaque saison. Certains temps forts du calendrier religieux – principales célébrations de l’année, fêtes patronales, exercices de dévotion, prières publiques, inaugurations d’orgues, etc. – sont alors l’occasion d’une « musicalisation » exceptionnelle des sanctuaires. Ces solennités attirent un public formé en grande partie d’amateurs de musique. Annoncées et parfois longuement commentées dans la presse, elles mobilisent des chanteurs et des instrumentistes extérieurs aux bas-choeurs des paroisses et proposent des ouvrages de grande ampleur.

À la croisée de la musicologie, de l’histoire culturelle et religieuse, et de la sociologie de l’espace, ce livre explore la manière dont les mutations caractéristiques de la vie musicale du XIXe siècle se sont traduites par la transformation des églises parisiennes en d’éphémères salles de concert. L’ouvrage s’organise autour de cinq études de cas, consacrées aux prières publiques, aux concerts de l’Association des artistes musiciens à Saint-Eustache, aux inaugurations d’orgues, aux exercices du mois de Marie et aux Semaines saintes de Saint-Gervais.

Les Nocturnes de l’histoire à Reims, 30 mars

A l’occasion des Nocturnes de l’Histoire, les historiennes et historiens de Reims invitent le public afin de partager leurs recherches aux Archives départementales de Reims et pendant une promenade en centre- ville. La participation est gratuite, sur inscription préalable.

L’objectif des Nocturnes de l’Histoire est de promouvoir une diffusion large du savoir historique en valorisant des manifestations de qualité et en rendant accessibles les résultats de la recherche au public le plus large. Les quatre sociétés d’historiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (SoPHAUSHMESPAHMUFAHCESR) souhaitent ainsi favoriser les initiatives locales émanant de laboratoires de recherche, de sociétés savantes, d’institutions culturelles, de réseaux d’étudiants, d’équipes pédagogiques et de particuliers passionnés d’histoire.

15h30-17h : présentation de documents historiques remarquables (Archives départementales de la Marne, site de Reims, 44 avenue de l’Yser) *.

  • Véronique Beaulande-Barraud (professeure en Histoire médiévale, Université Grenoble-Alpes / LUHCIE) : « Des sources locales pour l’histoire religieuse médiévale et moderne, du terrier de l’archevêché au registre de profession des clarisses de Reims ».
  • Pierrick de Saint-Vaast (doctorant en Histoire contemporaine, URCA / CERHiC) : « Les dossiers de dommages de guerre au titre des destructions de la Première Guerre mondiale ».

17h30-19h : déambulation urbaine dans le centre historique de Reims, avec présentations de travaux de recherche récents ou en cours sur des lieux majeurs, insolites ou oubliés de l’histoire rémoise.

  • Julien Herbiet (ancien étudiant du Master « Normes, cultures, pouvoirs », URCA) : « La gare, un terrain d’action our les forces de l’ordre rémoises sous la Troisième République » (gare SNCF Reims centre, parvis Reims centre ville).
  • Jean-Luc Bastien (maître de conférences en Histoire ancienne, URCA / CERHiC) : « Durocortorum : la ville de Reims durant le Haut-Empire romain » (porte de Mars).
  • Bertrand Goujon (maître de conférences HDR en Histoire contemporaine, URCA / CERHiC) : « Les élites du négoce en vins de Champagne dans la société et l’espace rémois au XIXe siècle » (angle de la rue Coquebert et du boulevard Lundy).
  • Laurent Chenaux (ancien étudiant du Master « Normes, cultures, pouvoirs », URCA) : « Le commerce vestimentaire bourgeois à Reims au tournant des XIXe et XXe siècles » (angle de la rue de l’Arbalète et de la rue du Docteur Jacquin).
  • Julien Bortolussi (doctorant en Histoire moderne, Université Paris-Nanterre / MEMO) : « Les historiographes rémois au XVIIe siècle » (place des Loges Coquault).
  • Véronique Beaulande-Barraud (professeure en Histoire médiévale, Université Grenoble-Alpes / LUHCIE) : « Ermine de Reims, une visionnaire à la fin du Moyen Âge » (angle de la rue Gambetta et de la rue de Venise).

19h30-21h : conférence de Jean-François Boulanger (Directeur honoraire de l’UFR Lettres et Sciences Humaines de l’URCA) : « Reims, ville ouvrière, aux XIXe et XXe siècles » (Maison de la Vie Associative, 122bis rue du Barbâtre) *.

Inscription et contact : nocturnes.reims@gmail.com

* pass vaccinal obligatoire

Avec le soutien financier du Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC, EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne, du LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Culture Italie Europe, EA 7421), et de l’APHG (Association des professeurs d’histoire et de géographie).

Photo mise en avant : Porte de Mars, Reims, 2012.
Porte Mars © Carmen Moya 2012